Concert théâtralisé par l'Orchestre de poche : des compositions originales, un soupçon de danse, une pincée de cirque, et beaucoup de poésie

Large___visuel_kisskiss_concertogrosso-1425239408

Présentation détaillée du projet

L'ORCHESTRE DE POCHE

L'Orchestre de poche tient dans le creux d'une main toutes les familles d'instruments de l'orchestre classique : les cordes - violon, violoncelle, contrebasse, les bois - flûte, clarinette, les cuivres - trompette, trombone, et les percussions - glockenspiel et tambours. A ces pupitres se rajoutent un saxophone, une guitare, un accordéon et une batterie qui amènent à l'ensemble une touche plus contemporaine.

La musique puise dans une multitude d'influences à même de rendre la plénitude harmonique et rythmique de l'ensemble, à la manière de Rebé Aubry, Michael Nyman, Pascal Comelade ou encore Yann Tiersen, Philip Glass et Patrick Doyle. Même si le classique n'est jamais loin, entre autre la période baroque du meilleur Purcell, ou les clins d'oeil au music'hall et aux musiques de l'Est telles qu'elles ont été réinterprétées par Goran Bregovic.

 

 

CONCERTO GROSSO... MA NON TROPPO

Les onze musiciens d'un orchestre se retrouvent pour une répétition.

La pièce, cosy, chaleureuse, confortable, va vite montrer ses limites : au fur et à mesure que les instrumentistes arrivent, l'espace se rétrécit, et le maniement des instruments volumineux n'arrange rien à l'affaire ! La tension monte. La cohabitation se fait insupportable.

Jusqu'à ce que prises de bec et gestes brusques éclatent littéralement l'espace en repoussant les murs. Ceux-ci prennent la forme d'un décor de cabaret laissant libre cour à un répertoire plus léger d'airs de danse ou de comédie musicale.

Dans le souci de toujours gagner plus d'espace, les murs sont poussés à l'extrême et finissent par disparaitre. Espace et temps s'estompent à leur tour et dans cette abstraction seule reste la musique sur des thèmes plus profonds et sombres.

 

 

INTENTION ET DEMARCHE

J'ouvre avec « Concerto grosso ma non troppo» une série de concerts théâtralisés où musique, arts visuels, danse et cirque cohabitent sur le plateau en déroulant une histoire peuplée de personnages poétiques et burlesques.

 

Mes compositions reflètent la variété de mon parcours musical et mélangent allègrement baroque et rock, modes orientaux et rythmes impairs, adagios et tangos, cordes frottées et accordéon, sérénades et music-hall. Tour à tour légères ou sombres, les mélodies portées par la richesse des timbres et des arrangements se prêtent à des images que j'ai voulu relier à une tradition de musique de scène, en incorporant au spectacle des touches de théâtre, de danse, de cirque, ou encore d'arts visuels tels que le dessin, la vidéo ou la lumière.

 

Dans ce premier opus est abordée la question de l'espace, vital s'il en est ; et un clin d'oeil à cet orchestre dit de poche qui n'en est pas moins imposant. Et la gageure de tenir dans un espace grand comme un mouchoir.. de poche !

Deux œuvres complémentaires aborderont les thèmes du leadership et de la collectivité, puis du modernisme et de la nouvelle technologie.

 

Bruno Coffineau, auteur et compositeur

 

 

Bruno_odp-1421865264

 

LE COMPOSITEUR / METTEUR EN SCENE

 

Bruno Coffineau

La partition musicale reflète le parcours vaste et varié de son compositeur, Bruno Coffineau, qui emprunte au classique la richesse des timbres et de l'interprétation offrant une large palettes d'émotions, au rock l'énergie et l'attitude, aux musiques populaires la simplicité des parties mais la complexité des arrangements, à la musique minimaliste la structuration par boucles, et enfin aux musiques du monde la diversité des rythmes et des modes.

 

Pour la mise en scène, Bruno Coffineau a à son actif le travail de collaboration avec Bruno Abadie sur les spectacles « Exils » mêlant théâtre et chant, et « Tempo » mêlant musique, théâtre et danse, créés par la Compagnie du petit matin. Ces pièces dont la dernière est encore en exploitation ont été présentées trois années successives en Avignon et ont rencontré un succès qui leur a permis de tourner au niveau national au gré d'une centaine de représentations pour chacune. Bruno a également monté en solo le spectacle chant-cirque « Voleurs de poules », fantaisie tzigane pour 25 chanteurs et 7 voltigeurs, dont le succès familial ne dément pas depuis sa création en 2010.

 

 

Odp_stpierre_web-1421740539

 

 

LES MUSICIENS

Anaïs Andret-Cartini : trompette

Héloïse Biseau : flûte traversière

Alice Burger : clarinette

Bruno Coffineau : accordéon

Thierry Di Filippo : guitare

Youssef Ghazzal : contrebasse

Mahaut Kayanakis : trombone

David Mimey : saxophones

Dominique Regef : violoncelle

Céline Verdier : violon

Guillaume Viala : percussions, glockenspiel, vibraphone et marimba

 

 

LE REPERTOIRE

 

La valse du balayeur

La marche des voyageurs

La valse de la désossée

La marche de l'impatience

Western

Lully with luv

Glockenvals

Danse avec l'os - tango rubato

La valse du 7ème sans ascenseur

My heart goes bang bang bang

Humeurs

les 7 temps de l'Apocalypse

Lassitude

Volutes

Le crépuscule des verres

 

 

L'EQUIPE

Composition, direction musicale, mise en scène : Bruno Coffineau

Lumières : Camille Ellouz

Décor, graphisme, affiches : Pierre Lebas

Diffusion : Carlos Valcarcel

Administration et communication : le Cri productions

 

 

LES PARTENAIRES

le Cri productions : production, diffusion, logistique

le Centre culturel Henri Desbals : accueil résidence finale et premières représentations

Studio des Variétés : audit et conseils

Audiens Fond de professionnalisation : aide à la communication

Région Midi-Pyrénées : subvention d'aide à la création

 

Orchestredepoche_banni_re-1421740596

 

CALENDRIER

Septembre - novembre 2014 :

Répétitions pour créer le répertoire

27 novembre 2014 : concert aux Pauses musicales (Toulouse)

 

Décembre 2014 :

Enregistrement de 5 thèmes en studio

 

Janvier 2015 :

Création des décors, accessoires et costumes

tournage d'un vidéo-clip avec le décor et les costumes

Conception, création et impression des visuels

23 janvier 2015 : concert au café associatif "Chez ta mère" (Toulouse)

 

Mars 2015 :

Résidence de finalisation du spectacle au centre culturel Henri Desbals (Toulouse)

Mise en lumière, en scène et en espace.

Interventions pédagogiques dans les écoles, associations, marchés et centres sociaux du quartier.

 

Vendredi 27 mars 2015 : première (deux représentations du spectacle : scolaires et tout public)

 

Dimanche 26 juillet : Carbonne (dans le cadre du festival 31 notes d'été)

Jeudi 20 août : Ciadoux (dans le cadre du festival 31 notes d'été)

 

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte réalisée via le financement participatif a pour but de financer la conception et la réalisation du décor.

 

CONCEPT

 

Les thèmes musicaux qui composent le répertoire de « Concerto grosso ma non troppo » sont très évocateurs et donnent lieu à des variations de musique à l'image ; la scènographie inclut des numéros de danse et de cirque, et le travail de lumière est primordial. De même, dans une démarche de spectacle total, un soin particulier est apporté aux costumes et au décor.

 

La thématique du spectacle tourne autour de la notion d'espace.

 

« Quand je présente le projet de l'Orchestre de poche, il m'est souvent retourné qu'un orchestre de onze musiciens n'a rien d'un format « de poche » ! Tout dépend bien sûr de la référence ; un abîme sépare l'orchestre symphonique du chanteur-guitariste en solo.

 

J'ai donc décidé de prendre le contrepied de cette remarque et d'engoncer mon orchestre dans un espace riquiqui.

 

C'est le point de départ du spectacle : sur scène se tient un décor classique de théâtre représentant un intérieur cosy de style victorien. Entre ces panneaux délimitant un espace confiné vont s'entasser tant bien que mal les onze musiciens de l'orchestre, avec contrebasse, archets, coulisse de trombone, soufflet d'accordéon, flûte traversière ou encore manche de guitare... Autant de raisons de distribuer des coups et de jouer des coudes, sur des airs guillerets présentant l'ensemble des instruments.

Les musiciens vont cependant dépasser les limites imposées physiquement et prendre possession de l'espace en poussant littéralement les murs. S'ensuit un moment de déconstruction/reconstruction où les murs vont changer de place pour créer des espaces et formes adaptées au répertoire, qui prend un ton plus music-hall, plus scénique.

Dans une troisième phase les pans de murs deviennent blancs et plongent le spectacle dans un volet plus abstrait où seuls existent les formes géométriques, les couleurs amenées par la lumière, et la musique, qui aborde des thèmes plus profonds et plus métaphysiques.

A la fin du spectacle, le décor disparaît complètement, et musiciens et notion d'espace disparaissent pour faire place à la musique comme unique protagoniste. »

 

ARTISTE

 

Pour concevoir le décor, j'ai fait appel à Pierre Lebas, artiste plasticien maniant avec autant de souplesse le pinceau à aquarelle que la dégauchisseuse, la mine graphite que la truelle. Auteur de dessins à la plume, au crayon ou à l'eau, Pierre a aussi réalisé en-deça de ses expositions personnelles des œuvres collectives impliquant la construction (le lit mécanique, la bouée canard...), qui le rendaient au-delà de notre amitié le candidat idéal pour la conception et la réalisation du décor.

 

Un aperçu de son travail :

http://compak.fr/site/graphisme/portfolio-culture/

 

 

ETAPES DE CONCEPTION

 

Idée initiale (montage Bruno Coffineau) : les éléments de décor dans la cage noire du plateau.

 

3._premi_re_partie-1421861272

 

Vision artistique du concept (aquarelle Pierre Lebas)

 

Croquisb_aqua_odp_12_14-1421861308

 

croquis préparatoires  (dessins de Pierre Lebas)

 

Croquis_odp_decor1_01_15-1421861344

 

Croquis_odp_plan_panneaux_01_15-1421861361

 

LE DECOR FINAL

 

Le décor sera composé de sept panneaux amovibles de 1m20 sur 2m50 environ, blancs sur le verso, et dont le recto représente un intérieur cosy.

Viendront compléter les murs un poêle à charbon et un luminaire, ainsi que 10 chaises pour les musiciens.

 

Les fonds collectés par le financement participatif serviront à payer les matériaux d'une part, et d'autre part à rémunérer le travail de conception et de réalisation du décor.

Thumb_groupe_rigolard-1422984261
l'Orchestre de poche

Fondé par Bruno Coffineau en octobre 2012 pour mettre en musique ses compositions, l'Orchestre de poche tient dans le creux d'une main toutes les familles d'instruments de l'orchestre classique : les cordes - violon, violoncelle, contrebasse, les bois - flûte, clarinette, les cuivres - trompette, trombone, et les percussions - glockenspiel et tambours. A... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Ouais !!!
Thumb_default
better late than never...
Thumb_default
Et voilou!! Allez vous y êtes presque! Y a plus qu à venir vous écouter le 27 les copains! Bisous