"Condamné à l'espoir" raconte l'histoire de familles tunisiennes qui voient leurs enfants partir combattre en Syrie.

Large_capture_d__cran_2014-07-04___02.23.42

Présentation détaillée du projet

Capture_d__cran_2014-07-04___02.21.22

Arrêt sur image des vidéos déjà tourner 

 

 

Capture_d__cran_2014-07-04___02.21.34sur image des vidéos déjà tourner

 

 

 

Condamné à l'espoir est un film documentaire qui traite d’une nouvelle problématique mondiale.

C’est une invitation à prendre le temps d’écouter l’histoire des familles qui vivent un drame au sein de leur foyer.

 

En Tunisie, la révolution du 14 Janvier 2011, a selon eux, transformé leurs enfants en djihadistes partis combattre en Syrie.

 

Les familles au regard et au parler si vifs nous racontent leurs existences, nous dévoilent leurs vies au quotidien, leurs histoires, leurs expériences, et nous offrent un regard critique, analytique, sur ce nouveau phénomène.

 

Capture_d__cran_2014-07-04___02.22.09

 

Ils tentent de nous expliquer aussi les facteurs qui ont transformé leurs enfants en Djihadistes.

 

A travers ce film, je propose de les rencontrer, de faire leurs connaissances, d’aller au-delà d’une certaine limite de l’image d’Épinal.

 

 

Capture_d__cran_2014-07-04___02.25.17

 

Je propose d’essayer de comprendre, à travers la parole-témoignage de nos intervenants ce qui a pu préparer le destin des djihadistes que sont devenus leurs enfants.

 

Le film tentera également de percer la personnalité réelle de ces hommes derrière les masques qu’ils portent.

 

Dans ce film j'ai choisi de donner de l'importance à ces familles qui, à travers leurs expériences et leurs actes, nous racontent leurs vies et leurs histoires, pour mieux comprendre le drame qu’ils vivent face à la perte de leurs enfants.

 

==> JE PROPOSE DE LES REGARDER VIVRE.

 

S_quence_1

 

Pourquoi je souhaite réaliser ce film documentaire:

 

Mon intention première est de réaliser un film transmettant un message d’espoir, où les personnages nous touchent par leur énergie à affronter leur réalité et leur quotidien.

 

Chacun d’eux sera exposé face, et par la force de sa personnalité à l’intérêt de ses propos. Il s’agit dans ce film de les rapprocher un peu plus de nous, et de mettre en perspective leurs peines et leurs vies de couple ayant perdu leurs enfants.

 

Capture_d__cran_2014-07-04___02.24.23

 

Les parents sont à la fois les témoins, les victimes et les révélateurs d’un phénomène social et politique d’une gravité extrême et auquel on n’arrive pas à trouver une solution efficace.

Que ce soit en Tunisie, ou en Europe, de nombreux cas similaires ont récemment fait la Une de l’actualité.

 

Le postulat de ce film est d’aller à la source du problème afin d’analyser et de décrypter les mécanismes qui conduisent à la fabrication de jeunes extrémistes qui s’engagent dans l’aventure du djihadisme.

 

C’est à travers la parole des parents, le récit de leur existence, jusque-là, paisible, de l’éducation et du parcours scolaire de leurs enfants, que l’on essaiera de pointer les failles, les raisons, les rencontres, les malaises, les malentendus, qui ont conduit des jeunes gens ordinaires à cette dérive suicidaire.

 

Le film dessine le tableau de ces couples aimants, déchirés par un drame qu’ils ne comprennent pas, détruit par la perte tragique de leurs enfants, mais en même temps torturés par un sentiment d’incompréhension et de culpabilité.

 

Capture_d__cran_2014-07-04___02.25.05

 

Le documentaire vise à provoquer une réaction, une prise de conscience du public sur ce type de tragédie.

Il vise à montrer que ce type d’histoire n’arrive pas qu’aux autres, que chacun de nous peut y être confronté, et que la plus grande vigilance s’impose quant aux risques que peuvent encourir les jeunes gens ou jeunes filles d’aujourd’hui, aussi bien en Tunisie que partout ailleurs dans le monde.

 

Capture_d__cran_2014-07-04___02.21.58

 

Je pense que le sujet à un potentiel évident, porteur de nombreuses facettes qui mettent en exergue à la fois la situation critique de ces familles, et leurs drames, mais aussi leurs parcours de vie.

 

J’imagine aussi ce film comme un vecteur de sensibilisation de l’opinion, poussant chacun d’entre nous à l’introspection.

Cependant, le film nous montre que l’espoir est encore une valeur de force chez eux, et c’est précisément à travers le regard que porte ces couples sur cette jeune génération que je voudrais réaliser ce film.

 

Je veux par ce projet raconter la vie de familles brisées, démoralisées, dont l'attente et le vide forment « la petite histoire » du couple en rejoignant « la grande histoire » du pays. 

 

2

"Les familles tunisiennes demandent que l'on arrête la conversion en djhihadistes de leurs garçons en Syrie."

 

Partis pris artistique et traitement visuel:

 

Condamné à l’espoir est un film documentaire axé sur un moment de rupture, un véritable bouleversement dans la vie de ces familles.

 

Le film sera constitué d’interviews, de témoignages, d’images tournées en Syrie, d’articles de presse, d’image d’archives, de documents, et de lectures de lettres venant de Syrie, et de commentaires en voix off avec des images de leurs quotidiens.

 

Afin de préserver la discrétion nécessaire au climat d’intimité et de confiance que je désire créer avec mes témoins, j’utiliserai une petite caméra, et j’assurerais moi-même l’image.

 

J’ai choisi de laisser mes interlocuteurs mêler des confidences à leurs propos et gestes quotidiens. Un grand angle sera parfait pour un décor étroit afin de saisir l’intimité de leurs quotidiens.

 

 

 

 

 Capture_d__cran_2014-07-04___02.22.09

 

Capture_d__cran_2014-07-04___02.22.20

À quoi servira la collecte ?

Détails des frais   (pour 20 jours de tournage)

Montant

 

 

 

 

1-     Régie : (pour une équipe de 3 personnes- deux caméraman et un ingénieur du son)

 

 

                 

                 Hôtel                                                                                   500 euros

               

                

 

2-     Moyens techniques :

 

Location :

 

Caisse caméra: Canon 5D III / 35mm / 24-105mm / 70-200 /           1100 euros       

 

Caisse son: Enregistreur numérique / Perche / Micro / Micro HF       600 euros

 

Machinerie: Tripied / Projecteurs / Traveling                                       300 euros

 

 

 

 

TOTAL                                                                                                2500 euros

 

 

2500 n'est qu'une partie de ce dont on aura besoin pour réaliser le film dans de bonnes conditions.

j'espère donc que la cagnotte sera dépasser pour pouvoir accomplir toutes les étapes de la réalisation, montage et post-production.                                                                            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thumb_177670_266430070146037_17299860_o
Youss001

Je m'appelle Youssef Ben Ammar, j'ai 25 ans. Je viens de terminer l'école de cinéma de Tunis, où j'ai réalisé mon premier documentaire "Le temps de la révolte" qui traite de l'assassinat politique de Chokri Belaïd, et Mohammed Brahami, après la Révolution. Ce film a été diffusé et primé dans divers festivals en Tunisie et à l'étranger (les rencontres du... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
t'as 10 euro de + ! et bon courage Joseph !!
Thumb_177670_266430070146037_17299860_o
Merci beaucoup Caro :)
Thumb_default
Bravo Youss ! Je suis à fond avec toi. C'est un projet magnifique qui nous concerne tous.