Connect est un moyen métrage portant sur un sujet actuel qui est les relations humaines dans une société ultra-connectée.

Large_kisskiss-1518401282

Présentation détaillée du projet

 

Connect est un court métrage de 30 minutes écrit et réalisé par Kevin Migoux. Inspiré notamment par la série Black Mirror, cette histoire explore les relations sentimentales et physiques à l’ère où la technologie nous unie tout en nous isolant les uns des autres.

 

Le film se tournera du 24 février au 4 Mars 2018 à Marseille et ses environs. La quasi totalité de l'équipe technique (y compris le réalisateur) sont étudiants en master 2 en cinéma au département SATIS de l'université d'Aix-Marseille.

 

 

 

 

LE RÉALISATEUR : Kevin Migoux (à gauche sur la photo)

 

 

Agé de 24 ans, il est le réalisateur de Connect, son premier moyen métrage ! 

 

Kevin a travaillé sur de nombreux projets d’abord en réalisation avec La restructuration et des clips pour le label Touch music group. Il s’essaie ensuite à l’image, en tant que chef opérateur sur la web série Cluster Agency ainsi que sur les trois courts métrages de Youcef Agal.

 

Depuis qu’il est à SATIS, Kevin a aussi réalisé un récit photo intitulé Graal et visible à ce lien : https://vimeo.com/200010089 et plusieurs autres projets en tant que chef opérateur, cadreur …

 

 

 

          1e assistante réalisateur : Kenza Chatar

          Directrice de production : Pauline Thiard

          Directrice de la photographie : Melina Brioude

          Chef électricien : Vincent Rabiers du Villars

          Chef machiniste : Lucas Moreau

          Chef opérateur du son : Raphaël Roche

          Régisseuse générale : Émeline Bizri

          Directeur artistique : Victorien Vicente

          Infographiste : Manon Saplana

          Costumière et accessoiriste: Maylis Puech

          Monteur : Sacha Marcelin

 

 

 

Dans un futur proche, où la société évolue au milieu de la technologie ultra connectée, Solène, une jeune femme, traverse une période difficile suite à une rupture douloureuse et la maladie de sa petite sœur hospitalisée. Cette dernière ne supporte pas s’endormir seule la nuit, Solène lui offre donc un gant un peu spécial : une fois connecté, il lui permet de tenir la main de sa petite sœur à distance, sans avoir à être présente à ses côtés (croquis ci après).

 

 

Suite à sa rupture, Solène voit une amie, Catherine. Voulant l’aider à tourner la page, Catherine tente de la convaincre de tester des sextoys connectés, permettant d’avoir des rapports sexuels à distance. Solène rejette cependant l’idée. Plus tard, lors d’une soirée, elle rencontre Mathias, un jeune homme solitaire comme elle. Il lui apprend qu’il est lui aussi détenteur d’un sextoy connecté, et qu’il se connecte régulièrement avec des inconnues grâce à une plateforme anonyme : Sensex. Le soir même, après un grand moment de solitude, Solène décide de tester la plateforme…

 

 

 

"Dans cette histoire, je parle de choses qui me touchent profondément, comme la solitude, le deuil ou encore l’évolution des relations dans une société ultra-connectée. Nos relations évoluant de pair avec les technologies, notre rapport à l’autre aujourd’hui n’est plus le même que celui d’il y a 30 ans, 20 ou même 10 ans. Ce qui est socialement acceptable aujourd’hui ne l’était pas il y a quelques années, et l’inacceptable d’aujourd’hui sera la norme de demain.
Mais ce qui me marque le plus dans notre façon d’utiliser la technologie aujourd’hui, c’est qu’on ne sait plus être seul. On ne passe pas un jour sans échanger avec d’autres personnes. Nous sommes en connexion permanente. Pour beaucoup, cette connexion est une drogue, et la solitude une phobie.
Que se passe-t-il alors lorsque le sentiment de solitude nous tombe dessus pour la première fois ? Jusqu’où peut-on aller pour combler cette solitude, ce manque de l’autre ?
Et finalement, cette constante connexion avec autrui n’est-elle pas qu’une illusion ? Ne sommes-nous pas plus seuls qu’avant ?

C’est l’exploration de ces questions qui m’a donné l’envie d’écrire ce film il y a de cela plus d’un an et qui me pousse maintenant à le réaliser, et ce malgré les nombreuses difficultés liées à l’aspect très ambitieux du projet et le peu de moyens que nous avons pour y arriver. Mais aujourd’hui, il est sur le point de voir le jour."

 

                                                                                              Kevin Migoux

 

 

 

Dans cet univers ultra-connecté, le personnage principal, Solène, est en proie à une solitude qui l’effraie. Le travail de mise en scène va donc consister en 2 choses : faire ressentir cette solitude au spectateur, mais aussi rendre crédible cette société qui se passe dans un futur très proche. Tous les décors sont choisis pour ne pas être à la même échelle que Solène : sa chambre, son salon, le bar lounge, tout est bien trop grand et vide pour elle. Le design moderne et épuré des différents décors montre la dualité de cette société : à la fois jolie et ergonomique en apparence, mais également impersonnelle et froide.

 

 

 

Mais c’est surtout par le cadre, la composition et la lumière que va se ressentir la solitude de Solène : toujours décadrée, isolée dans le cadre, Solène n’est pas à l’aise dans son univers. De plus, le film se passe quasiment exclusivement de nuit : les couleurs principales sont alors le bleu et le noir : cela rappelle la lumière émise par un écran et l’obscurité environnante. Ces couleurs et cette obscurité vont rendre Solène prisonnière de ce monde « électronique ».

 

 

Le son et la musique vont d’ailleurs appuyer cette sensation d’être constamment entourée de machines, de téléphones, d’appareils électroniques et électriques. Le son va être beaucoup utilisé pour relier des idées ensemble et apporter une autre dimension au récit : le bip de l’électrocardiogramme de la petite sœur hospitalisée est lié au son du sextoy connecté, mais aussi à la musique du bar lounge.

 

 

Un des buts du film étant de faire ressentir au spectateur la brutalité des évènements que Solène vit, tout va coïncider pour faire rentrer le spectateur totalement dans la peau de Solène et ainsi rendre l’expérience du film très immersive, et donc éprouvante.

 

 

Quelques références visuelles et scénaristiques :

 

 

 

 

Nous sommes accompagnés par l'association MOTUS PRODUCTIONS avec laquelle nous travaillons pour la première fois ! Gérée par des étudiants cette structure va nous permettre de produire Connect en toute légalité.

 

À quoi servira la collecte ?

 

Nous demandons la somme de 1400€ pour pouvoir tourner le film dans de meilleurs conditions. Cet argent nous permettra de rajouter une journée de tournage (800€). Nous investirons dans du matériel lumière et prise de vue professionnel (400€) ET nous garderons une petite somme pour organiser des projections publique ouverte à tous et gratuite (200€) !

 

 

 

1400€ et plus : On peut défrayer les décors !!! 

1600€ et plus : On investit dans une caméra, juste pour vos yeux, pour des images de plus grande qualité.

2000€ et plus : On investit dans un studio d'enregistrement pour la musique pour construire une bande originale dans les meilleures conditions possible. 

2500€ et plus : Vous êtes des fous ! Déjà on vous envoie une photo de l'équipe du film avec un "merci" énorme mais en plus on investit l'argent dans les projections : défraiement du transport, inscription dans des festivals payants, organisation de plus de projections gratuites et achat d'un visa d'exploitation !

 

Derniers commentaires

Thumb_default
On croit en vous et on vous soutien à fond !! RDV pour le prochain film Marvel ou Star Wars :) Kevin Sr & Marion
Thumb_default
J'ai pris connaissance de ton projet via un post Facebook partagé par Andréa. Tout ça a l'air très prometteur ; c'est en tout cas courageux de ta part de te lancer dans cette aventure ! Je te souhaite de tout coeur le meilleur pour la suite, ne lâche rien !