Ce que vous allez soutenir est plus qu'une aventure, c'est la 1ère expérience de connexion narrative pour internautes !

Large_synopsis_garibaldimania_-_photo_pr_sentation_kkbb_1-1492098945-1492098957

Présentation détaillée du projet

Internautes du monde entier, embarquez-vous dans la vie de Garibaldi grâce à cette grande expérimentation,

                                     Bouton_connection_narrative-1491566813

 

 

Le plasticien performer international et artiste numérique francophone leader sur Second Life, Patrick MOYA, parraine notre Projet GARIBALDIMANIA !

 

 

Comment_c_est_venu-1491498831

 

 

Le projet est né de nos expérimentations auprès de la communauté internationale déjà initiée à l'outil Opensimulator - qui est la version libre et gratuite du logiciel Second Life générateur de mondes 3D sur serveurs avec avatars - qui offraient notamment des créations artistiques pluridisciplinaires immersives réalisées par des professionnels francophones (auteurs, voix, modélisation 3D, animation des objets et des personnes...)

 

Ces créations ont démontré leur intérêt en tant qu'application pour un accès renouvelé à des œuvres culturelles de forme inédite et pour internautes du monde entier ou encore à mobilité réduite. En effet, il est possible de se connecter depuis chez soi au moyen d'un simple navigateur dédié, également libre et gratuit.

 

Mais il subsiste une difficulté à faire franchir le premier pas à de nouveaux internautes pour bénéficier de l'expérience immersive, car il existe une sorte d'errance avant de pouvoir se familiariser et adopter "le phénomène avatar".

 

D'où le projet de réaliser une plus grande œuvre capable d'essaimer l'usage d'Opensimulator auprès d'un public d'internautes plus large.

 

Nous basant sur l'exemple de l'invention du téléphone il y a quelques 150 ans qui a réussi à s'imposer grâce à la diffusion d'œuvres d'opéra, nous espérons accélérer de la même façon l'usage de la technologie utilisée à disposition, libre et gratuite et qui offre un potentiel énorme pour faire progresser la médiation notamment culturelle. Le simple fait de pouvoir retrouver d'autres personnes dans un même endroit, qu'il soit physique ou numérique, suffit à offrir les conditions nécessaires à notre cerveau pour qu'il permette l'expression et l'échange d'affects et d'émotions.

 

 

 

Synopsis-1491565728

 

 

Garibaldimania propose aux internautes de vivre une expérience de connexion narrative.

 

De quoi s'agit-il ?

Une connexion narrative est une connexion internet qui embarque l'internaute dans une narration, c'est-à-dire dans une mise en récit qu'il vit par l'entremise de son avatar qui l'immerge véritablement dans l'action.

 

L'internaute participant vit alors la chose sur deux plans :

 

- D’abord au niveau de l'expérience extérieure proposée avec la trame narrative de Garibaldimania, et qui tour à tour le place en situation au centre de la production artistique...

- Ensuite, au niveau de son expérience intérieure, où il sera progressivement amené à prendre conscience de son évolution de simple auditeur ou spectateur à un statut d’acteur agissant.

L’objectif est de provoquer l’effacement des écrans...

Pour aider à cette métamorphose de l’internaute, Garibaldimania le plonge au coeur d’une polémique sur Garibaldi.

 

Une situation passionnée, qui parle au présent tout en permettant de traverser le temps et l’espace, le tout sur un thème porteur de valeurs on ne peut plus contemporaines, et d’intérêt international.

La polémique à propos d’une publication sur Garibaldi tourne à l’occupation carnavalesque du studio de télévision dans lequel se déroule une émission littéraire qui lui est consacrée. Journalistes, auteur contesté, et manifestants se lancent alors à la poursuite de “la” vérité sur cet homme adoré, haï, diffamé, condamné, emprisonné, amnistié, et sans cesse récupéré que fut Garibaldi.

Un grand charivari auquel les internautes participeront et où la contestation prendra les armes de la création : musique, chanson, danse, peinture, caricature et même défilé de mode. Un jeu collectif dans lequel chacun peut s’engager. Une succession de tableaux regroupés en 3 épisodes sur un rythme soutenu, car l’homme d’action ne peut avoir de repos.

 

1er épisode : Nice, la ville natale

2ème épisode : L’Amérique du Sud

3ème épisode : L’Italie

 

 

 

Garibaldimania c’est aussi la célébration de la mémoire d’un homme marqué par l’attachement à sa ville natale et néanmoins citoyen du monde ; d’un homme guidé par son engagement maçonnique ; d’un homme qui associe sur son nom idéal, mythe et réalité.

 

Une lecture à haute voix d'extraits du texte vous permettra d'en apprécier la teneur, le style et le rythme à l'Ambassade Garibaldimania. Voir ci-dessous comment accéder à l'Ambassade dans TIMING.

 

 

 

L_equipe_200x200-1491846378

 

 

 

Jacqueline BARRAL :

 

C’est elle qui a conçu cette longue marche sur les traces de Garibaldi, écrit le texte, et proposé de prêter sa voix si le projet se concrétise. Marcelle COTTEAUX, grande dame du théâtre des années 30 en France, lui a appris le métier à l’identique de la formation très individualisée dispensée par « Le maître de Musique » du film d’Alain CORNEAU. Des heures à répéter en boucle trois vers de Racine pour obtenir naturel et largeur… Apprendre à jouer en tout lieu, en toutes circonstances, dans une concentration extrême… Joindre le geste à la parole selon les préceptes d’André LEROI-GOURHAN dont la lecture enrichissait les séances…

 

Jacqueline2-1492544402

 

Pour conserver le parallèle cinématographique, rencontrer chez le professeur un autre de ses élèves et former un couple voué à la création théâtrale. Et de la même manière que dans le film, apprendre la disparition de celle qui fut son Pygmalion au moment crucial de la première création à Paris d’une pièce dont elle avait encouragé l’écriture et favorisé la réalisation. Trois premiers prix du Conservatoire de Nice (Diction, Comédie classique, Comédie moderne), des rôles offerts dans différents spectacles, une première compagnie fondée avec Jean-Claude « Les Tréteaux de Nice » et les balbutiements d’expériences de théâtre en décor naturel ; puis écrire, adapter, mettre en scène, jouer, pour le « Théâtre de l’Adret » en concevant des formes nouvelles de spectacles et continuer aujourd’hui avec « Adret Web Art ».

 

Jean-Claude BARRAL :

 

Disciple de Marcel MARCEAU du temps de l’Ecole de Musique, il travaille le geste et le silence avant de devenir l’élève de Marcelle COTTEAUX et de se former avec elle au chant lyrique et au théâtre. Battre d’un doigt la mesure sur le haut du piano, chanter Paillasse en rampant à une époque où les metteurs en scène ne se seraient pas risqués dans cette voie, répéter inlassablement les répliques pour ne pas « fabriquer », même formation, mêmes exigences que pour Jacqueline. Formé également à la dynamique des groupes rogérienne par Michel LOBROT, il allie théâtre et psychosociologie. Il crée le département « Expression et Communication » au Centre Académique de Formation Continue de Nice et anime de nombreuses sessions tant en France qu’en Suisse. Mime, comédien, musicien improvisé pour répondre au besoin des productions des deux compagnies fondées, metteur en scène, anciennement entrepreneur de spectacles, il engage aujourd’hui Adret Web Art dans l’aventure et offre sa voix pour réaliser le projet en cas de succès de la collecte.

 

Jean_claude-1492545078

 

Tous deux autrefois artisans du Théâtre de l’Adret, compagnie professionnelle du spectacle vivant, inventent aujourd’hui des pratiques nouvelles de création dans des environnements numériques.

 

Jenny BIHOUISE :

 

C’est la « buildeuse » de l’équipe, plus connue sous le nom de Cheops Forlife, nom officiel de son avatar. Construire dans un environnement en 3D habité se dit « to build » en anglais, qui est la langue d’usage des activités informatiques. Les initiés francophones de cette pratique n'ont pas identifié d'autre traduction que « construire » - et constructeurs-trices pour « builders » - mais cela reflète si peu la culture commune des pionniers de ces environnements qu'il n'est pas venu à l'idée de Jenny BIHOUISE de se définir autrement que comme « buildeuse ». Car builder (to build) n'est pas seulement construire selon des plans ou des commandes calibrées à l'avance. C'est aussi inventer des mondes, ou re-créer celui de notre expérience sensible à la manière d'une soi-disant main divine ou mère nature, mais sans les contraintes des lois de la physique, sans le poids des matériaux, la taille des engins ou la poussière d'un chantier… Seul le geste directement guidé par la pensée produit l'effet désiré. Builder donne parfois la sensation d'être Dieu !

 

Soit un rêve pour des artistes peintres autrement gênés par leurs tubes et palettes, ou pour des créateurs à qui la dématérialisation des outils peut permettre de se dépasser.

 

Cheops2-1492545127

 

Builder comporte également une dimension socialisante.

 

Il n'existe pas de manuel exhaustif de la pratique du build et l'on vient exercer cette activité en disposant de tous les outils de communication de la plateforme fréquentée. Si bien que la culture qui se construit est celle qui s'apparenterait à un retour du compagnonnage : transmission orale et par l'exemple, entraide et partage des trucs et astuces… Expérience dans le temps de ce que veut dire « l'élève égale le maître voire le dépasse ».

 

La présence synchrone sur un même lieu favorise grandement le travail collaboratif et l'interconnaissance des acteurs. Il n'en fallait pas plus à Jenny BIHOUISE pour que cette pratique découverte au moment de sa fin de carrière, vienne avantageusement répondre à son envie de ne pas vivre pour autant sans projets collectifs passionnants. Il n'en a pas fallu davantage pour que cette nouvelle activité se substitue à son envie de reprendre et développer ses violons d'Ingres qu'étaient jusque-là la musique et la peinture.

 

Créer, jouer avec les couleurs et la richesse humaine : oui, builder c'est tout cela !

 

Lorenzo SOCCAVO :

 

C’est lui qui a trouvé le concept de “connexion narrative”. C’est le professeur Tournesol de l’équipe. Futurologue du livre à Paris, il est chercheur associé à l'Institut Charles Cros. Concepteur de la prospective du livre et de la lecture, il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont : "Les Mutations du Livre et de la Lecture" en 2014, "De la bibliothèque à la bibliosphère" en 2011, "Gutenberg 2.0, Le futur du livre" en 2007, et il intervient régulièrement sur ces sujets comme conférencier. Membre du Collectif l'i3Dim [L'incubateur 3D immersive] il est présent depuis 2006 sur le web 3D pour y inciter à la co-création de nouvelles médiations numériques du livre et de la lecture francophones basées sur de la réalité virtuelle avec avatars.

 

Lorenzo_avatar-04-2017-1-1492545160

 

Depuis 2015 il accompagne le Théâtre de l'Adret devenu Adret Web Art pour importer ses projets sur le Web 3D. Ses recherches s'orientent sur les nouvelles formes de narrations en lien avec les réalités virtuelles et le cyberespace.  

 

 

Groupe_006-1492545199

 

 

Créations antérieures :

 

 

 

 

 

Timing-1491566593

 

 

Réalisation et visite connectée sur place d'une AMBASSADE DU PROJET dès le début de la campagne Kisskissbankbank pour tout lecteur du présent projet.

 

Pour y accéder, envoyer une demande par email à : contact@adret-webart.fr

"j'aimerais visiter votre ambassade Garibaldimania et découvrir la technologie Opensimulator, proposez-moi des créneaux horaires, phrase de politesse... ;-)"

 

Vous serez ainsi sur les lieux où le chantier sera lancé à l’issue de la campagne, et pourrez vous familiariser avec l’environnement de l’outil utilisé et son fonctionnement. Vous serez accueillis par un ou des membres de notre équipe.

 

LANCEMENT DU CHANTIER le 4 Juillet 2017, date anniversaire de GARIBALDI

 

MISE EN LIGNE du 1er épisode Janvier 2018

 

À quoi servira la collecte ?

Ressources_deja_acquises-1491565976

 

 

Des personnes et compétences : artistes, créateurs, chercheur, offrant gracieusemet leur temps et leur talent au projet : voix, mise en monde (au théâtre on dirait mise en scène), build (modélisations 3D des décors), masterisation, communication... Logiciel utilisé libre et gratuit, plateformes d'accueil du projet et des internautes mises à disposition gratuitement, le tout pour un total estimé à 45 000 euros de ressources valorisées.

 

Une méthode : la participation, méthode retenue en vue d'impliquer le public visé et de le rendre ambassadeur à son tour.

 

Des soutiens et parrainages : Plateforme EVER (Environnement Virtuel pour l’Enseignement et la Recherche) de l’Université de Strasbourg, accompagnement d'un chercheur en prospective du livre et de la lecture, hebergements serveurs... D’autres soutiens seront recherchés aux plans national et international auprès des associations, organisations, institutions gardiennes de l’histoire de l’Italie, de l’Amérique du Sud, plus particulièrement l’Argentine et de Garibaldi.

 

 

 

 

Ce_qu_il_manque-1491566111

 

 

Un apport technique chiffré à 2 000 euros et si la collecte le permet, un apport en musiques originales.

 

L'apport technique : un développeur informatique pour animer des séquences (codage) et assurer le bon fonctionnement numérique général. C'est le CRITERE CRITIQUE de la faisabilité du projet.

 

 

 

Notre association ADRET WEB ART recevra l'intégralité de la collecte.

 

 

 

 

Thumb_logo_adret_web_art_kkbb_2-1491848494
Adret Web Art

Le THEATRE de l’ADRET a porté de nombreux projets de création à Paris et en région ainsi qu’à l’étranger (Suisse, Italie), avec pour particularité le mélange de différents arts présent la plupart du temps dans les pièces écrites par Jacqueline Barral. Notamment : Théâtre et Danse en collaboration avec l’Opéra de Marseille, le Jeune Ballet Rosella... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Merci pour votre amour de la culture et votre goût d'innover ! Le mot de Cambronne !
Thumb_dd_ra_mustache-1493665446
Sympathique projet, j'ai hâte d'y faire un tour ! :)

Vous aimerez aussi

Widget_large_lola-slider-1497971027-1497971036-1497971040-1498069896-1498069901
LOLAbySonora présente