Soutenez mon projet de création audiovisuelle interactive proposant un cheminement en musique et en image pour découvrir une ville autrement

Large_cotonouenmusique_webpetit

Présentation détaillée du projet

 

projet sélectionné dans le cadre d’Europe Refresh 

 

>> english version below

 

1. Présentation de cotonouenmusique

 

cotonouenmusique, c'est un projet de création audiovisuelle interactive pour découvrir une ville autrement, proposer de la musique dans un environnement visuel et graphique innovant, et vous faire cheminer, par le son et l'image, dans Cotonou, métropole ouest-africaine à l'énergie culturelle débordante.

 

Dj et musicien parisien, mon cheminement artistique et musical s’est appuyé sur l’exploration des musiques noires, et à travers elles, d’une culture caractérisée par un même changeant participant, depuis la naissance du jazz, à l’éclosion d’une musicalité commune aux communautés diasporiques africaines de l’Atlantique noir (P. Gilroy).

 

Pour poursuivre ce cheminement artistique, j’ai entamé le développement d’un projet à long terme intitulé Musique au Poing ? dont la vocation est d’interroger les liens entre musique, ville et culture populaire.

La musique représente effectivement un marqueur, esthétique, culturel et territorial. De fait, la musique et le champ qu’elle détoure signifient et représentent un contexte urbain, culturel et sociopolitique.

Par ailleurs, la musique représente un médium artistique et culturel outrepassant inéluctablement son espace géographique d’émergence. Les musiques noires sont caractéristiques de ce processus de déterritorialisation. Elles circulent, incorporent des influences multiples, pour finalement, résonner d’une voix plurielle bien que commune entre des lieux, des villes et des continents.

 

Ainsi, l’ambition de ce projet est de proposer une cartographie renouvelée de l’Atlantique noir par la création de dispositifs audiovisuels originaux, qui auront pour support huit villes emblématiques de l’espace diasporique noir (Cotonou, Accra, Cape Town, Saint Pierre, New Orleans, Detroit, Manchester, Paris). Pour chaque ville/étape correspondra une création audiovisuelle, structurée autour d’une bande originale sonore et musicale, illustrée par des photographies et les technologies web (HTML5, CSS3, Javascript) permettant de mettre en mouvement les composants graphiques et la matière photographique.

 

Construit par étape, la première m’a conduit au Bénin, pays d’Afrique de l’Ouest enserré entre le Nigeria et le Togo.

 

Au début résonne une musique, La Musica En Vérité de Gnonnas Pedro, étoile du son afro-cubain béninois animé d’une poésie qui frappa l’esprit du dj parisien que je suis.

« Je ferais en sorte de démontrer que la musique nourrit le monde » déclame ce chanteur révélé au monde sur le tard avec le projet Africando. L’expérience musicale et le point de vue qu’il exprime dans ce texte au titre merveilleux me toucha profondément. Depuis ma place, à Paris, et bien des années après la composition et l’enregistrement de ce titre, la complicité qu’éveilla cette chanson entre Gnonnas Pedro et moi ne me quitta plus, les paroles de la Musica en Vérité acquérant valeur de manifeste. Avec cette chanson, Gnonnas Pedro parlait pour moi. Par là, je ne prétends pas qu’il parlait à ma destination, en tout cas, pas seulement. Non, il parlait à ma place, surtout.

Par la suite, je développais une sensibilité pour la culture musicale béninoise, caractéristique d’une modernité culturelle à laquelle je souhaitais me confronter, dans le présent et à l’échelle de la capitale économique du pays, Cotonou.

 

Resourb02_into_fidjrosse

 

De février à avril 2013, j’ai ainsi séjourné à Cotonou, métropole ouest africaine baignée par le Golfe de Guinée.

Sur place, à l’arrière des zems, les moto-taxis locales, ou à pied, j’ai sillonné la ville pour chercher la musique, la localiser, la percevoir géographiquement au sein de la métropole cotonoise. J’ai rencontré des musicien(-ne)s, des djs, des chanteur(-euse)s, des programmateurs, des présentateurs radio, participé à des répétitions, des concerts et soirées, des émissions radios et observé, plus globalement, les différentes scènes actuelles - hip hop, afrobeat, afro-cubain, dance/pop music… - pour prendre le pouls des dynamiques et tendances fortes caractérisant le fait musical à l’échelle de cette métropole africaine.

Au total, mon but était de saisir des formes et signes d’une modernité musicale présente ou en devenir, de sentir, depuis ma place de dj et musicien français, ce que Cotonou en musique révèle de cette modernité.

 

Pour mener ce travail de terrain, j’ai choisi de mobiliser trois outils et supports : le son, l’image et le texte. J’ai ainsi accumulé prises de sons, photographies et notes afin de constituer un matériau visant à rendre compte et problématiser l’essence de mon travail, de ma réflexion, de ma préoccupation.

 

Cette préoccupation est celle de l’hybridité, reposant sur l’idée d’identités culturelles en constante construction et renouvellement.

A partir d’une création audiovisuelle et multimédia, ce travail propose donc de souligner les espaces et moments où s’inscrit et s’articule l’hybridité de la culture, à leur conférer une matérialité ou à en révéler la poétique et la symbolique.

 

Finalement, il ne s’agit pas tant de regarder, d’entendre ou de lire la ville, des expressions musicales ou des processus sociaux et culturels, mais plutôt de révéler, par le médium artistique, ce qui se trouve à leurs frontières, cet « endroit où quelque chose commence à être" (H.K Bhabha).

 

Isdeen_stud11_web

 

2. Une création audiovisuelle interactive

 

Le fondement problématique du projet reposant sur les concepts de territoire musical, d’hybridité et de circulation, la création artistique qui en émane doit nécessairement reposer sur le traitement simultané et interactif du son et de l’image, avec la conception d’un dispositif audiovisuel interactif.

Ce dispositif sera accessible sur le web, sur les mobiles et tablettes, et aura également une déclinaison live.

 

Articulé autour d’un rapport sensible au territoire, le dispositif multimédia sera conduit par une bande sonore et musicale originale. Le cheminement que le son et la musique déploieront invitera à l’exploration d’un territoire musical, dont la forme sera caractéristique d’une (post)modernité s’exprimant par la musique.

Nul ambition donc d’évoquer une quelconque authenticité, ou de dresser un tableau musical prétendument fidèle à la culture populaire béninoise. L’enjeu est surtout de suggérer de fécondes rencontres culturelles et esthétiques, une certaine politique de la différence constituant un trait commun des musiques noires.

La musique sera le véhicule d’un cheminement prenant corps dans le contexte métropolitain de Cotonou. A partir d’un matériau sonore capté sur place, cette bande originale proposera une navigation entre différents lieux, géographiques ou symboliques, constituant une carte personnelle et sensible de mon « Cotonou musical ».

Cette bande sera donc découpée en une série de séquences, qui symboliseront ces lieux.

 

Premiers extraits de la bande originale :

 

 

Par-delà la symbolique, ces lieux seront contextualités par des images prises à Cotonou. Des espaces publics, des scènes musicales, des personnages, des moments capturés par les photographies participeront de la cartographie musicale. Musique pour l’image, et image pour la musique, les photographies donneront à voir, matériellement ou plus métaphoriquement, les fragments physiques du territoire musical à l’écoute.

Le dispositif multimédia participera ainsi de l’élaboration d’une cartographie originale, associant des repères visuels proprement physiques (les photographies) à une représentation spatiale symbolique et extraterritoriale (par le son et la musique). La représentation cartographique recherchée visera ainsi à conjuguer les déterminants locaux intervenant dans les processus de création et de production musicales (la musique d’une ville n’est jamais complètement identique à celle d’une autre) aux processus de déterritorialisation caractéristique du fait musical et culturel, faisant de l’objet musical un objet hybride et circulant échappant sans cesse à la stricte logique de frontières territoriales.

 

 

Untitled

Cuivre_

 

L’idée centrale de l’œuvre, l’hybridité, constituera le principe conducteur de la composition sonore et musicale. Le traitement du son et de la musique mêlera ainsi des éléments organiques (les captations sonores), instrumentales et électroniques. Dans cette perspective, plusieurs genres musicaux (de productions dites « beats » à des compositions plus jazz, afrobeat jusqu’à des fragments tirant vers la house et la techno) seront convoqués, avec l’alternance de plages musicales construites tantôt comme des morceaux tantôt comme des illustrations sonores.

Dans une logique similaire, les images feront l’objet d’un traitement graphique leur permettant de s’intégrer au registre d’hybridité définissant l’œuvre. Avec comme support original des photographies noir et blanc (argentiques) et couleur (numériques), un travail d’édition graphique permettra de détacher les images de leur stricte dimension de représentation photographique pour s’inscrire dans le procédé artistique général de l’œuvre.

 

Enfin, son, musique et images seront mise en forme dans une architecture cartographique représentant une ville, Cotonou, en musique. Cette cartographie, comme mentionné plus haut, s’inscrira dans un registre multidimensionnel entre un mode cartographique traditionnel et un procédé de représentation plus symbolique se libérant de la géographie physique.

 

Le cheminement du dispositif proposera deux types de navigation : une navigation linéaire en suivant depuis son début jusqu’à sa fin la bande sonore et musicale (forme du mix dj), une navigation non linéaire en entrant par les différentes chapitres que constitueront les séquences « lieux ».

 

La mobilisation du support numérique répond également au souci de développer un dispositif évolutif et collaboratif. Le dispositif audiovisuel, associant la bande sonore et musicale, et l’image, ne constituera pas un objet figé, en cohérence, là encore, avec les intentions problématiques du projet. Plusieurs niveaux d’interventions sur le dispositif seront donc envisagés.

 

D’une part, les intervenants musiciens béninois qui ont jalonné mon travail de terrain seront invité à contribuer à son développement. Cette participation pourra prendre la forme de collaborations à la création de la bande sonore et musicale ou dans son prolongement.

Cet enjeu collaboratif, auquel l’outil web est en mesure de répondre, est d’autant plus important qu’il sera garant d’une réappropriation de la démarche par le local et les acteurs béninois. Travaillant depuis Paris, le support multimédia rend opérant une mise en réseau avec le territoire géographique de l’œuvre, Cotonou.

 

Fanonnb

 

 

L’utilisateur créera son propre parcours au sein de la « ville musicale » numérique, grâce au chapitrage. Mon ambition est de marquer la trace de la navigation personnelle de chaque utilisateur, qui, en fin de parcours, pourra télécharger son mix personnalisé (associant son et image), suivant les chapitres visités.

En complément, la dimension interactive du dispositif permettra de mettre à disposition des modules visant, en particulier, à remixer des parties de la bande sonore et musicale.

 

Cette création multimédia, mise en ligne sur un site web dedié, trouvera, également, un prolongement dans le réèl. Effectivement, elle sera déclinée dans un format de performance live suivant une configuration novatrice entre un auteur et un public.

Cette performance live s’appuiera en primauté sur la musique et le son et donnera également une place à l’image, grâce aux techniques de projection et mapping.

Ainsi, les représentations donneront lieu à une performance associant représentation musicale et projection visuelle.

 

Pour suivre l'avancement du travail, rendez-vous sur le blog du projet : http://musiqueaupoing.tumblr.com/

 

// english version

 

cotonouenmusique is a multimedia creation’s project developed by dj & producer Switch "Groov" Exp.

A trip in the heart of musical territory, hybrid and moving, a sensitive progress by music and picture.

 

This work will be driven by original soundtrack composed from sound recordings, captures and interviews done in Cotonou, a west african metropolis with important cultural dynamics.

 

It’s not question to call to mind any cultural ‘authenticity’ or to do a musical painting which should be faithful to beninese popular culture.

The subject of the project is rather to suggest fertile cultural and aesthetic meetings by music, a real policy of difference being the commun part of black musics.

 

Sound and music will be the vehicle of a travel into cotonese urban context. The soundtrack will propose a navigation between differents places, geographical ou more symbolic, making up my personal and sensitive map of Cotonou by music.

 

In addition will be this progress embellish with pictures done in Cotonou and graphic animation in interaction with music. Public places, characters, musical moments will be participate to musical cartography.

 

Music for picture and picture for music its will show, in the reality or in the imaginary, the places of music. cotonouenmusique will be available in the web, smartphones and tablets and will be presented in public with live performances (music, visual & mapping). >> http://musiqueaupoing.tumblr.com/

 

À quoi servira la collecte ?

Le projet se trouve aujourd’hui en phase de développement, après une première année et demi consacrée à son écriture ainsi qu’à l’étape de terrain visant à constituer le matériau artistique de l’œuvre (séjour à Cotonou en 2013).

Les objectifs du temps de développement de l’œuvre sont de plusieurs ordres : la scénarisation détaillée de l’œuvre multimédia (travail en collaboration avec Annabel Roux – La Fabrique du Réel), la constitution de l’équipe nécessaire à la réalisation de l’œuvre (intervenants artistiques et techniques), la tenue de premières réunions de travail permettant le phasage de la réalisation de l’œuvre, l’écriture de l’œuvre avec la composition de la bande sonore et musicale, la post production des photographies, l’écriture des textes annexes, la réalisation d’une charte graphique de l’œuvre et, enfin, la création du prototype de l’œuvre.

 

Une fois cette étape achevée, le projet sera en mesure d’être produit, sous deux déclinaisons. L’hébergement sur un site web du dispositif artistique, et de sa version 1.0. La mobilisation du support numérique répond au souci de développer un dispositif évolutif et collaboratif, qui, à la suite de cette première mouture, sera amené à évoluer via des collaborations artistiques que l’œuvre suscitera. Par ailleurs, une déclinaison live sera également mis en œuvre, permettant l’interprétation publique de l’œuvre avec une relation directe (et physique) avec le public.

 

Les fonds collectés participeront donc du budget global de l’œuvre, et particulièrement de sa phase de développement. Ce budget comprendra des financements croisés provenant de différents bailleurs de fonds publics (CNC via le dispositif Dicréam notamment) et privés (financement de Bab Musique, recherche de sponsoring).

 

--------------------------------------

Budget prévisionnel

 

1. Droits artistiques : 1000 €

 

2. Salaires artistiques : 14250 €

 

>> Scénarisation détaille et conception du dispositif - Composition sonore et musicale - Direction artistique image

 

3. Salaires techniques : 7800 €

 

>> Elaboration d'une charte graphique, web design et traitement graphique, programmation web, mastering audio, post-production photos

 

4. Moyens techniques multimédia et autres : 644 €

 

>> appareil photo numérique, micro enregistreur numérique, hébergement web...

 

5. Frais généraux + assurance + imprévus : 3389 €

 

TOTAL : 27083 €

 

---------------------------------------

Plan de financement

 

1. CNC - Dispositif DICRéAM : 15000 €

 

2. Château Ephémère (CA 2 Rives de Seine) : 3000 €

 

>> Résidence artistique attendue

 

Financement public : 18000 €

 

3. Campagne de financement participatif : 5000 €

 

4. Co-production Bab Musique : 2254 €

 

5. Sponsoring : 1000 €

 

6. Fonds propres : 829 €

 

TOTAL : 27083 €

---------------------------------------

 

>> english version

 

The project is now in development’s phase after a first and half year dedicated to its writting and to production of work on the ground in order to constituate sound and picture material of the work (stay in Cotonou in 2013).

The goals of development time are : the definition of complete screenplay of multimedia work in collaboration with Annabel Roux (La Fabrique du Réel), the setting up of production team (graphist, web programmer, music contributors), the writting of work with production of soundtrack, post production of pictures and graphic work for multimedia device and finally creation of work’s prototyp in collaboration with Emile Sacré, the programmation of work.

 

This step finished will be the project produced and broadcasted in two formats. The 1.0 version of work will be available in website. The choice of multimedia work production answers in addition to desire to develop an evolutive and collaborative device which could then be appropriate by users. Otherwise live performance will be developped too. Public performance will allow to got direct relationship with audience.

 

The funds collected with crowdfunding will participate to global budget of work production et particulary development’s phase. The budget is composed by different public and private funds coming from Centre National du Cinema (CNC - Dicréam), Bab Musique and others sponsors.

 

 

 

 

Thumb_switchhome_web
SGExp

Dj, musicien, producteur et co-manageur de Bab Musique, Switch "Groov" Experience a posé ses valises depuis quelques années à Paris. Dans l’est parisien plus précisément. Amoureux du jazz, en particulier, mais disons-le, de la musique en général, il se poste à la croisée des chemins. Avec Trane dans un coin de la tête, Detroit à l’horizon, David Mancuso... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bon vent pour ton projet......
Thumb_switchhome_web
Sur le fil! Merci pour le soutien. Et j'ai hâte de revenir au Cap! A très vite
Thumb_default
Ouf! Juste à temps! Bon vent compagnon, on t'attend de pied ferme au Cap :)