Que feriez-vous face à un homme dénué de sexe et de parole, qui surgit en plein milieu de la ville le jour de Noël ? « Nowhere Man », un court-métrage réalisé par Django Schrevens, nous montre comment un seul homme est capable de perturber et de diviser la foule, simplement par sa présence muette. Un conte de Noël poignant qui mêle comédie et tragédie, surréalisme et critique sociale.

Large_nowhere_3

Présentation détaillée du projet

SYNOPSIS:

 

Le matin de Noël, un jeune journaliste découvre, lors  d’un reportage, un vieil homme énigmatique au milieu d’une place : il ne bouge pas, il ne parle pas, il est torse nu, et il n’a pas de sexe. Il attirera les foules, donnera cours à maintes spéculations et à des réactions violentes qui iront de l’engouement et de l’idolâtrie à l’aversion et l’agression. Les citadins tenteront à tour de rôle de s’approprier ce « symbole ».

 

NAISSANCE DU PROJET :

 

Comme tout projet, ce film est né d’une idée. Un matin, on voit une foule s'agglutiner et spéculer autour d'un dépannage de voiture et on la voit devenir de plus en plus volumineuse. Tant d'engoument, pour un évènement qui appartient encore au domaine du "normal". Alors une idée surgit et en amène une autre et encore une autre... Le fil d’une histoire se tisse.

 

Voici le questionnement qui a servi de point de départ au développement du scénario: Comment réagiraient les gens en voyant, au milieu d’une  place publique,  un vieillard sans sexe, indifférent à tout contact, imperturbable face à la gentillesse aussi bien qu’à l’agressivité ? Quels  types de questions susciterait-il ? Qui peut-il bien être et pourquoi agit-il ainsi ? Mais surtout, quelle réaction provoquerait-il ? Tout ça pour en venir à une question essentielle et des plus complexes : quelle est la source du "pouvoir" de la foule ? Quelle énergie l'alimente?

 

C’est à partir de ce point de départ, exposé à Antoine Nollet, co-écrivain du projet, que le scénario, s’est construit petit à petit.

 

Traiter un thème universel tel que « l’humain » et évoquer un sujet « sacré » tel que Noël, permet d’aborder de façon très personnelle les relations sociales.

L'écriture du scénario en binôme a été essentielle au projet, car c'est  la combinaison de nos idées et de nos réflexions qui nous ont permis de formuler une véritable interprétation...

 

“Le but secret de l’histoire, sa motivation profonde, n’est-ce pas l’explication de la contemporanéité?”

Fernand Braudel

 

Celui qui ressent le besoin de faire du cinéma est toujours confronté à deux problèmes : le temps et l’argent. Pour être honnête, nous n’avons  ni l’un ni l’autre. Par contre, nous possédons quelque chose de beaucoup plus important et de plus significatif : la passion du cinéma et une volonté inébranlable.

 

« Il n’y a que deux conduites avec la vie: ou on la rêve ou on l'accomplit. »

René Char

 

UNE PRESENTATION S’IMPOSE !

 

Réalisateur :

 

33655_1616772980537_2064647_n_1_

 

Au lieu de me présenter ici en premier, je préfère laisser parler les images et vous renvoyer à la note d’intention. De cette façon, je peux de suite vous présenter mes fabuleux collaborateurs…

 

« Black Water », première réalisation d’un court-métrage (essai):

 

 

Bande d’annonce de « La Cinquième Saison », premier rôle masculin:

 

 

 

LES ACTEURS :

 

PIERRE :

 

_mg_1233

 

Pierre Nisse est un comédien belge de 29 ans, qui a joué dans de nombreux courts-métrages et longs-métrages. Il a reçu deux prix d’interprétation pour ses rôles principaux dans « Michel » et « la bête entre les murs ».

 

Show-reel de Pierre Nisse:

 

   

 

 

NIELUB :

 

Nielub

 

Bernard Van Dooren est la personne rêvée pour le rôle. Son charisme et le pouvoir de son silence racontent déjà une histoire. Son visage parle de lui même…

 

 

JEAN :

 

Jean

 

De la magie au théâtre en passant par la musique, Pierre Collet est un artiste complet, qui enrichira de son univers le personnage de Jean.

 

Show-reel de Pierre Collet:

 

 

 

ACHILLE :

 

566095_4572922919133_1224377598_n

 

Du haut de ses 7 ans (ou 7 ans et demi comme on devrait le préciser), Leni Putzolu a déjà joué dans deux longs-métrages : « Le jour attendra » d’Edgar Marie et « Dead Man Talking » de Patrick Ridremont.

Il marquera « Nowhere man » de sa présence pétillante.

 

Bande d’annonce de « Dead Man Talking » :

 

 

 

PHOTOS REPERAGE :

 

PLACE EXT- JOUR.

Dsc_0558-3_1_

 

Dsc_0562-2

 

 

EGLISE INT. JOUR

Dsc_0553-3

 

Dsc_0555-3

 

 

 

NOTE D’INTENTION DU REALISATEUR :

 

« Je m’appelle Django, j’ai 17 ans et je désire réaliser un court-métrage, intitulé « Nowhere Man », dont j’ai co-écrit le scénario. Il s’agit d’un projet ambitieux et décalé, comprenant des scènes de foules. Bien entendu, je vous ai convaincu. Où est-ce que je signe ?» Une telle formulation aurait conduit à un échec cuisant.

 

Alors, comment introduire un projet de cette envergure? Réaliser un court-métrage n’est déjà pas une mince affaire, et le fait d’être mineur et de travailler avec de jeunes gens ne facilite en rien la tâche…

C’est certain, notre atout majeur n’est pas « qui » nous sommes - où plutôt, ce que nous représentons, mais bien ce que nous sommes prêt à donner. C’est le scénario et notre conviction qui sont nos forces.

 

Avoir joué dans deux longs-métrages (dont un rôle principal masculin dans un film sélectionné à Venise) n’a fait que raviver ma passion pour le cinéma.Godard faisait partie de cette catégorie de cinéastes qui ne VOULAIENT pas faire du cinéma, mais qui en avaient besoin. Je ne le comprends que trop bien.

 

Aujourd’hui, le numérique facilite les débuts de très jeunes réalisateurs et je n’aurai donc pas le mérite de Godard en son temps. Mais mon besoin de filmer est énorme. C’est pourquoi j’ose m’adresser à vous pour m’aider à faire sortir « Nowhere Man » de sa dimension papier...

 

Vous demander  d’investir dans ce court-métrage équivaut à établir avec vous une relation de confiance. Et dans toute relation, il y a un premier pas.

 

Django Schrevens, réalisateur.

À quoi servira la collecte ?

Ma collecte servira à financer la production et la post-production du film, c’est-à-dire :

 

1.500 € pour la location de la caméra pendant une semaine;

900 € pour le matériel son et lumière ;

500 € pour les décors ;

600 € pour la post-production.

 

Cette somme totale de 3.500 € représente le strict minimum requis pour que ce film voie le jour… Nous comptons sur vous !

Thumb__mg_1276
Django Schrevens

Django Schrevens est né le 1er mars 1995 à Bruxelles. Passionné de cinéma et de théâtre dès l’âge de 6 ans, il participera à plusieurs projets au théâtre avec, notamment, Sam Touzani en 2006, dans « le rapport des enfants sur l’état du monde ». En 2011, il obtient un petit rôle dans « Dead Man Talking » de Patrick Ridremont et en 2012 il décroche le... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Go for it !
Thumb_default
Go Go Go Amazing Guys ! :)
Thumb_default
Bonne m... Parrain aka Vincent