Aidez notre musée à réaliser sa réserve avec salles de travail pour étudiants et chercheurs ainsi que maintenir son emploi saisonnier.

Large_page_accueil_16x10_def.-1-1521160315

Présentation détaillée du projet

                               

                                 

 

 

Le Pègue est une petite commune de Drôme provençale comptant 400 habitants. Même si l’on venait y chercher des antiquités romaines depuis le début du XIXe siècle, sa vie a changé en 1955 avec la découverte d’un oppidum qui a montré son importance dans les relations entre Grecs et Celtes dès la fin du VIe s. av. J.-C. Cet oppidum est inscrit comme monument historique et le site classé « site majeur de l’âge du Fer ». Les fouilles INRAP dans le village ont, quant à elles, commencées à mettre à jour les vestiges d'Altonum la ville gallo-romaine, chef-lieu de pagus.

 

Les 15 tonnes d’artefacts mis à jour en 30 ans, sur moins de 1800 m2, ont amené à la création d’un musée de site racontant plus de 6000 ans d’Histoire. Celui-ci présente la plus importante collection de céramiques peintes à pâte claire de France (pseudo-ioniennes) qui a fait sa célébrité. On y trouve aussi, entre autres, les premières poteries celtes tournées en Gaule, des céramiques attiques, amphores ainsi qu’une partie d’un ensemble de stèles provenant d’un sanctuaire protohistorique.

 

Toujours soutenus par les municipalités successives, les archéologues et conservateurs de musée comme Charles Lagrand, Jean-Jacques Hatt, Jean-Paul Thalmann, Wolfgang Dehn, Pierre Roualet, se sont battus pour que les collections et le musée restent au Pègue.

 

                   Centres aristocratiques et économiques (VIe s. av. J.-C.)

 

                                           Le village et son oppidum

 

 

 SPPHA (Société du Patrimoine Péguois d’Histoire et d’Archéologie)

 

       - Association loi de 1901 fondée il y a 35 ans par l’archéologue Charles Lagrand pour gérer le musée

       - Forte de plus de 150 adhérents répartis sur le territoire

Ce que fait l’association :

 

      - Exposition des collections au public et groupes avec visites guidées

      - Conservation, restauration des collections

      - Accueil et aide aux archéologues et étudiants par la mise à disposition des réserves

      - Accueil des écoles primaires et secondaires avec chantier de fouilles        artificielles, atelier de reconstitution de céramiques et visites guidées                    adaptées aux divers âges

      - Participation aux études et projets scientifiques ; prêts aux musées

      - Numérisation des rapports de fouilles, dessins et prises de photos pour          ajouter aux inventaires

      - Organisation d’événements, conférences et visites guidées de l’oppidum et    du village

 

 

                                                        Le musée

 

                                                     Salle du musée

                               

 

 

Afin de rassembler les importantes collections, et d’en faciliter l’étude, nous avons décidé de créer une nouvelle réserve sécurisée, pratique et fonctionnelle pour les chercheurs et étudiants.

 

 

Actuellement, en plus de ce qui se trouve dans le village, 25 m3 environ sont dans une réserve départementale à Saint-Paul-Trois-Châteaux (30 km). L'éloignement et les démarches administratives nécessaires pour y accéder  sont un frein à leur étude. l'objectif est donc:

 

     - de permettre à la commune de récupérer ses collections et de les mettre en valeur.

     - de répondre à une demande croissante d'archéologues et étudiants.

     - de rassembler toutes les collections dans un lieu unique.

     - de faciliter l'accès des scientifiques et étudiants par notre disponibilité.

     - de faciliter la sauvegarde, la restauration et l'étude de certaines pièces.

     - de mieux gérer les prêts aux musées.

     - d'enrichir le musée par l'apport de nouveaux objets.

     - d'enrichir les connaissances historiques par des publications.

 

Cette réserve doit aussi permettre de recevoir les objets issus de fouilles INRAP qui ont eu lieu dans le village ces dernières années, ainsi que ceux qui proviendront de la reprise prévue de celles sur l’oppidum Saint-Marcel.

 

La commune s’est donc portée acquéreur d’un bâtiment dont elle finance la restauration avec l’aide du département. (Ce bâtiment est attenant à notre réserve actuelle.)

 

Notre association quant à elle s’est engagée à prendre en charge l’aménagement avec les rayonnages mobiles et les salles de travail avec bureau, tables et table à dessin.

 

 

                                                Céramiques attiques

 

                                                 Stèles du sanctuaire

 

                                           Jupiter-taranis à la roue

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

                            

 

 Comme nous l'avons précisé, c'est la décision gouvernementale de supprimer les emplois aidés qui nous contraint à demander votre soutien. L’association ne peut abandonner le projet de réserve vital et déjà trop avancé.

Faut-il pour autant, faute d'emploi, fermer le musée pour la saison ? Ou ne l’ouvrir qu’épisodiquement en fonction des disponibilités des membres actifs et du temps que nous laisse nos nombreuses occupations ? 

Sachant que la principale obligation statutaire de l’association est la présentation des collections au public, nous ne pouvons nous résigner à cette solution !

 

Actuellement, en plus de l’accueil des écoles, archéologues, étudiants et groupes (toute l’année et sur rendez-vous), le musée est ouvert tous les jours sauf le lundi de mai à septembre et tous les dimanches d’avril et d’octobre.

Elle nous permettra, non seulement de mener à bien ce projet et de maintenir un emploi, mais encore, de préparer l'avenir par notre demande de label "Musée de France"

Le financement du projet s'étalera d'à partir du mois de mai  par un acompte au fabricant. Sa finalisation  devrait se faire en  septembre, dès la fin prévue des travaux de rénovation du bâtiment.

Les contreparties quant à elles seront envoyées entre le milieu du mois de mai et le début de juin.

 

                    Plan d'aménagement du rez-de chaussée de la réserve

 

 Il faut rajouter aux 293 bacs 8 étagères fixes à l’étage pouvant ranger 144 bacs

               Quantité totale de stockage : 437 bacs (60 x 40 x 30)

 

 

Nous avons d’autres projets, en cours de réalisation ou d’étude qui pourraient être aidés s’il y a et selon le dépassement de la collecte :

 

       - Renouvellement de la signalétique

      - Moulage de certaines stèles pour créer dans le village une évocation du      sanctuaire protohistorique.

       - Achat de bacs de rangement

       - Le nettoyage du site de l’oppidum

       - La réalisation d’une vitrine à monnaies équipée d’une loupe mobile

       - La finalisation de l’éclairage à leds du musée

       - La rénovation des vitrines

       - Un nouveau site internet

       - Organisation d’une exposition temporaire

 

Sur notre budget il faut ajouter un emploi de 26 h par semaine, soit un coût de 7743,24 € pour les 6 mois de la saison

Après déduction d’une aide communale il restera à charge de l’association :

               - Financement réserve :                                                    3742,12 €

               - Emploi :                                                                           6000,00 €

               - Total financé par les fonds propres de la SPPHA :         9742,12 €

 

 

 

 

Derniers commentaires

Thumb_default
Heureux d'aider un musée riche en belles pièces archéologiques et pauvre en moyens financiers
Thumb_default
Une équipe à la hauteur du musée du Pègue, bravo!
Thumb_default
C'est avec plaisir de soutenir ce projet en mémoire notamment à mon grand-père né au Pègue Cordialement