Aidez-nous à les aider! 25 000km, 20 pays & 2 bambou riders de France à la Nouvelle Zélande pour apporter l'eau potable à 4 écoles Thaï!

Large_fotor_144527334265230-1445273349

Présentation détaillée du projet

Notre histoire? Celle-ci commence aux Pays-Bas en 2009. C'est celle de Joost et Michiel, deux jeunes étudiants qui décident de relier l'Arctique et l'Antarctique sur des vélos faits de bambou. Leur idée? Prouver que des solutions sont possibles pour résoudre un problème aussi central que celui de l'accès à l'eau potable.

 

Fotor_145658767456219-1456587877

 

Le pari est réussi : leurs vélos en bambou ont tenu le coup, sur plus de 30 000 km, prouvant que ce matériau est aussi résistant que l'aluminium, le fer ou le carbone. Mais pas seulement! Ils rencontrent de multiples initiatives sur leur route, enregistrent de nombreux témoignages sur l'efficacité des politiques publiques, des systèmes de purification d'eau, répondant aux problématiques culturelles et géographiques locales. Au terme de cette tentative de record, ils réussissent à lever les fonds nécessaires au financement de projets humanitaires dans le monde entier. 

 

Cette histoire se continue avec la rencontre d'un autre étudiant, français, qui posait au même moment les pieds sur le majestueux continent blanc. Alors que Theo réalisait ce rêve fou d'un jour découvrir ce territoire vierge et d'apprendre des effets dévastateurs du réchauffement climatique, il trouva bientôt sa prochaine mission. 

 

Fb_img_1452188905348-1456587408

 

Émerveillé par leur action, Theo leur propose de continuer cet expédition, et de faire de Cycle for Water un mouvement, en donnant la possibilité à chacun de donner un temps de sa vie pour la préservation de l'Eau et pour la promotion d'un developpement durable

 

Rapidement, Theo se met à la recherche d'un coéquipier et c'est ainsi que Simon accepte de partir avec lui pour une expédition d'Ouest en Est, de France jusqu'à l'autre bout du globe... La Nouvelle Zélande!

Deux amis, mais surtout deux passionnés de nature et de sa préservation sollicitent aujourd'hui votre aide. 

 

Fotor_145192142857899-1456587557

 

C'est désormais VOUS que nous souhaitons faire rentrer dans l'aventure en nous aidant à financer ceux qui ont le plus besoin d'accès à l'eau potable ; un droit de l'homme et un Objectif du Developpement Durable à atteindre d'ici 2030. 

 

Fotor_145693426263018-1456934305

 

Alors que les infrastructures de purification d'eau sont limitées en Thaïlande, il nous faut faire appel à des professionnels du terrain, qui donnent leur temps et leur énergie à la mise en place de ces projets d'envergure. Le projet est porté par la Fondation Hoat, avec qui nous entretenons des relations privilégiées et de confiance. Cette action permettra de changer la vie de près de 1040 enfants dans cette région rurale du nord-est de la Thaïlande. 

 

 

Vos cyclistes intrépides

 

Fotor_145693696109149-1456937100

 

Theo Rohfritsch, âgé de 24 ans, grand rêveur, amoureux des grands espaces, et leveur de fonds effréné pour des projets écologiques. Il est le seul étudiant français à avoir participé à l'expédition internationale en Antarctique "2041" avec Robert Swan, en 2012. C'est en rencontrant Joost et Michiel, les fondateurs de Cycle for Water, après avoir terminé ses études en Responsabilité Sociale des Entreprises, que son ambition est née de faire de Cycle for Water un mouvement!

Simon Valdenaire, un jeune homme de 26 ans, diplômé d'école de commerce, qui partage une passion complète pour le développement durable. Voyageur et entrepreneur, il s'est impliqué avec pugnacité dans la création d'un réseau d'étudiants pour le développement durable, SENSD, et continue à persévérer dans l'accompagnement des petites et moyennes entreprises à devenir plus responsable!  

 

 

Notre action avec HOAT

 

Fotor_145502899089686-1456590493

 

58% des cas de diarrhées sévères, pouvant entraîner la mort, surviennent dans des pays en développement. Ceux-ci sont principalement dus aux problèmes d'accès à l'eau potable, et au manque d'hygiène, causés par un manque d'infrastructures sanitaires efficaces. 

 

La fondation HOAT, basée aux Pays-Bas, est active dans la Thaïlande rurale du nord-est, l'Isaan, la partie la plus pauvre du pays. 

 

La fondation finance et accompagne l'installation de collecteurs d'eau de pluie dans cette région. Plus de 700 écoliers ont déjà pu bénéficier de l'aide de la fondation, grâce à l'action et de Joost & Michiel. C'est donc une relation de confiance que nous entretenons avec cette organisation, par le sérieux et la pérennité de notre collaboration. 

Nous avons pu visiter en mars 2016 chacune des écoles sélectionnées par la fondation et attester de visu des besoins et carences en eau potable. 

 

Fotor_145394007570280-1456590932

 

État des lieux : Dans cette région de la Thaïlande, majoritairement composée d'agriculteurs, les resources en eau sont utilisées pour la riziculture, la culture du manioc, de la cane à sucre et de l'eucalyptus.  

 

La population vivant dans cette région a depuis toujours été dépendante de l'eau de pluie comme source d'eau potable. 

 

Comme dans le reste du pays, l'augmentation de la population, l'urbanisation, l'expansion agricole et industrielle causent la dégradation de la qualité des réserves en eau. Le manque de réglementation sur l'exploitation des nappes phréatiques en fait une ressources surexploitée, provoquant l'appauvrissement des sols. 

 

La crise de l'eau en Thaïlande est accentuée par de sévères inondations pendant la période de la mousson, ainsi que d'importantes sécheresses le reste de l'année. 

 

Dans le but de garantir un accès à l'eau potable constant aux populations, celle-ci doit être stockée dans des conteneurs appelés "Water tanks". L'eau y est collectée par un système de gouttières placé sur les toits. 

 

Fotor_145394479411334-1456591811

 

Ce système présente de nombreuses failles dans sa capacité à maintenir une qualité d'eau adéquate et buvable car aucun moyen de filtration et de maintenance ne sont mis en place. 

 

On y recèle de nombreux éléments pathogènes, causés par la présence de matières fécales animales (oiseaux, chats, reptiles et rats) voire la décomposition d'animaux noyés venus s'y déshydrater. Ceux-ci peuvent également favoriser la prolifération de moustiques et autres nuisibles. 

Devant ce constat, la Fondation Hoat améliore et pérennise ces systèmes pour les populations les plus touchées par cette carence en eau : les écoliers. 

 

Les liens entre accès à l'eau et éducation sont plus étroits qu'il n'y paraît. En effet, dans une région où seulement la moitié des écoles ont accès à des infrastructures sanitaires décentes, le risque est de voir les jeunes étudiantes quitter l'école avant l'âge de la puberté. 

Les garçons aussi voient leur avenir limité sans un apport d'eau potable stable, critère déterminant pour leur santé et donc la réussite de leurs études. 

 

Fotor_145394321535922-1456592238

 

Beaucoup d'étudiants, et plus précisément les filles de moins de 15 ans, sont assignées au sein de leur famille pour aller chercher de l'eau potable, transportant en moyenne près de 18 kilos sur une distance de plus de 6 km.

 

Un manque d'eau potable à l'école augmente le taux d'absentéisme de ses élèves, et indirectement augmente la pauvreté. 

La Fondation Hoat casse ce cercle vicieux, en construisant ces infrastructures et en encourageant les enfants à ramener de l'eau potable de l'école vers leurs foyers. 

 

Fotor_145031989115096-1456592408

 

 

Let's do it!

 

Jusqu'à présent, la Fondation Hoat à fourni des systèmes de purification d'eau dans plus de 13 écoles, permettant à plus de 5000 écoliers d'accéder à de l'eau potable. 

 

Le projet vise l'apport d'eau potable dans 4 écoles situées dans cette région. Trois d'entre elles se verront installées des systèmes "Water tanks" conçus pour le long terme, avec des filtrations d'eau à plusieurs niveaux (cuivre, puis céramique et carbone). La quatrième, étant dans l'impossibilité de capter l'eau venant de la pluie, devra utiliser un système de purification de l'eau du sol. Celui-ci, plus coûteux, implique un système plus complexe filtrant également les éléments chimiques de l'eau contaminée.

 

Fotor_145393867905067-1456592753

 

Le nom des écoles est indiqué c-dessous:

-Ban Tung Wang : Système de purification de l'eau du sol pour 416 enfants

-Ban Ta Ma: Système de récupération de l'eau de pluie pour 168 enfants

-Ban Sa waay Ta ngone: Système de récupération de l'eau de pluie pour 188 enfants

-Ban Nong Kab: Système de récupération de l'eau de pluie pour 211 enfants 

 

Le coût total du projet avoisine les 9000 €.

 

Le projet démarrera environ deux mois après la fin de la collecte, c'est à dire en juin. 

Chaque école nécessite environ trois semaines de travaux. Nous estimons donc la fin de ceux-ci pour fin septembre. 

 

 

Un message de Ruben, le fondateur de HOAT

 

Showimage-1456936442

 

"Mon nom est Ruben van Beek. 

Originaire des Pays-Bas, je vis depuis plus de 12 ans en Thaïlande. Avec ma femme Sriya, nous avons fondé en 2007 une fondation qui porte le nom "HOAT".  

Lorsque je suis arrivé pour la première fois dans cette région pauvre, je me suis demandé s'il y avait quelque chose que nous pouvions faire pour aider un peu les populations locales à obtenir de meilleures conditions de vie.  

Il ne m'a pas semblé juste, quand j'ai vu la situation de la population locale, que nous puissions, dans l'ouest, boire l'eau directement du robinet, prenant cela pour acquis. Alors que d'où je viens nous tirons la chasse d'eau de nos toilettes avec de l'eau potable, les enfants ici boivent souvent de l'eau marquée de traces de matières fécales...

Notre fondation installe des systèmes de purification d'eau dans des écoles rurales, dont vous pouvez trouver plus d'informations sur notre site : www.hoat.nl   

Jusqu'à présent, nous avons aidé plus de 5000 enfants à avoir accès à une eau propre et potable dans les zones rurales du nord-est de la Thaïlande, la partie la plus pauvre du pays.

Notre travail a été honoré par la visite de collègues du monde entier, les autorités thaï, néerlandaises, et les médias internationaux et locaux.  

En septembre 2009, nous avons reçu un prix du gouverneur de la province de Buri Ram, où nous sommes situés.  

 

L'eau propre... Les enfants d'abord! Pourquoi? Parce qu'ils ne disposent pas d'un vote dans cette situation, ils dépendent seulement de nous, les adultes."

À quoi servira la collecte ?

Un financement de 10,000 € sera utilisé pour les dépenses suivantes:

 

- Couverture de la "taxe" KissKissBankBank de 8%: 800 €

 

Le financement et l'installation de 3 systèmes de récupération d'eau de pluie dans 3 écoles, dont le budget est détaillé ci-dessous:

 

- Achat du système de filtration: 413 €

- Achat des gouttières + connecteurs d'eau : 310 €

- Achat des meilleurs filtres pour le réservoir: 51 €

- Achat de la pompe: 180 €

- Réparation de la structure de base des réservoirs d'eau: 103 €

- Achat de tuyaux en PVC: 129 €

- Achat des indicateurs électroniques: 129 €

- Paiement de la main-d'œuvre: 258 €

- Frais généraux: 258 €

- Total = 1,835 €

- X 3 écoles = 5506 euros €

 

Fotor_145030964192260-1456593631

 

Le financement d'un système de captage des eaux souterraines pour une école (celle-ci n'étant pas en mesure de récupérer l'eau de pluie) : 

 

- Achat du système de captage des eaux souterraines: 2184 €

- Achat de 2 pompes: 360 €

- Paiement de la main-d'œuvre: 103 €

- Achat des indicateurs électroniques : 233 €

- Achat des tuyauteries et vannes PVC: 258 €

- Frais généraux: 258 €

- Total = 3,554 €

 

Fotor_145031121289895-1456593775

 

Ces quatre systèmes ont une durée de vie de 15 - 20 ans. L'entretien sera intégré au budget de l'école, et s'effectue annuellement. Les écoles ainsi que les parents signent un protocole d'entente pour assurer la viabilité du système et ainsi permettre une bonne gestion des dons perçus.

 

Un financement de € 10.000 et plus permettra, au-delà des coûts listés précédents :

 

- De financer le prolongement de la mission "CycleforWater", et plus spécifiquement d'autre projets liés à l'eau potable. Chaque don supplémentaire nous permettra d'atteindre notre objectif final d'une collecte de fonds à 25,000 € répartis sur deux autres projets, dont chaque budget est de 7,500 €

- Une partie de ce montant peut également couvrir les dépenses budgétaires supplémentaires, telles que certaines réparations des vélo, où certains imprévus budgétaires liés au transport des vélos par avion pour traverser l'océan, etc!

 

 

Détails et conditions des contreparties:

-LA CASCADE SURPUISSANTE : La couleur du polo/t-shirt CycleforWater est différente de l'image de la contrepartie. Le t-shirt que tu recevras sera de couleur blanche avec le logo CycleforWater en bleu (encore plus classe!)

-LE GLACIER INACCESSIBLE & L'ICEBERG INDESTRUCTIBLE : Les frais de transport pour te rendre au point de depart est à ta charge.

-LES 5 OCÉANS PLANÉTAIRES : Seulement pour les résidents francais

Thumb_fb_img_1445869550806-1445869553
Cycleforwater

CycleforWater est une organisation à but non lucratif qui a pour mission de sensibiliser sur l'accès à l'eau potable et de financer des projets humanitaires dans différentes régions du monde.

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ Pourquoi de France jusqu'en Nouvelle Zélande?

Pour connecter l'autre pôle, pardi! Dépoussiérez le vieux globe du grenier, et découvrez que les gens d'en bas y marchent la tête en bas!
Plus sérieusement, c'est aussi pour s'inscrire dans la continuité logique du projet. Joost et Michiel ont fait leur expédition du Nord au Sud, nous la faisons d'Ouest en Est!

+ Combien de temps voyagez-vous?

Un an tout rond. Un peu plus même, 13 mois. Nous sommes partis le 27 juillet de Toulouse. Nous recherchons d'ailleurs un comité de réception pour fêter notre arrivée en Nouvelle Zélande. Ca vous tente?

+ Comment allez-vous traverser l'océan pour vous rendre en Australie, ou en Nouvelle-Zélande?

Deux choix s'imposent. Le radeau, ou le pédalo. En fonction de la vitesse du vent et des courants marins, notre décision fluctue encore.
Mais non! Nous irons via Air Bamboo.

+ Quel est l'objectif de Cycle for Water?

Sensibiliser sur la nécessité de sauvegarder nos ressources en eau. Une problématique ayant malheureusement un taux de croissance élevé, à deux chiffres au moins! L'eau c'est la vie! Mais aussi la stabilité économique, la paix entre pays, et aussi le respect de la dignité humaine. Son accès est un droit de l'homme après tout!
Notre deuxième objectif : financer des infrastructures de purification d'eau à des communautés en ayant un mauvais accès, voire pas du tout accès, comme celui que nous vous proposons avec la Fondation Hoat.

+ Quelles sont les solutions possibles?

Beaucoup de solutions sont possibles pour apporter de l'eau aux 785 millions de personnes n'y ayant pas accès. Mais c'est un problème aux multiples facettes. Il est quelque fois géopolitique, les fleuves traversant plusieurs pays à la fois. Il peut être un problème de genre, les femmes et jeunes filles étant souvent assignées pour aller chercher de l'eau pour la famille. Il peut être culturel, certaines ressources en eau étant polluées par de mauvaises pratiques hygiéniques. Il peut être economique, certaines activités, notamment l'agriculture, pouvant consommer les stocks d'une région. Alors pas de réponse unique, mais des solutions technologiques sont nombreuses pour pallier chacune de ces spécificités. Ce que nous souhaitons, c'est une véritable volonté de préserver l'eau. Car là où il y a une volonté, il y a un chemin!

+ Comment devenir le prochain ambassadeur?

Conseil numéro 1 : ne pas penser que seuls les très sportifs peuvent faire se périple.
Conseil numéro 2 : travaillez votre anglais.
Conseil numéro 3 : partez quelques jours en vélo en autonomie.
Conseil numéro 4 : ayez la patate.
Conseil numéro 5 : entraînez votre système digestif au restaurant indien le plus proche.
Conseil numéro 6 : trouvez un(e) binôme.
Conseil numéro 7: prenez contact avec nous!

+ Où peut-on s'informer davantage sur Cycle for Water?

D'abord, consultez notre site web, pour des informations classiques et détaillées : www.cycleforwater.com
Suivre nos avancées au jour le jour : Facebook ou Twitter (Cycleforwater).
Pour découvrir les coulisses de l'aventure, sur Instagram : Cycleforwater

+ Quels autres projets allez-vous financer?

Nous financerons deux autres projets, dans deux autres pays asiatiques, avec deux autres ONGs partenaires. Nous espérons à la fin de notre voyage, lever environ 25000 € grâce à vos dons!

+ Quel entraînement avez-vous suivi avant le départ?

Des promenades digestives le dimanche! Quelque étirements des mollets supplémentaires, et c'est tout! Sportifs mais pas cyclistes, nous avons surtout cultivé notre sens de l'aventure, et une bonne compréhension de l'autre coéquipier. Rouler n'est pas le plus difficile! Le plus dur est le reste : manger, boire, dormir, communiquer.

+ Est-ce que vos jambes ne tirent pas trop?

Cette réponse est indexée au taux de pente de la route sur laquelle nous pédalons! A l'heure actuelle, c'est plutôt plat! Tant mieux!

+ Comment financez-vous vos frais quotidiens?

Nous sommes accompagnés par un sponsor, KPMG, qui a financé nos frais de matériel, et donné un budget nous permettant de couvrir nos frais alimentaires et d'assurance, de visa, et de transport avec Air Bambou.

+ Comment communiquez-vous pour vous faire comprendre, dans les pays que vous traversez?

Quand personne ne parle de langue commune, pour se faire comprendre, le théâtre est le meilleur instructeur! En général, c'est suffisant. Sinon, nous avons avec un petit manuel, le "No comprendo " avec une série de pictogrammes pour montrer ce dont nous avons besoin.

+ Pourquoi voyager sur des vélos en bambou?

C'est flex! C'est solide! C'est écolo, et fun!
Et puis surtout, le pari renouvelé de démontrer que ce matériau peut tenir aussi bien que les matériaux chimiques et polluants non naturels que nous connaissons tous. Bamboo is the way to go!

+ Quel matériel avez-vous emporté sur vos vélos?

Nous avons quatre sacs et une remorque. Nous avons tout pour tenir en autonomie complète (habits d'hiver, réchaud, tente, sèche cheveux, parapluie, montre Rolex et costard de soirée).
50 kilos environ, et autant d'ingéniosité nécessaire pour emporter tout ça dans une soute d'avion.

+ Où dormez-vous?

À peu près partout. Dans la forêt, chez l'habitant, dans le jardin de l'habitant, dans les bureaux de nos sponsors, dans des campings, auberges de jeunesse, hôtels abordables, salons de cafés ou restaurants, sur la plage .......

+ Votre anecdote la plus atypique?

La plus atypique, c'est difficile, mais la plus récente : celle de ne plus savoir quelle devise nous avons dans le porte-monnaie à force de changer de pays. Voilà comment penser que l'on a 143 euros dans la poche, en croyant que nous possédons un billet russe de 10000 Roubles, alors que c'était un billet biélorusse! 50 centimes ...

Derniers commentaires

Thumb_default
Hi Guys! Not a huge contribution but just to show my solidarity with the cause! All the very best. Supriya
Thumb_default
For a better world
Thumb_default
si vous passez par Grenoble ou Cavalaire sur mer vous serez les bienvenus !