Pour la première fois, le chef d’œuvre d'Edmond Rostand, créé dans les jardins de la Villa Arnaga, demeure de l'auteur au Pays Basque

Large_cyrano_bandeau

Présentation détaillée du projet

A l'occasion du 24ème festival de théâtre, donné dans les jardins d'Arnaga, villa-musée Edmond Rostand à Cambo-les-bains, la Compagnie Le Grenier de Babouchka crée Cyrano de Bergerac. Ce sera la toute première que le chef d'oeuvre du poète sera créé tout spécialement dans les jardins de la villa Arnaga, son "poême de pierre et de verdure" qu'il aimait tant. La création de Cyrano dans cet endroit est d'autant plus symbolique, que Rostand a construit sa demeure au Pays Basque, grâce au succès phénoménal de sa pièce dès sa création.

 

Cyrano de Bergerac, mis en scène par Jean-Philippe Daguerre, c'est l'occasion de repenser, dans le respect des vers de Rostand et avec de somptueux costumes, la laideur insurmontable d'un Cyrano, blessé au visage, gueule cassée, acceptant de se dédoubler avec Christian, pour l'amour de Roxane. Le héros malheureux est suivi de son ombre, un violon chantant au rythme de ses sentiments et émotions, interprété par l'excellent Petr Ruzicka.

 

La création du spectacle à Arnaga aura lieu les 15 et 16 août prochains, lors des deux premiers soirs du festival. Le spectacle sera ensuite donné au Théâtre Michel à Paris à partir du 21 septembre et en tournée en France.

 

 L'équipe artistique

 

Kisskissperso

 

Avec également Didier Lafaye, Yves Roux, Simon Gleizes, Mona Thanaël, Emilien Fabrizio, Edouard Rouland et Nicolas Le Guyader.

Direction musicale et Violon : Petr Ruzicka

Costumes : Corinne Rossi

Scénographie : Vanessa Rey-Coyrehourcq

 

045

 

Découvrez la note d'intention de Jean-Philippe Daguerre pour la mise en scène du spectacle.

 

« Cyrano de Bergerac » est au Théâtre Français ce que « Ne me quitte pas » est à la chanson franco-belge : un tube.

Les magnifiques vers de l’homme au grand nez ne cessent et ne cesseront jamais de résonner dans les Théâtres, cinémas et autres écrans de télévision… Il est vrai que Cyrano est pour un comédien et un metteur en scène ce que l’Everest est pour un alpiniste : un cap, un pic, un passage obligé, un rêve nécessaire à rêver dans sa carrière…

Après avoir participé de nombreuses fois avec « Le Grenier de Babouchka » au festival d’Arnaga (Maison-Musée d’Edmond Rostand à Cambo les bains), j’ai soumis au directeur de ces prestigieuses festivités mon désir de mettre en scène mon « Cyrano » dans les jardins de Rostand.

Ayant répondu favorablement à ma requête, Didier Rey me confia aussi (avec l’autorisation et la collaboration de la direction du Musée) des partitions de musiques et de chants inédites retrouvées dans les sous-sols d’Arnaga, dont certaines écrites pour « Cyrano de Bergerac » par Rostand et son épouse et mises en musique par de solides compositeurs du moment (L. Poujade, C.Chaminade,…)

La présence de toutes ces opportunités m’a conforté dans l’idée d’une création éminemment sonore et musicale où le violoniste virtuose Petr Ruzicka se mêlera sur scène aux vers et aux chants des comédiens. Je ressens à la fois de la fascination et de la méfiance envers les Alexandrins et autres vers qui peuplent la littérature française. Comme en musique où les différentes formes se distinguent, les vers de Racine ne ressemblent en rien à ceux de Molière, Corneille ou…Rostand.

Les qualités dramaturgiques et comiques de « Cyrano » sont si évidentes que je trouve dommage que trop souvent les interprétations de cette œuvre se contentent surtout de nous montrer combien l’auteur est brillant et intelligent… « Regardez comme c’est bien écrit ! ». C’est vrai que « Cyrano de Bergerac » est un chef d’œuvre de sens mais c’est aussi un chef d’œuvre de son. C’est avant tout sur la mise en son de l’écriture de l’auteur par l’acteur que j’aime me concentrer afin de provoquer chez le spectateur une émotion à la fois intellectuelle et charnelle… faire vibrer la tête et le ventre… Alors vous me direz que si la chair des mots de Cyrano peut résonner superbement, pourquoi vouloir lui ajouter des notes de musique et du chant ?... Ne risque-t-on pas une forme de trop plein, voire de pléonasme ?… Il n’est certes pas sans danger de se permettre d’ajouter à ce qui existe déjà de façon institutionnelle et magnifique une partition musicale inédite… mais c’est quand même excitant … surtout quand on sait que c’est Rostand lui-même qui a imaginé le concept.

Concernant la place du violon et du violoniste dans le spectacle, je souhaiterais ne pas illustrer de façon trop académique et convenue la présence de l’instrumentiste sur scène. J’aimerais que Cyrano et le violoniste ne fasse qu’un…ce dernier apparaissant souvent tel une ombre au grand nez…ce serait l’âme de Cyrano, son double…l’archer de l’un serait comme l’épée de l’autre… d’autant plus qu’ il y a dans l’énergie de jeu de Stéphane Dauch et celle de Petr Ruzicka une telle similitude, une sorte de communion.

Dans notre société contemporaine un homme comme Cyrano ferait sans doute appel à la chirurgie esthétique pour régler son complexe physique. C’est pourquoi j’aimerais proposer aux spectateurs de notre siècle une blessure plus « moderne » et plus réaliste tout en faisant écho au « Grand nez » original de Rostand sans le trahir. Je veux faire de mon Cyrano une Gueule cassée ; que sous un masque de cuir on puisse imaginer un grand nez hypertrophié par une blessure de guerre ou une grande brûlure. Le grand nez de Cyrano est chez Rostand une métaphore de la laideur, vécue comme impossibilité à plaire, comme obstacle réel ou imaginaire à la séduction. La gueule cassée de notre Cyrano est une blessure physique, métaphore de la blessure morale dont il souffre sans remède.

Enfin, j’ai souhaité les premières représentations dans les jardins d’Arnaga : il me semblait tout naturel et primordial de laisser baigner et inspirer ma mise en scène par ces lieux somptueux et simples à la fois en forme d’hommage à cette réalisation et à la passion qui habitait Rostand quand il conçut la villa de ses rêves.

C’est donc avec émotion et joie que les comédiens du Grenier de Babouchka s’apprêtent à partager la scène avec le génial violoniste Petr Ruzicka pour faire découvrir aux spectateurs une version éminemment sonore des vers de Rostand. Rêver un impossible rêve sous les étoiles d’Arnaga.

                                                       Jean-Philippe Daguerre, metteur en scène

 

La scénographie

 

Les éléments du décor tiennent en trois compatiments de bois modulables selon les actes de la pièce. Un système de voiles déroulant et des jeux d'ombres permettront de donner une ambiance différente selon les scènes, tout en conservant le décor immobile tout le long de la pièce.

 

Modelisations_sans_annotations-1

 

Modelisations_sans_annotations-6

Modelisations_sans_annotations-8

 

Modelisations_sans_annotations-12

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte nous servira à boucler le budget de la création.

La compagnie dispose pour le projet d'une subvention de 5000€ de la ville de Cambo les Bains, et de 5000€ de l'association des Amis d'Arnaga et d'Edmond Rostand, soit 10 000€.

Auxquels s'ajoutent l'achat par le festival de théâtre de 2 représentations, soit 10 000€ supplémentaires.

 

Les coûts de la création se répartissent comme suit

Costumes et accessoires 5000€

Décors et scénographie 5000€

Technique 2000€

Transport 2000€

Défrayements lors des répétitions 4500€

Cachets des comédiens 5000€

Communication 1500€

 

Le Grenier de Babouchka vous invite à soutenir son projet à hauteur de 5000€ pour lui permettre de créer son spectacle dans les meilleures conditions possibles, pour assurer une rémunération aux comédiens pendant les répétitions et réaliser des costumes et décors d'une qualité rendant hommage à la beauté du texte de Rostand.

 

20121124_vue_aerienne_arnaga

             Les Jardins de la Villa Arnaga à Cambo où aura lieu la création

P6070796

Thumb_cyrano_bandeau
Cie Le Grenier de Babouchka

La Compagnie théâtrale « Le Grenier de Babouchka » a été créée le 1er octobre 2003. « Babouchka » c’est la grand-mère en russe, celle qui raconte des histoires aux enfants pour les aider à s’endormir, celle qui véhicule les légendes, qui transmet le savoir, la sagesse...Tout comme le théâtre, ce lieu magique où tout est possible. A l’image de notre... Voir la suite

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ Quels sont les autres spectacles de la compagnie disponibles selon les contre-parties?

Pour la saison 2013/2014, le Grenier de Babouchka jouera au Théâtre Michel à partir de la fin septembre. Vous pourrez assister à une représentation au choix de l'Avare, du Malade Imaginaire, d'Ulysse l'odyssée fantastique ou de Tom le Magicien, si vous optez pour la contre-partie correspondante.

+ Quand débuteront les répétitions du spectacle?

Les répétitions du spectacle débuteront le 21 mai à la maison des associations de Courbevoie et en alternance au Théâtre Michel à Paris jusqu'en juillet.

+ Est-il possible d'obtenir une contrepartie incluant des places pour la création à Arnaga?

Si vous choisissez une contrepartie incluant des places pour voir le spectacle, il vous est possible d'échanger les places au Théâtre Michel contre des places lors du festival à Arnaga. Les représentations auront lieu en soirée le 15 et 16 août. Envoyez nous un message nous faisant part du choix du lieu et de la date retenue si vous venez au festival.

Derniers commentaires

Thumb_photo_du_56385156-09-___15.39
Clap clap clap clap et re-clap !! BRAVO à tous pour cette belle représentation ! Nul doute qu'Edmond Rostand était là, accoudé à l'une des fenêtres de sa villa pour admirer son ode au théâtre et à la poésie... et vous applaudir. Milesker!
Thumb_default
c'est bouclé !!! a vous de jouer, on vous dit merde!!!!
Thumb_default
de la part de joelle et jb Chance, courage, tenacité , c’est votre force ! Amicalement Joëlle ASSIE-BERASATEGUI