Un voyage au coeur de l'Asie du Sud Est, entre réalité et virtualité.

Large_couv2

Présentation détaillée du projet

 

 

 

Cover

 

Chacun d’entre nous a assisté, en étant acteur ou spectateur, au passage à la civilisation numérique. 

Fin 2013, 40% de la population mondiale est connectée à internet, soit 2,7 milliards d’individus.

 

Aujourd’hui les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont à diffusion planétaire instantanée. Un flot infini de données est instantanément publié, universellement disponible, et cela 24 heures sur 24. Il s’agit la d’un potentiel fabuleux pour la diffusion de l’information, pour l’acquisition des connaissances ou encore pour l’éducation. Cela facilite la liberté d’expression et laisse entrevoir l’émergence d’une intelligence collective et collaborative. La technologie est donc à l’heure actuelle un véritable vecteur de connaissances mais également le moyen pour chaque culture de s’exprimer et de transmettre son patrimoine. 

 

 

Cependant les peuples de la planète ne sont pas tous égaux face à cet outil. La technologie laisse de coté bon nombre d’individus qui n’ont pas accès à ces ressources et la mondialisation tente d’imposer son modèle aux populations ayant d’autres manières de penser, de travailler, ou tout simplement d’exister.

 

 

    Fracture

 

 

On parle alors de fracture numérique, qui désigne un fossé, entre d’un coté, ceux qui utilisent les potentialités des technologies de l’information et de la communication pour leur accomplissement personnel ou professionnel, et de l’autre coté ceux qui ne sont pas en mesure de l’exploiter faute de pouvoir accéder aux équipements nécessaires. Cette fracture numérique isole donc un certain nombre d’individus qui se trouvent alors exclus du monde numérique actuel. 

 

En Asie du Sud, seulement 4,2 personnes sur 1000 possèdent un ordinateur. A titre de comparaison c’est 400 personnes sur 1000 dans les pays à haut revenus, tels que la France ou les Etats Unis. 

 

A cause de ce phénomène couplé au processus de la mondialisation, les ressources culturelles des populations isolées risquent de disparaître. Ce qui risque de disparaître en premier lieu est « le patrimoine culturel immatériel» encore appelé patrimoine vivant. 

L’UNESCO en donne la définition suivante:

 

« On entend par patrimoine culturel immatériel les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – [...] ce que les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine [...] »

 

Ce documentaire a pour vocation de mettre en lumière le patrimoine immatériel des différentes cultures en Asie du Sud Est, afin de sensibiliser le public à l’importance de leur préservation, d’étudier les moyens mis en place pour les conserver et faire force de proposition sur les solutions possibles. Plus qu’un documentaire, il s’agira d’un outil au service de la sauvegarde culturelle. Puisque qu’internet est inévitable, nous souhaitons nous intéresser aux opportunités qui peuvent limiter son impact, et qui pourraient même en faire un moyen intéressant de sauvegarde des cultures. Il s’agit donc pour nous de prendre en compte la situation actuelle et future de ces pays, à savoir une industrialisation croissante, et un développement massif des technologies, afin de proposer des solutions qui s’inscrivent dans un contexte bien réel. 

 

Un de nos axes de réflexion s’appuie sur des travaux réalisés par l’Unesco concernant la diversité culturelle. Ces travaux démontrent que les technologies de l’information et de la communication, servent également de leviers à la diffusion du patrimoine culturel des peuples de la planète. A ce titre elles peuvent servir à parer les risques d’homogénéisation. 

Paradoxalement, internet est l’outil par excellence, de la diffusion de la culture de masse, qui tend donc à l’uniformisation culturelle. 

 

C’est en analysant la complexité de la situation, en prenant contact avec des associations locales, en rencontrant les différents types de populations que nous constaterons l’avancée des moyens mis en place. 

 

Notre documentaire traitera de la situation de quatre pays: Le Laos, le Cambodge, Le Vietnam et la Birmanie.

 

      Cartes-web

 

 

À quoi ressemblera le projet ? 

 

- Un documentaire vidéo de 60 minutes, qui vous fera découvrir l'Asie du Sud-Est et ses richesses culturelles. 

 

- Une page Facebook, qui nous permettra d'échanger et de communiquer avec vous. 

 

- Un Tumblr, ou vous pourrez suivre notre voyage, nos rencontres, nos impressions au jour le jour. Celui-ci sera alimenté par des photos ainsi que des vidéos qui vous permettront vous aussi de plonger en Asie. 

 

À quoi servira la collecte ?

Afin que ce documentaire puisse voir le jour, et afin de mettre en place des solutions pour conserver et défendre ces cultures, nous avons besoin de votre aide!

 

L’argent récolté durant la collecte servira pour : 

 

Afin de limiter les coûts, une partie du matériel sera acheté d'occasion 

 

- Un Canon 5D Mark II : 1200€

- Objectif Sigma 24-70mm F/2,8 EX DG HSM : 700€

- Objectif: APO Sigma 70-200mm F/2,8 EX DG II HSM : 1000€

- Un enregistreur son Zoom H4n + deux micro-cravates : 300€

- Un ensemble d’accessoires : Minette, trépied, stabilisateur d’épaule : 300€ 

- Cartes mémoires + Batteries + Disques durs externes :  500€

- Frais de traduction : 500€

 

 

 Soit un total de 4500€ 

 

A notre charge: 

 

- Transports 

- Logements 

- Vie quotidienne

- Vaccins - Médicaments

- Passeport - Visa 

- Assurance 

- Frais annexes ( guides de voyage, cartes, imprévus…)

 

  Soit une estimation de 10 000€ pour deux personnes durant 6 mois 

Thumb_2013-04-03_20.06.16
Amélie Carbon & Guillaume Auguet

Nous nous sommes rencontrés lors de nos études en Direction Artistique à Londres, et nous voilà fraîchement diplômés d’un master. Notre passion commune pour le culturel, l’audiovisuel et le voyage nous a poussé à réaliser ce documentaire. En alliant nos compétences créatives à notre réel intérêt pour les autres cultures nous voulons vous offrir un point... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonne idée de collecte. Vous souhaitant de mener à bien votre projet. yann
Thumb_default
J'espère que ce projet va se réaliser.. bonne chance à vous 2
Thumb_default
Bon courage pour ce superbe projet !!