De una Santa Fe a otra (D’une Santa Fe à l’Autre) est un projet qui propose des Journées de Dialogue Interculturel entre l’Art et les Cours visant à promouvoir le dialogue interculturel et artistique, le respect de la diversité et la créativité des étudiants de l’Université de Grenade.

Large_diapositiva1

The project


D'une Santa Fe à l'autre: du 10 au 20 avril 2012

Notre projet œuvre à la construction de ponts entre langues et horizons différents par le biais de l’art et du partage. Axées sur le Nouveau-Mexique, nos journées, tout en pariant sur le dialogue interculturel et le respect de la diversité, montreront le travail des étudiants de l’Université de Grenade.



Pourquoi le Nouveau-Mexique, pourquoi d'Une Santa Fe à l'autre ?






Cette année, le Nouveau-Mexique célèbre le centenaire de son appartenance à l'union des USA. La capitale administrative de l’état du Nouveau-Mexique tire son nom de la ville andalouse de Santa Fe, fondée par les Rois Catholiques lors de la Reconquête de Grenade. C'est donc une façon pour les Grenadins d'en apprendre d'avantage sur notre passé tout en nous penchant sur la réalité d'une terre distante par les kilomètres, mais proche par la culture et les liens historiques. Nous proposerons énormément de choses préparées principalement depuis les cours de français et d’anglais de la Faculté des Lettres de l'Université de Grenade, en collaboration avec nos étudiants, mais aussi par le biais de visites d'invités à même de nous livrer quelques secrets du Nouveau-Mexique et d'un personnage historique qui sera notre fil conducteur : Estebanico d'Azemmour.

 

Activités en vrac : 


- 'Las Cuatro Vías de Zia' (Les quatre voies de Zia) Exposition d’objets et de photos du Nouveau-Mexique. L'exposition aura une présentation très originale puisqu'elle sera distribuée en quatre stands thématiques qui représenteront des maisons typiques du Nouveau-Mexique. Chacun des quatre stands sera installé au bout des rayons d'un immense signe de Zia, emblème du drapeau du Nouveau-Mexique, d'où le titre de l'expo. Ce symbole de Zia représente pour les Amérindiens les quatre âges de l'homme, les quatre saisons, les quatre points cardinaux et les quatre moments de la journée, symboles qui seront illustrés dans chacun des stands par rapport à leur position géographique.
Les photographies sont le résultat de deux voyages de l'organisatrice des journées. Certaines des images de ses voyages ont aussi servi de matériel de cours puisqu'elles ont été le moteur de l'inspiration du travail de rédaction des étudiants. L'exposition comptera huit panneaux photos présentés en pêle-mêle thématique, suivant le modèle d'une exposition précédente (voir image ci-dessous) organisée dans le cadre des premières journées D'une rive à l'autre.

 





- Présentation d’un recueil de récits de la part des étudiants qui, durant le premier semestre, ont planché sur la préparation des journées depuis leurs cours de langue. Les étudiants de français ont imaginé un voyage dont ils faisaient le récit sensoriel et les étudiants d'anglais ont écrit une nouvelle s'inspirant d'éléments de l'ouvrage Storyteller de l'Amérindienne Leslie Marmon Silko (de Laguna Pueblo, Nouveau-Mexique). Après ce travail de rédaction, ils ont ensuite découvert les histoires de leurs camarades à partir desquelles ils ont posé des questions de compréhension et établi des listes de vocabulaire, dans le but de proposer un livre créatif pouvant aussi servir de manuel scolaire pour apprendre le français et l'anglais. Chaque nouveau récit sera précédé d'une présentation en images des auteurs.






- Pièce de théâtre (13 avril 2012): Première européenne de la version espagnole de Bendíceme Última du grand écrivain du Nouveau-Mexique Rudolfo Anaya, que la critique surnomme le "gourou de la littérature chicana". Cette adaptation espagnole (traduction : Nathalie Bléser) sera interprétée par la compagnie La Campana del Dauro, dont le directeur José Pablo Rodríguez Gobiet est également étudiant du Département de Philologie Française de l'Université de Grenade.




- Conférences et tables rondes en français, anglais et espagnol, de la part de conférenciers venus du Maroc et des USA : Chouaib Halifi, Max Dourrachad, Tom Kennedy et Arlen Quetawki, mais aussi de la part du professeur de l'école Dar Loughat de Grenade, Nizar Liemlahi et des professeurs de l'Université de Grenade Gerardo Rodríguez Salas et Nathalie Bléser. Les étudiants respectifs de ces derniers auront aussi l'occasion de présenter leur travail au public. Les conférences aborderont, entre autres sujets, le lien historique unissant les rives maghrébines, espagnoles et étasuniennes : le personnage Estebanico d’Azemmour. Cet esclave originaire du Maroc participa à  l’expédition de Pánfilo de Narváez au 16ème siècle qui se solda par un naufrage près des côtes de Floride. Estebanico et quelques Espagnols comme Cabeza de Vaca survécurent à l’aventure et déambulèrent pendant huit ans dans tout le sud des actuels États-Unis. Le parcours d’Estebanico s’acheva brutalement à Zuni Pueblo, Nouveau-Mexique, où il fut assassiné par les villageois amérindiens. Aujourd'hui, le dialogue est à nouveau possible entre Espagnols, Amérindiens et Anglos, et il promet d'être extrêmement enrichissant.




- Ateliers pratiques pour adultes et enfants. Les journées sont ouvertes à tout type de public, y compris les enfants. C'est pourquoi les après-midis des journées seront consacrées à la création par le biais de plusieurs activités: tandis que les adultes s'essaieront à la confection d'attrape-rêves et de peintures de sable pour la dimension native, et à la fabrication d'objets en fer blanc repoussé et de vitraux plurireligieux pour la dimension hispanique, les enfants seront amenés à découvrir la littérature de Rudolfo Anaya en jouant le rôle d'animaux du Sud-Ouest qui peuplent les contes bilingues de l'auteur.



- Un jeu de piste historique dans la ville de Grenade pour de jeunes lycéens originaires de France et de Norvège qui découvriront, grâce à la complicité des étudiants du Département de Philologie Française de l'Université de Grenade, certains personnages-clé de l'histoire de Grenade et du Nouveau-Mexique tout en travaillant leur espagnol.





- Le spectacle de l'invité vedette Robert Mirabal, Amérindien de Taos Pueblo, Nouveau-Mexique. Ce musicien, artisan, acteur, chanteur, cet agriculteur récipiendaire de deux Grammys, nous fait l'immense honneur de nous proposer en première européenne son dernier one-man-show Po'pay Speaks, où il représente l'esprit du leader révolutionnaire Popé, par qui la dignité de son peuple Pueblo fut récupérée. L'ancien leader, dans ce monologue intemporel, analyse tant la situation de son époque que de la nôtre, en nous faisant réfléchir sur des aspects importants de notre société multiculturelle. Le spectacle sera sous-titré en espagnol. Cette réflexion est une des constantes de l'artiste qui nous invite à partager nos états d'âme, nos questions et notre art sur son blog et son mur facebook.

 

Photo que l'organisatrice a prise lors de la première de Po'Pay Speaks à Santa Fe, NM



L’objectif général des journées sera de montrer la riche Histoire du Nouveau-Mexique tout en insistant sur les points communs reliant nos deux « Santa Fe », la grenadine et l’étasunienne. Aidez-nous à saisir cette chance en faisant profiter nos élèves de ces riches journées, ainsi que toute personne qui désire y assister !


Plus d’infos générales sur ce site : http://deunasantafeaotra.blogspot.com

Et d'ores et déjà, MERCI - GRACIAS - THANK YOU ! 

Qui suis-je ?



Je m’appelle Nathalie Bléser, je suis née en Belgique et j’enseigne à l’Université espagnole depuis 20 ans. J’ai étudié la Traduction et Interprétation en langue anglaise et espagnole à Bruxelles, et je suis professeur à Grenade après avoir travaillé également à Malaga et à Vitoria. Cela fait maintenant la cinquième année consécutive que j’organise des "journées de dialogue interculturel entre l'art et les cours" à l’Université grenadine. J’y implique les étudiants de mes cours de langue française principalement, et la thématique des journées est aussi la "matière" que nous mettons à profit pour aborder certaines facettes qui seront présentées durant les journées. Cette fois-ci, le sujet me tient particulièrement à cœur. Je suis en effet une passionnée du Nouveau-Mexique, qui est à lui seul un carrefour de cultures et de sensibilités, et je voudrais que les gens vivant à Grenade (et toute autre personne intéressée !) puissent en connaître un peu plus sur cet état qui a tant en commun avec ma province d’adoption, mais qui y est encore un grand inconnu…

 

Je compte sur vous pour aider mes étudiants et moi-même à nous rapprocher un petit peu plus de notre rêve ! De nouveau, et du fond du coeur,

 

mille mercis, gracias mil, a thousand thanks !

 

Why fund it?

Malgré nos efforts et face à la crise espagnole qui touche évidemment de plein fouet le secteur culturel, nous n’avons pas encore bouclé notre budget, que nous obtenons peu à peu et au prix (sans mauvais jeu de mots...) de grands efforts.


Les fonds collectés serviront à :


- Editer le livre-recueil des étudiants : 800 euros

- Payer les frais d’imprimerie des panneaux photos : 800 euros

- Payer une partie du cachet de l’invité vedette : 1000 euros

- Louer du matériel pour salle de spectacle : 400 euros

 

Thumb_abuelita_rapproch_e
franavan

Professeur du département de Philologie française de l'Université de Grenade, Andalousie, Espagne

Newest comments

Thumb_abuelita_rapproch_e
À toutes et tous, mille mercis du fond du coeur pour vos contributions. Modestes, moyennes ou énormes, toutes ces gouttes, bruines ou chutes d'eau ont alimenté la source de notre enthousiasme afin de nous permettre de naviguer d'une rive à l'autre sur le grand océan du partage. Gracias de corazón y hasta pronto, ¡de una Santa Fe a otra! ¡SÍ SE PUEDE!
Thumb_default
WE CANNNN!!!!
Thumb_abuelita_rapproch_e
Un grand merci à 'Armadah' de Romsée!!! Qui est-ce, qui est-ce? Suspense! Merci mille fois!