De si longues nuits. Un livre sur les épouses d’émigrés, sur celles qui restent au pays. Texte : Aurélie Fontaine. Photos : Laeila Adjovi.

Large_tof-kisskiss-final

Présentation détaillée du projet

 

En Afrique de l’ouest, on parle beaucoup des candidats à l'émigration, de ceux qui réussissent à entrer en Europe, et de ceux qui, malheureusement, meurent sur le chemin.

 

Mais on oublie les épouses des émigrés, celles qui restent au pays. Ces femmes se retrouvent face à la solitude, la maltraitance, à leur rêve d'argent envolé, à des mariages forcés, souvent jeunes, et à des relations extra-conjugales qui aboutissent trop souvent à des infanticides. 

 

Dans ce livre, nous voulons laisser la parole à ces femmes. Des femmes que nous rencontrerons dans les villes et les villages du Sénégal, du Mali et de la Côte d’Ivoire. 

 

Pour avoir une idée de la situation de ces femmes au Sénégal, vous pouvez lire l'article écrit pour Rue89 en 2010.

 

Dscf9099

Une femme mariée à un modou-modou, c'est à dire à un émigré sénégalais.

 

Pourquoi nous voulons vraiment réaliser ce projet ?

 

Parce-qu'il s'agit d'écouter des voix que l'on entend peu, de donner un visage à celles qui restent derrière, dans l'ombre et dans l'attente.

 

Parce-qu'il s'agit de sortir du débat - souvent nauséabond - sur l'immigration pour amener une parole simple, un témoignage, et aller voir au-delà des statistiques.

 

 

Pourquoi choisir de rencontrer ces femmes au Sénégal, au Mali et en Côte d'Ivoire ?

 

Nous avons choisi ces pays car nous commençons à les connaître. Nous vivons au Sénégal et en Côte d'Ivoire et nous partons régulièrement en reportage en Afrique de l’ouest et du centre.

 

Laeila vit à Dakar, au Sénégal, depuis quatre ans. 

Elle a déjà pas mal photographié les femmes, notamment sur l'émigration clandestine, à Thiaroye-sur-mer, au Sénégal.

 

Femmes-emigration

 

 

Ou encore sur la lutte féminine, en Casamance, au Sénégal.

 

Lutte-feminine

 

Vous pouvez retrouver l'ensemble de son travail photographique sur son site

 

Aurélie est à Abidjan, en Côte d’Ivoire, depuis un an, après avoir habité trois ans au Sénégal.

Elle a tenu un blog sonore sur les sons du quotidien au Sénégal, qu'elle continue désormais en Côte d'Ivoire.

Un extrait avec " Petit chinois " qui guérit tout.

 

Erg

 

Au-delà du livre, l'idée est aussi d'enregistrer (voix uniquement, pas de vidéos) ces témoignages de femmes et de les diffuser.

À quoi servira la collecte ?

 

 

Ce qui nous manque, c'est l'argent pour partir en reportage, au Sénégal, au Mali et en Côte d'Ivoire.

 

Billets d'avion :

500 euros le billet aller-retour.

- un Dakar-Abidjan et un Dakar-Bamako pour Laeila.

- un Abidjan-Dakar et un Abidjan-Bamako pour Aurélie.

Total billets d'avion : 2 000 euros.

 

Visas :

Seule Aurélie a besoin de visas. Laeila possède un passeport de la Cedeao (Communauté économique des états d'Afrique de l'ouest), elle ne paye donc pas de visas.

- un visa un mois entrée unique pour le Sénégal : 50 euros.

- un visa un mois entrée unique pour le Mali : 50 euros.

Total visas : 100 euros.

 

Hôtels :

- à Kayes, au Mali. 10 nuits à 20 euros la chambre double, soit 200 euros.

- à Bamako, au Mali. 03 nuits à 50 euros la chambre double, soit 150 euros.

- à Louga, au Sénégal. 10 nuit à 23 euros la chambre double, soit 230 euros.

Total hôtel : 580 euros.

 

Transport interne :  225 euros pour nous deux, incluant les trajets au Sénégal, au Mali et en Côte d'Ivoire.  

 

Total : 2 905 euros.

Thumb_logofb_be_gue__hd
Bégué Press

Aurélie Fontaine et Laeila Adjovi sont membres du collectif Bégué Press, qui est un collectif de journalistes basé en Afrique de l'ouest. Ce livre est un projet Bégué Press. Aurélie Fontaine (texte) est journaliste radio, presse et télé et couvre l’Afrique de l’ouest pour des médias francophones. Basée à Abidjan, Côte d’Ivoire. Laeila Adjovi... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_logofb_be_gue__hd
Bonjour à tous, Des nouvelles de notre projet. L'écriture est terminée, les photos sont éditées. Nous avions trouvé une maison d'éditions, qui s'est malheureusement désistée il y a peu. On ne baisse pas les bras et continuons de chercher. En attendant nous avons la chance de pouvoir exposer le sujet à la biennale d'art de Dakar, qui a lieu en mai. Les photos de Laeila, ainsi que les témoignages écrits d'épouses d'émigrés et du son seront exposés dans le cadre du Off de cette biennale. A cette occasion, BBC et RFI parleront de notre projet, ce qui nous espérons nous donnera encore plus de visibilité pour trouver un éditeur. Je vous transmettrai les liens vers les articles qui nous serons consacrés. A bientôt donc ! Aurélie
Thumb_logofb_be_gue__hd
Bonjour à tous ! Des nouvelles de notre projet. ça y est, nous en sommes à la dernière étape de nos voyages pour le livre ! Départ dans une semaine pour le Burkina Faso, où nous irons dans la région de Béguédo, à 200 km au centre-est de Ouagadougou, la capitale. C'est dans cette région que le plus d'hommes partent trouver un travail en occident. Vous pourrez nous suivre presque quotidiennement ici : https://www.facebook.com/BeguePress A bientôt ! Aurélie et Laeila.
Thumb_logofb_be_gue__hd
Bonjour à tous ! Des nouvelles de l'avancée du projet. Nous sommes au Sénégal, où tout se passe bien, les rencontres sont belles. Départ dans une semaine pour Abidjan ! Vous pouvez nous suivre presque quotidiennement ici : https://www.facebook.com/BeguePress A bientôt ! Aurélie et Laeila.