Une cave d'affinage pour la Ferme bio de Roumanille

Food, Agriculture, Environment

Project visual Une cave d'affinage pour la Ferme bio de Roumanille
Checked circleSuccessful
roumanille
Saint-Rémy-de-Provence
74
Backers
Sunday, April 16, 2017
End date
€8,117
Out of €8,100
100 %

Soutenez nous dans la création d'une cave naturelle d'affinage pour nos fromages.

Follow and share
Wednesday, May 03, 2017

cave d'affinage fromagerie roumanille

Encore un grand merci à vous tous 

 

Pour les gens qui doivent  récupérer leur contrepartie en fromage n'hésitez pas à me téléphoner 

(06/77/39/03/40)

 

pour celles ou il y a du cochon il sera disponible fin mai début juin 

 

à très bientôt à la ferme

 

Mélanie et Jean Marc

Fromagerie Roumanille

 

Monday, March 13, 2017

La ferme de Roumanille dans la Provence : à repartager dans tous vos réseaux !

Grâce aux équipes journalistiques de la Provence nous avons eu une médiatisation superbes pour la ferme de Roumanille !

 

Merci de repartager à tous vos amis et famille l'article et le lien de la campagne !

 

https://www.kisskissbankbank.com/une-cave-d-affinage-pour-la-ferme-bio-de-roumanille

 

Des petits partages pour toujours plus de visibilité !

 

A bientôt

Mélanie

 

La_provence_-_ferme_de_roumanille-1489425909

 

 

Melanie-chapeau-campagne-crowdfunding-ferme-roumanille-1489425782

 

Voici l'article par Agnès Paradas :

http://www.laprovence.com/article/edition-arles/4345519/la-ferme-de-roumanille-lance-unappel-aux-dons-pour-une-cave-daffinage.html

 

Saint-Rémy-de-Provence : la ferme de Roumanille lance un appel aux dons pour une cave d'affinage

Saint-Rémy-de-Provence
 
Treize bêtes adultes de race tarine et jersiaise produisent le lait de la ferme. Photo A.P.
 
 

Les Alpilles recèlent quelques pépites ... L'exploitation de Mélanie Roumanille et de Jean-Marc Chapeau en est une. Leur cheptel d'une vingtaine de vaches laitières rustiques pour produire des tommes, des fromages à pâtes molle, pressée ou lactique, des yaourts, fromages blancs ou crèmes glacées, permet un élevage très respectueux de l'environnement et des animaux. Treize bêtes adultes de race tarine et jersiaise produisent le lait et des jeunes, nées sur place, qui assurent le remplacement.

"Ce ne sont pas d'énormes productrices mais leur lait est très riche. Protéines, une caséine que l'on ne trouve que chez les Tarines, et des matières grasses. C'est bien pour la transformation". Installés dans les Pyrénées Orientales entre les années 2000 et 2012, les agriculteurs décident de revenir sur les terres des parents et grands-parents de Mélanie pour repartir avec 2 puis 4 puis 10 ... vaches, et arriver à leur cheptel d'aujourd'hui, jugé suffisant. Au départ ils n'avaient pas assez de terres, puis en ont trouvé à louer. "On fait notre propre engrais, toutes nos céréales en bio, notre fourrage, notre luzerne et maintenant on valorise même le petit lait avec les céréales en nourrissant des cochons, il n'y a aucun déchet. Ce qu'on a toujours essayé de faire, c'est de boucler une boucle : être autosuffisants. Je dis toujours que dans biologique, il y a logique. Et tout se fait à la ferme, même la transformation".

Sélectionnés dans le Gault et Millau 

L'exploitation permet également de vendre quelques petites quantités de viande, issues des cochons et des veaux, toujours traités avec beaucoup d'attention et d'amour. Les éleveurs continuent d'ailleurs à recourir à leur petit abattoir des Pyrénées qui respecte particulièrement les animaux. "J'ai une entière confiance. Il n'y a rien de standardisé". Chez eux, tout est bio. Ils sont adhérents au réseau "Bienvenue à la ferme" et au Parc Naturel Régional des Alpilles, qui impose un cahier des charges que Mélanie et Jean-Marc n'ont aucune difficulté à suivre : des bêtes à l'extérieur, une alimentation locale, des normes environnementales et de conservation des paysages, une exploitation à taille humaine ... Cette démarche respectueuse sur tous les points leur a permis d'être très vite reconnus. Ils sont par exemple sélectionnés parmi les quelques producteurs présents dans le guide Gault et Millau. De nombreux restaurants sont séduits, dont Beaumanière ou la Reine Jeanne. Les autres circuits de distribution sont la ferme ("j'aime bien montrer et expliquer ce que je fais"), le marché du samedi à Saint-Rémy et le mardi à Marseille, l'AMAP La Graniho, et l'Intermarché local. L'affaire fonctionne. Pourtant, Mélanie a un rêve : pouvoir affiner ses pâtes pressées pour commercialiser plus largement une belle tomme : le "mèstre".

Financement participatif 

"Tout le travail d'affinage est très intéressant, les laver, les tourner, attendre ... mais c'est au moins 6 mois jusqu'à un ou deux ans". Le projet est donc de construire une cave naturelle d'affinage avec le plus possible de matériaux écologiques, adaptés aux exigences d'hygrométrie et de température. Le choix s'est porté sur des briques de terre cuite et une isolation extérieure en liège, avec toiture végétalisée et récupération des eaux de pluie. "J'ai fait une formation à l'ADEAR sur le financement coopératif et ça m'a donné une idée. Je lance donc un appel de fonds en don contre don, avec contrepartie en nature, donc. Ça peut être des fromages, mais aussi un cours de fabrication de fromage ou un goûter en terrasse ... et ça permet aussi de se faire connaître".


Tout le monde peut participer, et même utiliser le "Kiss Kiss" pour d'originales idées de cadeaux : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/une-cave-d-affinage-pour-la-ferme-bio-de-roumanille.

 

 

 

 

Saturday, March 11, 2017

une cave d'affinage pour la ferme Roumanille

Grâce à vous tous la collecte avance 

continuer à nous épauler en diffusant le lien 

ces tommes auront bientôt un lieu dédié grâce à vous 

 

Img_0429_1_-1489211628