Elaborer un "Guide de survie en temps de crise" basé sur des formes alternatives de vie en société et de subsistance économique. Soutenez notre projet, le journalisme de demain passe aussi par vous!

Large_cover

Présentation détaillée du projet

« Yo soy mileurista »*. Voilà les mots qu’employa une jeune catalane dans une lettre adressée au quotidien El País en 2005. Le terme « mileurista » est devenu le symbole d’une précarité vécue par la jeunesse espagnole, aux perspectives d’avenir bouchées. Aujourd’hui, c’est une aspiration. Celle d’une génération qui ne parvient même plus à gagner ces mille euros dans un pays en proie à la crise; les NImileuristas.

 

Alors, pour survivre, certains nimileuristas s’en vont, à la recherche d’un Eldorado qui ne se trouve manifestement pas dans leur pays.

D’autres, par contre, décident de lutter contre la crise à leur manière ; en mettant en place des formes alternatives de vie en société et de subsistance économique. Parmi celles-ci, le troc (dont les sites Internet et lieux d’échange se multiplient), ou encore l’ouverture de « squats », comme le collectif « Miles de Vivienda » qui se réapproprie des immeubles vides à Barcelone pour y loger les infortunés.

 

Dans une Europe en crise, les espagnols ne sont pas les seuls touchés, les seuls à gagner un salaire dérisoire. Dès lors, pourquoi ne pas partager ces initiatives et systèmes de débrouille ?

 

 

* « Je gagne mille euros par mois »

 

Dsc_0129

 

 

Notre projet

 

 

Un portail d’information et d’échange via des supports tels que Twitter, Facebook, Storify, Tumblr, … sur les systèmes de débrouille mis en place en Espagne face à la crise.

 

•  Via un fil Twitter et notre page Facebook, nous demanderons aux internautes de nous communiquer les meilleurs « trucs et astuces anti-crise » qu’ils utilisent, qu’ils ont découvert en voyageant ou dont ils ont déjà entendu parler.

•   Nous rapporterons ces différentes initiatives à travers un Tumblr. Celui-ci sera également alimenté par des articles de presse et autres liens qui touchent à l’actualité du sujet.

•   Ces différentes plateformes seront également un lieu de débat et de prise de contact.

 

L’intérêt ? Bénéficier d’un lieu de parole, d’échange et de rencontre pour ceux qui ont déjà mis en place ce genre de systèmes, ceux qui recherchent des idées à appliquer et qui fonctionnent ou pour ceux qui sont tout simplement intéressés par le sujet.

 

Dans un second temps, et après avoir récolté un maximum d’information à travers les plateformes mises en place, nous réaliserons une vidéo-documentaire qui présentera les meilleurs systèmes D utilisés en Espagne. Nous irons donc sur place pour rendre compte de ces projets et initiatives, receuillir des témoignages et rencontrer des experts de la question. 

 

Cette vidéo sera également présentée dans le cadre de notre mémoire médiatique de fin d’études.

 

Si vous nous permettez de dépasser le montant de la collecte, nous aimerions élargir nos recherches à d'autres pays européens en crise.

 

Madrid-84

 

 

Deux étudiantes en journalisme

 

 

 

Capture_d__cran_2012-10-26___00.43.55

 

 

Elisabeth Debourse - 20 ans, bruxelloise et en Master1 en Presse et Information à l’IHECS (Institut des Hautes Etudes des Communications Sociales - Bruxelles).

 

L’Espagne est un pays que je porte dans mon cœur, à la culture riche et sincère. Je le chéris d’autant plus que j’ai eu la chance de vivre cinq mois à Valencia, dans le cadre du programme Erasmus. Durant cette période et mes voyages à travers le territoire, j’ai été interpellée par le caractère combattif des espagnols face à une crise qui les frappe de plein fouet. Débats et manifestations rythment leur quotidien, alors que poussent ici et là marchés de quartiers aux produits locaux et équitables, lieux de troc, centres culturels mettant en avant l’art contestataire, squats, … J’ai également été touchée par le manque de perspectives dans le pays pour toute une génération … ma génération.

 

J’aimerais à travers ce projet conscientiser les gens à la situation de la jeunesse espagnole, mais également apporter plus de visibilité à leurs tentatives pour bâtir une société meilleure et plus juste, et pourquoi pas, inspirer les habitants d’autres pays en crise. Pour cela, votre aide nous sera précieuse, car le journalisme d’aujourd’hui passe aussi par vous, vos réactions, conseils et idées.

 

 

Capture_d__cran_2012-10-26___00.46.30

 

 

Alix de Montjoye - 22 ans, bruxelloise et en Master 1 de la section Presse et Information à l’IHECS. 

 

Durant les vacances d’été, je suis partie à la découverte de l’Espagne. J’ai parcouru de nombreuses villes et de nombreux petits villages, tant dans le nord que dans le sud du pays. J’ai constaté partout que la crise économique était bien visible : commerces fermés, maisons à vendre, sans-abris dans la rue … Dans une Europe en crise généralisée, personne n’est à l’abri. Les jeunes comme moi le sont encore moins : fraichement arrivés sur le marché du travail, nous sommes les premières victimes des petits travaux peu rémunérés, du licenciement, du chômage, des coups durs en général. Les solutions que ces jeunes trouvent pour contrer la crise m’intéressent, car la seule façon de s’en sortir, c’est l’entraide.

 

Entreprendre ce projet passionnant dans le cadre de mon mémoire médiatique me motive d’autant plus. En effet, mon rêve en sortant de l’IHECS serait de réaliser des documentaires et reportages qui traitent de thèmes socio-économiques. Commencer par ce sujet me permettra de débuter dans ce domaine.

À quoi servira la collecte ?

Transport:

- Avion: 150 x 2 = €300

- Sur place (location de voiture, essence, transports en communs...): €300

 

Logement: 200 x 2 = €400

 

Web: programme Rich Media: €150

 

Vidéo: logiciel de montage vidéo: €300

 

Assurance: €50

 

TOTAL

= €1500 

 

 

Thumb_capture_d__cran_2012-10-26___02.27.04
Alix de Montjoye & Elisabeth Debourse

Deux étudiantes en journalisme désirant traiter de la crise avec un angle nouveau.

Derniers commentaires

Thumb_default
Merci à Gaëlle Birenbaum, ainsi qu'au Lycée Maria Assumpta de Laeken pour son aide précieuse !!!!
Thumb_default
Merci à Matty Golfinopoulos , Philippe Dupont , Jérôme Lepretre, Geo Dolmen, Odile Brasseur, Wassima Mouraux et Nicolas Ferire pour leur soutien et leurs dons.
Thumb_default
On fêtera la réussite de votre projet autour d'un petit verre de rioja, tout de même?