We still have a dream! Vous aussi...

Large_dehors_dvt_la_porte_affiche-1420911461

Présentation détaillée du projet

 

 

Nous sommes tous des losers potentiels.

 

Il appartient à chacun de nous de se construire et de chercher dans ses échecs les dimensions positives et les atouts que ces échecs peuvent faire émerger.

 

Borchertphoto-1421355000

 

Dehors devant la porte, il y a … se fonde sur la pièce de Wolfgang Borchert, qui traite des conséquences sociétales de la Deuxième Guerre Mondiale vécue par un individu, qui en représente tant d’autres. Le parti pris de l’adaptation Dehors devant la porte, il y  a… consiste en une mise en lumière des causes de la disqualification de certains individus dans un monde qui les dépasse et les exclut. Les formes d’exclusion traitées dans notre adaptation relèvent de la société actuelle (étrangeté, handicap, chômage, compétition, méconnaissance et/ou incompréhension des différences culturelles…). Le défi de notre antihéros disqualifié de toutes parts s’exprimera par sa persévérance et son ingéniosité à faire de toutes ses fragilités des atouts.

 

NOUS SOMMES TOUS DES LOSERS POTENTIELS. IL APPARTIENT A CHACUN DE PERSÉVÉRER POUR SE CONSTRUIRE ET CONSTRUIRE ENSEMBLE.

 

Borchert qualifie Draußen vor der Tür (Dehors devant la porte) de « pièce qu'aucun théâtre ne voudra jouer et que personne ne voudra voir ».

Interpellées par ce commentaire, à la lecture de la pièce nous avons mis cette dimension en lien avec l’époque actuelle. La disqualification de l’individu, thème central de la pièce, met en jeu un parcours de vie, celui de Beckmann, faisant écho à d’autres parcours. Sans cesse exposé, sa vie est le théâtre de heurts engendrés par la rencontre avec d’autres tranches de vie. Peut-être est-ce pour cela même qu' « aucun théâtre ne voudra jouer » et « que personne ne voudra voir » cette pièce ?

 

Disqualifié par son handicap physique, legs de la guerre, il est mis à l'écart par tous les individus composant la société d’où il a été exclu : nouvelle société constituée sans lui et qui ne l'accepte plus. Nous abordons cet axe de la disqualification, du rejet. En vue d’une nouvelle lisibilité, nous avons choisi d'adapter la pièce : deux comédiennes, mouvements dansés, vidéo, théâtre d’objet, matières métalliques et plastiques, sonorités des éléments de la nature rendront l’univers froid, humide et déstabilisant du début de la pièce. Cette ambiance dramatique sera contrebalancée par un travail d'actualisation tout en humour et en finesse.

 

Voix-offs et allégories rendront palpables les différents personnages du texte réduit et adapté. Beckmann joue Beckmann : Emeline Beckmann joue le soldat de retour de la guerre et « l’Autre », son alter-ego, qui le poursuit, le provoque, le tourmente : sorte de dédoublement de l’acteur et de son personnage. Le monde qui s’organise autour de Beckmann n’est en réalité que sa vision, son cauchemar, son rêve. Quelques voix surgissent, quelques ombres apparaissent, tout n’est que construction, invention : la sienne ?

 

En deçà du rôle du soldat joué par une femme, des interrogations humaines se font jour et se jouent. La question du genre et des genres est traitée par delà les catégories de sexe, d’âge, de lieu, d’époque.

 

Dscf7322-1423659307

 

Le texte devient un élément malléable et adopte un statut équivalent aux éléments plastiques de la représentation. Le travail scénographique se construit parallèlement au jeu de l'acteur. Il s’agit de faire entendre une langue forte, celle de la « Trümmerliteratur » (littérature des ruines), en résonance avec une actualité mondialisée, compétitive, désincarnée et dans le même temps locale, individuelle et intime.

 

LA QUESTION DES JEUNES, DE LEUR AVENIR ET DE CELUI DE NOTRE SOCIÉTÉ SE SITUE AU CŒUR DE CETTE CRÉATION.

À quoi servira la collecte ?

La collecte servira à financer le projet (matériel, personnel embauché, communication, etc.: notre premier objectif étant de rémunérer le personnel technique).

 

Les demandes de subventions publiques (Ville de Strasbourg, Conseil Général du Bas-Rhin, Région Alsace, DRAC) ont été déposées. Les commissions sont en cours. De plus, nous avons rencontré les décideurs, invité les diffuseurs et programmateurs en France et outre-Rhin (70 invitations personnelles ont été envoyées en décembre et nous avons déjà enregistré des réservations. Nous envisageons de lancer une deuxième vague d'invitations ciblées fin janvier 2015).

 

Nous faisons de plus un appel à financement participatif aux entreprises avec le soutien d'Ipso Facto, société de coaching et développement personnel qui vient de naître (www.ipsofacto-cie.com) et dont la philosophie est en accord avec celle de Menschenstrasse321 : échanges culturels, construction de l'individu au coeur d'une société, mise en avant des jeunes et des talents. 

 

 

Logo_officiel_ipsofacto-1422097670

 

 

PORTEUR DE PROJET : Menschenstrasse321

INTITULE DE LA CREATION : Dehors devant la porte, il y a

PERSONNEL REMUNERE : 7 personnes

LIEU / DATE DE LA CREATION  TAPS-Scala Strasbourg:  6 représentations du 14 au 19 avril 2015

RESERVATIONS: contact@menschenstrasse321.com

 

 

 

 

Budget prévisionnel TTC de la création

 

Charges spécifiques à l'action  

 

Achats 3 940 €

Prestations de services 700 €

Frais techniques (création dans le 1er lieu) 3 000 €

Matières et fournitures 240 €    

Services extérieurs 4 000 €

Location matériel 3 500 €

Assurances 300 €

Autres  200 €        

Autres services extérieurs 3 800 €

 

Honoraires du personnel administratif

 

Honoraires du personnel artistique  

Honoraires du personnel technique  

Publicité, communication 2 000 €

Frais de déplacements 1 300 €

Frais d'hébergement 500 €

Frais de restauration  

Missions (réception, …)          

Charges de personnel (permanent) 22 360 €

Salaires et charges personnel administratif  

Salaires et charges personnel artistique 16 300 €

Salaires et charges personnel technique 6 060 €    

 

Coût total du projet 34 100 €    

 

 

Thumb_logo_officiel-1422097072
mensch321

Histoire de Menschenstrasse321 Après plusieurs années de théâtre amateur, une année au Cours Florent, plusieurs stages d'expression scénique (clown, voix chantée voix parlée, improvisation, Commedia dell'Arte), Nadia Foisil se forme au Laboratoire d’Étude du Mouvement à l’École Internationale de Théâtre Jacques Lecoq. Elle mène en parallèle des études... Voir la suite