Aidez un auteur chevronné et reconnu (112 romans publiés) à s'émanciper du Titanic de l'édition traditionnelle !

Large_photokkbb3-1408371457

Présentation détaillée du projet

Devenez mes lecteurs-éditeurs, pour le meilleur et contre l'empire (vacillant) des marchands de papier.

 

 

Le monde de l'édition est au bord de l'abîme, et il fonce droit devant...

 

Les symptômes sont connus : inflation du nombre de titres publiés, jusqu'à la déraison ; baisse des tirages et des ventes pour chacun d'entre eux ; libraires asphyxiés par la surproduction, les frais fixes et la concurrence d'internet ; pilonnage massif d'invendus même pas déballés de leur film plastique.

 

Les faux remèdes le sont aussi : formatage "littéraire" en fonction du goût présupposé des lecteurs ; foisonnement de collections clones soi-disant dans l'air du temps, aussi vite disparues qu'elles ont été créées ; toute-puissance des services commerciaux sur les équipes éditoriales (qui font ce qu'elles peuvent avec passion, hommage leur est ici rendu).

 

Résultat : le malade est de plus en plus malade, il s'achemine doucement mais sûrement vers son inéluctable agonie.

 

Victimes en première ligne : vous, les lecteurs, réduits au statut de vils consommateurs, et nous, les auteurs, simples pourvoyeurs de matière première qu'il convient de payer au ras des pâquerettes pour sauvegarder les marges indispensables à la survie du système.

 

Ça fait plus de 25 ans que je navigue sur ce bateau. Je lui ai "fourni" à ce jour, avec passion et professionnalisme, 112 romans très exactement (11 sous mon nom et 101 sous différents pseudonymes). 

De l'intérieur, j'ai vu le navire prendre de la gîte peu à peu, puis commencer à sombrer, doucement, tout doucement.

Le Titanic, ça fait une belle histoire.

À condition de ne pas faire partie des passagers ou de l'équipage...

 

 

Petite sélection parmi mes nombreuses contributions à l'édition "classique" :

 

      Lune_noire_1

 

"Cet excellent roman, premier tome d'une série qui en compte trois, nous plonge au coeur d'une époque primitive pour le moins fascinante ; il nous fait comprendre le dur combat permanent livré par nos ancêtres afin d'assurer la survie de notre race." (Alexandra Larochelle, Entre les lignes)

 

                        Rsvcouv

 

"Ce livre est une petite perle qui vaut le détour et dont le récit nous offre une mythologie originale autour du thème des vampires. À lire sans modération !" (Yumiko, Évasions littéraires)

 

                                       Le_triangle_des_bourreaux

 

"Yves Bulteau nous raconte ici une captivante histoire à suspense. Auteur confirmé, il maîtrise parfaitement la progression de son récit. Voilà un roman de grande qualité, très convaincant, pour ceux qui aiment le vrai suspense et les histoires bien écrites." (Claude Le Nocher, rayonpolar.com)

 

                                       La_cache_maudite

 

"Présent (Internet, lutte écologique) et passé (légendes celtiques) se mêlent sur fond de tendre amourette dans un épisode au suspense haletant." (Catherine Romat)

 

 

Des lecteurs (vous), un auteur (moi) et personne d'autre !

 

Le vinyle est mort, le CD est en phase terminale, mais la musique est plus vivante que jamais.

L'écrit n'a plus besoin du papier. De plus, l'industrie du livre physique, comme celle du disque, travaille elle-même à sa propre perte par aveuglement et déni de réalité.

 

Ce n'est pas une raison pour se livrer pieds et poings liés aux nouveaux géants de l'alternative numérique, tout aussi doués que leurs prédécesseurs pour museler les énergies créatrices et les soumettre aux supposées lois intangibles du marché.

Pour eux aussi, les lecteurs ne sont que des consommateurs et les auteurs des fournisseurs de matière première.

 

Grâce au crowdfunding (grâce à vous !), nous pouvons nous passer d'eux (des marchands de papier comme des marchands de kilooctets).

 

Demain j'ai tué le curé, mon prochain roman, sera publié en édition numérique, et disponible sur un site internet dédié.

Le eBook sera décliné dans tous les formats d'usage (ePUB, PDF...) y compris le format MOBI compatible avec les liseuses Kindle.

 

Je publierai également sur le site, simultanément, 4 autres eBooks (cf. Contreparties ci-jointes) :

- un polar inédit (déjà écrit), intitulé Un concert d'enfers,

- 3 romans dont les éditions papier sont actuellement épuisées (voir "Petites sélections" ci-dessous) : Paso de la muerte, Naïma, Julie & Smaïn.

 

Pour en arriver là, je dois commencer par écrire Demain j'ai tué le curé.

Ça, je sais faire, c'est ma raison de vivre et mon métier !

 

La conception des couvertures des eBooks, en revanche, ainsi que la création et le développement du site internet dédié, ne sont pas du tout dans mon domaine de compétence (à chacun son job !).

 

C'est la raison première de l'appel que je vous lance.

Vous, mes futurs lecteurs-éditeurs...

 

Mais parlons d'abord du bébé-roman à naître, dont la gestation a commencé tout au fond de mes entrailles il y a des lustres.

Disons... une bonne cinquantaine d'années, ce qui n'est pas rien.

 

 

Petite sélection (bis) :

 

                                       Paso_de_la_muerte

 

"Yves Bulteau nous donne là un thriller efficace et précis : on reste cloué sur sa chaise et on ne quitte plus le livre." (Sylvie Cohen, Art Sud Méditerranée)

 

                                       Na_ma

 

"Au-delà du portrait sensible et émouvant d'une adolescente perdue dans les miroirs, Naïma apparaît ainsi comme un jeu subtil sur la manipulation et la duplicité. La vérité et le mensonge. Une réflexion, au fond, sur le métier d'écrivain, grand tireur de ficelles..." (Michel Abescat, Le Monde des Livres)

 

 

Demain j'ai tué le curé, il faut d'abord que je m'occupe de cette vieille bique de mère Biquet.

 

Cette phrase ne sera pas dans le roman. Pourtant, elle résume assez bien l'état d'esprit de Vivi, notre héros.

 

Vivi a entre 7 et 10 ans (ça dépend des jours, car son rapport au temps qui passe et à la chronologie des événements n'est pas tout à fait le même que pour les gens normaux).

On est en 1962, l'année où "les cartes de géo sont bonnes à changer parce que l'Algérie a fini d'être en France pendant les grandes vacances".

On est aussi un peu avant ou un peu après, pour les mêmes raisons que ci-dessus.

Vivi est tout maigre, il a des cheveux jaunes tout raides et les oreilles très décollées.

Fraise écrasée sur la tartine de ses handicaps, il est premier de la classe et il en a sauté une, deux défauts inexcusables aux yeux de Patrick Pérocheau, le costaud qui fait la loi dans la cour de récréation.

Il a aussi un autre ennemi encore plus mortel que Patrick Pérocheau : la mère Biquet, la vieille bique qui s'occupe de la cantine et de tout le reste à l'école à part de faire la classe.

 

Et surtout, Vivi est un rêveur, qui compense son manque flagrant de maîtrise du monde extérieur en s'inventant des tas d'aventures où il y a Kit Carson, le chevalier Bayard, Blek le Roc, Akim et plein d'autres héros qui normalement ne vivent que dans les illustrés de l'épicerie de Madame Pierrette.

Personne ne sait que tous ces héros-là ne vivent pas seulement dans les illustrés. Sauf Vivi.

 

Vivi n'est pas encore tout à fait conscient que plus tard, dans bien des années, il continuera de s'inventer des aventures en les racontant dans des livres où il n'y aura pas de dessins, seulement des mots.

Pour l'instant, un seul projet occupe chaque minute, chaque seconde de sa vie : tuer la mère Biquet.

Et pour ça, il a besoin des conseils de Blek le Roc...

 

Vous l'avez compris : Demain j'ai tué le curé sera un peu (en toute humilité et toutes proportions gardées !) mon À la recherche du temps perdu perso.

C'est aussi pour cette raison que je souhaite écrire et publier ce roman en dehors du système éditorial classique. Il est hors de question pour moi de tolérer la moindre coupure, la moindre suggestion de "correction", le moindre embryon de formatage.

 

Il ne tient qu'à vous de vous associer à la communauté des lecteurs-éditeurs qui donneront vie à ce fantasme. En sus des contreparties liées à votre contribution, ma reconnaissance sera à la hauteur du rêve concrétisé !...

 

 

Petite sélection (ter) :

 

                                      Moulard_2

 

"C'est du populaire, humoristique, une tranche de vie façon Pierre Dac et Francis Blanche, une farce estudiantine, une série B littéraire qui ne se prétend pas goncourable mais offre au lecteur un joyeux moment de détente." (Paul Maugendre, mauvaisgenres.com)

 

                                      Julie_et_sma_n

 

"Une ode à l'amour sans barrière, sans frontière, sans a priori. Yves Bulteau a construit un roman fort et tendre qui hante le lecteur la dernière page terminée." (Paul Maugendre, mauvaisgenres.com)

 

À quoi servira la collecte ?

Nous partirons du principe que 7000 €, c'est un chiffre à peu près rond.

Nous lui donnerons donc la forme d'un fromage que nous partagerons comme suit :

 

 

La commission KKBB

 

À tout seigneur tout honneur : 5% de commission proprement dite + 3% de frais bancaires = 560 €

 

 

Les couvertures des eBooks

 

Un livre numérique a droit à une belle couverture au même titre qu'un livre en papier, et son lecteur au même plaisir des yeux.

N'étant ni graphiste, ni illustrateur, je ferai appel à un artiste à mon goût (ou peut-être plusieurs) dont les tarifs pour ce type de prestation sont en moyenne de 750 €.

Soit 6 couvertures à réaliser (cf. Contreparties) : celle de Demain j'ai tué le curé, celle du roman inédit Un concert d'enfers, celles des rééditions numériques des 3 romans épuisés (je n'ai pas le droit de reproduire les couvertures originales qui appartiennent aux éditeurs) et celle de la nouvelle exclusive des contreparties n° 3 et plus.

Total = 4500 €

 

 

Le site internet

 

Comme expliqué plus haut, Demain j'ai tué le curé et les autres romans seront disponibles via un site internet dédié, petite librairie numérique qui ne demandera qu'à grandir avec d'autres projets du même type si vos contributions lui permettent d'avoir pignon sur web.

Ce site doit donc obligatoirement être beau, convivial et fonctionnel.

N'étant pas web designer mais simple romancier, je solliciterai les compétences d'un professionnel lui aussi à mon goût, pour la conception et les développements ultérieurs du site.

Budget initial minimum = 2000 €

 

En fins arithméticiens et arithméticiennes que vous êtes, vous aurez tous noté que le total dépasse de 60 € les 7000 € fixés comme seuil de réussite de la collecte.

 

Eh bien justement : un seuil, ça ne demande qu'à être dépassé (les exemples sont nombreux sur KKBB).

Ce qui, en ces temps incertains voire compliqués, offrirait la garantie d'une petite béquille supplémentaire pour l'équilibre et la longévité de notre projet.

 

En tout état de cause : déjà un grand merci de m'avoir accompagné jusqu'au bout de cette page de présentation.

 

Je compte sur vous, dans tous les sens du terme !...

 

Thumb_yvesbulteauphoto
Yves Bulteau

Après une enfance rêveuse et une adolescence douloureuse (surtout pour les autres), Yves Bulteau devient plombier (brièvement), puis étudiant en Lettres (il poursuit en études de Mots), et enfin coopérant au Pérou et en Algérie, dûment détaché par l’Éducnat. Sa vie normale s’arrête là car un beau matin de 1988, il décide de devenir romancier... Voir la suite