J'ai 17 ans, des idées et des aventures plein la tête. J'ai décidé de les coucher sur papier et ainsi est née l'histoire de Yuuki...

Large_t_l_chargement78536-1468005608-1468005635

Présentation détaillée du projet

Une fois mon histoire terminée, plusieurs amies et internautes ont beaucoup aimé. Je me suis lancée dans la grande aventure de la publication...

 

Après plusieurs tentatives auprès de maisons d'éditions, j'ai eu une proposition de la maison d'édition Amalthée. Le deal... Régler les frais d'éditions, ou trouver 214 acheteurs ( malheureusement, je n'ai pas une famille aussi grande... ) 

 

Je vous présente un résumé de mon manuscrit qui peut être vous intéressera :

 

Yuuki était une jeune fille de seize ans, ordinaire et insouciante, jusqu’à ce qu’elle soit retrouvée par son père biologique. Certes, elle savait qu'elle avait été adoptée, mais elle était loin de se douter qu’elle était la fille du Dieu Hadès, Dieu tout puissant des Enfers et des Morts.

 

Une nouvelle vie l'attend, parsemée d'embûches, de rencontres mais aussi d’ennemis, tel que le dangereux fils de Zeus qui n’a qu’un souhait : tuer les enfants demi-dieux pour protéger le trône

 

Contrainte par le destin et de multiples prophéties, Yuuki pourra-t-elle apprendre à contrôler ses pouvoirs naissants et accepter sa véritable nature ?

 

Survivra-t-elle à cette aventure aussi périlleuse que passionnante ?

 

Voici une petite vidéo pour tout vous expliquer :

 

 

 

J'espère que Yuuki et sa nouvelle vie vous intéresseront, et que vous m'aiderez à faire naître ce projet, et partager ce manuscrit avec vous...

 

Pour vous donner un aperçu de l'histoire je vous mets un extrait de mon livre : 

 

Samedi 3 novembre

 

Une seconde attaque    :

 

Je pense que le titre est assez intuitif quand à la situation présente. Mais je vais vous racontez, car je suis gentille de raconter ma vie. Si vous voulez, la première attaque m'a, je l'avoue effrayée, mais j'ai réussi à m'en remettre. Notamment grâce à mon entraînement en Enfer  ! Merci Hadès ( vu qu'il peut tout lire autant que je le remercie comme ça non  ? ). Après la fête, ma mère n'avait pas posé de question ce qui est assez étrange, surtout de sa part. Mais cela m'arrange  ! Je crois enfaîte qu'elle  était  plus préoccupée  à  préparer  ses  valises  pour  son  week-end  en  «  amoureux ».  Ils partaient le vendredi soir pour revenir le dimanche soir.

 

C'était génial, j'avais la maison pour moi toute seule ! Qu'est ce qu'une adolescente peut demander de plus ? Dans cette histoire Looka était plutôt inquiet et avait insisté sur le faite que s'il y avait le moindre problème je devais le contacter. J'ai accepté pour le rassuré, mais j'étais sûr que tout irais bien. Tous ces événements se sont déroulés après la fête d'Halloween jusqu'à vendredi soir avant ce samedi où j'écris mon journal. 

 

Samedi avait en soit bien  commencé. Levée  :  10 heures,  déjeuner  devant  la télé :  13 heures ( histoire que je me réveille ), goûter à 16 heures, et dîner  : 20 heures. Le reste de ma journée sur l'ordinateur ou devant la télé avec le téléphone à côté histoire de regarder si j'avais un tant soit peu d'amis qui pensaient à moi. Même si je m'en fichais un peu.   

 

La nuit est tombé, et là ça a commencé. Mon cauchemar… Pour commencer, j'ai entendu des bruits à l'autre bout de la maison. Rien de perturbant je pensais tout simplement qu'il s'agissait de mon couillon de chat qui voulais emmerder le monde, comme il sait si bien le faire. Je me suis donc replonger dans mon émission. J'ai réentendu du bruit, donc je me suis approchée du couloir, ( pourquoi suis-je si curieuse ? ). Les lumières commencèrent à vaciller, de quoi m'inquiéter car chaque petite chose du genre me faisait penser aux films d'horreurs, hors j'en ai horreur  ! Je commençais à poser ma main sur le mur du couloir tout en restant devant la porte du couloir. Plus rien. Je regarde une nouvelle fois, puis les portes de la maison se mirent toutes à claquer très vite et très violemment. Je tentais de dégager mon poignet qui se recevait tous les coups, tous ce que j'ai réussi à faire c'est mettre ma main à la place de mon poignet. Je vous le dis ce recevoir une porte à cette endroit est horrible. Je finis par me dégager quand je vis une ombre dans le couloir, sans hésiter j'appelais Looka. Mais avec ma main gauche ( je suis droitière, donc c'est un grosse galère ).   Il répondit au bout de trois sonnerie, tandis que je me cachait derrière la canapé.   

 

- Mon dieu Looka, vient vite s'il te plaît ! Dis je la voix empreinte de larmes.  

 

- Qu'est ce qui se passe ?  

 

- Ombre dans le couloir, porte, mon poignet et ma main, je t'en supplie ramène toi vite  !  

 

L'ombre était là dans mon salon, elle avait l'allure d'un monstre, avec un grande queue, des vertèbres ressortant de sa colonne vertébrale, toutes détachées les unes des autres, et une bouche horrible ! Je gardais mon téléphone collé à l'oreille Looka me disait qu'il arrivait dans dix minutes à tout casser, c'est ce monstre qui allait tout me casser en dix minutes  ! L'ombre passa sa tête au dessus de moi, et commença à parler : «  Coucou Yuuki. Acceptes-tu que je te mange  ? ».

 

Ma première réaction a été de hurler dans le téléphone pas très intelligent, mais je flippais tellement  ! Je commençais à lâcher mon portable et à tenter de me sauver. Manque de pot. Ce monstre avait de grandes jambes donc il me rattrapa par mon poignet déjà endommagé ( forcément pourquoi être gentil et adorable, quand on peut être méchant et sadique  ? ), et me jeta au sol. Sa bouche s'approcha  de  mon épaule  lentement, et  s'ouvrait au  fur  et  à  mesure de son  avancée, me dévoilant ses dents. Elles étaient moches, il fallait vraiment que cette ombre aille voir un dentiste. Ma porte d'entrée s'ouvrit violemment sur Looka, moi toujours étalée au sol, l'ombre au dessus de moi. Le monstre disparu dès que Looka me touchait l'épaule. Des larmes dévalaient mes joues. Il me prit dans ses bras, et me frotta le dos pour me rassurer.   

 

- Ça va aller ? Me dit-il inquiet.

 

Pour tout te dire mon poignet et ma main droite me font atrocement souffrir, un ombre avec une sale dentition a voulu me dévorée, ma maison est devenu un film d'horreur en un claquement de doigt. Mais je dirais que je vais bien.  

 

- Ça va aller, ne t'inquiètes pas, j'ai juste un peu mal au poignet et à la main droitea. Répondis-je tout bas.  

 

- Tu sais que quand je suis entré, tu étais seule, et tes yeux n'avais aucune couleur, ils étaient totalement blancs.  

 

- C'est pas vrai…  

 

- Fais ma voir ton poignet.  

 

Je m'exécutais, mon dieu c'était affreux. Emy n'aurait pas survécu ( elle déteste tous ce qui est sang ou truc du genre gore ou dégueulasse ), pour tout dire ma main était violette et mon poignet violet foncé ! Je ne pouvais plus rien bouger.   

 

- On t’emmène à l'hôpital et…  

 

J’entendis un rire, je sentais quelqu'un nous observer, ma panique refaisais surface.   

 

- Mon dieu, il est là, il va nous tuer, vas-t-en ! Dégage Looka.  

 

Je sentis une main s'abattre sur ma joue, c'était celle de Looka.  

 

- Tu te fais manipuler par ce connard, s'il faut que je te gifle à chaque fois, pour que tu reprennes tes esprits je le Yuuki on ne va pas s'en sortir. Maintenant on va à l’hôpital, ensuite on appellera ta mère pour dire que tu resteras chez moi, prend ton portable.  

 

Je fis tous ce qu'il me dit. J'ai donc appelé ma mère pour lui dire que je dormais chez Looka jusqu'à qu'ils rentrent ( c'est à dire une nuit ). Elle ne dit rien. Étrange. À l'hôpital, les médecins me regardaient comme une bête de foire, j'avoue que j'ai sorti l'excuse la plus bidon qu'un ado est pu sortir. La seule que j'ai trouvé est une chute dans les escaliers. Applaudissez moi  ! Primo, j'ai pas d'escaliers, et deuzio jamais dans une chute aussi banale j'aurais pu me faire une blessure pareil. Mais il est difficile de dire à « des simples d'esprits », « Messieurs, une porte manipuler par le fils du roi des dieu grec, s'est violemment refermé sur mon poignet à plusieurs reprise et quelques chose retenait mon poignet et ma main ». Je paraîtrais totalement folle.   

 

Résultat : Deux moi avec un atèle spéciale, pas de sport pendant six mois et bien sûr des anti-douleurs ! Je respire la joie de vivre. Looka m'a emmené chez lui, j'ai dormi dans son lit et l'ai supplié de dormir avec moi, aucun moyen. Je ne voulais pas me retrouver seule, mon seul réconfort a été un t-shirt qu'il porte souvent comme pyjama et un bisou sur la joue...

 

 

 

J'espère que vous avez aimé et que le reste de mon livre vous plaira !

 

 

À quoi servira la collecte ?

Les fonds réunis serviront à financer l'impression du livre (détails ci-dessous). 

 

La maison d'édition assurera une bonne qualité de l'ouvrage, lors de son impression mais aussi lors de son transport. En ce qui concerne les contreparties, je m'engage à ce qu'elle soit de bonne qualité. Soyez assurés du bon usage de cette contribution rassemblée grâce à vous.  

 

Le montant demandé comprend :

 

• L'impression et la fabrication du livre ( correction orthographique, la création de la couverture, frais d'expédition de l'ouvrage ... ) :  3596 €

• Frais d'impression des différentes contreparties (extrait du livre et/ou nouvelle L'amour des dimensions) : 160 €

• Une partie des frais d'expéditions (seulement celle des contreparties) : 258 €  

• Les frais bancaires et la commission de KissKissBankBank : 322 €    

 

Merci pour votre attention et votre soutien.

Thumb_mee-1468006137
SalomBcqt

Salomé Bocquet-Dumont, est née le 2 décembre 1998, à Paris. Actuellement en terminale, elle s’est lancée dans l’écriture qui mêle sa passion pour des mondes fantastiques et mythologiques.

Derniers commentaires

Thumb_default
Courage choupinette ! Tu as toujours voulu concrétiser ce projet depuis que je te connais et tu y arriveras avec tous les moyens que tu te donne ! Je suis derrière toi :D