« L'utopie réalisée », ou l'hétérotopie en Midi-Pyrénées, vécue et racontée par de jeunes Français et Grecs lors d'un voyage atypique…

Large_visuel_def_14_03

Présentation détaillée du projet

Je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre.

Nikos Kazantzakis

 

             

Sabine, professeur d'art en devenir se questionnant sur ses choix pédagogiques ;

Marion, à l'aube d'un tour du monde d'un an ;

Dimitris, jeune intellectuel qui cherche à enfin utiliser ses mains pour travailler ;

Rose-Anne, graphiste qui refuse la pub et « les boîtes » ;

Séverine, qui démissionne du schéma « métro/boulot/dodo » ;

Vassilis et Mirtò, militants et ferveurs défenseurs des semences ;

Alice,    

Richard,    

Eva…

              

Le temps d'un été, un groupe de Toulousains et d’Athéniens s’est constitué, prenant le temps de se rencontrer autour d'une idée fixe : aller voir ces personnes qui ont tout lâché pour construire un autre quotidien. 25 jeunes à la rencontre de ce que Foucault appelait des « hétérotopies », ces lieux capables d'héberger des imaginaires.

 

    Mosa_que

 

Dans une ferme de permaculture en Ariège, en déplaçant le lit d'une rivière ou à la rencontre d'un hacker prônant le « Moyen Âge cybernétique », l'éclectisme de ces individualités fusionne. Lors de discussions pendant la préparation des repas ou lorsque le groupe entier se réunit, on parle politique, on évoque son pays d'origine. Les dernières attaques du capitalisme, plus particulièrement en Grèce, planent et rendent évidents les désirs communs du groupe. L'avidité du changement. La seule issue du changement.

             

Le soir, autour du feu, Angelos, le cuistot grec, chante des airs de rébétiko.                        

 

Pourtant la nature est là, se glisse discrètement, impose son silence serein : quelque chose plane, la rémanence d'une société qui est quand même là, dans laquelle nous vivons et devrons peut-être retourner...              

 

Alors la parole se libère et l'expression innocente, bercée de doute, dévoile les jalons d'une société rêvée, et peut-être, enfin, vécue.

 

 

 

Note d'attention:

 

 

Dernière étoile à droite, tout droit jusqu'au matin est une tentative de saisir ce sentiment abstrait du moment où nous sommes prêts, ou pas, à franchir « le point de non retour » : celui qu'il faut dépasser lorsque l'on souhaite changer radicalement son quotidien, et se demander ce qui « fait société ».

 

    

Le titre du film fait référence à l'adresse du « pays imaginaire » (la deuxième étoile à droite et tout droit jusqu'au matin), tiré du roman Peter Pan de J. M. Barrie : exprimer le désir de ces personnages mais surtout avouer que certains lieux existent, et le prouver en les montrant.   Evoquer Peter Pan, c'est incorporer à la réalité le pouvoir de son imagination. « Chaque fois qu'un enfant dit qu'il ne croit pas aux fées, il y a quelque part une petite fée qui meurt ».

 

Cependant l'utopie est-elle une excuse pour ne pas voir la réalité en face ? Une tentative de s'échapper ? Vouloir vivre autrement signifie-t-il refuser de prendre des responsabilités ? Ou au contraire le « monde réel » a-t-il oublié l'enfance, l'absurde créateur, l'infini des possibles ?    

L'espace est mis en scène en montrant l'univers dans lequel les personnages évoluent tout au long du film comme parallèle, au « bord de la réalité », à l'image d'une hésitation, ou de la Zone (chez Cocteau comme chez Tarkovsky). C'est dire « je vais passer ce point de non retour, me jeter à l’eau… mais là tout de suite, c'est encore possible de revenir en arrière. » Grandir ? C'est de quel côté ?

 

Mosaique_espace

 

 

Le regard  que je souhaite porter sur ce « monde alternatif » qui constitue le décor de mon film se veut nuancé. Montrer qu'il n'y a pas de vérité , que personne n'a « compris » ce qu'il fallait faire, que tous cherchent (que personne ne trouve), et que beaucoup en changeant de voie, en se questionnant, découvrent (ou approuvent) l'humilité, en ce sens du « je fais de mon mieux », quatrième des accords toltèques de Don Miguel Ruiz.

 

 

Il faut enfin témoigner de ce voyage, en allant dans le sens de la structure qui l'organise, Via Brachy : montrer que des personnes sont dans l'action, dans le faire, et concrétisent leurs utopies de vie en déplaçant des montagnes.

 

 

Bus

 

 

Contexte

 

 

Ce projet de film est un partenariat avec l'association Via Brachy évoquée plus haut : désireuse d'étendre l'expérience de son « voyage en hétérotopie », elle a fait appel au Zooms Verts pour leur proposer de porter un regard cinématographique sur leur aventure.

Les participants et leur grande diversité d'âge et de sensibilité ont constitué l'accroche principale qui a rendu le film possible.

 

Via Brachy a commencé à dresser une liste des hétérotopies, principalement en Midi-Pyréenées qu'il est possible de consulter ici :

 

                                               Cartographie des Hétérotopies

 

 

Pour plus d'informations sur leur démarche et leurs projets, c'est ici : Via Brachy

 

 

 

Le réalisateur:

 

 

 

Ugo Zanutto, avant d'atterrir un peu par hasard dans un studio à Hollywood et de se mettre très sérieusement à l'américain et à grossir, est passé par un BTS montage à Roubaix et une petite école de cinéma peuplée d'irréductibles soixante-huitards militants et révoltés. Ben oui, l'ESAV. Durant ces années d'études, il a réalisé un film sur de jeunes woofers, dont vous pourrez très bientôt découvrir un extrait sur cette page. Cadreur et monteur sur de nombreux projets au sein des Zooms Verts, il a aussi travaillé sur plusieurs courts métrages, et plus récemment sur le montage du film Pierre Rabhi, au nom de la terre de Marie-Dominique Dehlsing.

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

 

Nous avons financé le tournage ainsi que la première partie de la post-production grâce au soutien du programme européen jeunesse en action.

 

Il nous manque 3 000 € pour terminer le film.

 

Atteindre au minimum la somme souhaitée nous permettrait de finaliser le montage du film, d'assurer le travail autour de la bande sonore, la fabrication de copies DVD et Blue Ray.

 

Dépasser cette somme nous assurerait de pouvoir terminer le film dans des conditions réellement professionnelles : louer une salle pour le montage son et le mixage, réaliser un étalonnage pour la fabrication d'un DCP.

 

Grâce à votre participation, nous pourrons aller au bout de l’aventure.

Thumb_logo_lzv_avatar_kiss_kiss
Les Zooms Verts

Les Zooms Verts sont un collectif de réalisateurs et techniciens du cinéma basé à Toulouse. Réunis autour d'une recherche de pratiques cinématographiques qui réuniraient exigence artistique et innovation sociale. Le collectif a tissé des liens solides avec les différents acteurs de l'économie sociale et solidaire tout en cherchant sa place dans le...

Derniers commentaires

Thumb_default
J'ai envie de dire la même chose que Centauresse ci-dessous. :) Bien reçu et merci !
Thumb_default
Contreparties bien reçues, je n'ai pas encore pris le temps de regarder le DVD, mais déjà je trouve l'objet très chouette. Et je suis très fière de mon passeport hétérotope ! merci :)
Thumb_default
Très beau projet qui donne envie de croire en un monde meilleur !