Des chèvres pour faire du bon fromage... et des sous pour construire une belle chèvrerie !

Large_camille_et_ch_vres1jp

Présentation détaillée du projet

Depuis deux ans déjà je nourris l’envie de débuter une chèvrerie. Entre temps l’idée a fait son chemin, je me suis questionnée, documentée, formée auprès de gens du métier et mon aspiration de départ, celle de constituer un troupeau de chèvres laitières et de faire du fromage biologique, s’est transformée en un réel projet professionnel que je souhaite aujourd’hui concrétiser.

 

Où ça ?

 

A la ferme de la Grande Grayette, située dans le village de Beauvechain, où je suis installée depuis peu avec quatre autres personnes. Sur les deux hectares de terrain qui entourent la ferme, une partie a été mise en culture fruitière et légumière et une autre partie servira de pâturage pour les chèvres. La Grande Grayette est avant tout un lieu d’expérimentation, de partage de connaissances et d’apprentissage autour de l'agriculture et de la réappropriation de son alimentation.

 

Grayette

 

Pourquoi des chèvres ?

 

Le fromage de chèvre est consommé par beaucoup de belges, pourtant il n’y a que peu d’élevages de chèvres laitières dans notre pays et encore moins dans le Brabant Wallon et les alentours de Bruxelles. D’autre part, bien qu’un troupeau de chèvres demande plus d’attention et de soin qu’un troupeau de vaches ou de brebis, je trouve que ce sont des bêtes plus affectueuses avec chacune leur caractère propre.

 

Camille_et_ch_vres

 

Qui suis-je ?

 

En quelques mots, je m’appelle Camille et j’ai 29 ans. Après des études d’assistante sociale, un master en sciences de la population et du développement , quelques années d’expérience dans le secteur associatif et plusieurs voyages en Amérique du Sud, j’ai décidé de reprendre une formation en agriculture biologique au CRABE à Jodoigne.

 

Mon attrait pour la vie à la campagne, l’élevage et le travail de la terre ne date pas d’hier et j’ai engrangé au fil du temps une série d’expériences dans des fermes en Belgique et à l’étranger qui m’ont menée au choix que je fais aujourd’hui : celui d’en faire mon métier. Cela dit, je n’ai pas pour autant l’intention de mettre le travail social de côté et j’aimerais à moyen terme pouvoir exercer mon métier de travailleur social par le biais de la chèvrerie et d’autres activités à la ferme tel que le maraîchage.

 

Pourquoi faire appel à vous ?

 

Former un troupeau de chèvres laitières et aménager une infrastructure adéquate pour en prendre soin et effectuer des transformations fromagères tout en respectant les mesures d’hygiène et le confort des chèvres, nécessite un investissement financier important, mais qui n’est rentable qu’à très long terme. Pour cela, et parce que l’accès à la terre est devenu très onéreux, peu de jeunes agriculteurs osent se lancer dans l’élevage. J'ai malgré tout envie de relever le défi, en commençant à petite échelle, et pour cela j'ai décidé de faire cette collecte destinée à financer les investissements de base.

À quoi servira la collecte ?

Ch_vrevrie_and_co

 

Cette collecte est organisée dans le but de pouvoir couvrir tous les frais matériels nécessaires au lancement de la chèvrerie avant que celle-ci ne puisse générer de l'argent grâce à la vente de fromages. Vous trouverez ci-dessous une liste détaillée de ces frais.

 

En aucun cas l’argent collecté ne servira de salaire et, mis à part l’acheminement du container, je vais effectuer tous les travaux d’aménagement moi-même aidée des nombreux amis qui ont accepté de me prêter main forte. Pour ce qui est de l'achat du matériel, j’essaye au maximum de me procurer des matériaux de récupération.

 

Agenda des dépenses nécessaires pour accueillir les 8 premières chèvres et construire une fromagerie :

 

* huit chevrettes arrivent à la ferme. Les trois premières sont arrivées, regardez la vidéo! Les cinq autres arriveront dans quelques semaines, le temps d'être sevrées. Une petite bergerie existe déjà, mais nous allons l’agrandir pour que les chèvres aient de la place et construire un espace de stockage pour le fourrage. Pour cela il nous faut : du bois de construction, de la tôle, amener l’eau et l’électricité (3.000 €)

 

* Pour que les chèvres puissent pâturer il faut : consolider les clôtures autour de la prairie et acheter des filets électrifiés pour construire des parcs amovibles (600 €)

 

* Pour nourrir et loger les chèvres il faut également du grain, du foin et de la paille (1.300 €)

 

* Pour faire du fromage et pouvoir le vendre, il faut une fromagerie qui répond aux normes d’hygiène de l’AFSCA. Je vais récupérer un container aménagé en fromagerie qu’il faut acheminer (500 €) et restaurer avec les matériaux adéquats (1.300 €). Il faut aussi tout le matériel nécessaire à la confection du fromage et à sa conservation : tables en inox, moules, cuves, ustensiles ad hoc, frigo,… (2.500€)

 

Thumb_camille_et_ch_vres
Camille Chèvres

En quelques mots, je m’appelle Camille et j’ai 29 ans. Après des études d’assistante sociale, un master en sciences de la population et du développement , quelques années d’expérience dans le secteur associatif et plusieurs voyages en Amérique du Sud, j’ai décidé de reprendre une formation en agriculture biologique au CRABE à Jodoigne. Mon attrait... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Super, bravo. Je suis très heureuse que tu aies pu réunir le montant voulu. Je me réjouis de te rendre visite et de faire la connaissance de tes chères. Eveline, la maman de Marie Marlaire
Thumb_default
Bon courage et plein de succès dans votre projet.
Thumb_default
Bêbêbêbêbêbêêêêêêêêêêêê!!!!!!!!!