F2D présente

Deux Frères

Les retrouvailles de deux frères filmées par deux cousins. Un court-métrage qui a besoin de votre soutien.

Large_deuxfrerescrop-1425381013

Présentation détaillée du projet

Bonjour à tous,

 

Ce petit message car nous aimerions vous remercier infiniment pour vos dons. Bien entendu, nous aurons l'occasion de remercier chacun individuellement par la suite. Mais d'ici là, nous tenons à vous dire que cela nous touche énormément de nous savoir soutenu avec tant d'entrain. Cette collecte va nous permettre de réaliser, nous l'espérons, un "grand" court-métrage. De notre côté, nous sommes très content de vous annoncer que le projet avance bien, et ce, grâce à une équipe plus que motivée et des acteurs talentueux !

 

Ceux et celles qui désiraient participer et qui n'en n'ont pas encore eu l'occasion, n'hésitez pas !! Il vous reste encore quelques jours pour y contribuer. Le travelling rêvé est bientôt à notre portée...

 

Encore Merci !

 

Vincent et Bertrand

 

 

Deuxfreres_5mo-1425233425

 

Vincent Vanneste et Bertrand Conard, l'un originaire de Courtrai et l'autre de Chaumont-Gistoux, sont deux cousins qui ont développé une passion commune depuis leur enfance ; le cinéma. Vincent (27) de son côté a approfondi le langage du scénario, qu'il a d'ailleurs étudié au RITS (Bruxelles). Depuis, il a mené à bien quelques projets personnels et écrit pour la série télévisée "De Ridder" (VRT). Bertrand (27) quant à lui, se concentre sur un autre type d'écriture, celui du montage, qu'il étudie désormais à l'INSAS (Bruxelles). Cela fait maintenant deux années que les cousins travaillent à des projets communs et ils ont décidé aujourd'hui d'ajouter une troisième forme d'écriture à leur arc, celle de la réalisation d'un court métrage. 

 

 

Pitch :

 

Olivier, vivant à l’étranger et n’ayant plus vu sa famille depuis longtemps, atterrit en Belgique chez son frère, Camille, la veille d'une fête organisée pour leur mère. 

Une nuit, deux frères, des retrouvailles attendues mais complexes. Entre conflit et culpabilité, à la lueur du feu, ils devront affronter le décalage horaire de leur relation. La distance qui les sépare aura-t-elle raison de leur fraternité ?

 

 

Profil des personnages :

 

Olivier : 33 ans, célibataire, vit en Asie et travaille en tant que journaliste. Aventureux, intelligent, mais impulsif et habité par le doute.

Camille : 36 ans, marié, deux enfants, vit toujours dans la région de son enfance. Classique, méticuleux, charmant, réfléchi, responsable, mais se sentant légèrement supérieur aux autres, sans pour autant se l'avouer.

 

 

Synopsis : 

 

Après un long vol de Bangkok à Bruxelles, Olivier se retrouve une nuit de printemps en  pleine campagne, devant la maison de son frère aîné Camille. Après de brèves retrouvailles, les deux frères vont se coucher car une grande célébration pour l’anniversaire de leur mère les attend le lendemain. Toutefois Olivier, sentant le décalage horaire mais désirant néanmoins trouver le sommeil, descend au salon afin d'y boire du vin. Par maladresse, il réveille Camille en cassant un verre. Pendant qu'il nettoie la gaffe de son frère, Camille apprend qu’Olivier n’a pas encore écrit le speech pour leur mère, la seule chose dont il devait s'occuper pour la fête. La conversation tourne alors en reproches réciproques, puis en dispute, jusqu'à ce qu’Olivier quitte la maison pour aller se promener. A son retour au petit matin, Olivier tombe sur Julie et Arthur, les enfants de Camille. Ces derniers sont sagement assis devant la télé. C'est au travers de la rencontre avec son neveu et sa nièce qu'Olivier percevra la possibilité d'un amour et d'une bienveillance fraternelle. 

 

Durée estimée du court-métrage : 18 minutes

 

2_freres_comp-1425462973

 

 

 

Note d'intention : 

 

Look and feel

 

Deux éléments clés déterminent le "look and feel" du film. Tout d’abord, la nuit, qui apporte avec elle un univers particulier, tout aussi bien sur le plan visuel que sonore. Il est impératif de traduire cet univers à l’écran, car la nuit a un impact direct sur le comportement des personnages. Comme la nuit les cache, ils osent paradoxalement plus se montrer. La nuit apporte avec elle un calme et une sérénité qui créent un bon climat pour la franchise. Mais en même temps elle fait monter la tension. Ce qui ne peut voir la lumière du jour a le droit d’exister la nuit. Chaque élément est déterminé par le caractère nocturne dans lequel le drame se joue.

Deuxièmement, l’espace restreint, qui forme pour la majorité du film l’aréna dans lequel les personnages se meuvent. Chaque élément visuel ou sonore et chaque mouvement doivent être bien réfléchis car ils prennent plus d’ampleur dans un espace confiné. La nuit et l’espace se renforcent pour créer une atmosphère pesante. « Deux Frères » est un film qui doit se faire ressentir comme le mouvement d’une boule de démolition en plein air : d'abord chargé mais en même temps fluide, ensuite plein de puissance et de destruction, pour enfin lentement s’immobiliser à nouveau.  

 

Image / Cadre

 

Pour l’image, il s’agit de créer une architecture de la distance. En ce sens, à chaque moment le positionnement d’un personnage est déterminé par le positionnement de l’autre et vice versa. Dans la même veine d'idée, les regards, la gestuelle, etc. deviennent des objets posés dans l’espace qui n’ont de signification qu'en relation avec  l’autre. Ce qui les sépare, la distance, peut être un écart tout comme un rapprochement. (Voir  les natures mortes de Morandi). Ceci dit, nous ne pouvons rester qu’à distance, en mode gros plan. Il faut petit à petit venir plus près des personnages, jusqu’à ce qu’on soit sur leur peau. (Voir Cris et Chuchotements d’Ingmar Bergman). Morandi-1425056064    

Giorgio Morandi, Natura morta, 1936  (source : Bozar.be)

 

25798_0b5096eda27da70c1dceaf73a6aeac9d-1425135866

Ingmar Bergman : Cris et chuchotements (source : www.commeaucinema.com)

 

Éclairage  

 

L’éclairage est minime. On doit sentir la nuit dans la pièce. Cette dernière doit par ailleurs avoir des coins bien sombres. Ceci veut concrètement dire une ou deux lampes de chevet avec une lumière chaude. Assez pour éclairer les visages des protagonistes, mais pas trop pour laisser place aux ombres et au noir. Si possible, avoir un peu de lumière (naturelle) de la lune dans la pièce. L’éclairage devient plus dramatique et plus présent quand le feu est allumé. On doit sentir dans la lumière qu’on va vers la crise. En cinéma, nous pensons aux scènes d’intérieur du Godfather. En peinture, au clair-obscur du Caravage.

01-michael-1425136634

Francis Ford Coppola : The Godfather (source : www.bronxbanterblog.com)

 

747px-supper_at_emmaus-caravaggio__1606_-1425136742

Caravaggio : souper à Emmaus, 1606 (source : wikimedia)

 

Son

 

Le son est dense et fonction de silence d'une épaisseur qui enveloppe les protagonistes. Ce silence n’est interrompu que par une voiture au loin quand Camille ouvre la porte ou  par le grincement du cuir quand Olivier bouge dans son fauteuil. Chaque son est mis plus en évidence pendant la nuit. Comme pour l’éclairage, le son du feu marque une montée en tension vers la crise. 

 

Musique

 

Si il est question de musique, celle-ci doit contraster, mais modestement, avec le silence. Il faut qu’elle soit minimaliste, légère. Elle apporte une petite touche de vie. (Voir moments avec "glockenspiel dans Drumming de Steve Reich")

 

Rythme

 

Même si il y a beaucoup de dialogue, il faut en première instance garder une certaine lenteur. Il ne faut pas vouloir à tout prix faire avancer les choses. Au début, le rythme est celui d’une conversation qu’on a au lit, pour ensuite s’intensifier jusqu’à la crise. Puis, quand on est en extérieur, un moment de calme total, une séquence d’errance. (Voir Down By Law de Jim Jarmush)

 

Down_by_law_4-1425137933

Jim Jarmusch : Down By Law (source : www.chalkdust.mitchellkdwyer.net)

 

 

 

Présentation de l'équipe :

 

- Réalisation et écriture : Les cousins Bertrand et Vincent Vanneste

- Chef opérateur : Paul Dollé (section Image à l'INSAS, Bruxelles)

- Ingénieur du son : Michael Hilgers (section Son à l'INSAS)

- Assistante Réalisateurs : Marianna Romano (section Montage à l'INSAS)

- Cadreur : Adrien Heylen (section Image à l'INSAS)

- Perchman : Cyrille Fassin (section Son à l'INSAS)

Assistant caméra : Arnaud Guez (section Image à l'INSAS)

- Chef électro-Machino : Félix Moy (section Image à l'INSAS)

- Data Manager / Chef déco : Thaïs Lecauchois (section Montage à l'INSAS)

 

 

Actuellement, où en sommes nous?

 

Cela fait maintenant deux ans que nous travaillons ensemble et nous nous sentons désormais prêts, enthousiastes et capables d'aller jusqu'au bout de nos ambitions avec ce scénario. Ce dernier est par ailleurs terminé depuis un mois. D'un autre côté, après un premier tour de casting, nous auditionnons actuellement les acteurs par binômes afin de ressentir l'énergie et la complicité potentielle entre les deux frères. En ce qui concerne le lieu, nous avons désormais trouvé la maison de Camille et les repérages des décors naturels en pleine campagne suivent leur cours. En parallèle, nous travaillons quotidiennement à l'écriture du découpage des séquences et nous peaufinons également le scénario.  

Le tournage aura lieu du 13 au 19 Avril.

 

Merci d'avance pour votre soutien.

 

Bertrand et Vincent Vanneste.

À quoi servira la collecte ?

Le budget estimé pour ce court-métrage est de 6700 euros, ce qui comprend pour 7 jours de tournage :

 

- Rémunération et défraiement des acteurs : 1500

- Location caméra/objectifs/machinerie/lumières : 3000

- Frais de déplacement : 300

- Location du lieu de tournage : 500

- Maquillage et costumes : 200

- Régie pour l'équipe et les acteurs : 1200

 

Nous avons déjà réunis 3200 euros. Nous comptons sur votre aide pour rassembler les 3500 euros manquants. Par ailleurs, tout dépassement éventuel de la collecte sera automatiquement ré-injecté dans le matériel, et permettra, a fortiori, à améliorer la qualité du film.

 

 

Thumb_morandi.vero-1424786644
F2D

Après un Master en Philosophie (UCL) et une année d'employé dans les pompes funèbres, Bertrand Conard (27) reprend des études de cinéma à l'INSAS. Il est actuellement en deuxième année de Montage. Diplômé en droit, Vincent Vanneste (27) étudie ensuite le scénario au RITS. Après avoir reçu une bourse du Vlaams Audiovisueel Fonds, il devient scénariste...

Derniers commentaires

Thumb_default
Allez les gars!... ( kiki de Bresse )
Thumb_default
Best of luck Vincent! :)
Thumb_default
A vous de Jouer ! :-)