Un huis clos. Deux soeurs. Antigone et Ismène. Un regard contemporain sur le mythe de Sophocle. Aidez la compagnie à réaliser ce projet.

Large_visuelkkbb_paysage-1423757441

Présentation détaillée du projet

Synopsis

 

 

Etéocle vient de se donner la mort. Il était le bras droit de son oncle  Créon, un homme puissant et riche qui est l’objet d’une accusation pour faits délictueux. Cette accusation portée par son frère  Polynice, un  avocat incorruptible, a dénoncé  les exactions de Créon qui en a fait porter la responsabilité à son neveu Etéocle. Ce dernier a préféré la mort au déshonneur.

 

Antigone, sœur d’Etéocle et de Polynice, nièce préférée de Créon n’est pas décidée à en rester là. C’est une révoltée sincère, engagée dans des combats pour la liberté et l’équité sociale. Atterrée par la mort d’Etéocle et scandalisée par la façon dont Créon s’est disculpé, elle projette avec son frère Polynice de mener une campagne médiatique  contre leur oncle pour délits criminels.

 

Antigone demande à sa sœur son soutien mais Ismène, bourgeoise installée dans ses idées toutes faites et un confort qu’elle apprécie,  n’est pas prête à abandonner sa vie bien réglée au profit d’une sœur qu’elle juge extrémiste dans ses combats.

 

Entre les deux femmes s’engage alors un affrontement que  le chœur de la cité  fait résonner en écho. Antigone est déterminée à dénoncer les crimes de son oncle, cet oncle qu’elle chérissait autrefois ; Ismène défend Créon, l’amour qu’il leur porte, le bien-être qu’il leur apporte. Antigone souligne l’hypocrisie, l’égoïsme et la brutalité de leur protecteur. Ismène redoute le pire. Polynice et Antigone finissent par révéler à la cité les agissements de Créon. Ismène, enfin ralliée à la cause de sa sœur, après avoir découvert le jeu cruel de Créon, tente d’invoquer l’amour d’Hémon pour la dissuader de continuer. Antigone décide d’aller jusqu’au bout. Plutôt mourir que de se soumettre, dit-elle.

 

Ismène lit une lettre : elle est d’Antigone. Elle a été rédigée dans les heures qui ont précédé sa mort. Le spectateur découvre alors que Polynice, Hémon et Antigone, réfugiés dans un appartement, ont été retrouvés morts dans des conditions inexplicables et obscures.  Ismène pleure et se maudit. Elle doit continuer à vivre… pour ses enfants.

 

Image_texte-1423472618

 

 

Pourquoi?

 

 

Depuis 10 ans, la Compagnie l'Air de Rien, que je dirige avec Alice Raingeard depuis sa création, produit des spectacles dans de multiples cadres : théâtres et autres salles de spectacles, établissements scolaires, musées, plein air... De nombreuses créations sont le fruit de commandes faites par des lieux ou institutions.   Pour le dixième anniversaire de la Compagnie, l'envie est venue de faire une nouvelle création permettant de rassembler une équipe de fidèles créateurs.

C'est ainsi qu'Alice Raingeard, comédienne, et moi-même, metteur en scène, avons fait appel à l'auteure Christine Méron, au compositeur Sébastien Collinet, à la plasticienne -créatrice costumes Mimi Pompadour, au créateur lumière Benoît Szymanski et comme partenaire de jeu d'Alice, à Benedetta Zonza.   Produire notre propre création était l'occasion de pouvoir y intégrer un propos qui nous est propre et d'affirmer notre identité artistique libre de pensée et d'expression. Depuis toujours, raconter, expliquer, exposer, enseigner, démontrer, témoigner, représenter le combat pour la liberté, à travers les âges, est un sujet qui m'interpelle et me fascine tant, qu'il s'impose à moi : je suis un artiste, je suis un passeur, je dois transmettre ce message de liberté. C'est mon engagement de citoyen, c'est mon engagement d'artiste, c'est mon engagement humaniste. S'ajoute à cela mon besoin permanent de magnifier la femme, de lui donner toute sa place dans notre société encore profondément masculine, régie par des a priori en tout genre. C'est mus par ces sentiments, que le mythe d'Antigone nous est apparu comme une évidence. Cette évidence, Alice et moi, nous souhaitions lui donner la force du discours contemporain et la puissance d'un huis clos.

C'est pourquoi nous avons souhaité cette création totale et que je me suis allié à Christine Méron pour l'écriture du texte.   Pour donner naissance à ce projet, nous nous sommes associés à un fidèle partenaire, la MJC de la Vallée, avec qui nous avons mis en place une coproduction dans le cadre  des "Soirées Soupes" que nous programmons et organisons ensemble depuis neuf ans. C'est dans ce cadre-là qu'une première présentation du travail de création sera faite le 13 mars 2015, en vue de la création du spectacle à l'automne 2015.  

 

 

Guillaume de Moura   

Logo-bd-1423474223

 

 

Note d'intention

 

S’il est un mythe qui a traversé toute notre Histoire occidentale, c’est bien celui d’Antigone. Il a été l’objet de réécritures et d’adaptations dans nombre de nos pays, à des époques troublées ou ambiguës. Ainsi, Antigone a mis au monde de nombreux doubles, comme l’a montré et analysé George Steiner dans son essai  Les Antigones. Mais était-il possible d’écrire une figure d’Antigone contemporaine, à notre époque où la spiritualité s’efface devant le fanatisme religieux, ou le terme même d’ « idéologie » est devenu grossier parce que synonyme du Mal politique ? Où trouver les motifs de résistance ou de rébellion de notre chère Antigone ?

 

Le retour au texte source antique ouvrait, contre toute attente, une brèche et en particulier la scène augurale de la confrontation entre Antigone et sa sœur Ismène. Une confrontation  sororale qui  fixait l’opposition entre les deux femmes en même temps qu’elle faisait émaner une inconsciente connivence. Celle du sang.

 

Cette scène théâtrale avait le mérite de mettre sur la scène de la cité deux femmes, elles qui dans la société grecque étaient reléguées au gynécée. Elles qui aujourd’hui encore n’occupent ni la place ni le pouvoir qu’elles réclament.  Cette présence surprenante servait notre propos : écrire une Antigone d’aujourd’hui, une Antigone d’où les figures masculines seraient absentes, où toutes les questions qui occupent notre époque seraient ressenties, vécues  et analysées par deux femmes, porteuses chacune d’un projet radicalement différent mais défendu avec une égale vaillance, un égal courage.  

 

Pour l’une, un projet de société qui s’oppose aux ressorts de notre société matérialiste,  hypocrite, bien pensante  dans laquelle se déploie un discours- celui des « grands » et des « puissants »-  qui vise à façonner un monde idéal  auquel nous devrions adhérer, sans susciter la moindre révolte, la révolte nous menant fatalement à notre perte. Pour l’autre, un projet centré sur l’individualité, la famille : à quoi bon dénoncer les vices, les crimes des hommes de pouvoir quand il est plus facile de se recentrer sur soi, de se réfugier auprès de ses proches, de cultiver un cercle choisi  d’amis ?

 

Ces projets promettaient, grâce à leurs différences et à la foi que pouvaient y mettre ces deux porte-paroles, d’éviter les propos discriminants. Ni l’une ni l’autre ne pouvaient être prises au piège des hommes qui aujourd’hui encore concluent de  leur féminité leur incompétence,  leur inexpérience et par là leur incompatibilité  avec la gouvernance politique. Construire une Antigone sur deux rôles exclusivement féminins offrait donc  la possibilité d’ancrer le mythe dans une dimension contemporaine où tous, nous pouvions nous retrouver.

 

Il restait une question… Chez Sophocle, une femme s’opposait à un homme. Mais  que pouvait donner l’opposition entre deux femmes, sœurs de sang ? Le mythe pouvait-il résister ? C’est tout le défi que nous avons voulu relever.

 

                                               Christine Méron et Guillaume de Moura

 

 

Img_1207_1_-1423472735

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Equipe

 

Christine MERON - Auteure

Meronkkbb-1423732310

 

 

Guillaume DE MOURA - Metteur en Scène

De-moura-gma-photo-cnb-1423473324

 

 

Sébastien COLLINET - Compositeur

Collinet-photo-cnb-1423473421

 

 

Alice RAINGEARD - Antigone

Alice-raingeard-1423473940

 

 

 Benedetta ZONZA - Ismène

Benedetta-zonza-1423473710

 

 

Mimi POMPADOUR - Créatrice costumes

Pompadour-photo-cnb-1423473491

 

 

 

 

 

 

                                               EXPLOSONS LE COMPTEUR !!!!!

 

 

La compagnie l'Air de Rien

 

 

Img_1210_1_-1423474122

 

 

À quoi servira la collecte ?

    Cette collecte nous permettra de financer une partie des costumes, des salles de répétitions, des enregistrements de la bande son, des dépenses liées à la scénographie, des supports de communication, de la diffusion, des transports, de .... bref ça serait vraiment un sacré coup de pouce.  

 

Costumes : 700€

Scénographie : 300€

location studio d'enregistrement 700€

Support de communication : 300€

Envoi papier : 100€

 

Nous travaillons tous énormément afin de créer un spectacle fort ; aidez-nous à le finaliser !  

 

La somme est petite par rapport à la création d'un spectacle, car si celle-ci n'est pas atteinte la cagnotte sera annulée. 

 

Si par bonheur nous dépassons la somme de 2200 euros, cela nous permettra d'élargir la diffusion et la communication du projet, et de couvrir les nombreuses autres dépenses.  

 

Alors n'hésitez pas à faire exploser le compteur !!

 

UN GRAND MERCI !    

 

Pour les généreux donateurs :    

 

NOTRE ASSOCIATION EST HABILITÉE A DÉLIVRER DES REÇUS FISCAUX...  

 

Sur simple demande de votre part, nous vous fournirons un reçu de dons qui vous permettra une déduction fiscale de 66% du montant de vos contributions !    

 

 

 

Deduction_impot-1423474658       *

 

 

Thumb_logo-bd-1423733621
Cie l'Air de Rien

Née à Versailles, berceau de culture théâtrale et musicale, la compagnie l’Air de Rien entend être un lieu de création pluridisciplinaire et d’échange entre comédiens, metteurs en scène, compositeurs, chorégraphes, musiciens, danseurs et tous les genres d’artistes que le spectacle vivant peut enfanter… Le crédo ? Créer un foisonnement de projets,... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Je vous souhaite une grande réussite de tout mon cœur !
Thumb_default
Bonne route et longue vie aux Deux Sœurs!
Thumb_default
Un immense ----- pour la présentation de travail et longue vie à ce beau projet ! je vous embrasse !