Moyen-métrage de Émilie Aussel. Marseille. Dans l’attente d’un phénomène astral, quatre amis de 20 ans traversent les derniers instants de leur adolescence. Réunis sous le ciel étoilé, ils vivent cette nuit comme la fin d’un cycle. Ce film est un portrait, le portrait d’une génération confuse et lucide, parfois mélancolique mais vivante.

Large_rapture_img_projet_kiss

The project

La jeunesse en jeu dans ce film existe ici et aujourd’hui, et demande à être saisie maintenant ! Le tournage aura lieu à Marseille en automne, pendant 10 jours, avec un budget serré et une équipe réduite. Avec ce film, je vais expérimenter une proposition de mise en scène nouvelle pour moi. Il s’agira de : Provoquer les actions et réactions des personnages en les mettant en situation réelle. Jouer la fiction dans le réel et laisser la part de chacun des acteurs imprégner le récit. Être entre la fiction et le documentaire. Filmer l’énergie et la personnalité de chacun des personnages. Ce dispositif de tournage nécessité énergie et rapidité. Du coup, le mode de production doit s’adapter et ne pas attendre.

 

« Do you believe in rapture? » est le titre d’un morceau de Sonic Youth. « Rapture » signifiant extase, ravissement. Ce morceau sera repris dans le film par les jeunes acteurs.

Ce film expose le passage d’un groupe de jeunes de 20 ans de l’adolescence à l’âge adulte, et prend place dans cet âge transitoire, âge de l’ouverture à l’autre, âge où les relations humaines vous bouleversent, où les expériences collectives vous forgent, où la conscience de la solitude émerge.

"Do you believe in rapture?" ne serait pas né sans ma rencontre avec Luc, Nicolas et Louise, jeunes gens ayant joué dans L’ignorance invincible (mon film précédent). Ils incarnent les rôles principaux du nouveau film et dans ces personnages, ils livrent une part d’eux-mêmes. Sara a ensuite intégré la bande. Le récit s’est construit entre mon désir de fiction et leur réalité et a pris corps au fil de nos rencontres.

Le film mêlera des interviews de ces jeunes gens filmés dans leur intimité où ils me parlent de leur vie, de leur rapport à l’amour, à l’amitié, à la société, à la croyance, de leurs espoirs… à des scènes « d’action » où ils se retrouvent avec leur bande dans des soirées, au skatepark, dans une crique, dans des lieux où ils sortent et trainent.

Les personnages se définissent dans leur rapport aux autres et au groupe, dans le besoin d’union et de solitude. Des intériorités s’expriment, des personnalités cherchant à mûrir, se lient et s’affrontent.

Quarante ans après le temps des révolutions de la jeunesse occidentale, les jeunes gens de "Do you believe in rapture?" tentent de vivre des expériences intenses et de trouver ce quelque chose qui les transcendera.

Skate, danse, musique, drogue, alcool, amour et astres sont autant de moyens d’y parvenir. Les corps marchent, bougent, se balancent, se touchent, s’éprouvent.

Croyance mystique, errance dans la nature, plongée dans des états seconds, désir de fusion sont autant de voies pour renouer avec le sacré.

L’enjeu de ce film est de capter la grâce et l’énergie propre à cet âge.

Vitalité et torpeur se mêlent car Louise, Sara, Luc, et Nicolas sont plein d’attente, face au monde, face aux autres. Attente de ce qu’ils deviendront eux-mêmes.

 

Casting - Repérages - Interviews (extraits vidéo)

 


 

 

 

 

 

 

 

Qui suis-je ?

Vidéaste et réalisatrice, Émilie Aussel est née en 1980, à Montpellier. Diplômée des Beaux-Arts de Montpellier en 2001, et de la Villa Arson à Nice en 2003, elle a terminé sa formation au Fresnoy, Studio national des arts contemporains, à Tourcoing, en 2006.

 

Elle a réalisé des vidéos, Le sourire, Edenville, des court-métrages, Scrubbing, Pris au souffle, L’ignorance invincible, des installations vidéos, Blade Affection, Hoover. Son travail a été montré dans des festivals en France et à l’étranger (Paris, Pantin, Aix-en-Provence, Vila do Conde - Portugal, Genève, Mons - Belgique).

 

Au fil des années, son parcours lui a permis d’expérimenter différentes formes de récit, d’explorer les matières de l’image et du son, ainsi que plusieurs approches du montage. Son travail personnel a évolué vers un cinéma plus narratif, sans renier ses origines, mais en s’en nourrissant.

 

Parallèlement à ses films, elle collabore à des créations chorégraphiques, théâtrales et musicales pluridisciplinaires et élabore ainsi des récits ou/et des installations vidéos destinées à la scène.

 

 

L'ignorance invincible - 22 min - 2009

 

 

 

Edenville -16 min - 2008

 

 

 

Blade Affection - 40 min - 2006

 

 

 

Pour avoir un plus large aperçu de mon travail, cliquez sur les liens suivants:

http://emilie.aussel.free.fr

http://www.vimeo.com/emilieaussel

 

Why fund it?

Ce film est produit par Shellac Sud avec le soutien du Fresnoy.

Il nous manque encore 4 000€ pour faire exister ce projet.

 

Cette somme permettra de financer une partie du tournage et de la post-production (montage son et image, copie du film fini pour sa diffusion en festivals).

 

Ces 4 000 € seront inclus au bugdet global du film. Budget pour lequel Shellac Sud et moi-même avons réuni des fonds en numéraire et en matériel.

Le Fresnoy – studio national des arts contemporains, nous suit en mettant à notre disposition un auditorium de mixage et une station d’étalonnage.

Il faut arriver à 100% de la somme, soit 4 000€, pour que vos dons puissent être pris en compte. Et si vos dons dépassent ces 100%, alors nous pourrons travailler un peu plus confortablement. Ce qui ne sera pas de refus vu l’énergie collective et l’engagement (celle de la production, de l’équipe, des jeunes acteurs) requis pour ce type de production !

Grâce à votre participation, nous pourrons aller au bout de l’aventure en proposant un film proche de son sujet, de cette jeunesse contemporaine, de son état d’âme, un film qui cherche à filmer un sentiment.

http://www.shellac-altern.org

http://www.lefresnoy.net

Newest comments

Thumb_dsc03740
Bon courage pour cette période de préproduction. En espérant que l'objectif soit atteint. Je partage sur mon FB. A bientôt, Jérôme