Portrait de la lutte créative d’un peuple et d’une vallée contre la sécheresse provoquée par l’ambition d’entreprises transnationales.

Large_avatarkkbb

The project

Le projet en bref:

 

“La derniére frontiére” est un documentaire engagé qui cherche á témoigner de la situation dans laquelle se trouve la vallée du Huasco (Chili) , derniére frontiére qui freine l'avancée du désert d'Atacama, le plus aride du monde. Cette vallée, située á quelque 800 km au nord de Santiago du Chili est en effet menacée par la sécheresse qui gagne en force un peu plus chaque jour.

Notre objectif est de pouvoir capter les impressions, les images, les moments de la bataille que livrent au quotidien des individus et des organisations pour éviter la destruction de leurs glaciers, source d'eau pour la consommation et l'agriculture. Cette lutte, parfois violente, est la pluplart du temps trés joyeuse, créative, énergique et suscite un peu plus chaque jour la sympathie de la population et l'adhésion d'autres activistes pour la défense de l'environnement. Elle réunit des personnages politiques (maires), des professeurs, des scientifiques mais aussi de simple citoyens, des enfants, des personnes âgées... Tous unis pour l'eau.

 

 

 

 

 

 

 

Bordesrotos2_copia

 

Aujourd'hui nous avons besoin de VOUS pour continuer á filmer cette joyeuse et courageuse croisade ! ! !

 

 

 

 

 

 

 

Si ce projet vous intéresse, nous vous invitons á continuer votre lecture

par ici: Flechasigaleyendo

 

 

 

 

 

Présentation détaillée du projet

 

 

Le contexte général du projet (Le code chilien de l’eau de 1981)

 

Chaque année la thématique de l´eau prend de plus en plus d’importance. Au cours de la semaine de notre inscription sur kiss kiss bank bank , le président du Chili a annoncé que le pays vendra l’eau de la Patagonie au Qatar, de l’eau issue de glaciers millénaires, avec un premier envoi pour le mois de septembre 2013. Ces actions se mènent même si dans le nord du Chili la sécheresse avance sans s’arrêter. Malheureusement ce genre de nouvelles n’étonne plus vraiment au Chili car depuis 1981 l’eau est, selon la loi, privatisée, partagée en actions achetables, qui deviennent de plus en plus chères chaque année á cause de la spéculation des entreprises. De plus on sait depuis longtemps déjà que le Chili compte parmi les cinq plus grandes réserves d’ eau douce au monde, présentant ainsi une importante source d’argent pour les entreprises privées dans le futur proche.  

Banderole: "Prendre de l'eau nous donne la vie, mais prendre conscience nous donnera de l'eau"

 

 

Qu’est ce que le documentaire“ La dernière frontière”?

 

“La dernière frontière, tous unis pour l’eau” est un documentaire dont l'idée a germé á Rennes en 2012, lors d'une soirée au cinéma. Nous étions allés voir  le documentaire "tous au Larzac" á la même epoque oú l' on recevait des nouvelles des manifestations á Freirina (Chili)... donc, ça a fait clic et l'on s'est dit "pourquoi ne pas faier pareil?" Allez hop, chiche!

 

Mais c'est á Montpellier (oú Estelle faisait son master 2 et Gustavo profitait de "pierres vives") dans notre appartement des Cévennes oú nous avons finalement décidé de faire un documentaire engagé qui montre comment l’avancée du désert d’Atacama et la sécheresse sont stoppées en un certain point par une vallée verte et pleine de vie qui refuse de mourir et de devenir une victime en plus. Une victime non seulement de la sécheresse mais aussi de l’irresponsabilité des gouvernants, des businessmen et des yanakonas (traîtres) qui détruisent les glaciers avec leurs projets miniers, á la recherche d'or..

Ce documentaire vise également á montrer comment certains habitants de cette vallée sont manipulés par les grandes corporations. Ils se retrouvent en effet contraints d’accepter des postes dans les grandes entreprises minières ou autres compagnies qui participent á la pollution et la contamination de leur territoire, pour pouvoir subvenir á leurs besoins élémentaires comme la santé et l’éducation (elles sont privatisées et chères au Chili, représentant en moyenne une dépense equivalente à 60% du salaire net d’une famille).

Bordesrotos3_copia

 

 

Pourquoi réalisons-nous ce documentaire?

 

Nous avons un objectif social avec notre projet. Il s’agit pour nous de faire circuler l’information sur la situation locale afin qu’elle soit connue au-delà de la vallée-même (en finir avec le blocage d’information) en profitant d’internet, de sa massivité et du grand réseau de contacts que l’on peut établir. Nous nous engageons à aller jusqu’au bout de notre démarche en proposant un documentaire de qualité (aussi bien technique qu’humaine) au tant que possible, à disposition de tous ceux qui s’intéressent aux sujets sociaux et environnementaux comme celui-ci. C’est aujourd’hui pour nous la seule façon de nous manifester contre les injustices qui s’opèrent dans la vallée de Huasco, au Chili, où les équipes de télévision ne viennent pas, où les journalistes n’arrivent pas, et où toute information est contrôlée, censurée ou simplement ignorée et c’est pour ca que nous sommes venus depuis la France (Rennes et Montpellier). Comme disait Victor Jara (chanteur chilien) “je ne chante pas parce que j’ai une belle voix, je chante parce que la guitare a du sens et de la raison”.

 

Bordesrotos2_copia

 

 

 

La vallée du Huasco, qu'est que c'est beau!!!

 

De plus, grâce á ce documentaire nous voulons faire connaître la beauté de cette vallée et de ses environs: les petites oasis, les vignobles, l’altiplano, les oliviers, les pâturages, les paysages, etc…Des cadeaux de la nature qui font partie des raisons pour lesquelles les citoyens d’ Atacama: diaguitas, paysans, étudiants, bergers, des pêcheurs ,des gens ordinaires, se battent depuis 40 ans contre des usines de viande de porc, des agroindustries toxiques, des mines et aussi contre des thermoélectriques à pétrole et à charbon pet coke . Ces citoyens proclament qu’il faut tout d’abord sauver l’eau, genèse de la vie , mais aussi protéger sa terre, sa famille (car des personnes meurent de cancer), ses animaux (qui meurent en raison du manque de pâturage), sa façon de vivre, sa culture qui est aussi en danger.

 

 

Donc...

Nous vous invitons à faire partie de cette équipe qui pourra amener un peu d’information chez davantage de gens, qui essaye d’aider cette vallée à ne pas mourir. Soyez membres d’une communauté des amis de la terre et de l’eau. Nous vous invitons à participer à cette aventure qui a du sens, d’une façon plus ou moins active comme vous le voulez. Nous pouvons vous tenir au courant de ce qui se passe ici, vous notifier chaque fois que nous mettons une nouvelle vidéo en ligne, vous mettre en contact avec des gens d’ici, vous envoyer plus d’information, écouter votre opinion, vous répondre, etc...Rejoignez nous sur : facebook, wordpress, youtube, vimeo, google + et tumblr ... écrivez nous des mails, on vous répondra avec plaisir.  

 

 

Oú se déroule le tournage?

 

Il se passe dans la vallée du Huasco, située au niveau du parallèle 28°35’45” à 800 km au nord de Santiago, la capitale du Chili, environ à 11646km au sud-ouest de Paris, 11671km de Londres, 9503 km au sud de Québec. La vallée du Huasco a une largeur moyenne de 500 m pour plus de 150 km de long, en partant du port de Huasco au niveau de la mer jusqu’à 6500m d’altitude à la frontière avec l’Argentine.

Mapa_1

Atacamavalle

 

 

 

 

Qu'est ce qui nous pousse à faire appel au public?

 

Lorsque nous sommes arrivés au Chili en décembre 2012 pour commencer le tournage, nous nous sommes confrontés tout de suite à des manifestations violentes à Freirina, petite ville de 8000 habitants. Au cours de ces manifs notre caméra a été endommagée à cause d’ un jet de cailloux des manifestants (mala suerte) et aussi par l’effet de l’eau pendant la traversée (forcée) d’un cours d’eau pour échapper à la police (ce qui n’a pas marché d’ailleurs... quand on arrivera á 50% du financement nous mettrons la vidéo de la traversée épique sur youtube, promis). On peut en effet être arrêté si on se trouve dans une manifestation sans carte de presse que bien sûr nous n’avions pas.L’ un de nous a été suivi pendant deux jours par des agents de “l’intelligence” policière après cela. Et comme si ça n’était pas suffisant, il y a quelques semaines  l’ordinateur où nous gardions tous les fichiers vidéos et photos enregistrées depuis le mois de décembre a "disparu" (ça arrive mais on ne se décourage pas), images des glaciers incluses. Heureusement nous avons des disques durs externes où nous avons les sauvegardes des images.

 

Bordesrotos_copia

 

 

 

 

Le cotê positif !! Car il  y en a toujours un..

 

Par chance il existe encore des personnes qui font preuve de générosité et de solidarité.... le directeur d’un petit journal régional a eu l’amabilité de nous donner un pass de presse qui avait une durée d’ un mois. De plus, l’un de nos petits fréres nous a prété un ordinateur du nom de Frankestein (il est fait de pièces de plusieurs ordinateurs assemblées), des personnes sympas et engagées nous ont logés partout et nous ont offerts à manger et leur energie. Tous ont collaboré car  " toute collaboration est bienvenue", comme ils disent. Le documentaire se construit grâce à l’action de toutes ces personnes et leur énergie, ce qui nous touche beaucoup et nous encourage à aller plus loin.

Maintenant c'est á vous! Merci d'avance .... Muchas Gracias de antemano !!

 

 

 

 

 

 

Qui sommes-nous?

Flechasigaleyendo

 

 

Réalisateur et Photo:

Nom: Gustavo Iribarren  (le schtroumpf grognon)

Originaire de la Vallée du Huasco, il a suivi des études d'architecture à Valparaiso et a participé au sein de l'université à des ateliers de photographie. Il suit plus tard des cours de francais à Pau et à Rennes où il participera à un atelier cinéma dans le cadre de l'université de Rennes 2. Il rédige d'ailleurs différents articles pour le journal de cette université. Il réalise son premier film (VHS) à l'âge de 11 ans et passe son temps à créer de petites vidéos artistiques et politiques. Il participe durant des années à des projets d'éradication des bidonvilles à Valparaiso et Viña del mar et d'assistance d'éducation dans des orphelinats.Sa passion pour la montagne et sa pratique de l'andinisme l'ont poussé à participer à la defense de l'environnement et à la diffusion de la discipline.

 

 

 

Assistante caméra, Photo. et traductrice

Nom: Estelle Baudry (la fille de france, la francesa, estelle ?)

Originaire de Rennes, elle étudie les sciences politiques au sein de l'Institut d'Etudes Politiques (IEP) de Rennes avant de se spécialiser en master 2 "gestion des projets de coopération internationale" de l'université de Montpellier 1. Elle découvre le Chili et la vallée du Huasco au cours de son année de license, effectuée en échange à l'université de Valparaiso. Intéressée par le milieu associatif elle réalise différents stages auprès d'organismes s'occupant de la réinsertion des publics fragilisés (Croix-Rouge, FNARS Bretagne..). Elle nourrit un intérêt particulier pour la musique, membre de différents orchestres au Chili et en France (altiste), elle contribuera ainsi au montage de la bande son du documentaire.

 

D'autres collaborateurs: Ivan Maximiliano, artiste graphique et peintre et Jorge ingénieur agronome.

 

 

Bordesroto4_copia

Why fund it?

Nous disposons aujourd'hui en matière d’équipement d'un petit appareil photo fuji qui fait  des vidéos (Nuuulllll), une caméra de poche cisco et dernièrement  une nikon 3000 (merci Juan) avec lesquels nous nous sommes débrouillés depuis l’accident avec notre caméra lors des manifestations. De plus nous avons un équipement d’ escalade et de montagne (pour le tournage en montagne). Cependant il nous manque d’urgence entre autres choses, une vrai caméra, petite, grande, moyenne, n'importe..mais une "caméra.. mon royaume pour une caméra!!".

 

  Vos contributions nous permettront de financer:

 

- le matériel pour le tournage (location de matériel et achat de fournitures et accessoires de prise de vue et de son) : 1800€ prix sur 2 à 3 mois de location + les achats

 

- Payer les services de un “vaqueano” ou “arriero” (guide local et porteur à cheval) pour aller dans la cordillère des Andes,  filmer les glaciers et les lacs à 3000m d’altitude:  660€ prix pour 4 chevaux pour 4 jours (location, guide et nourriture des chevaux compris)

 

-les frais liés à l’utilisation de kiss kiss bank bank

 

Cela donne un total de:  2657 euros

 

Il restera à notre charge de trouver une solution pour un nouvel ordinateur assez puissant pour permettre l’édition, de quoi payer les droits d’auteur ou une coopération pour la musique utilisée dans le documentaire si nécessaire  et pour l’utilisation d’images d’archives, et d’autres aventures!

 

 

 

Vaso_copia

 

 

Le déroulement des prochaines étapes

 

Selon notre diagramme de Gantt de projet nous sommes déjà rendus  à 60 % de l’ étape de tournage car nous sommes au Chili depuis 5 mois déjà et à 40% d’avancement du projet de  documentaire. Il nous manque  l’édition de plus de 20 heures de vidéo que nous avons déjà prises, plus ce qu’il reste à filmer, la musicalisation qui inclue des compositions d’ artistes locaux qu’il faut enregistrer et éditer, finir la rédaction du récit de la voix-off et l’enregistrer, traduire en français et en anglais les sous-titres et finalement quand le documentaire sera fini le télécharger sur viméo, youtube et daylimotion afin de garantir un accessibilité totale à tout le monde dans trois langues parmi les plus parlées, sans oublier de précédemment  envoyer une copie dédicacée á chacun de nos contributeurs bien sûr!  Il nous restera également à finir les détails pour une diffusion du documentaire dans différents cinémas de fortune dans les villages de la vallée de Huasco et chercher des personnes intéréssées pour une diffusion en France, faire des copies pour distribuir aux médiathèques locales, etc…

 

 

 

 

 

           Si vos contributions dépassent notre but  de 2657 euros ? ? ! !

 

Tout d’abord nous vous remercierons infiniment et cet argent sera utilisé pour une production parallèle que nous menons qui s’appelle   “los don nadie”:  les mr personne. “Los Don nadie” est une série en plusieurs chapitres qui a pour objectif de donner un visage à la problematique de la destruction des glaciers et la possible mort de la vallée de Huasco. Il s’agit d’une série d’entretiens, à la façon d’un documentaire (chaque chapitre correspondant à un personnage et à une histoire) réalisés auprès de gens ordinaires, invisibles, pas connus car ils ne sont pas des activistes ou des dirigeants, ce sont simplement de vieilles personnes, des gens timides ou qui ont peur, mais des personnes qui existent et sont tout aussi affectées par la situation de la vallée, même si elles ne sont pas “visibles”. Ce projet est né lors de rencontres sur les barricades en décembre 2012 avec des personnes qui participaient aux manifs. Lorsque le mouvement social le nécessitait, elles venaient en silence et repartaient en silence, même si elles avaient beaucoup à dire. Il est né également au cours des voyages de tournage où nous avons connu untel qui connaissait untel qui connaissait Mr et Mme X mais pour pouvoir s’en approcher il fallait mener une véritable quête car ce sont des personnes âgées, aux mille histoires perdues entre les avocatiers et les oliviers, entre les roches et les “espinos”.  Il est aussi le fruit de rencontres  au cours d’activités réalisées avec des enfants (ateliers d’échec, de musique et d’escalade) oú nous avons connu des professeurs et des parents, ou simplement lorsqu’on se promenait  un jour au bon endroit et au bon moment.

 

021

 

014

 

Dscf3581M

Thumb_241_18194041454_352_n_copia
LGAL

Gustavo Iribarren Originaire de la Vallée du Huasco, il a suivi des études d'architecture à Valparaiso et a participé au sein de l'université à des ateliers de photographie. Il suit plus tard des cours de francais à Pau et à Rennes où il participera des ateliers de cinéma et de journalisme dans le cadre de l'université de Rennes 2. Il rédige... See more

Newest comments

Thumb_default
cela fait plaisir de vous aider pour une bonne cause. monique
Thumb_default
bravo pour cette initiative, il faut continuer. eu l'info grâce à lucas martin mon "super" neveu. valérie
Thumb_default
Super initiative, je vous soutiens à 100% dans ce projet de docu. A très vite en el Valle del Huasco!!!!