DOUB, un spectacle construit entre Lyon et Rabat, un classique pour rapprocher générations, cultures, disciplines artistiques. We need you!

Large_1459154_241471752688958_1832669807_n

Présentation détaillée du projet

Semelle de vent avec La fille du pêcheur et Dabateatr présentent :

 

Doub

                                    

                           Doub_arabe                                                                  

Une adaptation franco-marocaine de L'Ours de Tchekhov, un classique modernisé pour tous !

 

                                                      We need you! Htajinakoum!

 

1544941_258035867699213_48590214_n

 

Les premières représentations se sont déroulées

 

les 15 et 16 Janvier 201420h30,

à l'Espace Baudelaire à Rillieux-la-pape (69140)

 

Un débat sur le bilinguisme a clôturé la représentation du 16 janvier avec comme invitée Khadija Assila, linguiste et conteuse marocaine !

 

Entrée libre.

 

Partenaires : ToiToi Le Zinc, la Cie Imaginoir Théâtre, le CREF de Lyon, le Goethe Institut de Rabat.

 

Img_20140110_144451

 

 

C'est un spectacle en 3 volets, né de la rencontre entre un masque, un texte, L'Ours et un désir.

Celui d'une équipe, Semelle de vent, et tout particulièrement de Fatimzohra Zemel, comédienne et initiatrice du projet, de jeter à nouveau un pont culturel et artistique entre la France et le Maroc.  

 

C'est une invitation à (re)découvrir Tchekhov différemment, en proposant une adaptation franco-marocaine de la pièce L'Ours.

 

C'est un projet au croisement entre 3 cultures.

La culture marocaine et la culture française d'une part, à travers un travail sur le bilinguisme et la façon dont les langues françaises et darija* s'entremêlent, à l'image de la nationalité des comédiens; et d'autre part, les cultures marocaine et russe. Deux pays qui semblent éloignés, géographiquement et culturellement, révèlent d'étonnantes concordances ...

* arabe dialectal marocain

 

A découvrir dans la plaisanterie de Tchekhov!

 

                                                       156358_257405851095548_127061262_n

 

Retour sur Anton Tchekhov et sa création de L'Ours : 

 

Anton Tchekhov est l’un des auteurs les plus connus de la littérature russe et reste l’un des plus grands auteurs de l’histoire du théâtre occidental. C’est un personnage en avance sur son temps, autant dans la forme de ses textes que sur le fond des sujets traités. Un homme qui aime raconter des histoires de gens.  

 

L’Ours est sa première farce et la première pièce de l’auteur à être entrée au répertoire de la Comédie-Française. C'est une comédie en un acte où Tchekhov ironise sur les préalables d'une vie à deux.

 

Elena Ivanovna Popova, ici Bouchra Elouazzani « une petite veuve avec des fossettes aux joues, propriétaire terrienne », s'est retirée du monde depuis la mort de son mari et refuse de recevoir Bouch3ayeb Smirnof, « un homme encore jeune, propriétaire terrien » un exploitant à qui son mari devait de l'argent, et qui vient, lui-même tenu par ses propres dettes, le lui réclamer. Désespéré, mais surtout très en colère devant ce refus, Smirnof décide de rester chez Bouchra Elena Ivanovna Popova jusqu'à ce qu'elle le paie.

 

Retour sur le travail développé par les comédiens :

 

1526657_256736277829172_825956737_n

 

Un travail de (re)création par le corps, le masque, et la rencontre entre deux langues . La démarche du masque rejoint celle de Tchekhov dans son œuvre, puisqu'il « souligne une rigidité, suggère une fragilité et démasque une vérité». 

 

  Img_6178

 

Ici, les différentes techniques de mouvements, de présence, de gestes et de voix sont utilisées : le mime, le théâtre dansé asiatique, la langue des signes, les dessins animés ou le cinéma burlesque. L'emploi de ces moyens permet aux interprètes de réinterroger la puissance scénique du mouvement des corps et du masque.

 

Img_20140110_143756

 

Si le masque de l'ours est réel, c'est en utilisant les techniques de maquillage scénique que les autres personnages seront masqués. Au delà d'une simple transformation de visage, les masques permettent dans cette adaptation d'intervertir les sexes, puisque le personnage masculin est interprété par une comédienne et le personnage féminin, par un comédien.

 

                 Dsc_0234

 

Par ailleurs, Fatimzohra Zemel, meneuse du projet, aime travailler en interdisciplinarité et dans une dynamique de rencontre avec des artistes d’horizons différents.

 

... C'est ainsi qu'est venue l’idée de proposer une autre écoute et une autre vision de cette farce mondialement connue via un travail sur la langue.

 

Retour sur le travail linguistique : 

 

La pièce russe d'Anton Tchékhov sera travaillée avec la traduction française d’André Markowicz et une adaptation marocaine des acteurs avec l'aide de Jaouad Essounani (Directeur Artistique du DABATEATR).

 

Ici, la maîtrise des deux langues, français et darija (arabe dialectal marocain) offre cette opportunité. Parfois en écho, les deux langues s'entrechoquent entre les personnages mais également au sein d’un même personnage. Ainsi, dès son apparition, la "petite veuve à fossettes" parle arabe et français, et doit se confronter à "Doub", l'ours. On assiste alors à un glissement progressif d'une langue vers l'autre à mesure que l'histoire se déroule et que le ton monte entre les protagonistes.

 

 

« Personne n’a compris avec autant de clairvoyance et de finesse le tragique des petits côtés de l’existence ; personne avant lui ne sut montrer avec autant d’impitoyable vérité le fastidieux tableau de leur vie telle qu’elle se déroule dans le morne chaos de la médiocrité bourgeoise. » Gorki.

 

 

Img_20140110_151201

 

 

De droite à gauche : 

 

Faissal Azizi : Bouchra ELOUZZANI "jolie petite veuve à fossettes", comédien/chanteur marocain.

Issu de l'Isadac en 2008, il aura fallu peu de temps à Faissal Azizi pour faire connaitre son talent. Musicien, animateur radio, Faissal est avant tout comédien. De théâtre, au sein de la troupe DABATEATR où on le remarque dans la pièce Il/Houwa, mais aussi de télévision, puisqu'il incarne le truculent Habib dans Kaboul Kitchen, une série produite par Canal +

 

                                                        Img_0115

 

Fatimzohra Zemel : Bouch3ayeb SMIRNOF "propriétaire terrien", comédienne franco-algérienne du Dabateatr).

Egalement issue de l'Isadac, Fatimzohra fait partie de l'équipe de comédiens à l'origine de DABATEATR et a joué dans de nombreuses pièces dont Crash land et D'Hommages mis en scène par J. Essounani. A son retour en France, désireuse de poursuivre l'échange artistique et culturel, elle fonde Semelle de vent et suscite plusieurs pièces dont le Barbier le Major et le Nez

http://www.youtube.com/watch?v=G-ab2fr0-4s

 

                                   Img_6270

 

Fabrice Taponard : "valet de chambre", comédien /metteur en scène/ musicien.

Amoureux des masques de tous continents, comédien, mais aussi directeur d'acteur, il s'intéresse de près au travail du corps durant tout son parcours. Comédien dans Crash land, Fabrice continue son expérience artistique au Maroc, avec Beldi/Roumi et Doub. Passionné de musique, guitariste, il perfectionne son art au contact de cultures différentes. De par ses particularités d'approche, le re-travail du texte avec bilinguisme, l'inversion des sexe, les masques.

                                                                 

                                                        Img_0051

 

Cette adaptation de Tchekhov, un classique, s'inscrit dans des problématiques sociales très actuelles : les rapports entre les sexes, la crise, mais aussi l'estompement des frontières.

 

Lors de sa phase de préparation à Rabat dans le cadre du partenariat avec DABATEATR, une des plus grosses compagnies de théâtre marocaine avec des troubadours devenus référence, des agitateurs culturels en leur pays, le projet a déjà suscité l’intérêt de la presse et de certains programmateurs.

 

Articles de presse :

 

http://www.illionweb.com/tchekhov-en-terre-marocaine/

 

http://www.lavieeco.com/news/culture/on-ne-plaisante-pas-avec-tchekhov--27874.html

 

Nous voulons donner a DOUB toutes ses chances, en France et au Maroc !

 

 

                                                  Img_20140110_150808

À quoi servira la collecte ?

Nous avons déjà obtenu un soutien financier de la part de la Cie La fille du pêcheur en résidence à Rillieux-la-Pape qui a permis le travail de la plasticienne sur le masque et les allers-retours France-Maroc des comédiens lors de leur première semaine de travail en résidence au Maroc, à Rabat, en octobre 2013.

 

Néanmoins, pour que ce spectacle grandisse, nous avons besoin de soulever des fonds que nous estimons à 3000€ ...

 

Cet appel à financement participatif vise à financer la moitié de cette somme, soit 1500€.

 

Ces fonds nous seront grandement utiles pour:

- les costumes,

- les décors,

- la scénographie,

- l'impression des supports de communication,

- le défraiement d'un intervenant extérieur, spécialiste du mime corporel,

- la captation vidéo du spectacle pour sa diffusion.

 

 

Nous comptons sur vous pour atteindre cette somme et peut-être même la dépasser ...

 

Nous avons besoin de vous! Htajinakoum!

 

 

Thumb_1459154_241471752688958_1832669807_n
Semelle de vent

Semelle de vent est une association créée en 2009 à Lyon par Fatimzohra Zemel, artiste interprète, et présidée par Mathilde Folliet. Porteuse des projets artistiques, Fatimzohra aime à créer un terrain de jeu et de rencontre. Semelle de vent est tournée vers l'ailleurs et vers l'autre, mêlant disciplines artistiques, expériences du vivant et curiosités... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Toute chère Fatym Zohra, J'ai eu vent que tes semelles allaient te ramener au Maroc par les détours du théâtre russe et cela m'enthousiasme beaucoup. Ma participation financière est symbolique mais mon cœur et mes idées vous accompagnent entièrement, chaleureusement. Lorraine
Thumb_default
Beau projet, des bisous Fatym Zahra et bon courage ! (à toute l'équipe également)
Thumb_default
Bon courage pour cette belle initiative !!