Aidez-nous à réaliser notre reportage vidéo sur les 10 ans de la loi Dupont, loi attribuant des droits aux détenus en Belgique.

Large_cover-1425476125

Présentation détaillée du projet

En janvier 2005, la loi sur l’administration des établissements pénitentiaires et le statut juridique des détenus, appelée loi Dupont, est votée. Elle attribue aux prisonniers un statut juridique légal, l’application de leurs droits fondamentaux ainsi que les moyens pour faire valoir ces droits. Parmi ceux-ci, le droit à la préparation à la réinsertion.

 

10 ans plus tard qu’en est-il de cette loi ? Les chiffres, les avis de certains experts, tels que l’Organisation internationale des prisons, et les divers témoignages récoltés lors de nos premières recherches nous laissent comprendre que celle-ci est loin d’être appliquée dans son intégralité et de manière homogène dans l’ensemble des prisons de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Près de la moitié des dispositions votées à l’époque ne sont aujourd’hui pas entrées en vigueur. En parallèle de cette problématique, une surpopulation criante et de mauvaises conditions de détention que les professionnels du milieu dénoncent en nombre.

 

Comment dès lors faire rimer réinsertion avec prison?

 

Chaque année, des milliers de prisonniers retrouvent leur liberté, 17,661 en 2013 selon Statistics Belgium. Combien parmi eux ont réellement retrouvé leur place dans la société ? À l’heure où la prison, plus qu’une privation de liberté, détruit considérablement les liens sociaux, familiaux et professionnels, il est légitime de se poser la question de savoir comment, intra-muros, les prisonniers arrivent à se reconstruire pour pouvoir prétendre à la réinsertion en dehors des murs carcéraux.

 

Typographie_flora_fosset-1425481079

 

Objectif-1425475551

 

Dans notre reportage, nous investiguerons donc la mise en place de cette loi Dupont, son application dans les diverses prisons de la Fédération Wallonie-Bruxelles mais aussi la place de la réinsertion dans l’univers carcéral. Nous irons à la rencontre de professionnels du milieu pénitentiaire, d’experts, de bénévoles, de politiques, de détenus mais également d'ex-détenus qui ont pu, ou non, profiter d’un plan de détention individuel. Nous tenterons de comprendre l’importance de la formation et des loisirs, organisés dans un but d’épanouissement et d’amélioration des perspectives de réinsertion.

 

Plus qu’un projet de fin d’études, ce reportage vidéo d'une vingtaine de minutes sera le moyen de remettre au centre des préoccupations les conditions de détention des prisonniers et d’aller à la rencontre des politiques. Dans un réel soucis d'efficacité, nous mènerons l'investigation sur le long terme et prendrons le temps de rencontrer toutes les parties concernées par ce sujet. 

 

Team-1425475528

 

Bio1-1425476024

Bio2-1426020054

 

 

Cequenousallonsmettreenplace-1425475513

 

Vous pourrez suivre notre démarche, nos rencontres et l'avancée de notre projet à travers nos différentes pages sur les réseaux sociaux : Facebook ,Twitter & InstagramNous vous y tiendrons informés par des articles, des photos et des vidéos. Mais surtout vous pourrez nous y donner votre point de vue et nous faire part de vos questions. Nous nous ferons un plaisir d'y répondre.

 

 

Pour vous permettre une meilleure visibilité et une meilleure lecture de toutes ces informations, vous pourrez retrouver l'entièreté de nos publications sur RebelMouseEnfin, une projection de notre reportage sera organisée dans le courant de l'année 2016, à laquelle vous êtes d'ores et déjà invités.

À quoi servira la collecte ?

Afin de réaliser notre reportage sur ce sujet de société, nous avons besoin de vous pour nous aider financièrement. En effet, nous estimons nos dépenses à 700€.

 

- Transports: 400€

- Documentations et recherches: 200€

- Soirée diffusion de notre reportage: 100€

 

Les déplacements en voiture sont essentiels si nous voulons pouvoir aller interroger les différents intervenants des prisons de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les prisons étant fort espacées et les rencontres nombreuses, les coûts liés à l'essence seront élevés.

 

Pour effectuer au mieux notre reportage, nous devons continuer nos recherches. Ce qui correspond à l'achat de livres, de revues scientifiques, la participation à des conférences, des colloques...  

 

Et si nous dépassons cette somme d'argent ? Ce serait formidable ! Notre projet nous tenant vraiment à cœur, nous voulons nous y investir pleinement. Cet argent nous permettrait ainsi de pousser nos recherches, jusqu’à aller voir ce qu’il se passe dans les prisons des pays scandinaves.   

 

Thumb_logo2-1425476398
DroitsAuxMurs

Caroline, Malaïka et Zélie sont trois étudiantes en journalisme à l'IHECS (Bruxelles). Passionnées par les sujets de société, elles sont motivées et extrêmement impatientes de se lancer dans ce projet.

Derniers commentaires

Thumb_default
Courage et bonne continuation !
Thumb_logo-1427548858
GO GO GO, les filles!
Thumb_default
Belle initiative et bonne chance! ;)