Réalisation d'un court métrage et finalisation d'une série photo, à Winnemucca, Nevada.

Large_bandeaukkbb-1484912861-1484912867

Présentation détaillée du projet

Drop Me Off

 

Drop me off

You can leave me there alone in Winnemucca

I don’t need anyone else around and I don’t need to know anyone from town

Just put my heart in gasoline and some money in my pocket

Leave me at Winner’s Casino and let me disappear

For awhile

 

Winner’s Casino / Richmond Fontaine

 

 

En écho à cette chanson, j’ai commencé il y a deux ans une série photographique qui réunit ces endroits en apparence insignifiants qui dans ma mythologie personnelle sont bien plus intimes que les réels lieux de mon enfance. Les seuls endroits où, seul et les poches vides, je pourrais me sentir en accord. Et où tout me semblerait possible à nouveau, sans toujours savoir dire pourquoi. Ces images me disent bien plus que je ne saurais l’expliquer.

Dans cette série, il y a une capture d’écran du Winner’s Casino de Winnemuca, une petite ville perdue du Nevada, et j’ai longtemps cru que cette image traquée sur GoogleStreet me suffirait, sans que j’aie à y aller physiquement. Comme j’ai su le faire dans des travaux précédents, je pensais que l’essentiel de l’image ne reposait pas sur une prise de vue, ou alors, au sens littéral. J’avais pris cette vue, et cela me suffisait.

 

Dans mon précédent projet (T)HERE, j’ai photographié une inconnue par internet, où qu’elle soit de par le monde. Elle ne me connaissait pas, ne me voyait pas, je ne lui donnais aucune indication.

Nous avons pris des dizaines de rendez-vous sur Skype à chaque nouvelle ville qu’elle visitait. Elle était livrée à elle-même, seule devant son ordinateur, je photographiais mon écran à des milliers de kilomètres de là.

De par ce dispositif, je tentais de soulever la question si contemporaine de l’ubiquité.

D’autre part je voulais dépouiller une pratique de ses artifices et mettre en lumière sa spécificité, en laissant les questions ouvertes : sans ses atouts traditionnels que sont le choix de la lumière et du cadrage, qu’est ce qu’un photographe, et que devient son sujet ? Que devient le «I was there» quand on photographie un endroit sans y être jamais allé, un sujet sans l’avoir jamais rencontré ?

 

Avec DROP ME OFF, il s’agit cette fois d’aller physiquement à la rencontre de souvenirs imaginaires. Encore une fois, il s’agira d’interroger les frontières entre documentaire et fiction, exhibition et intimité, et de tenter, par la captation de vies inventées, de ciseler une réalité en débusquant les multiples virtualités qui la composent.

 

En contrepoint de l’analyse qui envisage la photographie comme mortifère, je veux m’appliquer à explorer sa capacité à donner vie, à cristalliser ce qui est là, en suspens, mais n’aurait pas émergé sans qu’une image ne le révèle.

Comme une canne à pêche quantique matérialise le poisson dissous dans l’étang, l’acte photographique est je pense, inventeur, au sens où l’on emploie ce mot pour qui découvre un trésor.

 

Je sais maintenant qu’un trésor m’attend au Winner’s Casino, et j’ai fini par comprendre que je ne pourrait clore cette série sans y aller, matériellement, et confronter l’image initiatrice du projet à celle que je ferai sur place, et que si je ne le photographie pas, il n’existera jamais.

 

De cette envie est né un projet de film. Il y sera question de vies inventées, de mémoires en devenir et de fictions essentielles. Il y aura de lentes prises de vues et la cristallisation d’une réalité. Il fera nuit, il y aura des mensonges. Ce sera en somme, une histoire vraie.

 

Bandeaukkbb2-1484911979

 

Le titre du film sera DROP ME OFF, l’épigraphe en sera True Stories Start At The First Lie, le nombre de noms au générique dépend de Vous

 

Le film sera projeté conjointement à l'exposition de la série photo dans le cadre de l'exposition TRUE STORIES Start At The First Lie dans la galerie Le magasin de jouets à Arles à partir du 19 mai 2017. L'exposition aura lieu jusqu'à fin juin.

À quoi servira la collecte ?

 

 

1000 € en frais de voyage

2000 € pour le tournage, locations et assurances

1000 € pour l'hébergement et la logistique

1300 € pour le montage et les tirages d'exposition

500 € de commission

 

C'est un budget à minima. Dans le cas où la collecte dépasserait l'objectif, le tournage serait rallongé...

Merci d'avance à tous les contributeurs, rendez-vous le 19 mai à Arles !

 

(Les fonds récoltés sur cette plateforme seront reversés à Thyl Détré)

 

 

Thumb_avatarkkbb-1484752642
thyl détré

Photographe / 2010 - (T)HERE - film photo / 2016 - Chambre avec vues - exposition en collaboration avec Armelle Sèvre.

Derniers commentaires

Thumb_1378163_10151965784411018_225570179_n-1488810322
Bravo !!! :-)
Thumb_995140_489069301181315_392616000_n-1432921146
Ayé!!! Bravo!!! Hâte!!
Thumb_nouveau_logo
aller c'est la dernière ligne droite, mon ami... Bon concert de soutiens.:) Bisous. M.

Vous aimerez aussi