30 jours pour bonifier et déployer Èbe dans tout son potentiel : objectif atteint en 10 jours grâce à nos super donateurs, MERCI et on continue!

Large_cover1-1501517896-1501517945

Présentation détaillée du projet

100% de notre objectif atteint en 10 jours = jubilation! MERCI!

Mais c'est pas fini, on continue et tous les dons vont servir à soutenir le projet!

Allez faire un tour dans la section "À quoi servira la collecte" ! 

 

Donnez un coup de pouce, déplacez une montagne!

 

En collaboration avec la Caisse Desjardins de la Culture, Tangente est fière de soutenir ce projet artistique qui sera présenté lors de notre prochaine saison de danse contemporaine.

 

Les artistes sélectionnés ont reçu une journée de formation dispensée par la Caisse Desjardins de la Culture, Nathalie Courville, ambassadrice au Canada de KissKissBankBank et spécialiste en communication et en financement du domaine culturel ainsi que par le Professeur Renaud Legoux de la chaire en Gestion des arts Carmelle et Rémi-Marcoux de HEC Montréal. Les créateurs sont entièrement responsables de la planification et la gestion de leur collecte de fonds. De plus, la Caisse Desjardins de la Culture bonifie la campagne de 500 $ supplémentaires dès les premiers 1000 $ atteints.

 

En participant à ce projet de sociofinancement, vous contribuez de manière significative à la création artistique de l’artiste tout en développant son autonomie financière. Merci!

 

Diffusion du 8 au 11 février 2018 par Tangente au Wilder Espace Danse.

 

Le projet Èbe est une collaboration entre Sarah Bronsard (danse) et Patrick Saint-Denis (art audio) développée autour d’une scénographie interactive composée d’un choeur de cinq accordéons-robots qui interagissent avec la danse. La performance aborde la question du souffle et de certains éléments rythmiques et sonores issus du flamenco à travers le prisme des technologies numériquesÈbe s'intéresse au phénomène des marées. Leur mouvement incessant et vital comme une respiration, et ce qui se révèle sur la plage lorsque les eaux se retirent, sont les points d’ancrage poétiques qui nourrissent le travail (d’ailleurs le mot “Èbe” signifie marée descendante). Concrètement, ceci se traduit dans un travail autour de la respiration des accordéons, le développement d’une gestuelle et de rythmes (flamenco) rappelant le flux et le reflux des marées et d’une composition sonore, inspirée de chants marins détournés et de sons de bateaux, jouée par les accordéons.

 

Pour la petite histoire, le projet Èbe a débuté il y a plus de deux ans, lorsque Sarah et Patrick se sont rencontrés grâce à l'intuition de la directrice du Studio 303. Les chorégraphies de Sarah qui abordaient déjà la robotique et les arts numériques, ainsi que les oeuvres de Patrick qui exploraient la notion de mouvement spatial dans un contexte de création sonore, ont donc favorisé l'émergence de ce projet. Depuis, nous avons bénéficié de trois résidences de création : en 2016 au centre Corps Chorus (Laurentides) et au Studio 303 (Montréal), et à la fin de l'été 2017 au Département de Danse de l'UQAM.

 

 

 

NOS BIOGRAPHIES

 

Ebei-239-1508249339

crédits photo : Luma R. Brieuc

 

Sarah Bronsard trouve son terrain le plus fertile en danse après un parcours en arts visuels et numériques. À travers diverses collaborations musicales, robotiques et chorégraphiques, elle développe des dialogues à partir de la danse flamenca où rythmique, intensité, contrastes, et codifications entrent en jeu. Dans ses créations, elle cherche l’invisible à voir et ce qui traverse le vivant sous des formes passagères. Ses projets récents "Ce qui émerge après (4kg)", (présenté à Montréal, Bordeaux, Cardiff, Turin et Arnhem lors de la tournée internationale Dance Roads 2014), et "En attendant le pick-up", une co-création avec la chorégraphe Nancy Gloutnez (2015), ont été diffusés par Tangente et soutenues par le Studio 303, le Conseil des Arts du Canada et le Conseil des Arts du Québec. Elle poursuit actuellement une maîtrise en danse à l’UQAM autour de l’interaction entre musiciens et danseurs sur scène, à travers la pièce "Le frottement du monde" en collaboration avec Émilie Girard-Charest (composition et violoncelle), et elle développe la pièce "Èbe" avec Patrick Saint-Denis (art audio et robotique) qui sera diffusée par Tangente en février 2018.

www.sarahbronsard.com

 

Patrick Saint-Denis est un compositeur travaillant principalement en art sonore et en scénographie interactive. Ses oeuvres vont de l’installation vidéo à la machinerie robotisée à grande échelle. Son travail est régulièrement présenté en concert, en exposition et en danse tant à Montréal qu’à l’étranger. Il est chargé de cours en musique visuelle et en lutherie numérique à l’Université de Montréal depuis 2010.

www.patricksaintdenis.com

 

À quoi servira la collecte ?

Nous avons maintenant atteint 100% de notre objectif! Cependant, toute aide continue à être accueillie avec beaucoup de reconnaissance et nous donnera un grand coup de main! Alors à partir de maintenant :

 

112% de notre objectif = on se rembourse nos chargeurs de batterie de ski-doo (pour les accordéons sans fil)

 

142% de notre objectif = on se rembourse nos locations de camions pour déplacer nos belles bêtes (maintenant toutes baptisées!!!).

 

157% de notre objectif = 10 heures de plus de temps de travail avec nos conseillères artistiques pour enrichir l'oeuvre.

 

200% de notre objectif = on se paye nos heures en studio et on investit dans la planification d'une tournée (inter-galactique, soyons fous!)!

 

L'aide reçue jusqu'à maintenant nous permetra de payer la conception des éclairages de la pièce par Hugo Dalphond et nos conseillères artistiques, Ginelle Chagnon et Myriam Allard. Jusqu'à maintenant, nous avons tous deux été plongés dans la mise en place de l’univers référentiel de la pièce, le développement de la musique et de l’ensemble des interactions entre la danse et les accordéons-robots. Nous avons maintenant besoin de prendre du recul sur l’oeuvre, questionner le travail, peaufiner la chorégraphie et l’interaction entre les deux individus sur scène. Ginelle Chagnon accompagnera nos répétitions à titre de conseillère artistique et Myriam Allard sera ponctuellement invitée en studio pour nourrir notre réflexion entre flamenco et art numérique. 

 

Depuis sa création, le projet Èbe a reçu le précieux soutien du Conseil des Arts et des Lettres du Québec par l'entremise d'une bourse de recherche-création, la bourse Jeunes Mécènes Investis pour les Arts par l'entremise du Conseil des Arts de Montréal et tout récemment, une bourse du Conseil de Arts du Canada. Nous avons maintenant besoin de votre aide pour soutenir les dernières étapes de ce projet ambitieux qui nous tient à coeur!

 

BIOGRAPHIES DE NOS COLLABORATEURS

 

 

Ginelle-1509117667     

 

Ginelle Chagnon fait ses débuts professionnels aux Grand Ballets Canadiens en 1971. Après une courte carrière en ballet, elle se tourne vers la technique Limon et joint rapidement les rangs de la danse contemporaine. Dans les années 1980, elle s’initie au travail de répétitrice auprès des compagnies de répertoire Danse Partout et Montréal Danse. Ces années passées à l’écoute des différents processus de création s’avèrent formatrices et la préparent à assister nombreux interprètes dans le processus d’interprétation ainsi qu’à la création d’oeuvres de différents chorégraphes, notamment  Jean-Pierre Perreault à partir de 1993 et Paul-André Fortier depuis 1996. Pendant plus de trente ans, elle a enseigné la technique contemporaine en milieu professionnel, au Canada et à l’étranger. Elle a fait partie de la faculté de danse contemporaine de l’Université Concordia et a également siégé au conseil d’administration de la Fondation Jean-Pierre Perreault de 2003 à 2014 alors que cet organisme s’oriente à devenir un institut du patrimoine de la danse contemporaine québécoise. Actuellement, elle assiste encore les créateurs, chorégraphes et interprètes dans leur processus créatif. Elle s’affaire également à la documentation, la conservation et la mise en valeur des oeuvres chorégraphiques contemporaines. Aussi, elle s’intéresse à la mise en commun du patrimoine de la danse et favorise les ateliers de danse et de créativité pour tous. 

 

 

Myriam-1509117435 

crédits photo : Levent Erutku

 

Sensibilisée à la musique et à la danse dans son enfance, la découverte du flamenco provoque chez Myriam Allard un bouleversement. Elle quitte le Québec pour s’installer en Espagne où elle réside durant 6 ans. Myriam fait ses débuts professionnels sur les planches de tablaos flamencos en Espagne, puis dans différentes formations au Japon, en France et en Allemagne. Ses expériences outre-mer culminent avec son intégration dans la compagnie d’Israel Galvan pour la pièce Galvanicas en 2002. Forte de ces rencontres européennes et d’un solide bagage professionnel, elle rentre au Québec pour y fonder avec Hedi Graja La Otra Orilla au sein de laquelle elle développe un langage chorégraphique unique et crée 7 productions qui tournent au Canada, aux États-Unis, en Amérique latine et au Royaume-Uni. La Otra Orilla répond à une volonté d’indépendance pour poursuivre un travail de recherche et de personnalisation de la forme. S’appuyant sur une grande maîtrise des codes flamencos, la danse de Myriam Allard se libère des cadres esthétiques canoniques et développe un langage à l’intérieur duquel l’instinctif, le jaillissant, côtoient à tout moment le sensible, le raffiné; et dans les profondeurs une force latente, une tension sourde. http://www.laotraorilla.net

 

 

Hugo-1509117606  

 

Hugo Dalphond collabore en tant qu’éclairagiste et scénographe sur différents projets en théâtre et en danse. Il s’intéresse particulièrement aux contextes de création permettant le brouillage des frontières disciplinaires et l’expérimentation. En parallèle à ces projets collaboratif, il interroge dans une démarche artistique personnelle la synergie des corps, de l’espace et de la lumière dans l’élaboration d’espaces scénographiques immersifs. C’est principalement en modulant les modes de perception du spectateur, qu’il fonde ces espaces englobants destinés à l'affirmation d'une expérience sensorielle alternative. L’espace scénographique immersif est un dispositif organisateur de rencontre entre spectateurs et performeurs qui s’appuie sur l’élaboration d’une poésie basée sur des rapports de proximité, d’intuition et d’affectivité. https://www.hugodalphond.com/

 

 

Thumb_portrait_sarah-1509129369
Sarah Bronsard

SARAH BRONSARD trouve son terrain le plus fertile en danse après un parcours en arts visuels et numériques. À travers diverses collaborations musicales, robotiques et chorégraphiques, elle développe des dialogues à partir de la danse flamenca où rythmique, intensité, contrastes, et codifications entrent en jeu. Dans ses créations, elle cherche... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonne chance à ton projet, Sarah. J'espère de tout cœur que le financement va être à la hauteur de tes attentes pour que ce projet si original se réalise. Nicole
Thumb_default
Bonne chance! Je n'aurai pas la chance de vous voir à Tangente en février, mais je vous souhaite un beau succès!
Thumb_default
Hâte de voir ce projet!