eclosion présente

Éclosion

Étudiants en Arts, nous créons notre première exposition "Éclosion" au restaurant Le Bon Accueil à Saint Haon le Vieux, du 11au 18 Septembre

Large_affiche-eclosion-kisskiss-1438548261-1438548281

Présentation détaillée du projet

Trois amis créent leur première exposition

Thomas Pallin (École Supérieure d'Arts de Clermont Métropole)

Mathilde Lassaigne (Université Jean-Monnet, Saint-Étienne, Faculté Arts Plastiques)

Anaïs Déal (École Supérieure d'Arts de Clermont Métropole)

 

Image-kisskiss-1438534600

 

 

Quel est notre projet?

 

L’exposition « Éclosion » aura lieu au Restaurant Le Bon Accueil à Saint Haon le Vieux, du 11 au 18 Septembre 2015.

 

Tous impliqués et passionnés par l’Art Contemporain, nous voulons confronter nos projets artistiques au réel, pour évoluer encore plus vite. Entreprendre et réussir une exposition, un événement culturel est un point de départ, un premier pas en dehors de l’école.

Pour cela nous avons besoin de:

-Trouver un lieu d’exposition

-Faire de la publicité dans la région 

-Acheter les matériaux nécessaires pour installer les oeuvres

-Préparer le lieu  (rénovation, agencement de l’espace…)

-Organiser le vernissage 

 

 

Qui sommes-nous?

 

Thomas

Née en 1991, Thomas cultive sa différence dans un petit village en pierre d'arkose non loin de Clermont Ferrand. Inspiré de l’art minimaliste, du design et de la photographie de Depardon, son travail est au départ une rencontre avec le réel. Tiraillé entre l’architecture des villes et le vide des campagnes, il glane ses photographies dans ces espaces spécifiques, instants précieux d’un voyage solitaire, en quête de liberté. Son voyage continue en laboratoire argentique où il développe, tire ses photographies, les analyse, les comprend, afin de choisir un médium avec lequel il va retranscrire ses images: papier photo, métal, verre, bois, peinture…

 

Mathilde

Née en 1994, Mathilde a grandi dans le restaurant gastronomique de ses parents sur la Côte Roannaise. Elle pratique la photographie argentique et prône le bon, le beau et le corps. À la recherche des traces indicielles, elle voue sa passion au corps, à la peau et au mouvement. Elle préfère travailler en studio photo, pour les qualités que ce lieu lui procure. En effet, elle peut jouer aisément avec la lumière. 

Inspirée d’artistes comme le tragique de Ralph Eugène Meatyard et la délicatesse d’Edouard Weston, Mathilde ne cesse de chercher un lien entre la beauté des choses et l’ancien. Elle s’interroge sur nos réalités émotionnelles. Ses photographies sont le témoignage d’un passé, d’êtres disparus et d’éléments émotionnelles qui sont toujours là, toujours présents avec nous. Nous pouvons mettre cela en relation avec l’histoire qui est sans cesse présente et qui ne cesse d’être réécrite. Lorsqu'elle photographie, elle essaye tout comme Meatyard de représenter le vif dans le mort, le passé dans le présent tout deux immanents dans l’instant. Son travail est un véritable témoignage. Elle traite des sujets qui lui tiennent véritablement à cœur, la violence et l’automutilation qu’elle a traité cette année. Elle essaye par le biais de l’art d’aider autrui dans sa recherche du bon. On pourrait parler d’une thérapie artistique.

 

 

 

Anais

Toujours sur la côte Roannaise, Anaïs est née en 1993. Étudiante venue du design et arrivée en École d’Art depuis peu, elle se passionne pour la photographie argentique, l'écriture et l'espace scénique et théâtrale. Son travail chargé d'un lourd passé nous entraîne dans un univers où l'humain et le temps sont au centre. Parfois angoissant, parfois apaisant, son travail nous raconte des histoires mettant en relief des choses telles que des émotions.

Elle travaille et entretient une dynamique de l'attente en plaçant le spectateur dans une situation souvent instable, irrésolue ou « à suivre », sans pour autant le satisfaire d'un dénouement.

 

 

 

Artistes invités

 

Delphine Drouet

Étudiante à l'Ecole Supérieure des Beaux Arts de Lyon. Mon regard se porte sur le médium photographique lui-même, la fragmentation du temps. L'image en tant que mémoire, privée et collective. Faire trace du réel tout en questionnant le médium, les limites de la véracité de l'image photographique.

Plusieurs projets sur la notion de palimpseste : disparition du document par le recouvrement ; écriture grattée, lavée qui fait place à un nouveau texte, une nouvelle information. Le temps vient détruire partiellement l’image et l’information que celle-ci donne. Dans cette même idée de voile, le drapé et le corps est enveloppé pour mieux disparaître.

Dialectique autour du plein et du vide, de la présence et de l'absence, questionnement sur la mémoire. Quelle place reste-t-il pour l'individu et quelles en sont les manifestations sur le territoire ?

Je déambule, m'arrête, regarde, collecte. Fragment d'image, fragmentation du temps. Je cherche à saisir ces territoires en mutation, ces non-lieux chargés d'histoires brassées, recouvertes, réduites en débris.

 

 

Hannah Antoni 

Diplômée de l'Ecole Supérieure des Beaux Arts de Lyon. «  Semblerait-il que ce qui fait le lien entre nous et le monde ce soit nos interactions avec les autres? Que si un homme ne regarde, n'est regardé ou ne parle à personne il n'existe pas? Voici la leçon que je retiens de "Film" de Beckett. Plusieurs histoires sont racontées simultanément, des zones d'ombres perdurent. Des sous-titres qui n'explicitent pas l'image mais qui, au contraire, ouvrent une autre porte. Le spectateur échafaude des liens. Il réinvesti ainsi le mécanisme surréaliste. »  Hannah Antoni 

 

Un aperçu de notre travail

 

Img_6749_copie-1438535410   8512862_orig_copie-1438535609   Auto-mannip001_copie-1438535440   Img_3052_copie-1438535869   Img_3053-1438535887   11791949_10207023223730068_3333130323919208497_o_copie-1438535461   Image_ha1_copie-1438535480   Image_ha4_copie-1438535491      

À quoi servira la collecte ?

230€ pour l’impression des affiches, des flyers, des cartons d’invitations, des catalogues d’exposition et 20€ pour KissKissBankBank.

ON COMPTE SUR VOUS!Imgp6184_copie-1438536029

Thumb_auto-mannip001-2-1437758997
eclosion

Étudiants en Arts, nous créons notre premier exposition, Éclosion, au restaurant Le Bon Accueil à Saint Haon le Vieux, du 11 au 18 Septembre 2015.

Derniers commentaires

Thumb_default
je trouve votre projet très bien, continuez, j'en parlerai à des amis! Bises à tous
Thumb_default
Very good idea. Gooooood luck !
Thumb_default
Bravo pour le projet. La première expo est un moment fort qu'il faut vivre à fond.