Un documentaire de Lionel Retornaz, récit d'un voyage intime sur les traces d'Henri Michaux. Aidez-nous à financer la réalisation du film !

Large_ecuador_-_page_kkbb_-_fr

Présentation détaillée du projet

Versión española

 

Résumé du projet

 

Peut-on encore voyager aujourd'hui ? Les moyens de communication abolissent les distances, les télévisions s'immiscent jusque dans le quotidien des populations lointaines et, presque partout, le tourisme organise une expérience formatée. Michel Onfray, dans sa Théorie du voyage, nous rappelle que "l'un des risques [...] consiste à partir pour vérifier par soi-même combien le pays visité correspond bien à l'idée que l'on s'en fait". Doit-on pour autant cultiver la nostalgie de la découverte de contrées vierges et d'un regard pur qui appartiendraient au voyageur du passé ?

 

Déjà en 1928, dans le livre Ecuador, l'écrivain Henri Michaux semblait entériner la fin de l'innocence du voyageur. Il n'en abolissait pourtant pas la quête. Le voyage serait-il avant tout une aventure intérieure ? Le film Ecuador, lointain intérieur se propose de faire l'expérience d'un périple réel, imaginaire, intime, où se croiseront et dialogueront les impressions et les souvenirs de l'écrivain nomade et les miennes. Retourner aujourd'hui sur les traces de Michaux, l'Europe, l'Atlantique, l'Equateur, les Andes, les forêts du Brésil, l'Amazone, arpenter territoires lointains et espaces intérieurs, telle est l'entreprise, tel sera le voyage.

 

 

 

Naissance du projet

 

Au retour d'un long périple en Amérique du Sud en 2007-2008 naît l'idée de développer un projet personnel pour transcrire et transmettre cette expérience. Que faire de tout un pan de vie nomade, parfois difficile, parfois intensément libre ? Comment appréhender ce bloc d'images et de sensations ? Le cheminement était laborieux. Je me sentais alors terriblement seul avec mes souvenirs. Je cherchais comment poursuivre, où projeter mes pérégrinations réelles et intérieures.

 

Le livre Ecuador d'Henri Michaux fut une révélation. Son ancrage géographique sud-américain, mais plus encore les états et questionnements qu'il explorait trouvèrent un écho personnel immédiat. L'ouvrage fournirait donc la trame du film à venir.

 

Le mot de Lionel Retornaz, réalisateur du film

 

Lionel

 

Je me suis formé en autodidacte à Londres au sein de la chaîne cinéma TCM où j'ai occupé, de 2001 à 2007, les postes de responsable de l'habillage puis de réalisateur-monteur. J'ai également participé à des programmes sur le cinéma européen et américain et réalisé des interviews de grands acteurs et réalisateurs (William Friedkin, Peter Fonda, Raoul Ruiz, etc).

 

En 2007-2008, changement de cap et de continent : je parcours l'Amérique du Sud en itinérant (études d'espagnol  et  séjours au sein de communautés pré-colombiennes en Bolivie et Equateur). En 2010-2011, j'intègre le Master de documentaires de création de l'université Pompeu Fabra de Barcelone. En 2012, je termine le documentaire La craie et la plume programmé au festival FID Marseille, et entame le développement du projet de film Ecuador, lointain intérieur.   

 

En soutenant ce projet, vous faites confiance à un professionnel ayant plus de 10 ans d'expérience dans le domaine audiovisuel. Sachez également que je parle couramment anglais et espagnol et possède de bonnes notions en portugais, atouts majeurs pour le voyage à venir. Pour plus d'info sur mes réalisations je vous invite à consulter mon site internet www.kino-mad.com

 

Compte twitter : kino_mad / Compte linked-in : kinomad

 

Le mot d'Annabelle Bouzom, productrice du film

 

Lionel Retornaz a fait la preuve de son talent de réalisateur et de sa polyvalence dans les métiers de l’audiovisuel. Convaincue de ses capacités à mener à bien un projet de documentaire, je le soutiens dans la réalisation d’Ecuador, lointain intérieur. Il propose de nous faire partager, à travers un même film, trois expériences singulières : un témoignage intime et introspectif, une critique de la place du voyage dans nos sociétés contemporaines, ainsi qu’une réflexion dans laquelle tout voyageur, d’hier à aujourd’hui, saura se reconnaître : l’exploration, en définitive, n’est-elle pas principalement qu'intérieure ?

 

Les films de l’autre cougar est une société de production de films qui a pour ambition d'accompagner des projets conçus hors des sentiers battus. Grâce à la démocratisation des outils vidéo, le cinéma s'infiltre désormais partout et il est potentiellement porté par tous. Dans ce contexte, il doit relever le défi de l'exigence : c'est ce cinéma démocratique et ambitieux que nous accompagnons, à l’image du projet Ecuador, lointain intérieur.

 

Quelques infos sur Henri Michaux

 

Mich

 

En 1924, après une réception tiède de ses écrits par les gens de lettres de Bruxelles, il part pour Paris. En 1927, il publie son premier livre chez Gallimard, Qui je fus. En 1929, un voyage en Amérique du Sud amène à l'écriture d'Ecuador, récit d'antivoyage. A cette époque, l'auteur n'a pas 30 ans et son coeur est malade. En 1933, il continue l'exploration littéraire et géographique avec Un barbare en Asie. En 1941, Découvrons Henri Michaux, d'André Gide, attire l'attention du grand public sur l'artiste, ce qui propulse son oeuvre au premier plan, mais heurte aussi l'auteur discret et réservé.

 

Suite à la mort de sa femme en 1948, il se met intensément à peindre et publie Nous deux encore. La peinture prenant le pas sur l'écriture, il tient sa première rétrospective en 1951. Au milieu des années 50, il commence à expérimenter des drogues, voies alternatives d'exploration des mécanismes de la conscience humaine. Dans les années 70, grâce à l'admiration que lui portent les surréalistes et la Nouvelle Vague, son oeuvre obtient une reconnaissance mondiale.

 

Repères géographiques

 

Itin_raire

 

Itinéraire de Michaux (en rouge): Amsterdam (Pays-Bas), Atlantique, Canal de Panama, arrivée par le port de Guyaquil (Equateur) puis Quito et ses environs, Rio Napo jusqu'à Iquitos (Pérou), puis remontée de l'Amazone jusqu'à Manaus (Brésil) puis l'embouchure du fleuve. Enfin, Atlantique et débarquement au Havre (France).

À quoi servira la collecte ?

Pour lancer le projet, le réalisateur doit partir en repérages sur les lieux du voyage d'Henri Michaux : les Pays-Bas, l'Atlantique, l'Equateur, le Brésil. Votre soutien permettra de financer :

 

- les transports et l'hébergement (2800€),

- une partie de l'équipement utilisé lors de ces repérages (1400€),

- le travail d'écriture (1000€)

- le montage de la bande-annonce du film (800€).

 

Le but est d'obtenir une première matière cruciale, issue de ces repérages, pour entamer les démarches auprès des diffuseurs, des financeurs institutionnels (aides au développement et à la production) et de coproducteurs internationaux.

Thumb_cougar_2
L'autre cougar

Les films de l’autre cougar est une jeune société de production qui a pour ambition d'accompagner des projets conçus hors des sentiers battus. Grâce à la démocratisation des outils vidéo, le cinéma s'infiltre désormais partout et il est potentiellement porté par tous. Dans ce contexte, il doit relever le défi de l'exigence : c'est ce cinéma démocratique...

Derniers commentaires

Thumb_default
Bravo!!! C'est franchement genial !!!Biz Nat et Enzo
Thumb_max_kiss_kiss
Félicitation et bonne chance pour ton projet! Max
Thumb_default
Bonne route à ce beau projet !