Financez, avec moi, la publication de mon premier roman "La Dernière Lettre" aux Editions Baudelaire à Lyon.

Large_15494167_1640322626261053_1538883929_n-1481670354-1481670359

Présentation détaillée du projet

Un rêve, on en a tous un. Le mien, je l'ai commencé il y a deux ans. Comme ça, parce que j'en avais envie. Parce que surtout, j'en avais besoin. Ce besoin d'écrire quand on ne peut pas parler. Les mots se sont déversés sur le papier, les uns après les autres. L'histoire s'est formée. Et puis le titre est arrivé. La Dernière Lettre, parce qu'il n'y en aura pas d'autre.

 

On a tous connu une histoire d'amour, et des peines du coeur. On se retrouve tous, à notre manière, dans cette histoire. J'aurai aimé parler de joie, et il y en a, je le promets. Mais c'est avant tout l'histoire de l'amour, celui qui ravage, et qui n'est pas toléré. Celui qui se passe quand on est encore trop jeune, bien trop jeune. Quand on est encore à la campagne. Et quand celui qu'on aime est aussi un garçon.

 

 

 

Une fois terminé, je l'ai fait lire à  ma famille, ce manuscrit. Puis aux amis. Quelle étape difficile de se livrer autant quand on a l'impression que ce livre, il est simplement tout de vous! Et enfin, à quelques inconnus.

Les retours ont été, contre toute attente, d'une motivation extrême. Cela m'a poussé à l'envoyer à quatre maisons d'éditions. Des plus petites que les grandes Gallimard ou Minuit. Je préfère leur côté sensible. Trois m'ont répondu, positivement. Encore une fois contre toute attente. Je n'avais jamais espéré que ce manuscrit puisse aller plus loin que mon doc word. Alors, j'ai accepté le challenge et j'ai choisi Les éditions Baudelaire. 

 

C'est la plus grande maison lyonnaise. Comme beaucoup de nouvelles maisons, elle fonctionne de manière participative.  C'est à dire que les frais d'impressions des 200 premières publications (en ce qui la concerne) sont à la charge de l'auteur. Après avoir retenu mon roman, le comité de lecture l'a validé pour l'intégrer au catalogue de la maison. Un privilège quand on sait que seuls 10% des manuscrits envoyés sont retenus. Mais pour cela, j'ai maintenant besoin de votre aide. 

À quoi servira la collecte ?

Cette collecte permettra donc de signer ce premier contrat et de financer les 200 premiers ouvrages édités. 1326 euros TTC sont demandés à l'auteur pour imprimer ces premiers exemplaires. Ensuite, la maison prend en charge les futures (on l'espère) impressions. Cette somme se divise en plusieurs étapes: 

 

 

 

Ce premier roman comportera 70 pages en format 148x210 mm ( format français). Je n'ai malheureusement pas encore de photos à vous proposer, la maquette étant effectuée une fois les premiers versements réalisés. Le paiement se fera en 10 mensualités, soit 132,60 euros. L'impression du livre aura lieu lorsque l'éditeur aura reçu la moitié du versement. Dans le cas où cette collecte serait un succès, je verserai alors cette moitié pour permettre d'engager les actions rapidement. Plusieurs étapes: 

 

- Avant publication, l'auteur doit envoyer une copie informatique de son texte, entièrement corrigé (délai de trois semaines). 

- L'éditeur s'engage ensuite à envoyer les premières épreuves de l'ouvrage à l'auteur (délai de 7 semaines). 

- Après renvoi de l'auteur, l'éditeur enverra une deuxième série d'épreuveS avec projet de couverture de l'ouvrage. 

- L'auteur doit renvoyer une dernière fois cette maquette avec le bon à tirer. C'est l'ordre formel donné par l'auteur à l'éditeur d'imprimer l'ouvrage en état

- Le livre est alors édité. Si tout se passe bien, La Dernière Lettre sortira en librairie au printemps 2017.

 

15451223_1640323879594261_732279283_n-1481670467

Je crois que j'ai tout dit. C'est maintenant à vous de jouer. Si vous souhaitez vous aussi voir un jour se livre sur une étagère de librairie, aidez moi. 

Thumb_15571371_1640322656261050_121927662_n-1481670403
Charlychavaudrey

Charles-Antoine Chavaudrey, mais finalement plus Charly. J'ai 25 ans. Je suis originaire de Champagne-Ardenne. J'ai passé 7 ans de ma vie à Paris, pour mes études de journalisme. Mais j'ai finalement laissé tomber. J'ai toujours voulu écrire, mais je me disais qu'une carrière d'écrivain était certainement plus difficile à mettre en place. Surtout au... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonne chance. Papa
Thumb_default
Bon courage pour ce joli projet
Thumb_default
La famille Valet et moi-même on te soutient dans ce très joli projet. On a hâte que cela aboutisse et de te lire. On t'embrasse fort et on te souhaite un merveilleux Noël ainsi qu'à toute la famille!