Aidez-nous à finaliser la production de cet épique projet théâtral porté par le Ring-Théâtre.

Large_edouardii-kkbb-carlie2-1448025676-1448025683

Présentation détaillée du projet

L'HISTOIRE

 

A la cour d'Angleterre, le prince Edouard scandalise par ses frasques et son amour pour le roturier Gaveston. Afin d'apaiser la colère des nobles, Gaveston est banni par le roi. Edouard doit épouser la jeune Isabelle de France, qui lui donne un fils.

 

A la mort de son père, Edouard monte à son tour sur le trône. Son premier geste est de rappeler Gaveston à ses côtés pour partager le pouvoir avec lui, ce qui attise la haine de la cour. Délaissée par le roi qui lui préfère son "mignon", la reine Isabelle déploie pourtant des efforts désespérés pour apaiser les nobles et sauver l'unité du royaume, désormais au bord de la guerre civile. Edouard, lui, n'épargne aucune provocation à ses barons, représentants d'un ordre féodal qu'il déteste.

 

Loin de le ramener à la raison, l'assassinat de Gaveston plonge Edouard dans une rage telle qu'il lève une armée contre sa propre noblesse. Voyant la situation désespérée du royaume, Isabelle rejoint les rebelles menés par Mortimer. Elle gagne la France où elle lève une armée pour marcher sur l'Angleterre aux côtés de Mortimer devenu son amant.

 

Edouard II, fait prisonnier, est contraint d'abdiquer. Isabelle installe sur le trône son jeune fils, le prince Edouard. Mortimer est nommé régent. Craignant pour son nouveau pouvoir, il ordonne l'exécution du roi déchu.

 

Mais le jeune roi Edouard III n'est pas aussi aisément manipulable que ne l'espérait Mortimer. Lorsqu'il apprend la conspiration dont il ignorait tout, il ordonne l'emprisonnement de sa mère Isabelle et l'exécution de Mortimer.

 

C'est donc un enfant en larmes qui monte finalement sur le trône. Se souvenant de son père assassiné, il mettra fin aux ravages de la guerre civile en prononçant le dernier mot de la pièce : "Innocence".

 

Barons_2-1443220956

 

 

HISTORIQUE DE LA COMPAGNIE ET DU PROJET

 

Le Ring-Théâtre a été fondé en 2009 par de jeunes comédiens du Conservatoire d'Art Dramatique de Grenoble. Puis ils partent poursuivre leur formation dans différentes écoles supérieures de théâtre (à Lyon, Montpellier, Saint Étienne...) avec l'intention de se retrouver à la sortie, riches des expériences de chacun.

 

A l'école, ils rencontrent d'autres jeunes artistes et techniciens qui viennent enrichir le collectif de travail. De nouveaux comédiens, une auteur, une scénographe, un créateur son, une costumière, un éclairagiste rejoignent l'équipe qui devient alors une compagnie complète, forte de tous les métiers du théâtre.

 

Avec ces personnes d'horizons divers, les aspirations, les esthétiques, les propos se diversifient. Tantôt complémentaires, tantôt contradictoires... mais avec toujours la volonté partagée d'un théâtre actuel qui questionne son époque et s'adresse à la "cité" dans son ensemble, héritier en cela du théâtre populaire et de la décentralisation.

 

Edouard II, nouvelle création de la compagnie, inscrit clairement la compagnie dans la recherche d'un théâtre populaire qui n'hésite pas à puiser dans les traditions théâtrales et cinématographique les plus variées pour se renouveler.   Ce sera donc un théâtre de littérature, de politique et d'histoire... Un théâtre d'acteurs qui jouent au plus près de leur public, conscients de leur modernité et ne renonçant jamais à la tradition de leur art...

 

Mortimer-1443220868

 

 

ÉTAPES DE CRÉATION

 

C'est à l'issue d'une série de représentations de la précédente création de la compagnie, QG, qu'a eu lieu une première lecture informelle d'Edouard II afin de voir comment ce texte résonnait en nous. C'était en 2011.

 

En février 2012, nous nous sommes retrouvés une semaine à l'ENSATT pour nous plonger davantage dans ce texte et travailler particulièrement sur le décasyllabe avec André Markowicz, traducteur de la pièce. En fin de semaine nous avons commencé à confronter le texte au plateau...dans une variation de la scénographie de QG, remontée pour l'occasion !

 

En août de la même année toute l'équipe est partie rejoindre Guillaume Fulconis, metteur en scène du spectacle, à Besançon pour une première session de travail au plateau en partenariat avec le CDN de Besançon. Un univers a commencé à apparaître, avec une certaine esthétique de la scénographie et des costumes, mais aussi une certaine façon de raconter cette histoire, de la transmettre.

 

Un an plus tard, au milieu de l'été, à la Friche de Besançon, nous avons passé trois semaines à créer, à renforcer la base du spectacle, en poussant plus loin ce que l'on avait abordé, approché l'été précédent. Sur les cinq actes que compte la pièce nous avons principalement traversé le premier, le troisième et le dernier. Au bout de trois semaines, nous avions toutefois un ensemble solide, cohérent que nous avons partagé avec d'autres lors d'une sortie de résidence.

 

L'équipe du CDN de Besançon, ayant assisté à cette sortie de résidence, nous a alors proposé de participer à son festival Émergences qui se tenait en juin 2014 et d'être en résidence dix jours dans la grande salle du théâtre en amont de deux représentations. Nous pensions alors présenter une première étape de travail, les représentations étaient annoncées ainsi, mais ce que nous avons présenté était au final largement abouti, déjà un spectacle en soit, notre point de vue sur Edouard II.

 

Jacques Livchine et Hervée Delafond, fondateurs du Théâtre de l'Unité, nous on dit à l'issue de l'une de ces deux représentations : "Il est bien votre spectacle. C'est bien de le jouer dans les salles, mais surtout faut aller le jouer dehors votre truc, dans la rue ! "

 

L'idée d'adapter ce spectacle en plein air a fait son chemin dans nos têtes, et début 2015 nous avons contacté la mairie de Besançon qui nous a proposé de participer à Quartiers d'été, programmation culturelle estivale de la ville.

 

Cet été donc, deux soirs de juillet, au Parc des Chaprais, sous les étoiles, Edouard II a déployé sa dimension populaire, propre à ces grands textes Élisabéthains où le tragique, le drame, côtoient un humour des plus féroces, un lyrisme d'une ampleur folle. Ces deux représentations en extérieur ont remporté un franc succès et nous éprouvons plus que jamais l'envie et la nécessité de faire voyager ce spectacle à la fois en salle et en plein air.

 

Le plein air, nous le retrouverons donc plutôt l'été prochain, mais entre temps le spectacle va retourner en salle.

Edouard II vient d'ailleurs de faire l'ouverture de saison des ATP d'Epinal le 29 septembre, et sera programmé du 26 au 28 novembre dans le cadre du festival Scènes d'Automne organisé par l'ENSATT

 

Isabelle3-1443221394

 

 

L’ÉQUIPE

 

Mise en scène : Guillaume Fulconis

Scénographie / Régie plateau : Amandine livet

Régie Plateau : Gala Ognibene

Habillage / Création costumes: Floriane Gaudin assistée de Florine Gaudevin

Habillage : Gwladys Duthil

Son : Quentin Dumay

Lumière : Elias Farkli

 

avec

 

Sébastien Bonneau

Cantor Bourdeaux

Charlotte Dumez

Amélie Esbelin (en alternance avec Audrey Montpied)

Sébastien Hoen-Mondin

Lucie Rébéré

Kévin Sinési

Julien Testard

Côme Thieulin

et

Quentin Dumay

Guillaume Fulconis

Amandine Livet ou Gala Ognibene

Elias Farkli

Floriane Gaudin ou Gwladys Duthil

 

_quipe-1443220989

 

Ce spectacle a été créé en juin 2014 au CDN de Besançon Franche Comté dans le cadre de la Semaine des Émergences organisée par la ville de Besançon.

Avec les soutiens de la Ville de Besançon, du Conseil Général du Doubs, du Conseil Régional de Franche Comté, du CDN de Besançon Franche Comté et le parrainage du THÉÂTRE DE L’UNITÉ.

 

Clair_obscur-1443220906

À quoi servira la collecte ?

Alors oui, le spectacle est déjà créé, mais comme souvent pour les jeunes compagnies il l'a été quasiment en autoproduction.

Sans une production très élevée, nous avons donc rusé pour arriver au bout de la création...

 

Effectivement, comme vous le voyez sur les photos, on a de beaux costumes, notamment de football américain, et une scénographie dans laquelle on aime évoluer, véritable "machine à jouer".

 

Sauf que pour l'instant, tant au niveau des costumes que de la scénographie, il s'agit de matériel gracieusement prêté et qui ne nous appartient pas.

 

Si pour la création c'était bien suffisant, maintenant que le spectacle commence à tourner, cela devient compliqué d'emprunter à chaque fois tout ce matériel dont nous sommes évidemment responsables et dont la disponibilité n'est pas forcément garantie... jusque là on a eu de la chance.

 

Pour simplifier tout ça et finaliser le spectacle nous avons besoin d'être indépendants et d'avoir notre propre matériel, par exemple des casques et des épaulières à la bonne taille, des maillots avec un flocage propre au spectacle, et d'acheter de quoi construire les éléments de la scénographie.

 

Et puis pour transporter l'ensemble, nous avons la possibilité d'acheter un camion d'occasion.

 

On compte aussi mettre en place une buvette avant et après le spectacle, lieu et moment conviviaux pour favoriser les rencontres, les discussions ! Pour nous ce moment d'échanges est aussi important que le temps de la représentation. Alors trinquer avec de chouettes Ecocups Edouard 2 / Ring-Théâtre, même si ça fait un bruit de plastique mou, on trouve que ça aurait tout de même de l'allure !

 

Voilà donc pourquoi nous faisons appel à votre générosité !

 

La somme récoltée par le kisskissbankbank sera répartie comme suit :    

 

- 1500€ pour la finalisation de la scénographie

- 1200€ pour les costumes

- 1000€ pour l'achat du camion

- 200€ pour les frais de communication

- 200€ pour la réalisation d'Ecocups (gobelets plastiques réutilisables) pour la buvette que nous comptons mettre en place lors des représentations

- 900€ pour les frais  inhérents à la mise en place du KissKissBankBank et aux contreparties

 

Si l'objectif de 5000€ est dépassé, la somme récoltée en plus nous permettra d'alléger d'avantage les frais liés à la logistique, à la communication et au transport du décor.

Thumb_ring_th__tre_-_logo_carr_-1441381422
Ring-Théâtre

Pourquoi le ring ? Parce que nous voulons des spectacles musclés et agiles. Parce que le théâtre est le lieu d'un conflit. Parce que l'opposition permet de penser. Parce que la prétendue “fin des idéologies” nous apparaît trop souvent comme un nouveau visage de l'éternelle raison du plus fort. Parce qu'on n'aime pas se laisser faire. Parce que nous... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_ring_th__tre_-_logo_carr_-1441381422
De la part d'Alain et Claire ! Avec tous nos voeux de succès !
Thumb_default
Je suis certaine que ce projet va aboutir, je vous y encourage tellement, Sabrina
Thumb_default
bonne chance pour ce projet de la part de Corinne,Pascale et Bernard de Lambesc