William, étudiant en musicologie, part sur les traces de Carlos Reyes, pianiste bolivien disparu tragiquement, en laissant derrière lui une œuvre méconnue et un drame non élucidé. Le film El Alba est avant tout une invitation au voyage, dans un pays dont on parle trop peu: la Bolivie. C'est une ode à sa richesse baroque, une exploration du syncrétisme religieux et musical ancré dans ses traditions, dont le carnaval d'Oruro est le symbole le plus complet. Et pour révéler l'harmonie sous-jacente au chaos métaphysique de la terre bolivienne, il nous fallait un guide pour ce parcours initiatique: un fantôme musicien aux airs de Don Quichotte, comme un souvenir enfoui...

Large_el_alba_kisskiss

Présentation détaillée du projet

                                       

El Alba, ou le retour des ancêtres....                                  

Un film d'Emmanuel Jessua

 

Scan10017

 

  Février: la ville bolivienne d'Oruro fête son carnaval de manière bien singulière. Ce gros bourg perché sur l'Altiplano est la scène d'un spectacle qui reste une des rares occasions d'observer la cicatrisation mutante d'un choc des cultures, celui de l'Indien et du Blanc. Là, le diable et le bon dieu, les anges et les démons se donnent rendez-vous l'espace d'une danse, comme si l'Histoire pouvait faire marche arrière. Comme si l'Inca opprimé et vaincu pouvait ressusciter, les Conquistadores s'en aller. Derrière le masque de la Chandeleur se cachent les divinités que l'on continue d'adorer, en même temps que la Vierge et le Christ. Les Apus, les esprits de la montagne, soufflent leur mélodie: les tambours tonnent, les flûtes murmurent, et c'est la renaissance d'un peuple, celui des Fils du Soleil sacrifiés au fil des siècles dans les mines d'argent et d'étain. Oruro, classé par l'UNESCO au patrimoine de l'Humanité, fête ses morts...

 

    Au bout de trois jours, chanteurs, danseurs et musiciens, ivres de sensations et d'alcool, se réunissent sur le parvis de la cathédrale, symbole des conquérants de la lointaine Andalousie. Dans la lumière rasante du matin, ils acueillent par une cacophonie assourdissante El Alba, l'aube d'un jour nouveau. Car il faut mourir pour permettre à la vie de ressurgir, et les enfants de la Pachamama, la terre nourricière, le savent bien.

 

Scan10018

 

    Vision surréaliste du monde, de l'Histoire? Sans doute, mais c'est cette vision qui a permis au peuple des Andes de survivre au grand massacre, et à cinq siècles de domination coloniale d'une brutalité inouïe. Ce peuple, mendiant assis sur un trône d'or comme le dit l'expression populaire, a su conserver la mémoire vivante de la tragédie de la conquête, et son véritable trésor réside dans cette de force de résistance.

 

   Pour saisir cette Bolivie faite de mythes et d'enchantement, de rêves et de cauchemars, animée par une énergie si déroutante, toujours fascinante, il est impossible d'emprunter les voies classiques de la narration, car les règles et les traditions nous l'interdisent. Oruro convoque la magie à l'écran, et l'on doit raconter l'histoire avec une autre histoire. Ce film sera donc un ODNI, Objet Documentaire NON Identifié: la fiction se jouera de la réalité, pour l'explorer au plus profond de l'âme. Ame des montagnes, de la terre, des humains...Et comme tout est question de murmure du vent entre les pierres, d'os de condors percés, de tambours et de machoires d'ânes qui claquent, cet ODNI sera musical. Il se laissera porter par la mélodie qui accompagne nécessairement, les tragédies et les utopies.

 

Scan10006

 

   Nous avons donc convoqué pour nous conduire dans cet univers magique un pianiste bolivien au passé plus que mystérieux, un étudiant en musicologie avide de comprendre et une foule de témoins conteurs, la tête farcie de récits insensés mais ô combien réalistes. L'équipe de tournage elle-même accepte la règle de sortir du cadre classique pour participer à cette aventure, dont un des atouts majeurs est de se dérouler dans les décors hallucinants hantés par la Mamacoca, la feuille sacrée de l'Inca. Des missions jésuites au style baroque métissé abritant les écoles de musique perdues dans la jungle, en passant par le mythique et si dangereux désert de sel, jusqu'à la prison de La Paz, véritable curiosité carcérale sans gardien ni cellule, le film poursuivra, à travers les aléas du voyage, son propre guide: un mort, un fantôme, l'incarnation d'un traumatisme, d'un tourment. Nous lui avons donné un nom: Carlos Reyes. Et voici son histoire.

 

Scan10013

 

Carlos Reyes est un pianiste et professeur de musique bolivien, mort à la fin des années 1980. Il n'a donné qu'un seul grand concert au théâtre mucipal de La Paz. Son nom presque oublié est surtout associé à la tragédie qui eut lieu le soir de son unique représentation. Sa femme est retrouvée assassinée dans les loges, le corps lacéré par les éclats d'un miroir. Carlos Reyes disparait le soir même, et est alors considéré par la police comme le principal suspect. Il est retrouvé par les autorités un mois plus tard, au carnaval d'Oruro, en pleine crise de démence au milieu des défilés. Incarcéré dans la prison de La Paz, il se suicide quelques jours plus tard après avoir clamé son innocence, devant son compagnon de cellule.

Scan10010

 

L' Equipe de tournage:

 

Equipe_visuel

À quoi servira la collecte ?

 

La somme demandée sur KissKiss Bank Bank ne représente q'une partie du budget dont nous avons besoin. Nous avons d'ores et déjà entamé des démarches pour obtenir des subventions, et ces demandes sont toujours très longues. Il nous faut absolument partir pour le Carnaval d'Oruro qui a lieu en février 2013 pour capter les premières images du film ( sortie du film prévue en 2014 ). Voici donc comment nous allons répartir les 6000€:  

 

-Les billets d'avion aller-retour pour une équipe de 5 personnes: le réalisateur, le comédien principal, l'ingénieur son, le régisseur, et le deuxième cameraman. Avec les déplacements intermédiaires pour arriver sur place, nous comptons 5000€.  

 

- Les frais d'hébergement et de nourriture, ainsi que les frais de fonctionnement sur place: 1000€, pour un séjour d'un mois et demi en Bolivie.

 

Scan10030

 

06/01/13 : TV5 MONDE SOUTIENT EL ALBA!

Logo_tv5_ok

 

NEWS DU 21/12/12:

 

MISERICORDIA soutien EL ALBA, merci à eux pour leur soutien!

Voici leur site :

www.misionmisericordia.com

 

Et le blog missions où vous pourrez trouver une page sur notre film :

http://www.misionmisericordia.com/blogmision-fr/2012/12/21/art-soutenez-le-projet-de-film-en-bolivie-el-alba/

 

Misericordialogo

Thumb_scan10030
elalba.film

Emmanuel Jessua, Manu pour tout le monde, 27 ans, tête frisée de compositeur fou, carrure de lutteur aux godasses usées de foutre les pieds partout sur la planète, est d’abord un musicien, leader des groupes Hypno5e et Backward déjà bien assis sur la scène internationale rock. Pour cet artiste polyvalent à l’univers ultra sombre et poétique, il n’y a... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Félicitations, vous avez réussi ! C'est un plaisir de vous aider pour nous faire rêver
Thumb_default
Félicitations pour ce beau projet auquel j'ai plaisir à contribuer ! Robert.
Thumb_default
Con el gusto de apoyarlos y espero que todos en América Latina valoren lo que estan haciendo y contribuyan como yo para que se hable más de nuestro continente y de BOLIVIA. Adelante compatríotas!