Participez au financement du film "El Alba, les ombres errantes" de Emmanuel Jessua, avec Mickael Pinelli et William Albors !

Large_el_alba

Présentation détaillée du projet

 

El_alba_kkbb-1

 

La Bolivie... que sait-on au juste de ce petit pays enclavé au cœur de l'Amérique du Sud ? Quelques images de "cartes postales", de la musique folklorique, des souvenirs touristiques... c'est à peine si on ne le confond pas avec un pays voisin et si l'on sait le placer sur une carte...  

 

Et pourtant, la Bolivie, ce mendiant assis sur un trône d'or, patrie des coups d'état militaire (180 en 150 ans) et grignoté par ses grands voisins au cours de guerres perdues, est capable de tout sauf laisser indifférent celui qui s'y aventure.  

 

C'est le cas du jeune réalisateur, Emmanuel Jessua qui y a passé son adolescence et ne cesse, depuis, d'y retourner concevant ainsi une véritable addiction pour ce pays synonyme de richesse démente et de misère effroyable, de passion et de tragédie mais aussi pour ce peuple qui n'a jamais perdu ses racines, ses repères, ses valeurs... Il en a aussi une connaissance intime : l'enchantement des villes, la magie au plus profond des campagnes, sur ses routes de la mort qui entraînent jusqu'aux bords de l'Amazonie géante, les rituels et les mythes hérités de l'époque d'avant la conquête espagnole, les fêtes qui nous replongent aux grandes heures du Haut-Pérou, lorsque Potosi était la troisième ville du monde occidental et que l'on y frappait la monnaie pour la moitié de la planète, la tragédie humaine concentrée aujourd'hui au fond des mines d'étain ou sur l'Altiplano battu par les vents, la tragédie, mais aussi l'énergie, celle qui déplace les montagnes à coup de rêves individuels et collectifs.  

 

El_alba_kkbb-2

 

Cette force humaine immense est le terreau du projet du jeune réalisateur : une plongée documentaire à l'aide de la fiction en totale adéquation avec le décor, entre le rêve et la réalité.  

 

Le scénario s'inspire, parmi d'autres légendes, du mythe bolivien du "Condamné", ombre errante  représentée par l'un des masques du carnaval d'Oruro. L'histoire met en scène deux frères qui se retrouvent à la mort de leur mère à La Paz, après une longue séparation. 

 

A travers une Bolivie à la fois réelle et onirique, ils vont partir à la recherche de leur père, musicien réputé, disparu de façon mystérieuse. Cette quête les verra emprunter les routes les plus spectaculaires (des hauts plateaux de l'Altiplano au désert du Salar d'Uyuni), croiser des personnages réels (dont certains sont des amis du réalisateur), découvrir des manifestations culturelles majeures, du carnaval d'Oruro aux chorales d'enfants des missions jésuites, toutes témoins du syncrétisme religieux.

 

Durant ce voyage, l'un des deux frères réalisera le documentaire qu'il avait projeté sur son père et son œuvre ; l'autre en partant sur ses traces, revivra, sans le savoir, une légende bolivienne, toujours vivante, associée aux ombres errantes, celle du "Condamné".  

 

Voiture_et_wil_cool-1

 

Ce projet de film ("El Alba, les ombres errantes") est porté par la passion et l'engagement d'une petite équipe de jeunes professionnels du cinéma et du théâtre et il est réalisé sur fonds propre. Le réalisateur et son équipe ont déjà effectué, en partie grâce à une première collecte participative, le voyage de repérage en 2013. Le teaser réalisé avec les premières images donne une idée de la tonalité du film dont la musique est également composée par Emmanuel Jessua.  

 

C'est pour aider au financement de la fin du tournage, programmée en juillet et août 2014, que l'appel à soutien est lancé une nouvelle fois sur KissKissBankBank.

 

La_paz_v_lo_alto-1

 

L'équipe du film :

 

Bio

À quoi servira la collecte ?

 

 

"El Alba" a déjà fait l'objet d'une première collecte qui a permis à l'équipe du film de réaliser la première partie du film en février 2013. Nous faisons à nouveau appel aux contributeurs pour permettre de finaliser le budget de la fin du tournage qui aura lieu en juillet et aout 2014. 

Le budget global pour la fin du tournage avoisine les 30 000 euros, mais l'équipe autoproduit le film en fonds propres. Il nous manque, pour compléter notre budget, une somme de 3000 euros.

 

Wil_manu_salar

 

La somme demandée sur KissKissBankBank ne représente donc qu'une partie du budget dont nous avons besoin. Voici donc comment nous allons répartir les 3000€ :  

 

- 2000 euros : Participation aux frais de voyages internationaux de l'équipe composée de 8 personnes (frais globaux s'élevant à 8800 euros).

- 1000 euros : Location véhicules (deux 4x4 pour 4 semaines, hors carburant et frais divers).

Thumb_scan10030
elalba.film

Emmanuel Jessua, Manu pour tout le monde, 27 ans, tête frisée de compositeur fou, carrure de lutteur aux godasses usées de foutre les pieds partout sur la planète, est d’abord un musicien, leader des groupes Hypno5e et Backward déjà bien assis sur la scène internationale rock. Pour cet artiste polyvalent à l’univers ultra sombre et poétique, il n’y a... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
"JESSUA" C'EST DE LA PART DE "TAATAA."