«El Sacrificio de los Pajaros» suit un groupe de musique à Cuba. C'est un hommage à ces oiseaux en cage et un espoir d’en ouvrir la grille !

Large_page_couv-1433521094-1433521109

Présentation détaillée du projet

El Sacrificio de los Pajaros est un documentaire musical en cours de réalisation par Benjamin Lacour. Pendant deux longues semaines, Benjamin a suivi un groupe de musique cubain. Dans son film il dépeint la vie d'artistes musiciens, motivés par leurs rêves et par leurs ambitions, trop souvent rattrapés par la réalité du pays. Cuba est en plein changement, et les cubains le savent. Benjamin Lacour a aujourd'hui besoin, malgré les risques, de retourner sur place pour finaliser son documentaire et pour continuer de soutenir ce groupe avec lequel il a débuté de beaux projets.

 

Genèse & présentation du projet :

 

Je pense que je suis tout d’abord et tout simplement tombé amoureux d’Odélquis, de Liliana, de Pititi, d’Abner, de Mitchel et de chacun des personnages du film.

Cela s’est produit en même temps que je tombais totalement sous le charme de la beauté ambigüe de Cuba.

Au delà de leur musique, de leur talent, de leur beauté; Au delà de leurs difficultés, des contraintes de leurs vies et des perspectives « délimitées » qui s’offrent à eux; Au delà des centaines d’explications que nous pourrions donner... Au final c'est à leur humanité, à leur énergie et à leur talent que je veux rendre hommage.

Parfois la vie nous oriente comme des aimants vers les personnes que nous devons rencontrer, avec qui nous devons nous sacrifier pour oser vivre quelque chose de réellement important...

C’est ce qui s’est passé lors de mon 1er voyage à Cuba.

 

Capture_d_e_cran_2015-05-26_a__09.47.49-1432626718

 

Attiré par Cuba pour sa musique et son histoire et essayant tant bien que mal de me tenir à l’écart des circuits touristiques, je fus balancé de rues en rues par une certaine musique traditionnelle tournant en boucle et par ce que « l’on » voulait bien me montrer.

 

Dès que je les ai rencontré sur cette terrasse de Trinidad j’ai d’abord ri. Leur style, leurs lunettes sans verre, leur folie… Et puis surtout l’énergie complètement surréaliste de ce jeune afro cubain dansant et entrainant les 5-6 allemands en train de manger, comme s’il était sur la scène d’un des plus prestigieux festivals du monde.

 

Img_2081-1432304752

 

A la deuxième chanson je n’ai plus ri…

C’était tellement bon et entraînant. C’était moderne, un mix sorti de nulle part. C’était un tube, et puis un autre, une usine à tubes et à bonne énergie qui m’enchanta jusqu’à l’aurore.

J’ai alors acheté le CD qu’ils vendaient au chapeau. Le lendemain je l’ai écouté. Il n’y avait rien de la folie et de la modernité auxquelles j’avais succombées la veille. Je suis alors retourné voir le groupe.

La soirée fut tout aussi merveilleuse musicalement. Et puis toujours cette générosité, cette manière de tout donner… de tout donner.

 

Nous avons pris le temps de discuter, et j’appris qu’ils jouaient là 7 jours sur 7, de midi à minuit, pour quelques dollars reçus au chapeau et divisés alors par 6…

J’appris que le chanteur d’à peine 20 ans allait devenir papa dans quelques jours.

J’appris que c’était déjà une grande chance pour eux d’avoir le droit de chanter leur musique dans ce restaurant pour touristes… Et qu’en effet le CD n’était absolument pas représentatif de qui ils étaient musicalement.

Leur choix se réduisait soit à un enregistrement dans un studio clandestin, soit à un enregistrement dans un studio de l'Etat Cubain, ne laissant aucune place à leur créativité.

 

Capture_d_e_cran_2015-05-17_a__22.05.44-1432305219

 

J’appris alors à les connaître, à les aimer.

De cette rencontre et de ces moments intenses passés avec eux je leur fis une promesse d’amitié : « essayer » de revenir et de faire un film avec eux, un film sur l’enregistrement à Cuba de « leur » musique, de « leur » album, de « leur » amour.

 

L’idée ne m’a alors plus quittée. Une envie devenant obsession à mesure que j’écoutais la cinquantaine de morceaux « Home-made » qu’Odelquis m’avait confié.

J’ai réfléchis aux solutions, aux dépôts de dossiers, aux commissions… mais je n’avais pas le temps d’attendre, ils n’avaient pas le temps de m’attendre… et puis Cuba -je l’avais bien senti- était déjà en train de changer à une vitesse fulgurante.

Je m’étais avancé à leur promettre de revenir au plus vite. Je ne pouvais plus faire marche arrière et de toute manière, je voulais aller au bout, pour eux, pour moi, pour nous.

 

Odelquis-1432304843

 

J’ai alors parlé à ma production française et j’ai décidé de m’engager et de m’investir personnellement, avec leur aide pour aller tourner ce film avec le strict minimum.

 

Nous sommes partis, sans autorisation, sans organisation, sans penser aux risques. Je devais les retrouver, les rencontrer, et vivre avec eux cette magnifique rencontre et expérience que ce film raconte.

Un film sur l’amitié, l’amour, la musique, Cuba, et puis surtout un film sur tout le monde, du moins sur tout ceux qui ont des rêves et qui au fond d’eux mêmes sont prêt à tout sacrifier...

 

Pititi-1432306035

 

Ce documentaire est né comme une histoire d’amour et m’a pris par surprise. Le contexte de Cuba est délicat. Mais quand on apprend à connaître leur réalité, on se rend compte de l’incroyable beauté de leur position sociale et de leur histoire. Il ne leur est pas nécessaire de critiquer, de parler du passé, de se plaindre. Ils ont reçu de très bonnes choses, et puis d’autres plus discutables. Mais avec ce « si peu » ils ont en eux l’amour de la vie qui leur fait regarder vers le ciel quand la terre ne leur a pas encore tenu toutes ses promesses.

 

Odelquispititi-1432306093

 

Comme me l’a dit Pititi « Un cubain peu tomber avec une extrême violence, mais regarde la force avec laquelle il se relève ».

 

Alors Levante.

Levante Los Manos."

 

035t8860-1432306143

 

Le film s’appelle El Sacrificio de los pajaros.

Le sacrifice des oiseaux…

Un hommage à ces oiseaux en cage…

L’amour de la cage…

L’espoir d’en ouvrir la grille…

Et puis la peur de la grille ouverte…

Et puis surtout la beauté de la musique…

Avec ou sans cage.

Coute que coute.

Par la seule force du rêve au delà de l’amour.

 

Le groupe créé par ce film s’appelle « Locura con Alma ».

Une folie avec l’âme.

Alma est le nom de la fille de Odelquis et Liliana.

Alma qui ne nous a plus quitté.

Alma qui dormait dans le studio au pied de son père qui chantait…

Une folie avec Alma.

 

Alma2-1432305187

 

L’équipe :

 

Je remercie Raphaël Pannier, directeur photo du film qui a accepté de me suivre, dans cette folie, pendant 2 semaines. Je remercie Lionel Boyer, assistant réalisateur, assistant de production, assistant tout court et traducteur émérite. Tous deux payés simplement par l’amour et l’amitié que nous avons vécu lors de cette aventure… et quelques verres de rhums.

 

Je remercie LLG d'avoir partagé l'impulsion de base avec moi et d'avoir cru en ma capacité à aller au bout des choses que je commence.

 

Capture_do__cran_2015_-05-25_a__19.28.51-1432624870

 

035t8093-1432305408

 

Je remercie les personnages du film, leurs familles, leurs amis. Et puis tous les autres qui nous ont laissé passer, filmer, comme des touristes… ou presque

 

Quelques mots pour savoir qui je suis :

 

Bruxellois à 100%, j’ai une petite fille de 6 ans nommée Nikita et un amour inconditionnel pour elle, mon métier et ma passion.

Après des études de Cinéma à l’IAD à Bruxelles, j’ai travaillé pendant 6 ans comme assistant réalisateur puis comme producteur international en publicité. Cela m’a permis d’aimer encore plus mon métier, de rencontrer des réalisateurs prestigieux et d’autres moins. J'ai voyagé énormément et vu la totalité des exigences et des besoins humains de la production d’un film. Cela m’a aussi permis de réaliser quelle énergie était nécessaire pour créer et vibrer avec toute une équipe.

 

Depuis 2012, j’ai tout plaqué et pris le risque de plonger sans filet pour revenir à la réalité de mes envies : réaliser moi même.

J’ai depuis à mon actif plus de 40 films publicitaires, plusieurs films humanitaires ainsi que quelques clips.

Ce documentaire et sa réalité m’ont pris de court. J’ai été séduit et profondément marqué par cette expérience.

C’est cet amour que je souhaite sincèrement vous partager en finalisant ce film.

 

11029564_1094348693924215_278328641608457811_o-1432747892

 

Le "Casting" : Les membres du groupe.

 

Img_2090-1432310493

 

Odelquis Cecilia Lara

 

Odé a 20 ans, star jusqu’au bout des ongles. Star de sa propre vie et de ses propres rêves. Odé est un peu fou. Odé est le héros de sa vie et le héros de ce film.

 

Leader et jeune chanteur charismatique du groupe « Locura con Alma ». Ancien professeur de construction pour l’état, avec ses 18$ par mois il ne pouvait subvenir aux besoins de sa famille, de sa mère, sa femme, sa fille. Il décide alors de se consacrer entièrement à la musique avec un rêve : Se faire entendre au delà des limites de Cuba et offrir une meilleure vie à ceux qu’il aime.

Pour trois quatre dollars par jour au chapeau, il chante ses compositions dans un restaurant à touristes de Trinidad. 7 jours sur 7, de midi à minuit.

 

Capture_do__cran_2015_-05-26_a__16.29.31-1432654730

 

Pititi

 

Pititi a 40 ans et est originaire de La Havane. Plus âgé qu’Odelquis il est néanmoins un peu plus fou que lui. Ses talents de multi-instrumentaliste et ses talents de producteur nous ont permis d’aller au bout de ce projet malgré tous les problèmes rencontrés. Sans lui rien n’aurait été possible. Et puis Pititi c’est un poète, un philosophe qui s’égare à ne pas pouvoir ressentir de haine. Pititi c’est une histoire à lui tout seul.

 

Studio-1432588743

 

Mitchel, Liliana et Abner

 

Liliana est la femme d’Odé, la mère d’Alma, la voix envoûtante de « Locura con Alma ». A 19 ans elle a mis sa carrière et ses rêves de devenir chanteuse de côté, pour s’occuper de sa fille et de son grand-père aveugle.

Elle vit dans un HLM de Sancti Spiritus, à une heure de route de Trinidad ou vit et travaille Odelquis.

 

Mitchel  est un percussionniste incroyable et l’ami indéfectible d’Odé. Lorsqu’Odé s’est mit à travailler dur pour nourrir sa famille, Mitchel était l’un des rares à être resté présent. Lorsqu’Odé a eu besoin de lui pour sauver notre aventure Mitchel a répondu présent.

 

Abner-1432588810

 

Abner travaille dans le restaurant d’à côté. Je l’ai rencontré en parallèle et il est devenu mon professeur de trompette. Âgé de 17 ans il joue également tous les jours dans des spectacles folkloriques et traditionnels pour gagner sa vie.

Il rêve de rejoindre un jour le Mexique pour y retrouver son frère, parti il y a 5 ans en tant que chef d’orchestre.

 

S’ils se connaissaient peu avec le groupe, c’est cette aventure qui les a reliés. Ses parents nous ont également hébergés pour nos premières répétitions et Abner est devenu un membre incontournable de « Locura con Alma ».

 

Todos-1432303076

 

"Au delà des centaines d’explications que nous pourrions donner, au final c'est à leur humanité, à leur énergie et leur talent que je veux rendre hommage." Benjamin Lacour, Réalisateur.

À quoi servira la collecte ?

A quoi va servir la collecte ?

 

J’ai eu la chance de pouvoir financer 2 semaines sur place avec mon équipe. 2 semaines merveilleuses, loin du grand luxe dans une intense richesse humaine. Nous devons retourner une dernière fois à Cuba pour plusieurs raisons.

 

* Ils me manquent terriblement... Mais ceci n’est pas j’imagine une raison suffisante pour un crowdfunding. (-;

 

* Nous devons y revoir Richard (un avocat américain) que nous avons rencontré par hasard lors du premier voyage en aout dernier, pour l’interviewer. Une personne merveilleuse, à l’histoire et aux histoires incroyables. Il a été le seul avocat à réellement gérer diverses relations commerciales, médicales, scientifiques, humanitaires et culturelles entre Cuba et les USA durant l’embargo. Richard a également été l’avocat du Buena Vista Social Club tout au long de leur histoire. Ses anecdotes et sa connaissance de Cuba, de la situation artistique et musicale, nous sont primordiaux pour conclure notre film.

 

* Nous devons finir l’enregistrement de nos 4 titres. Nous avons déjà 2 titres enregistrés et mixés et nous devons encore en finaliser 2 pour lesquels le temps nous a manqué.

 

* L’accès à internet à Cuba est très contrôlé, et nous empêche de partager avec le groupe les images déjà montées. Le seul moyen pour nous de ne pas les mettre en danger, est de nous y rendre à nouveau pour partager avec eux les images déjà existantes.

 

* Nous devons les filmer presque un an après. Les contacts e-mails et téléphoniques sont très rares, voire inexistants. Que sont ils devenus ? Comment réagissent ils à la découverte des images ? Quels espoirs pour la suite ? Nous devons finaliser le film !

 

* Le montage, malgré un gros effort de notre monteur représente un coût important, car c’est énormément de travail et de temps.

 

* L'étalonnage des images pour rendre au film toute la beauté et l’émotion qu'il mérite.

 

* Le montage son et le mixage représentent une autre part tout aussi importante (c’est un documentaire qui parle de musique après tout).

 

* La seule opportunité du groupe pour sortir de Cuba, serait d’être invité par un festival ou un événement culturel. Nous y travaillons sans relâche, et si nous dépassons notre mise de départ, nous pourrons leur permettre de voyager, de découvrir un autre monde et de faire découvrir le leur.

 

Bref... on est presque à la moitié du chemin non ?? (-; MERCI. MERCI d'avance pour votre entraide. Pour moi. Et puis pour EUX.

 

Petit récap détaillé pour vous :

 

Le voyage :

3 Allés-retours Paris - Cuba (Réal, Dir. Photo, Ingé-Son) : 3x1100 euros

Location matériel (Caméra, micros, accessoires) : 2450 euros

Frais sur place pour 3 personnes : 3x250 euros

Assurance : 700 euros

 

Post production :

Station de montage/monteur/finalisation image : 1900 euros

Station d'étalonnage/étalonneur : 1500 euros

Station mixage audio & enregistrement des titres de la BO & sotie CD : 1400 euros

Thumb_pp_kisskiss-1432280774
El-Sacrificio

Le compte "El-Sacrificio" représente "Satellite My Love Production" avec passion et conviction pour soutenir le projet de Benjamin Lacour. "El-Sacrificio de Los Pajaros" est un documentaire qui vous plonge dans le quotidien cubain d'un groupe de musique local. Allez jeter un œil !

Derniers commentaires

Thumb_default
Magnifique projet!! Impatiente de le voir en entier...
Thumb_default
fingers crossed