La vie est une perpétuelle rencontre...Vous pouvez m'aider à faire de l'art un véritable pont entre les cultures, une découverte, un partage

Large_3104171

Présentation détaillée du projet

Au moment de ce premier voyage, l'île était moins accessible, je ne parlais pas très bien l'espagnol, je dansais la salsa mais ne connaissait que très peu la culture cubaine, il y avait ces sourires et ce mode de relationnement paradoxal entre eux et le reste du monde, cette façon de lutter, d'inventer, de revenir à l'essentiel, de me rappeler ce que nous avions oublié, là bas de l'autre côté de l'océan, ce vieux continent qui participait à sa manière par son silence à l'isolement d'un peuple dont on avait beaucoup à dire certes mais tant à apprendre.

 

 

J'ai eu envie de chercher, connaître un peu mieux ce qui caractérisait la plus grande île des Caraïbes, au delà des grands noms, des événements et des avis...

Cuba est une île qui regorge d'espèces endémiques, parmi elles le plus petit oiseau du monde à travers duquel j'avais envie de rompre avec certaines fatalités sans qu'il s'agissent de frontières, de cultures ni de langues.

A partir de ces caractéristiques mon imagination s'est mise à voyager...à faire de cet oiseau singulier le héros d'une histoire qui s'est mis à vivre dans la réalité...Diurka (mon illustratrice rencontrée des années après avoir écrit le conte) et moi avons goûté aux joies et aux difficultés d'un monde concret...sans pour autant renoncer à le rêver. La communication, nos moyens de simples citoyens, les doutes nous apprirent la patience, la foi en un projet sans autre but que de partager, vaincre un monde déshumanisé, victime de systèmes qui nous éloignaient. Et nous y sommes parvenues, l'histoire est bouclée et la sensation que la volonté humaine est au delà de toutes les difficultés me paraît chaque jour bonne à se rappeler.

Nos différences ne feront que nous rapprocher.

 

 

Photo

 

De nombreux artistes cubains, chanteurs (silvio Rodriguez, X Alfonso), écrivains (Pedro Juan Gutierrez, Karla Suarez...) ont dessiné leur Zunzun, témoignage à la fin du livre que les rêves se réalisent et se colorient sans fin.

 

 

Ce conte s'adresse à tous ceux dont la curiosité et l'engagement individuel continuent d'alimenter l'âme et le coeur, sans distinction spatio-temporelle...

 

 

526199_4010252985058_1176865071_n

 

L'auteure cubaine Karla Suarez se prêtant au jeu du dessin...

 

 

L'oiseau a toujours inspiré de nombreux artistes mais ceci je l'ai découvert bien après avoir écrit le conte. Ici le thème écrit par Teresita Fernandez est chanté par le très populaire Silvio Rodriguez.

 

http://www.youtube.com/watch?v=N_1poWm-ots

À quoi servira la collecte ?

http://issuu.com/puenteAsere/docs/zunzuncito?mode=window

 

 

 

 

La collecte servira à faire connaître le livre au départ dans les salons du livre jeunesse locaux (100 exemplaires prévus en français dont 20 prévus pour l'école française à Cuba et les Alliances françaises de la Havane et Santiago.

Un voyage est prévu à Cuba pour travailler à la traduction espagnole du livre, à son édition. (100 exemplaires dont 20 prévus dans cette version pour les associations, instituts de langues hispaniques.) et à sa présentation auprés d'organismes présents sur place.

 

L'idée est de créer d'autres contes toujours en collaboration double, avec Cuba mais aussi petit à petit avec d'autres pays, en se servant d'espèces endémiques, de caractéristiques très particulières à nos cultures afin de les diffuser tout en racontant une histoire mêlant des éléments de fiction et la réalité.

Car je crois effectivement que la curiosité est la première forme d'intelligence. Elle nous pousse à connâitre, comprendre, apprendre parfois même enseigner. Et cette "collection" serait un point commun racontant toutes nos entités. En diffusant ce premier conte en collaboration double avec des endroits parfois difficiles d'accés de par nos conditions et nos moyens, j'espère tout comme les gens croisés sur mon chemin susciter l'audace, l'aide, la correction aussi et les moyens auprés de maisons d'édition, d'organismes afin de continuer à créer des liens entre des mondes qui paraissaient éloignés et des collaborations qui paraissaient impossibles.

Thumb_img_0041_2
gabis

Je m'appelle Gabrielle Saplana, je suis née à Toulouse il y a 34 ans. Je photographie depuis peu, suite à une succession de rencontres et de voyages. Je suis depuis petite une passionnée de danse et j'ai appris durant de nombreuses années à m'exprimer par le mouvement et les silences afin de compenser une grande timidité. La photo et l'écriture... Voir la suite