Estro présente

Elles

Soutenez la nouvelle création de la Cie ESTRO : 6 artistes femmes croisent leur regard sur la notion d’héritage sur fonds d’ombres féminines

Large_kkb3-1421170952

Présentation détaillée du projet

 CREATION  PRESENTEE

LE MARDI 10 MARS A 20 h 30, le JEUDI 12 MARS à 14 h 30 et à 20 h 30

à l' ESPACE CULTUREL DE VENDENHEIM

 

RESERVATION :  au 03 88 59 45 50  espace.culturel@vendenheim.fr

 

Les images du TEASER ne sont pas des images du spectacle mais sont extraites du travail de recherche.

 

Origine du projet

Les femmes continuent à porter et transmettre souvent inconsciemment une image d’elles  imposée par les conventions, les traditions ou les stéréotypes.

Messagères de notre réalité, les femmes artistes questionnent, éclairent là où les regards ne se posent pas d’emblée ou n’osent pas se poser.

Ainsi est née l’idée de Josiane FERRY, porteuse du projet artistique,  de réunir des artistes femmes, de  croiser leur regard sur  leurs héritages et ce qui conditionne leur propre transmission.

Leur point commun est d’avoir partagé avec elle une expérience artistique et humaine. Elles ont été choisies pour leur sensibilité intellectuelle, leur humanité, la particularité de leur parcours de femme, l’usage de leur art comme moyen de transmission dans les différents lieux sociaux qu’elles investissent et enfin la richesse que leur âge différencié apporte à cette thématique.

Elles sont comédienne, chanteuse, circassienne, danseuses, vidéaste, chorégraphe.

 

_15a2289-1421600518

Synopsis

Un atelier de création et son banc de montage, des espaces en strates délimités par des toiles jouant de transparence ou d’écran,  enclos  clandestins des mémoires  ou miroirs  des éclats de vie. Une vidéaste interprète orchestre les métamorphoses visuelles et la rencontre entre  six  femmes en prise avec les résonances de leurs héritages  féminins.

 

Description

De la sérénité des petits gestes  initiatiques au choc des rencontres providentielles ou des transferts intergénérationnels, quelles interrogations communes font-elles surgir avec  dérision, humour ou émotion avec la complicité  de leurs artistes féminines « phare » ?

Une connivence artistique, dans un jeu d’échange de rôles entre les interprètes,  crée des passerelles entre les vécus féminins. Par défragmentation des sources (texte, image, corps), le matériau chorégraphique tisse et détisse le temps et égrène la palette des  héritages et leurs stigmates. Passeuse clandestine ou légitime, la vidéaste, associant à la fois sa problématique de la transmission  visuelle et son témoignage comme interprète, participe à la déconstruction des images pour leur restituer dans leur mouvement toute sa force symbolique et sensitive.

Œuvres plastiques, textes d’auteurs ou écrits par les interprètes, voix, corps  apparaissent dans un kaléidoscope d’images diffractées, symboles des morcellements qui composent l’identité féminine.

_15a2202-1421606612

 

Démarche

L’histoire de chacun est ancrée dans le corps. C’est dans  la corporéité de chaque artiste que l’on peut  en interpréter les résonances. Mots et corps sont les vecteurs essentiels  et  supports des  processus mis en place  qui portent, supportent et véhiculent  le poids de nos héritages. Le défi de cette création, est de développer une poétique qui privilégie, par le mouvement,  la sphère sensible individuelle sans rien exclure de son champ d’investigation (parole, chant,  image). Il  s’agit de dégager un monde « intérieur » à  chaque artiste par la recherche d’états de corps et d’un matériau propre à chaque interprète. A l’image d’un « voyage » individuel, chacune imaginera  son  bagage (ce qu’elle porte en elle) gorgé de reliques secrètes : évènements, rencontres, expériences indélébiles,  souvenirs enfouis de petite fille, de mère,  d’artiste, de femme tout simplement. Chacune en explorera les symboles (son familier, objet fétiche, chansonnette, musique, lecture,  visage féminin, journal intime, photos, images filmées….) détournés poétiquement. Ces résonances intimes seront intégrées dans un « voyage collectif ». De ces  confrontations collectives naîtront  des  complicités, des relais autour d’interrogations communes tels des bagages délestés, accumulés, échangés, abandonnés.

L’atelier en live de la vidéaste-interprète invite le spectateur à vivre le processus de création en direct. L’univers poétique  suggère, par la transparence des différents espaces séparés en strates et la dualité  ombre et lumière, la place légitimée de la femme par et dans son art, sortant de la clandestinité pour  se révéler au grand jour.

 

Chronologie

Répétitions en accueil studios de durée courte au Centre Chorégraphique et à Pôle Sud de Strasbourg Accueil en résidence de création à :

A l’Espace Culturel de Vendenheim . du 8 au 12 décembre 2014 . du 12 au 16 janvier 2015 . du 23 février au 9 mars 2015

Au théâtre du Marché-aux-Grains de BOUXWILLER . du 5 janvier au 9 janvier 2015  

A l’ACA de Sélestat . du 2 au 13 février 2015

Lieu d’accueil et de spectacle

A l’Espace Culturel de Vendenheim  où sera présentée la création les 10 mars prochain ainsi que le 12 mars (à 14  h30) et en soirée (20 h 30).

 

Autour du spectacle

En partenariat avec la structure d’accueil de la création (Espace Culturel de Vendenheim) ainsi que les partenaires culturels locaux, la compagnie propose un programme exhaustif de sensibilisation aux arts et à ses processus de création  qui s’adresse  à des publics variés en âge. Des ateliers  seront proposés plus particulièrement  durant le mois du festival « les Ephèmères » (mi-mars/mi-avril 2015). Elles se concrétisent   par des lectures dansées chez l’habitant et un atelier de création paroles et chants à la maison de retraite locale. Le mélange générationnel sera  un des axes principaux.

 

L'équipe artistique

 

Josiane FERRY, Direction artistique et écriture chorégraphique

Photo_josiane_affiche-1421607564

Formée aux arts du mouvement (diplôme de danse contemporaine et licence d'études théâtrales),   elle met ses convictions et compétences tant dans le domaine de la création que de la pédagogie. Sa formation polyvalente en danse auprès d’artistes d’obédiences diverses (Maguy MARIN, Susan BUIRGE, Renate POOK, Jean GAUDIN, Odile DUBOC, Farid BERKI, Michèle RUST,  Dominique BOIVIN, Kilina CREMONA, Virginia HEINEN, Noëlle WINCKELMANN, Odile DUBOC, Jackie TAFFANEL, Louis ZIEGLER, Christian BOURIGAULT, Marc TOMPKINS) enrichit sa conception du mouvement et de l’art chorégraphique. Ses expériences de danseuse s’illustrent dans des soli (Ego, Alter ego, Trajectoire, Itinéraire, Mouvement pour mouvement),  au Festival de la Main et « A tout hasard » avec la compagnie Mark TOMPKINS.

De 1982 à 2011, elle dirige des ateliers et classes artistiques en collège en collaboration avec des artistes divers : Nathalie SAVEY, photographe, Isabelle FUCHS, Cathy DORN, Evelyne CHANUT, Antje SCHUR, Louis ZIEGLER, Jackie TAFFANEL, Mark Tompkins, danseurs…. Ses nombreux projets chorégraphiques s’adressent aux adolescents (six d’entre eux ont été sélectionnés pour les festivals nationaux de danse). Ouvrir la porte de l’art aux enfants la pousse à concevoir et organiser inlassablement des rencontres de danse dont le festival national de danse Unss à la Filature de Mulhouse, mais aussi à s’engager au Comité Régional de Danse en Alsace pendant dix ans durant lesquels elle est responsable de projet en 1988 des « Arabesques de l’Orangerie » pour la Ville de Strasbourg.

Passionnée par les processus de création en danse,  elle en conçoit une étude  avec la participation de Mark TOMPKINS (autour de sa création « La Vie Rêvée d’Aimée »).

Porteuse du projet « Elles », elle continue à privilégier le brassage culturel interrogeant, par l’expression d’autres femmes, sa propre trajectoire.

 

Juliette STEINER, Comédienne

_14b8843-1421608488

 

Après son  baccalauréat littéraire (Option Théâtre), elle entre à l’Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg (ESAD en 2009) option art, et obtient  son DNSEP  (après un DNAP avec mention).

 

Malgré son jeune âge, ses expériences professionnelles sont multiples.

Dans le domaine de la danse avec sa participation à des nombreuses chorégraphies (5 ans dans le cadre des classes artistiques danse au collège et lycée) ; comme performeuse dans le cadre du Festival Nouvelles Danse et Performance à Pôle Sud en 2012 avec Olga MESA.

Dans celui du théâtre :

Elle effectue plusieurs stages de mise en scène et de montage technique auprès de différents metteurs en scène tels que Valère NOVARINA sur le spectacle « L’Atelier Volant » ou Roméo CASTELLUCCI sur les spectacles « Sul concetto di volto nel figlio di dio» et «the Four seasons restaurante » et sur une création à Duisburg dans le cadre de la Ruhr Triennale en 2012. 

Elle poursuit actuellement des études de jeu au Conservatoire de Colmar après un an au COP (Cycle d’orientation professionnelle) du Conservatoire de Strasbourg.

En tant que comédienne, elle participe aux Rencontres Corps Objet Image au TJP : laboratoire de création réunissant différentes écoles de théâtre et de marionnettes en 2013 puis, en Juillet/Août 2013, au stage de l’Aria en Corse parrainé par Robin RENUCCI.

Elle tourne sur le spectacle « Barbara, je vous remercie de vous… », mise en scène et arrangements musicaux ZABO parrainé par Pierre DEBAUCHE en 2013.

 En tant que scénographe, elle réalise un projet In Situ de scénographie urbaine dans le cadre de l’exposition collective La ZONE en 2012. Cette même année, elle participe à « La Serinette», scénographie collective à la Chaufferie à Strasbourg et monte la pièce « Une Soirée entre amis» de Harold PINTER (2012). 

Elle est présente aussi dans des expositions collectives en tant que plasticienne au CEEAC Strasbourg en 2011 et 2012.

Dans ce projet, elle souhaite exprimer les doutes et les espérances d’une jeune fille de « la vingtaine » au regard des héritages qu’elle porte en elle et auxquels elle est confrontée.

 

 

 

Eléonore BOURREL, Circassienne

_15a1967-1421612827

 

Acrobate, danseuse et pédagogue du mouvement, elle s’est formée plus particulièrement au tissu aérien à l’école Nationale de cirque de CHATELLERAULT (1999), et à l’acrobatie à l’Ecole Nationale des arts du cirque de ROSNY-SOUS-BOIS (2001/2003). Depuis le début, elle croise des artistes variés à travers stages, workshop et autres rencontres, surtout dans les domaines de la danse et du jeu d’acteur (Cie Kubilaï Khan Investigations, Cie Cirque Cahin-Caha, Diego O’CAMPO, Kate McINTOSH, Jeanne MORDOJ et Julie DENISSE, Frey FAUST, Olga MESA, Karim SEBBAR, Johanne SAUNIER), convaincue que l’on ne cesse de recevoir, de prendre et de donner. Que c’est ainsi que l’on se construit et que cette œuvre n’a pas de fin.

 Depuis 2004, elle participe à des créations de spectacles avec les compagnies SiPeuCirque, Acroballes, La Trappe à Ressort, Les Birds of Paradise, ACB scène nationale de Bar-le-Duc, QuelquePart ; des cabarets avec Le  Kafteur ; un opéra mis en scène  par Giorgio Barberio CORSETTI.

 En 2011, elle crée son projet, « Côté four, côté gratin », spectacle de cirque culinaire, soutenu par la Région Alsace et le Conseil Général du Bas-Rhin, la DRAC Alsace, la Fondation de France et le programme Défi Jeune.

 Fille et petite-fille d’enseignants, elle baigne depuis toujours dans le milieu de la transmission. Depuis 1999 elle intervient elle-même auprès d’un large public amateur. Elle propose des ateliers et des stages axés sur ses spécialités, en milieu scolaire et périscolaire, de la maternelle à l’école d’éducateur de jeunes enfants, des centres socio culturels, des écoles de cirque et avec le programme européen MUS-E, association Courant D’art. Plus récemment aussi avec les tout petits, en éveil corporel du nourrisson, discipline dans laquelle elle est en cours de formation.

 Aujourd’hui, elle est concernée par la création de deux autres projets : deux spectacles pluridisciplinaires ayant tous deux comme sujet… la Femme ! À chaque fois, le point de vue, le propos, la mise en lumière seront différents. Elle  considère tous ces champs de recherches comme une richesse qui s’ouvre devant elle, jeune maman, artiste en création, gourmande et avide de rencontres, femme de tous les jours.

 

Ximena ZALAZAR FIRPO, Danseuse

_12d0159-1421608583

 

Danseuse interprète d'origine argentine et italienne, elle commence sa carrière au Théâtre Colon de Buenos Aires et au Ballet National de Cuba avant de s'installer en Europe en 1995.

Après avoir travaillé avec des chorégraphes et metteurs en scène de différents horizons en France et à l'étranger, elle est engagée au Ballet de l'Opéra National du Rhin. Interprète reconnue, son travail l'a menée dans le monde entier, de l'Europe à l'Asie, en passant par l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud.

Ces rencontres ont nourri son propre travail qui l'amène à créer un espace de création avec la Compagnie ESTRO.

Diplômée d’Etat en danse classique, elle est aussi titulaire d’une licence en gestion de projets culturels et en administration d’entreprises.

Elle est invitée à l’Opéra de Monte-Carlo, en Italie, en Belgique, au Luxembourg et au Maroc en tant qu’interprète.

Le Tango Argentin est profondément ancré dans son cœur et au centre de ses interrogations artistiques. Il la relie à son enfance et à sa famille et constitue pour elle une source fertile de création, d’épanouissement  et de joie.

Artiste et mère, l’engagement de Ximena dans le projet « Elles » la renvoie à son  héritage maternel : ce que sa mère et sa grand-mère lui ont transmis d’essentiel et d’unique, comment elle les porte en elle. Comment leurs savoirs, leur présence affective, leurs silences, leur caractère se reflètent en elle et dans sa vie.

Décanter l’essence de leur héritage devient pour elle le moteur d’une expérience artistique et créatrice.

 

Kristine GROUTSCH, Danseuse

_15a2327-1421612777

 

Chorégraphe, interprète, auteure de textes pour des spectacles jeune et tout public, elle  est formée à la danse classique puis contemporaine et à la musique.

En 1993, elle crée sa compagnie qui présente des  spectacles pour la rue (Alsace/Bretagne) et des pièces courtes (Pôle Sud - Festival « Nouvelles »).

À partir de 1995 : elle suit l’enseignement d’Hervé DIASNAS, bénéficie de son accompagnement artistique et participe au projet multi artistes co écrit avec Valérie LAMIELLE (festival ART DANSE Dijon + « les vitrines de Reims »).

 En 1997, elle est interprète pour la compagnie Sonia VIDAL, collaboration qui conduit les deux chorégraphes au regroupement de leurs compagnies en 1999 « LES FILLES D’APLOMB»  autour de la création « DISSILENCE » basée sur des témoignages de femmes de divers âges, nationalités et milieux sociaux. L’association réunit depuis 12 ans danseurs, musiciens, plasticiens pour des performances et des créations en théâtre.

Principaux partenaires : Musée d’art Moderne et Contemporain de Strasbourg, CCAM (Scène Nationale de VANDŒUVRE-LES-NANCY), théâtre du Saulcy (METZ), Pôle Sud (STRASBOURG). En 1999, elle présente un solo « tombé au monde » à Pôle Sud Strasbourg qui rend hommage aux mères de soldats.

Depuis 2002, elle est conteuse/danseuse : elle tourne actuellement un duo avec un guitariste pour les écoles et médiathèques du grand est. En 2002, elle conçoit « Le Murmure des feuilles), fruit d’une résidence à Fès (Maroc) autour de la situation des femmes marocaines et du thème voilé/dévoilé.

Depuis 15 ans, elle s’intéresse à la pratique artistique des amateurs : collaboration étroite avec Catherine DREYFUS (ACT2), et avec la compagnie  de théâtre Plume d’Eléphant. Elle participe en 2012 à la création de la MAISON THEATRE, destinée à promouvoir la formation des amateurs par des artistes.

Son engagement dans le projet présent s’inscrit dans son goût prononcé pour des aventures collectives et des programmes associant sur scène  plusieurs écritures et personnalités : elle s’est produite  aux côtés  de Catherine DREYFUS, Valérie LAMIELLE, Renate POOK, Sonia VIDAL, de musiciens improvisateurs et de comédiens Ce qui la rattache au thème est aussi l’intérêt qu’elle manifeste sur plusieurs créations pour la place et la voix des femmes dans les sociétés et la famille.

 

 

Colombine HAUSS, Chanteuse

_14b8707-1421608702

 

Sa formation en histoire de l’art et archéologie en 1984 (maîtrise et DEA puis  DESS en Patrimoine Archéologique Monumental à Strasbourg en 2002) la propulse comme responsable de fouilles archéologiques puis guide conférencière.

Sa passion pour les arts la détourne ensuite vers :

Le théâtre : elle est Comédienne au Théâtre de Niederbronn-les-bains en 1996, 1997, 1998 ;

Le mouvement avec la pratique et l’enseignement du Qi Gong dont elle apprécie la culture orientale  mais surtout 

Le  chant :

Elle suit des cours de chant avec Marie-Josée DOLORIAN puis Marguerite CARON, est alto dans un octuor en 2011 et à l’Ensemble Vocal de Strasbourg (2001 à 2011) sous la direction de Christian Uhlmann.   Elle  se produit dans :

le tableau « Guinguette » de « Si Chatenay m’était conté … » (92) en 1984,

«Chansons de femmes », dîner-concert  à l’Auberge de la Faveur en 2008, « Chansons en Centre ville » avec Denis FORGET en 2007 et 2008, «Nadine et Colombine chantent », récital proposé au Carrefour des Solidarités à Strasbourg en 2013, au Printemps des bretelles en mars 2014, à Loubaresse (Ardèche) et Anduze (Gard) en juillet 2014.

Engagée fortement dans la vie de la cité et plus particulièrement à l’Escale, centre socio culturel de la Robertsau à Strasbourg, elle porte des projets, ceux de ses enfants musiciens et comédiens, est animée d’une volonté de transmettre.

Responsable de la bibliothèque vocale depuis  1997,  elle sait s’entourer avec enthousiasme de personnes qui offrent leur voix aux personnes non voyantes. Elle est, à ce titre, une « passeuse » qui dans le projet « Elles »  a toute sa place. Ses nombreuses rencontres et expériences lui font découvrir la « réalité féminine » tant par ses sœurs africaines auprès desquelles elle a vécu, que par des visages familiers surgis de son enfance ou à travers des résonances livresques. Ce projet lui offre l’opportunité de rendre hommage aux femmes rencontrées ou admirées et de s’interroger sur son propre rôle de femme et de mère.

 

Mariette FELTIN, vidéaste

_14b9022_01-1421608804

 

 

Des projets de classes artistiques  l’amènent à collaborer avec des chorégraphes (Brigitte MOREL, Evelyne CHANUT) et des plasticiens (Hafid MOURBAT, Germain ROEZS, Didier GUTH, Frank MORZUCH). Elle réalise des captations musicales (dont Rhyss CHATHAN et les cent guitares, Musica 91), de danse (dont la captation de «La Table verte» de Kurt JOOSS pour les Ballets du Rhin), de performances de danse contemporaine ; monte des images dans le cadre du projet «La Plaque tournante» (Musica 91) pour Mark TOMPKINS, est scripte sur le film de Marc GERINI : «Le nerf du temps», «hommage à Valeska GERT» (1990, Renate POOK).

En 1999, elle rencontre Josiane Ferry Demas pour la réalisation de «Côté Jardin» sur les processus de création en danse autour de la recherche «La vie rêvée d’Aimée» (et de la résidence de Mark TOMPKINS à Pôle Sud).  Certains de ses documentaires interrogent la création théâtrale : «Une tribu bien singulière», «L’homme de l’air», «Purim, les tunnels de la mémoire» (cfblog : http://mariettefeltin.wordpress.com/).

Dans ses autres films documentaires, elle se positionne avec son regard de femme et sur les femmes comme passeuse des "utopies concrètes" qu’elles véhiculent.

Son travail de réalisatrice lui a permis de témoigner du "possible", grâce à la transmission, au lien : les femmes sont souvent à l’honneur dans ses films.  Elle explore également la notion d’identité multiple, dont le potentiel libère une créativité elle-même plurielle.

Depuis 2003, elle conçoit et réalise des images intégrées dans des spectacles vivants pour le Théâtre en l’Air : «Le Sacrificateur» ; «Echos et copeaux» du Yiddishland ; « La Métamorphose d’une Mélodie » (sélectionné au festival Fringe de New York, au Théâtre yiddish de New York et de Montréal, aux Festivals de Sao Paulo et de Dresde).

A l’occasion du tournage de «Purim» (dans le cadre de LINZO9), elle participe au stage théâtral «Family Table» qui l’incite à poursuivre l’exploration du potentiel créatif du matériau autobiographique.

Le projet « Elles»  arrive à propos, lui permettant de relier son regard documentaire, son goût pour la scénographie vidéo et son désir de recherche créative plus intime. Elle aime l’idée que l’on n’est pas défini au départ, et que l’art nous soutient dans notre réalisation jamais achevée. Sa vie, de femme, professionnelle, créative, elle l'envisage  aussi comme un voyage, dans lequel le projet « Elles » trouve tout naturellement son espace de projection. 

 

Paloma RUIZ PIERRON, assistante technicienne

Née en Lorraine à la maternité de Nancy, où sont nées sa mère, sa grand-mère et son arrière grand-mère. Son père est né à Madrid. Ses deux cultures, française et espagnole, se sont entremêlées. De voyage en voyage, sa vie a toujours oscillé entre les deux pays.

Sa mère était peintre décorateur pour l’Opéra et le Théâtre. Parfois en coulisses, d’autres fois dans la salle, elle découvre dans son enfance le «monde du spectacle», et fréquente assidûment les musées et les expositions. Très tôt aussi, le cinéma la nourrit : de Renoir à Cocteau, en passant par Tati, Carné, Demy. A l’adolescence, ce sont les femmes qui s’imposent : Kahlo, Sarrazin, Sagan, Varda, Sherman, Duras, Groult.

En licence « arts du spectacle », M. FELTIN qui intervient en portrait documentaire,  s’intéresse à l’essai filmique qu’elle réalise sur sa mère. Sa problématique questionne la femme telle qu’elle se compromet au quotidien : la femme comme épouse et mère, subséquemment comme artiste. Quelle place alors pour la création dans la vie «terrienne» des femmes ? Comment les mains lâchent-elles l’œuvre artistique pour l’ouvrage trivial?

Sa présence comme stagiaire sur le projet Elles,  au-delà de lui apporter un espace d’apprentissage de la technique vidéo comme objet scénographique va inspirer et éclairer les arguments de sa recherche.  Elle y trouvera, enfin, un «corps» féminin dans ce qu’il y a de plus poétique et bouleversant.

 

 

Christophe REYNAUD, Régisseur son et vidéo

Christophe_reynaud_coul_petite-1421609343

 

De cursus scientifique et passionné de dessin, il entre à l'école des Beaux-Arts de Montpellier en 2000. Il y découvre un métier qui va lui permettre d'allier recherche artistique et pratique technique : monteur vidéo,  formation suivie   par un BTS audiovisuel.

Fraîchement diplômé, il intègre la télévision locale Alsace 20 où il va faire ses premières armes en tant que monteur. En 2007, moins de six mois plus tard il est engagé par la société Seppia.

Petit à petit, il va travailler sur des programmes d'envergure grandissante qui lui permettent de mettre en valeur son regard artistique et ses compétences techniques, notamment : Purim, les tunnels de la mémoire de Mariette Feltin (2010), Leptis Magna de Baudouin Koenig (2010), Artiste...à mon âge de Mariette Feltin (2011) ou encore le Défi des Bâtisseurs de Marc Jampolsky (2012).

Durant toute cette période, il élargit ses compétences au-delà du processus de montage, en exerçant en tant que étalonneur, truquiste ou encore superviseur technique sur différentes productions. Invité à rejoindre Mariette FELTIN sur la création « Elles », il est tout de suite intéressé par ce projet pluridisciplinaire. L’idée d'intégrer l'image vidéo dans un spectacle vivant le séduit, autant du point de vue de la création artistique que technique.

 

 

Stéphane WOLFFER, Régisseur et créateur lumière

Photo_cv_2014_st_phane_w-1421609160

 

Formé par Christian Peuckert, éclairagiste au TJP-CDN de Strasbourg, de 1998 à 2000, en parallèle à ses études de théologie, il fait ensuite ses armes sur de nombreux spectacles de petites compagnies de 2001 à 2003, en tant que régisseur lumière et éclairagiste.

En 2004, il rencontre Laurent Contamin qui lui propose de monter sur le plateau et d'assurer toutes les recherches techniques du spectacle "Les veilleurs de jour", à savoir "Bidouilles" en tous genres. En 2007,  également régisseur-comédien-bidouilleur pour  Michèle Augustin avec qui il crée "Le  pont cassé", théâtre d'ombre dont il peut explorer de nombreuses techniques.

A partir de 2006, il travaille en  tant qu'éclairagiste avec la Cie Les Gens, les metteurs en scène Thomas Simet, Frédéric Liénard et Emmanuel Vérité, le chorégraphe-danseur Ivan Favier et l'auteur et metteur en scène Pierre-Etienne Vilbert.

En 2009, l'éclairagiste Gerdi Nehlig lui propose de co-créer les lumières de "Il y a des anges qui dansent sur le lac" de Paul Emond pour le metteur en scène Olivier Chapelet. Il succède ensuite à Gerdi et crée les lumières du "Gardien des âmes" de Pierre Kretz puis de "Bérénice" de Racine.

Il collabore avec Delphine Crubézy en 2012 sur le projet "Les gens de..." de Magali Mougel dans le cadre des Sentiers du Théâtre et rejoint sa compagnie Actémobazar en 2013 pour la création de "Alice pour le moment" de Sylvain Levey.

Parallèlement à son parcours théâtral, Stéphane est fondateur et guitariste du groupe Laréosol,  dirige actuellement le projet "Souviens-toi Nathanaël" en tant qu’auteur-compositeur-interprète dans le style de la chanson rock.

Par ses compétences artistiques, techniques et ses idéaux, il soutient essentiellement des projets qui nourrissent l'Humain pour le faire grandir. Le spectacle "Elles" s'inscrit dans ce processus de questionnement sur l'identité et la volonté de transcendance de l'expérience personnelle, de ce qui nous a formé et nourri. Un regard d'homme sur des parcours de femmes, tendre et sincère.

 

Régie son et vidéo :Christophe REYNAUD

Création lumière : Stéphane WOLFFER

Collaboration  artistique : Louis ZIEGLER (Cie Le Grand Jeu)

Scénographie : Juliette STEINER

Réalisation vidéo : Mariette FELTIN assistée de Paloma RUIZ PIERRON

Photographie : Michel DEMAS 

Réalisation décors : Michel DEMAS et Fernand HAUSS

Graphisme : Patricia  KOEGLER

Chargée de production : Frédérique WIRTZ

 

 

À quoi servira la collecte ?

Le budget est composé de fonds propres (Compagnie Estro), des aides sollicitées auprès des collectivités (les  résultats à nos demandes ne sont pas encore entièrement connus) . Vous pouvez être nos bienfaiteurs ! Votre soutien permettra de compléter la production du spectacle :

plus particulièrement les frais de production suivants :

- matériel audio-visuel : 1250 euros

- décors   : 1000 euros

- communication et outils de diffusion  du spectacle : 750 euros

 

Une newsletter vous sera envoyée ponctuellement qui complétera cette première présentation afin de vous associer à l’aventure artistique et humaine que vit l’équipe de « Elles

Thumb_avatarkkb2_copie-1421171700
Estro

La compagnie ESTRO www.estro.fr Avant tout, chaque création surgit d’une rencontre avec un artiste, un paysage, un auteur, ou encore une esthétique. Cette source d’inspiration laisse une empreinte forte et obsessionnelle dans le corps et l’esprit des chorégraphes pour aboutir à une création. Créations : - 2011 : Création de petites formes autour... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bravo a vous ....et mille Bisous
Thumb_default
allez les filles !!! mytheore
Thumb_default
Haut les coeurs !