Aidez à la création d'une série d'émissions inédites pour une nouvelle vision du Cinéma: éthique créatif et socialement responsable!

Large_logo_kiskis-1409820374

Présentation détaillée du projet

Logo_humanyworld

 

Comédiens, professionnels du cinéma, institutionnels mais aussi entreprises, tous réunis pour la première émission évaluant les enjeux du cinéma éthique.

 

Une proposition de la jeune société de production et fondation Humanyworld™ : réaliser un 52’ de rencontres, interviews et table-ronde entre acteurs, financiers et décideurs de l’industrie cinématographique sur le thème d’un futur éthique et d’une charte de responsabilité de l’industrie du film.

 

Film équitable | Business éthique

 

Pour certains, mêler les questions d’éthique à la gestion serait une absurdité. Le monde des affaires n’obéit qu’à la loi du profit et est exempt d’interrogations éthiques. Pour d’autres, on ne peut avoir d’éthique appliquée : l’économie et les affaires devraient simplement être soumises aux mêmes normes que toute autre activité sociale. Cependant, de plus en plus d’universitaires et de professionnels s’intéressent à la réflexion éthique appliquée à l’entreprise.

De nouveaux modèles de business éthique ‘ethical business’, d’investissement éthique ‘ethical investment’ et même de leadership éthique ‘ethical leadership’ fleurissent lentement mais sûrement.

 

Les entreprises sont tenues, de plus en plus, de justifier de leurs moyens d’action, de la finalité de leurs activités et de considérer le bien-être de leurs employés. En conséquence, l’étude de la relation entre moyens employés et résultats anticipés suscitent une préoccupation d’ordre éthique.

 

La réflexion éthique en entreprise est au cœur des contradictions entre les logiques économiques et sociales. C’est une réflexion concernant la responsabilité de l’entreprise vis-à-vis des acteurs internes et externes. Cette notion de responsabilité évoque l’obligation de justifier tout acte ou décision en fonction de normes morales et de valeurs.

 

C’est dans ce contexte économique global que la réflexion autour d’un cinéma éthique et engagé s’impose. Cette industrie créative et forte est le lieu d’enjeux et de modèles financiers parmi les plus lourds et les plus risqués. Malgré l’établissement de conventions collectives et la multiplication des plateformes de diffusion audiovisuelles, de nombreux obstacles restent à surmonter, ce à chaque maillon de la chaine : depuis l’écriture et la conception d’un film, sa production, post-production, jusqu’à sa distribution et son exploitation.

 

 

La mise en place d’un cinéma équitable

 

Quelle est la définition d’un cinéma équitable, ses applications possibles, son intérêt économique et humain ? Quels sont les besoins, les attentes, la réceptivité des décideurs mais aussi du public à un film conçu et produit de manière équitable ? Quelles sont les initiatives en cours qui peuvent inspirer un modèle ?

Comment formaliser une charte de fabrication d’un film équitable, applicable parmi les principaux partenaires ?

 

Tels sont les thèmes de réflexion, débat, suggestions, exemples, qui seront proposés au cours de cette émission.

 

Nous tenterons de dresser un premier portrait identitaire du cinéma équitable : à commencer par le choix de produire des œuvres audiovisuelles qui font la promotion d’histoires fortes, porteuses d’un message social, histoires-miroirs des remous qui agitent l’âme humaine et des courants de force qui poussent le collectif à une véritable interrogation et à une évolution. Des histoires qui peuvent inspirer, motiver, dynamiser, bouleverser, ouvrir d’autres horizons à une audience de plus en plus exigeante et sélective.

 

Nous envisagerons ensuite le coût de production des films qui suivent une charte éthique : est-il réellement plus onéreux de produire un film tout en respectant l’élément humain, en construisant des décors renouvelables ou en s’adaptant aux ressources environnementales? Pourquoi ne pas privilégier des solutions d’hébergement, de catering, de tournage, qui privilégient les établissements et entreprises qui utilisent les ressources locales, privilégient le Green et l’écologie dans un souci de préservation et de respect de l’environnement ? Les conditions de tournage ne peuvent-elles être synonymes que de stress et de limites dues au budget de production ou peut-on travailler mieux et plus efficacement tout en se ressourçant davantage ? Comment intégrer une étude éco-consciente et éthique dès les phases de repérage ?

 

Nous nous pencherons également sur les conditions d’un tournage éthique en partenariat avec une ONG. Comment rassurer les partenaires financiers lors d’une association entre la production et une ONG ? Risquons-nous de diminuer la rentabilité du film, de menacer les retours sur investissement et d’affaiblir les montages financiers lorsque nous collaborons avec une entité caritative dont l’action s’harmonise au sujet du film ou au lieu de tournage ? N’est-ce pas une valeur ajoutée que de proposer davantage d’humanité et d’implication sociale pendant un tournage ? De proposer l’occasion au casting, techniciens, personnels, producteurs, de se faire les porte-paroles d’une ONG, a priori, on situ et a posteriori d’un tournage ? Quels échanges, profitables aux deux parties, peuvent-être formalisés ?

 

Enfin, quel serait le taux de réceptivité du marché à ce genre d’aventure ? Que pensent les distributeurs de l’intérêt d’acquérir les droits de diffusion de films au label équitable ? Sommes-nous prêts pour une labellisation ? Le public peut-il être davantage sensibilisé à la portée d’un film produit de façon équitable ?

 

A l’heure où de plus en plus d’ acteurs nationaux et internationaux font entendre leurs voix au profit d’œuvres humanitaires et sociales, s’impliquent personnellement, hors tournage, dans ces mêmes causes ; à l’heure où les décors de certains blockbusters internationaux ont été construits écologiquement, où des films à caractère ‘socially relevant’, tels ‘Skin’ - 2008, du réalisateur Anthony Fabian – ou ‘L’image manquante’ , film qui traite du génocide cambodgien, lauréat d’Un Certain Regard à Cannes 2013, tracent un joli parcours et rencontrent un public réceptif, à cette heure donc il est certainement plus que temps d’envisager la voie d’avenir et le second souffle que représente un Cinéma Equitable.

 

La formalisation du cinéma équitable avec les partenaires – Un exemple

 

La formalisation du cinéma équitable consiste à poser explicitement, par écrit, les idéaux, valeurs, principes et prescriptions de la fabrication d’un film équitable, en priorité avec les sociétés de production cinématographique. Elle prendrait donc l’aspect d’un document de référence, une charte, rédigée par la société de production cinématographique, énonçant ses valeurs et son modèle de travail pendant la fabrication du film.

 

Exemple : Notre projet de long métrage intitulé « Omakunda » sera tourné en Afrique et plus précisément au Kenya et en Afrique du Sud. Dès à présent, nous travaillons en étroite collaboration avec des ONG en charge d’évaluer les besoins en infrastructure de ces régions. Ainsi, nous nous efforcerons d’adapter au mieux nos décors afin qu’ils puissent être réutilisés à des fins utiles et durables. Ainsi, le respect et la dignité des personnes vivant et travaillant sur les projets auront leurs places dans la réalisation de nos films.

 

« Nous croyons que fabriquer des films équitables peut inspirer et rassembler les artistes du monde entier qui désirent travailler dans cette même dynamique. »

 

 

À quoi servira la collecte ?

Le Budget

Le pilote de l'émission de 52' se tourne à Paris, sur plateau, sur une journée. Les conditions du tournage suivront les conditions du direct pour éviter un trop gros dépassement de temps et de budget et faciliter la post-production. 

Le temps de préparation, 1 journée de production ainsi que la post-production coûteront à peu près € 17000.

 

Les principaux postes de dépenses sont:

- La location du plateau, du matériel et des techniciens.

- 2 journées minimum de post-production.

- Défraiement des invités, du réalisateur, des producteurs et techniciens.

- Prestation du journaliste-animateur qui sera également présent en post-prod afin d'assurer un montage optimum.

- Maquilleuse et coiffeuse.

- Tirage de copies dvd, envoie aux participants et sponsors de l'émission.

 

Nous avons tenté de maintenir ce budget au plus bas. En tant que producteurs, nous avons choisi d'opter pour le simple remboursement de nos frais. Nous ne serons payés qu'en participation, c'est-à-dire lorsque l'émission est diffusée via les différents supports envisagés.

Certains des techniciens présents ont également accepté de travailler au tarif syndical pour encourager la faisabilité du pilote.

 

Notre volonté est que ce pilote puisse être suivi de mini-séries trimestrielles de 26' qui approfondiront certains des sujets abordés lors de la première émission.  Nous envisageons une édition plus complète lors du Festival de Cannes 2015, avec des invités et un plateau internationaux.

 

◾A quoi servira votre collecte?

 

- A partir de 4500 euros: la réalisation du pilote est assurée au cours de l'automne 2014 et nous pouvons rapidement confirmer tous les invités.

 

- De 4500 à 7000 euros : en plus du pilote, nous commençons à développer le thème d'un 26' à tourner entre janvier et mars 2015. En sus de la table ronde, nous réalisons de courtes interviews qui seront inclues au montage ou réutilisées pour la deuxième émission.

 

- 7000 + : nous pouvons couvrir les premiers frais de préparation du plateau à Cannes en Mai 2015.

 

◾ Le Déroulement du Pilote

 

Le journaliste Christophe Ruaults, accueille plusieurs invités en table-ronde pour une conversation sur le cinéma engagé, les films humainement et économiquement équitables et les applications des business éthiques adaptables à l’industrie du cinéma. L'enregistrement sera rythmé par la diffusion d'extraits de films pouvant ou non être qualifiés d'éthique'.

Durée de l’émission : 52’ environ (sortie postproduction)

Lieu d’enregistrement : Paris

Planning : ½ journée de préparation, ½ journée d’enregistrement

Objectif/Distribution : Emission destinée aux professionnels du cinéma, Chaines TV, Web, Plateformes Humanyworld™ sur les territoires francophones.

 

 

◾ Sujet de l’émission

 

Les films équitables, une autre vision du Cinéma

L'interactivité entre la production du film et les partenaires

Quel est le regard des investisseurs et distributeurs sur le cinéma équitable ?

Une charte du cinéma équitable ? | Application & Condition

 

◾ Invités AU DÉBAT

 

Jean-Claude Carrière  | Ecrivain, Scénariste

Ilann Girard  | Producteur | Arsam Film

Marion Cotillard | Comédienne (en discussion) ou

Mélanie Laurent Comédienne (en discussion) ou

Catherine Deneuve Comédienne (en discussion).

Jacques-Yves Mistretta | Scénariste, Réalisateur, Producteur | Humanyworld™

Candice Marro | Productrice, Auteur-Scénariste | Humanyworld™

 

◾ Interviews (liste non exhaustive)

 

Emilia Henriques Wileman | Productrice, Vice-Présidente de la Fondation Humanyworld™

Vahina Giocante | Comédienne

Hélène Sitbon | Responsable Communication & Relations Publiques

Shirani Le Mercier | Productrice, Spring Films Time Ltd

Pierre Assouline | Producteur, Only Films

Myriam Gandolphe | Ministère des affaires étrangères et Européennes

Sophie Roosen | Responsable marketing Dr Hauschka France

 

L’intégralité de l’émission ainsi que les interviews apparaîtront sur le DVD pour une diffusion nationale.  

 

Thumb_poster__mission_french_
HUMANYWORLD FOUNDATION™

◾ La Société de Production Humanyworld est une société de production audiovisuelle qui offre une vision du cinéma innovante: celle des films équitables. Crée en 2010 aux US, par Jacques-Yves Mistretta, scénariste, réalisateur, producteur, la société Humanyworld Productions France est en cours de formation en association avec Candice E. Marro,... Voir la suite