Soutenez ce spectacle en hommage à ce génie aux talents multiples, à ses vies parallèles de musicien, romancier, ingénieur...

Large_visuel-1460210131-1460210168

Présentation détaillée du projet

AIDEZ-NOUS à emmener cette création à Avignon : une traversée de la vie de Boris Vian ou plutôt de ses vies parallèles d’ingénieur, de musicien, de romancier, de traducteur, de chroniqueur !

 

                                      Visuellight_-_copie-1460109189

 

Boris Vian a vécu dans l’urgence et le spectacle rend compte de cette urgence. Il est commun de dire que l’on voit toute sa vie défiler pendant son ultime minute. Le temps de la pièce est celui des derniers instants de Boris dans la salle de projection privée du cinéma Le Marbœuf, le 23 juin 1959.

L’action prend place dans ce petit hall, d’ordinaire sas pour le spectateur entre la réalité et la fiction du film qu’il est venu voir. Il devient un entre-deux ou se jouent quelques-uns des moments clés de la vie de Boris. Espace mental entre la vie et la mort rythmé par le mouvement des portes s’ouvrant et se fermant dans le va et vient désordonné qui suit son malaise. Le chuintement de ces portes battantes fait écho aux battements de son cœur exténué.

 

Ainsi apparaissent des personnes réelles comme Le Major l‘ami d’enfance, Paul Vian son père, sa mère Pouche, sa première épouse Michèle, Raymond Queneau... Mais aussi des personnages issus de son œuvre romanesque : le professeur Mangemanche, Jean Sol Partre, Chloé... La mort n’a rien de tragique, dans cent ans, chacun de nous n’y pensera plus.

 

En rendant compte de ses rencontres, ses amitiés, ses amours, ses passions, ses succès et ses déceptions, ils brossent un portrait en creux de ce génie aux talents multiples

 

      Vitesse-grand-vian_sarahcornibert.22-1460109281

 

Genèse du spectacle :

 

Nos deux compagnies entretiennent une complicité depuis plusieurs années. De cette complicité est née l’envie de faire ensemble une joyeuse escapade théâtrale et musicale dans l’univers de Boris Vian.

La création a eu lieu en février 2015, suivie d’une tournée d’une vingtaine de dates toujours accueillie avec enthousiasme tant auprès des scolaires que du tout public.

 

Pour poursuivre cette aventure, il nous faut maintenant trouver d’autres réseaux de diffusion et construire de nouvelles rencontres. Le festival d’Avignon est sans nul doute l’endroit où ces rencontres sont possibles.

 

Boris Vian ne laisse personne indifférent ; touche-à-tout génial, provocateur malicieux, précurseur, inventeur, créateur, fou de jazz, il mène toutes ses vies dans l’urgence et l’élégance. Beaucoup d’œuvres lui sont consacrées, mais pour nous, le projet était surtout de tenter une rencontre, comme une soirée entre amis où sont invités ses proches, ses copains, ses personnages romanesques, sa musique.

 

Note de l’auteur :

 

Il n’est pas dans mes intentions de dresser un portrait exhaustif de Boris Vian. D’autres s’y sont employés avec succès. Je me place du côté de l’hommage. Pour moi, modeste tricoteur d’histoires, le propos est de restituer un peu de cette poésie fantasque qui prend les mots au pied de la lettre ou plutôt à la gorge. Il s’agit de mettre en jeu des figures marquantes de sa vie et de son œuvre. Figures réelles ou imaginaires. La frontière entre ces deux univers s’étant révélée bien poreuse. On retrouve l’écho de situations familiales, professionnelles, et de personnages dans nombre de ses romans. La fiction a même anticipé la fin de sa vie si l’on songe aux conditions de son enterrement en miroir avec celui de Chloé.

Mon envie était d’écrire une fiction en empruntant largement au réel. J’imagine la trompinette regrettant le bouche à bouche du temps du Tabou. J’imagine la fleuriste chez qui Colin venait chaque jour, arriver au cinéma du Marboeuf avec des bouquets plein les bras. J’imagine la Pouche asticotant Le Major etc. Je voulais ne garder que l’écume, l’écume des Vian, légère comme la mousse des vagues qui viennent mourir sur la plage de Landemer. Le temps, le temps, il me cavale au cul comme une charge de Uhlans et le cœur qui me gêne.

 

Les représentations auront lieu au théâtre Le Petit Chien du 7 au 27 juillet 2016.

À quoi servira la collecte ?

Nous savons que l'aventure avignonnaise est un pari risqué mais que le festival peut être une merveilleuse opportunité pour nos projets à venir et pour le rayonnement de la vie artistique.

 

Le budget global de ce projet s'élève à 30.800€. Il nous manque aujourd'hui 3.000€ sans compter les aléas de la billetterie.

 

Les compagnies Clin d'Oeil et La Lune à l'Envers comptent sur cet apport afin d'emmener toute l'équipe défendre ce spectacle haut en couleurs.

 

10583883_996190133792689_3670100930304339932_n-1460208111

 

Les comédiens, de gauche à droite :

Aurélie Audax, Katia Ghanti, Emmanuel Van Cappel, Benjamin Ziziemski, Gérard Audax

Thumb_logo_clindoeil-1460566652
Clin d'Oeil Compagnie

Créée en 1986, la Compagnie CLIN D’ŒIL– Gérard AUDAX, est basée à Saint Jean de Braye, où elle bénéficie d’un lieu de création, de diffusion et de formation. En plus de 20 ans d’existence, la compagnie a su élargir d’année en année, l’impact de ses spectacles et l’étendue de ses activités. Bien implantée dans sa ville et sur la Région Centre, elle... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
on y arrive!
Thumb_196528_1010335575245_102_n-1413893301
Je pense à vous très fort ! bonne chance pour la collecte ! Juju
Thumb_default
Je ne pourrais sans doute pas venir vous voir jouer à cette occasion, mais je vous souhaite le meilleur ! Bertrand