One super woman-show : Sous son uniforme se cache la vraie Jane Fripon. Une femme... vraiment pas comme les autres ! Elle est pire ...

Large_image

Présentation détaillée du projet

 

 

 

        

 

       Image

 

 

RESUME DE LA PIECE

 

Hôtesse de l’air dans une compagnie de bas étage, Jane Fripon, jeune femme à la verve caustique et aux neurones dysfonctionnels, retrace sa carrière dans les airs. Un parcours quelque peu chaotique, criblé d’imprévus et de rencontres extravagantes. Mêlant humour, cynisme et décalage, Jane vous promet d’abolir le fantasme aérien nunuche (quoi que), et de découvrir ce qu’est réellement la vie d’hôtesse quand on est sous la coupe de Schtrudel Airlines. Sous le glamour, les paillettes et les destinations dignes de lune de miel, se cache un vrai burn out, le mal de l’air et des histoires de coeur bombardesques. Jane Fripon, mégère à six francs six sous, greluche bafouée mais assumée, vous souhaite un agréable vol. Seat back and Relax.

 

 

EXTRAIT

 

Scène 7: La tour de contrôle

 

Le pilote et le co-pilote du Boeing 747 a destination de Punta Cana, Est en vol depuis maintenant plusieurs heures. Jane après le service repas décide de débarrasser le plateau des pilotes. Lorsqu’elle pénètre dans le cockpit de l'appareil, elle découvre Francis et Pierre dans un coma profond. Ils ont mangé un plateau repas avarié et sont tombé dans les pommes.

 

JANE : Coucou c'est moi! Oh my god! Oh my God ! Oh my god c'est twin peaks!

Jane reste figée face à la scène qui se dessine devant elle.

 

JANE: Francis ? Pierre ? Réveillez-vous ! Oh mon dieu, mais ça sent le rance ici...mais qu'est ce que... Stupéfaction devant les pilotes évanouis. Ben oui je comprends, un poulet curry en poudre du Maroc d'il y a 2 semaines, ça dégage ! Mais réveillez vous, réveillez vous, qu'est ce que vous fabriquer! Allez ouste, bas les pattes, les idées mal venues, check liste en cas de dépressurisation. Evacuation des bodies.

Elle tire le premier corps dans l'allée de l'avion.

 

JANE: Mais non, aucun soucis ! Pas d'inquiétude ! Ne vous inquiétez pas, tout va très très bien ! Ah, attention les pieds ! Pas de problèmes, situation under contrôle off course !

Elle tire le second corps.

 

JANE: Normal, procédure habituelle, aucun souci ! Ne vous inquiétez pas, tout va bien, aucun problème... changement d'équipage, c'est tout. Martine, renfort caisse s'il te plait !

Jane rentre dans le cockpit et appelle la tour de contrôle.

 

JANE: Mayday mayday, ceci n'est pas un exercice ! Francis et Pierre ont mangé du poulet avarié, mayday, ici Jane au commande du Boeing 747 a destination de Punta Cana, allo ?! Répondez bon dieu ! Il n'y a plus de pilote à bord, c'est une catastrophe.

Une voix grave et séductrice retentit via le système radio de l'appareil.

 

VOIX OFF: Bonjour Jane...  

 

JANE : Oui Allo ? Oui, au secours !  

 

VOIX OFF : Quelle est votre position ?  

 

JANE : Euh, assise !  

 

VOIX OFF : Quelles sont vos coordonnées ?  

 

JANE : Oh vous y allez quand même, 0473 577 199. On se connaît à peine !  

 

VOIX OFF : Sur le moniteur, regardez les chiffres qui clignotent. Est ce que ça vibre ?

 

JANE : 45 sud, 67 nord. Et non, ça ne vibre pas... dommage...

 

VOIX OFF : Suivez toutes mes indications à la lettre. Appuyez sur le push back.

 

JANE : Le push quoi ? Oh mon dieu c'est la débandade !  

 

VOIX OFF : N'ayez crainte Jane, vous avez confiance en moi ?  

 

JANE : J'ai confiance en vous tour de contrôle !

 

VOIX OFF : tournez délicatement le manche...

 

JANE : Oh oui, comme çà ?  

 

VOIX OFF : Parlez moi de vous...

Jane toujours dans la panique, mais trouve une certaine aisance malgré la situation.

 

JANE : Oh et bien vous savez, il n'y a pas grand-chose à dire ! Le train- train quotidien, la routine aérienne comme on dit, ah ah ah...

Ellipse de temps. On retrouve Jane toujours en train de discuter avec la tour de contrôle, et manie les commandes à sa façon. Elle raconte sa vie. L'avion continue de piquer du nez, fait des loopings.

 

JANE : Alors il brandit son arme sur moi et moi je lui dit : mais enfin Farid, on ne peux pas vivre clandestinement une histoire d'amour à la manathan-kaboul, c'est contre l'éthique ! Alors comprenez moi, j'étais face au dilemme, face au fantasme même !! Je ne sais pas, son œil vitreux, la barbiche de 3 jours, le style touareg et négligé en soif de violence, c'était violcanique ! J'ai paniqué ! Je l'ai regardé complètement hébété, il a fait de même et là j'ai dit : prenez moi, épargnez la vie de ses pauvres passagers, mais prenez moi, là tout de suite, sur le tapis !

 

VOIX OFF : Et que s'est-il passé ensuite ?

 

JANE : Ben comme prévu il a finalement sorti sa ceinture de bombes, et moi j'ai hurlé comme un goret pour l'amadouer ! Alors bon, fantasme fantasme, on a succombés et je me suis retrouve avec un apprenti terroriste à la maison qui faisait en plus le ramadan, quelle déception ! Moi qui suis complètement dingue devant un porc caramel, Je vous raconte pas le sacrifice... Et puis il s'est avéré que l'abruti n'était pas du tout terroriste ! Il avait eu un flash sur moi lors d'un vol précédent et sous l'effet de l'alcool et d'un excès de zèle, il a voulu m'impressionner. Comment à t'il dit déjà? « J'ai voulu te faire une surprise » ! Le bougre ! Résultat des courses, 6 mois de prison avec sursis et une pseudo histoire d'amour bancale. C'est quand même incroyable un homme, il peut déplacer une énergie indicible pour vous séduire, quelque fois à la limite de la bêtise et du raisonnable et une fois que vous succombez, c'est la routine, plan plan cul cul. Enfin surtout plan plan !

 

(...) 

 

 

NOTE D'INTENTION :

 

Retour une dizaine d’années en arrière, mon frère et moi commençons nos toutes premières collaborations: l'apprenti-réalisateur derrière sa caméra et l’apprentie-comédienne devant l’objectif. Du remake de Les oiseaux d’Hitchcock, à celui de SCREAM, le désir de créer et la fibre artistique nous animent. Notre collaboration se concrétise réellement bien des années plus tard, la passion théâtrale et cinématographique étant loin d’être notre seul intérêt commun. Depuis longtemps, Jérôme nourrit une passion pour le milieu aérien et tout ce qui l’entoure, intérêt qu’il m’a transmis directement au point de l’approfondir humoristiquement jusqu’à son paroxysme avec En cas de dépressurisation. L’atmosphère d’un aéroport, les vols long courrier, le terminal et surtout le stéréotype des PNC (personnel naviguant commercial) suscitent notre engouement et le désir de l’explorer à fond de manière humoristique et décalée.

 

Nous nous sommes entourés de gens particulièrement impliqués dans le milieu aérien tel que la metteur en scène Maud Bauwens : « Dans notre équipe, nous sommes tous touché par le monde de l'aéronautique (grand-père pilote, amis ou parents travaillant à la Sabena, grand-mère hôtesse) il nous était donc évident, lorsque Laura et Jérôme Noël ont lancé le projet, que nous nous lancerions dans l'aventure à leurs côtés »

 

En cas de dépressurisation, est un one woman show complètement déjanté qui met en tableaux le quotidien d’une hôtesse de l’air au travers de situations toutes plus incongrues les unes que les autres. C'est aussi une passion indicible pour les films catastrophes des années 70 qui ont motivés la création du personnage de Jane Fripon. Ces films ont eu l'audace de créer des peurs paniques chez les spectateurs, des phobies aériennes à répétition. Ces oeuvres cinématographiques ont dessiné des mythes et des codes narratifs mêlant à la fois la peur, le divertissement, la surprise et l'humour. Toutes ces clefs sont distillées au fil de ce seul en scène excentrique et déjanté.

Nous revisitons les aspects quotidiens de l’aviation pour en faire un enchainement événements plus loufoques les uns que les autres, un vol plein de péripéties, d’incidents inattendus. Jane Fripon, la protagoniste, hôtesse de l’air dans une compagnie de bas étage, est une jeune femme à la verve caustique et aux neurones dysfonctionnels. Elle n’a pas de bac+8, elle collectionne les histoires d’amour foireuses, elle est extravagante, le monde semble graviter autour d’elle, mais elle est unique et authentique. Le manque de confiance qui découle de sa vie tourmentée, la pousse au désir de manipuler son entourage. Elle reste néanmoins un personnage attendrissant qu’on a envie de soutenir. En cas de dépressurisation, retrace sa carrière dans les airs.

 

Pour que le passage des portiques, le pesage des valises et l’attente au terminal ne soit plus synonyme d’ennui et d’insipidité, ce one woman show garanti d’être un clin d’œil et marquera les esprits de chaque voyageur.

 

 

       1607037_10151974311224480_405710384_n

 

 

 

NOTE DE DRAMATURGIE :

 

Un sujet à la portée de tous: Le métier d'hôtesse de l'air fût à une certaine époque le métier rêvé par toute jeune fille, un métier d'avenir, de voyages, de rencontres et d’élite. Nos parents, nos grands-parents nous en parlent encore...Nous avons tous en nous du « sang aérien ». Chacun d'entre nous à connu de près ou de loin le métier de pilote, d'hôtesse, de Stewart. Au travers de nos grands-mères, de nos pères ou de nos enfants. Aujourd'hui encore, ce métier fait rêver. Même si nous n'avons été que passager dans un avion, Nous étions parmi ces gens qui ont choisi de vivre une vie...- et quelle vie! -...de voyages, de rencontres, de joie, mais aussi de soucis, de fatigue, de stress, de vomi, de " sans domicile fixe", de dépression, bref...d'emmerdes!

En chacun de nous sommeille une hôtesse de l’air : Les rêves, les espoirs, les claques dans la gueule et les renouveaux sont les fondements d’une vie.

Sous l’aspect glamour du monde de l’aéronautique, les paillettes et les destinations digne des plus belles lunes de miel, cette histoire est le prétexte pour l’observation et l’analyse du parcours de chacun. La vie est drôle, belle, effrayante, et pleine de rebondissements, comme celle de Jane qui est criblée d’évènements que nous savons tous identifiés et reconnaître, mais son point de vue nous offre la distance nécessaire pour un regard critique et objectif sur nos expériences. Mêlant humour, cynisme et décalage, le personnage de Jane est l’antithèse du fantasme aérien nunuche.

 

 

 

NOTE DE MISE EN SCENE :

 

Les lumières nous aiderons à passer d'un lieu à un autre. Quelques sièges d'avion et quelques accessoires installeront les décors, mais seront revisité dans un aspect ludique, simple et graphique. Ainsi, le public sera libre d’imaginer les situations évoquées par une lisibilité visuelle claire. La mise en scène sera volcanique, rythmée et novatrice, dynamique et créatrice, de par les effets de lumières et les mouvements du décor. La comédienne apportera ses grains de sel, touches personnelles et gimmicks dans un jeu scrupuleux. La comédienne interprète plusieurs personnages phares dans la vie de Jane.

 

Le décor est constitué de deux rangées de trois sièges d’avion placées de part et d’autre de la scène pour créer une illusion de couloir. Les sièges seront équipés de roulettes, de sorte que les changements de décors se fassent immédiatement par la comédienne. Cette interaction entre la comédienne et les éléments de décors a pour but de créer une véritable chorégraphie, dont l’idée est de développer l'aspect divertissement du show. Le personnage de Jane utilise un trolley/chariot, équipement de base de l’hôtesse de l’air et contiendra une somme d’accessoires utilisés durant le spectacle. Une rangée de hublots sur pieds et mobiles symbolisera le fuselage de l’avion de façon réaliste. Ils seront déplacés au cours de la pièce, selon la perspective dans laquelle les situations évolueront.

 

              Si_ge_d_avion

 

                                                                              Hublots

 

 

 

L’EQUIPE : 

 

Laura Noël (auteur/interprétation) comédienne née à Namur le 7 janvier 1990, elle s’intéresse très tôt au théâtre et plus particulièrement au registre comique. Elle est durant de nombreuses années, sous la direction de Maria B.Naguy professeur de théâtre avec qui elle développera les techniques théâtrale qui la mèneront au Conservatoire Royal de Bruxelles à partir de 2010. Au conservatoire, elle a la chance de travailler avec des pédagogues et metteurs en scène tels que Bernard Marbaix, Jacqueline Bollen, Alexis Goslain, Nicolas Pirson, Annette Brodkom, Françoise Villiers, Yves Claessens, Olivier Coyette, Christophe Herrada,...En 2010, elle crée un court seul en scène dans le cadre du conservatoire qu’elle poursuivra dans une collaboration fraternelle qui donnera naissance à «En cas de dépressurisation». En 2013, elle joue au festival

courant d’air dans « Résidence Palace », une adaptation de Palace de Jean-Michel Ribes. On la retrouvera en 2014 au festival, dans « Le premier » d’Israël Horovitz, mis en scène par Benoit Pauwels.

 

      1012406_10151874014207624_856933651_n

 

 

Jérôme Noël (auteur/mise en scène/direction artistique) : Née le 7 juin 1981, Jérôme se passionne pour l’art dramatique et le cinéma. Il est sous la direction de Maria B.Naguy durant plusieurs années et donnera des cours de théâtre pour enfants et adolescents dans la région namuroise. En 2003, il est diplômé de l’IAD. Jérôme est un auteur-réalisateur et travaille depuis plus de 10 ans pour la télévision belge (RTL- TVI, CLUB RTL, PLUG RTL, RTBF). Il s'est distingué dans la réalisation et la narration d'émissions de télé-réalité à succès comme: « L'Amour est dans le Pré », « The Voice Belgique », « La nouvelle Star », « Belgium's got talent », « Mercator », « Tournée Générale », mais aussi dans de nombreuses émissions de divertissements, de magazines d'informations, de documentaires, de clips vidéo, de publicités et d'émissions pour enfants. Soucieux d'apporter dans ses réalisations, une qualité esthétique, une narration dynamique et originale, «En cas de dépressurisation » s'aligne dans ses objectifs professionnels en apportant un véritable sens du spectacle à cette production.

 

 

Maud Bauwens (mise en scène) : Metteur en scène et comédienne, née le 18 septembre 1990, elle fait ses études à l'IAD de 2009 à 2010 puis au Conservatoire royal de Bruxelles de 2010 à 2014. En 1994 elle enregistre un studio voix pour la Sabena, elle fera ensuite un an à l'école du Cirque avec Carlos, puis 5 années de danse classique suivie de 2 ans de danse jazz, et une année de Ragga dance. Elle est également cavalière depuis ses 5 ans. En 2008, elle joue dans "Les pas perdus" de Denise Bonal, mise en scène par Enea Davia avec l'atelier théâtral de La Chrysalide. Enfin, en Avril 2013, elle se lance dans sa première mise en scène " Résidence Palace", une adaptation de l'oeuvre " Palace" de Jean-Michel Ribes, à l'occasion du Festival Courant d'Air. Le succès fut au rendez vous et la qualité de sa mise en scène fut saluée tant par la critique que par le public. En 2014 elle jouera dans « Le premier » d’Israël Horovitz toujours dans le cadre du festival. 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

1000 euros : 2 rangées de sièges d'avion

500 euros : 1 trolley

300 euros : 1 masque à oxygène, gillet de sauvetage + divers accessoires

400 euros : création décors (hublots + desk)

entre 500-1000 euros :  création lumières/son

300 euros : Impression affiches flyers, cartes,...

entre 200 euros et 400 euros : costumes

Thumb_1012406_10151874014207624_856933651_n
PNC

Comédienne née à Namur le 7 janvier 1990, elle s’intéresse très tôt au théâtre et plus particulièrement au registre comique. Elle est, et ce durant de nombreuses années, sous la direction de Maria B.Naguy professeur de théâtre avec qui elle développera les techniques théâtrale qui la mèneront à l’IAD en 2009 puis au conservatoire Royal de Bruxelles à... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_el_-_fb_1-1424237683
Un projet sur mesures pour cette actrice dans laquelle je crois ! Impatient de découvrir cela sur scène.