EN QUÊTE D'UN DISPARU... que personne ne cherche

Aidez nous à retrouver un jeune étudiant français disparu à l'autre bout du monde dans des conditions mystérieuses.

Project visual EN QUÊTE D'UN DISPARU...            que personne ne cherche
26
Backers
50 days
Remaining
€855
Out of €8,000
11 %
Indie
Education

EN QUÊTE D'UN DISPARU... que personne ne cherche

PITCH

As-tu été assassiné ? Enlevé ? T’es-tu enfui ? Suicidé ? Souhaites-tu seulement qu’on te retrouve ? Ce disparu que l'on ne cherche plus, cet ado en quête de bout du monde l’aura trouvé en son point extrême jusqu'à s'effacer complètement. Peut-être.

 

RESUME

Le 7 mars 2020, tandis que la France s’apprête à se confiner pour la première fois de son histoire, Eloi, un étudiant français de 18 ans disparait sans laisser de trace à l’autre bout du monde. Le 19 mars, la Nouvelle-Zélande ferme strictement ses frontières : ses parents ne se rendront jamais sur place. Les autorités françaises, invoquant le «contexte exceptionnel de la pandémie de Covid-19», refusent à 25 reprises les demandes de collaboration émises via Interpol par la police néo-zélandaise. Après 4 mois d’enquête express n’aboutissant nulle part, les autorités de Nouvelle-Zélande referment le dossier : aucune trace, aucun indice ne permettent de déterminer ce qui a pu arriver au jeune Montpelliérain, en étude linguistique à Auckland. Oublié des médias et abandonné par son pays, à 18 ans, Eloi, victime collatérale de l’impact du Covid sur l’ordre du monde, est déjà un «cold case». Peut-on laisser inexpliquée la disparition de l’un de nos jeunes compatriotes ? Ma réponse est non. Je ne connais pas Eloi, 30 ans et 18.000 kms nous séparent, pourtant je vais sortir de ma zone de confort et envoyer à sa recherche l’ancien baroudeur que j’étais et qui gronde au fond de moi. Si plus personne ne se met en quête de vérité alors je vais traverser le monde, récupérer ses affaires personnelles laissées à l’abandon dans sa chambre d’étudiant au coeur d’Auckland, et de là, mettre mes pas dans les siens et suivre sa trace. Il y a quelque part, dans la vie de cet adolescent en apprentissage de l’autonomie, un point de rupture qui le pousse à une chute vertigineuse. Qu’il soit mort ou vivant, que sa disparition soit volontaire ou provoquée par l’intervention d’un tiers, je veux remonter jusqu’à lui. Dans ce film, il n’est jamais très loin devant moi. Je le traque, j’essaie de le rattraper. Pas pour le sauver, pas pour le ramener. Pour comprendre. Pourquoi a-t-il disparu ? Pourquoi son pays l’a abandonné ? Pourquoi ses parents ne se sont jamais rendus sur place ? Pourquoi plus personne ne le recherche ? Trop de questions demeurent sans réponse dans cette affaire dont j’ai étudié minutieusement chaque détail et où toutes les hypothèses restent possibles. En plusieurs mois d’enquête, j’ai récolté tous les documents en possession de la famille, collecté toutes les pièces de l’enquête de police, craqué tous les réseaux sociaux du jeune disparu, récupéré ses vidéos, messages écrits et audio, mails, interrogé son entourage, remonté jusqu’à son enfance. J’ai reconstitué les 6 mois qu’auront duré son voyage jusqu’à la dernière image connue de lui captée par une caméra de surveillance, ce 7 mars 2020, sur Piha Road, en direction d'une plage où il n’arrivera jamais. De mes recherches ont surgi d’innombrables faits troublants. De surprises en mystères, d'énigmes en suspicions, cet adolescent en quête d'autonomie nous entraine dans un thriller psychologique menant au drame d’une disparition des plus énigmatiques, au milieu de nulle part.

 

Qu’est-il arrivé à l’adolescent de Montpellier, si loin de chez lui ?
Suicide ? Possible. Le matin de sa disparition, il poste un énigmatique carré noir en guise de photo de couverture sur son profil Facebook.


Meurtre ou enlèvement ? Possible. Cinq jeunes personnes ont disparu avant lui dans le même secteur ces dernières années.


Accident ? Possible. Nul ne sait pourquoi, ce matin-là, il allait seul et à pieds sur cette route dangereuse à 25 kms de son point supposé d’arrivée.


Dérive sectaire ? Possible. En quelques mois le comportement psychologique d’Eloi s’est métamorphosé. Il développe des obsessions dont les thèmes se rapprochent des doctrines de « communautés spirituelles » locales.


Règlement de compte ou menace ? Possible. Le 4 mars, alors qu’il dit à sa famille vouloir rentrer « tout de suite », il prévient que « après le 8 ce sera trop tard ». Préalablement il a évoqué des dettes et un « ami » non identifié qui le protégeait.


Disparition volontaire ? Possible. Ce même 4 mars il dit à son père, qui doit le récupérer à l’aéroport le 21 mars à Marseille : « Ce n’est pas la peine de m’attendre ». Le 5 mars il clôture ses 2 comptes en banque.
Le 7 au matin, Eloi disparait pour ne plus jamais donner signe de vie.

 

L’axe manquant à l’enquête : le psychisme de l’adolescent
N’étant ni policier ni journaliste, pour remonter jusqu’à Eloi, je vais procéder autrement que ne l’a fait la police : je vais reconstituer le portrait psychologique du disparu et suivre le cheminement de sa pensée.
J’ai en ma possession la liste complète de son entourage, chaque rencontre et chaque élément constituant la vie sociale nouvelle qu’il a bâti à l’occasion de ce voyage d’étudiant, à l’antipode de chez lui. Ces témoins l’ont vu muter de l’adolescence à l’âge adulte, et chuter de l’euphorie à la désillusion. Je bénéficie de l’assentiment et de la collaboration de sa famille et de ses proches de sa vie d’avant Auckland. Mes recherches débutent donc à Montpellier, où Eloi était « le modèle de la classe » selon ses amis. A travers les stories et messages qu’Eloi a postés durant son séjour, ses proches restés en France s’inquiétaient vivement de le voir sombrer, se transformer, et ne le reconnaissaient plus. « On dirait que tu es perdu en enfer » s’alarme son meilleur ami par message vocal.


Ce portrait d’un adolescent d’aujourd’hui, plus complexe qu’il en a l’air, est aussi l’occasion d’un plongeon dans l’intimité insoupçonnable de toute une génération aussi naïve qu’elle peut être trash. Son « narcissisme on line », son talent de manipulation, son pouvoir de distorsion de la réalité et sa vision de la sexualité comme objet de consommation, sont autant d’ingrédients qui la composent mais, aussi et surtout, qui l’exposent à des dangers qui eux, ne sont pas virtuels.
Un voyage trop grand pour son auteur qui ne réalise jamais que sa quête d'accomplissement personnel est soumise à ses actes, ses paroles, ses comportements. Un enfant de chez nous, perdu à l’autre bout du monde, qui ignorait que son adversaire le plus redoutable était peut-être lui-même.

Les références
Ce film est un documentaire, pas une émission de divertissement à sensations. Sur la forme, nos sources d’inspiration sont :


SugarMan pour l’aspect quête de vérité, pour le côté road movie, pour l’enjeu humain émanant d’une erreur du destin, mais surtout parce que notre héros est précisément l’objet de cette traque. On le recherche « sur le terrain ».


Don’t fuck with cats pour l’aspect « stalking ». Traque physique mais aussi traque numérique. Ce procédé met en relief l'impact du digital dans nos vies, et plus particulièrement dans celle des jeunes générations. Jusqu'à quel point notre existence virtuelle survit à notre existence physique ?


The Jinx, pour le côté intrigant d’une affaire dans laquelle toutes les thèses se contredisent et qui, partant d’un portrait humain, se transforme en thriller. Mais aussi pour l'implication du réalisateur et de son équipe dont on partage l'enquête, les recherches, les doutes et les réactions au fur et à mesure des révélations.


Pourquoi souhaitons-nous vous impliquer dans notre projet par le biais du financement participatif ?

Ce n'est pas seulement un film, mais une recherche physique filmée sur le terrain que nous vous invitons à co-financer.

Peut-on imaginer qu'en 2020, tandis que le monde est hypnotisé par une nouvelle pandémie, l'un de nos jeunes compatriotes disparaisse à l'autre bout du monde sans que rien ne puisse être entrepris pour expliquer ce mystère ? Peut-on imaginer que la famille du disparu n'ait toujours pas pu se rendre sur les lieux de la disparition ? Victimes de cette situation, ils sont aussi le lien le plus puissant avec celui que nous allons rechercher. Ils ont collaboré à notre minutieux travail de recherches et ils nous font confiance. Pour cette famille meurtrie, ce film est aujourd'hui le seul vecteur ouvrant l’espoir de comprendre cette disparition, et peut-être même de retrouver Eloi, quoi qu’il lui soit arrivé. 

Nous souhaitons produire et réaliser un film fort et intense dont l'objectif est de mener l'enquête de Montpellier à Auckland, avec la contribution d'un détective privé, des autorités néo zélandaises, et des témoignages de celles et ceux qui l'ont côtoyé avant son départ et durant son séjour. 

Allocation of funds

Le budget global de cette enquête filmée est estimé à 200 000 euros incluant la préparation, les recherches, la documentation, le tournage à Montpellier et région parisienne pour la France, et à Auckland en Nouvelle-Zélande, ainsi que l'ensemble de la post-production. 

Cela correspond à : 8 mois d'enquête, 4 mois de préparation, 2 semaines de tournage en France, 3 mois de tournage en Nouvelle-Zélande... et beaucoup de post-production. 

Le résultat de cette collecte nous permettra de débuter le tournage de la partie France estimée à 36.000€. Notre production débloque immédiatement 16.000€ numéraire. Nous comptons sur nos contributeurs pour rassembler les 20.000€ nécessaires.

Ce tournage de deux semaines en France est la première étape sur le terrain. Pour retrouver le disparu nous devons savoir qui il est. Pour le connaitre, nous remontons aux sources de la vie d'Eloi avant son départ pour la Nouvelle-Zélande. Depuis sa maison, sa chambre d'enfant, son club de voile, à la rencontre de ses parents, sa soeur, ses amis, depuis son village d'enfance, c'est ici que débutent nos investigations. 

Cela fait déjà un an qu'Eloi a disparu. Nous souhaitons filmer les témoignages des parents et des amis proches pendant que les souvenirs sont intacts, les émotions vives et l'espoir persistant. 

La collecte servira :

A la location du matériel de tournage :

- Caméra de gamme professionnelle : Arri, Canon, Red, Panasonic (compatibles Netflix)

- Matériel prise de son

- Matériel d'éclairages compatibles à la configuration de tournage

- Machinerie (Travelling, drone...)

 

Aux frais de logistique et de transport de l'équipe de tournage

 

A régler les salaires de l'équipe technique (toute l'équipe est rémunérée au tarif minimum légal. Pour être éligible à une diffusion TV, le film doit être fabriqué en conformité avec la loi. Chaque technicien doit être dument déclaré, assuré et protégé par un contrat de travail présenté par la production aux diffuseurs)

L'équipe technique est composée de : 

- Chef opérateur,

- Assistant caméra,

- Ingénieur du son,

- Régisseur général,

- Machiniste,

- Electro.

 

A la post-production de cette première partie de tournage

- montage 

- étalonnage

- mixage

- infographie

- création musicale

 

A la création d'un teaser destiné à être soumis aux diffuseurs, plateformes, partenaires financiers publics et privés, mécènes, pour amorcer la seconde partie de tournage en Nouvelle-Zélande. 

 

Choose your reward

Make a donation

Give what I want