Indigne Toit

Précommandez le livre photo d'Anthony Micallef, à paraître chez André Frère Éditions et soutenu par la Fondation Abbé Pierre.

Project visual Indigne Toit
176
Backers
6 days
Remaining
€6,955
Out of €6,000
116 %
Indie
Independent
media
Education

Indigne Toit

Le projet : Indigne Toit est un livre dédié au mal-logement, rassemblant deux années de reportage à Marseille. Le photoreporter Anthony Micallef y mêle photographie, témoignages bruts et poésie, pour raconter une histoire quasi-inconnue : celle de la disparition de 5000 citoyens, en quelques mois, dans la deuxième ville de France. a Le 5 novembre 2018, un effondrement dans la rue d'Aubagne fait huit morts. En quelques secondes, la poussière et la peur envahissent le centre-ville, jettent les Marseillais dans une colère blanche et pétrifient les élus. Immédiatement, les évacuations débutent : parce qu’ils sont considérés comme dangereux pour la vie de leurs habitants, des dizaines d’immeubles vont être vidés. Durant des mois, ceux qu'on appelle désormais les "Délogés" vont perdre leur toit en quelques minutes, mais aussi leur quartier, leurs amis et parfois leur couple ou leur travail. Ce projet les rend visibles et les raconte. En creux, il dit aussi ce que cela signifie d'habiter puis de perdre un logement, et à quel point il nous habite lui aussi. À quel point un foyer nous construit et nous tient debout et vivant. Ce livre est dédié à Marseille, aux Délogés et au mal-logement : un ouvrage pour les raconter, porter leur voix et -à travers eux- documenter ce séisme durable dans l'histoire de cette ville : le logement indigne. Indigne Toit est un projet soutenu par la Fondation Abbé Pierre, qui contribue pour un tiers au financement de ce livre. Sans la FAB, ni sans vous d'ailleurs, cet ouvrage ne serait pas possible. a Porteur de sens... et beau Je suis photoreporter indépendant depuis bientôt 10 ans, mais avant j'étais journaliste à la télévision, j'ai commencé comme cela à la fin de mes études. Pour la télé, il fallait toujours aller vite, être efficace, faire court et simplifier. Dans ce projet, j'ai voulu mettre exactement l'inverse : du temps et de la nuance. J'ai voulu y mettre deux choses essentielles à mes yeux : des photographies mettant en évidence la dignité de ces gens et des témoignages bruts, uniquement sous forme de longues citations, pour porter leur parole jusqu'à vous avec subtilité. a Si ce projet est porteur de sens, j'ai aussi voulu qu'il soit beau. Un livre qu'on aime découvrir, parcourir, offrir. Un livre qui se déroule sur 160 pages et porte près de 80 photographies. Un livre soigné aussi, porté par un éditeur reconnu et spécialisé dans les livres de photographie. Parmi tous les détails de cet objet, et sans trop le dévoiler, il y en a trois que j'aime particulièrement et que je voudrais vous partager. D'abord, sa reliure : une reliure suisse de couleur rouge vif, qui permet au livre photo de s'ouvrir entièrement à plat. Ainsi, les photos en double page s'étalent entièrement devant le lecteur. Exactement comme un tirage. a Ensuite, il y a le rabat de couverture qui se déplie et dévoile Mohamed, membre du Collectif du 5 novembre, en face-à-face frontal avec cette terrifiante affiche de Gaudin, l'ancien maire de Marseille. Cette cassure entre eux, à l'image de la cité, donne pour moi le ton de cet ouvrage, dont le propos est de documenter ce qu'il se passe derrière l'imagerie touristique, par delà les clichés instagram du Mucem, de la bouillabaisse et des calanques : à travers ce récit, de vous donner les clés de lecture d'une ville complexe. a Enfin, un dernier détail : le marque-page. Il se déplie, ouvrez-le et vous découvrirez des QR codes qui vous permettront d'écouter sur votre smartphone les témoignages des délogés du livre. Une manière de porter leur parole jusqu'au bout, et de vous immerger dans leur récit. a Les origines de ce projet Au début de ce projet documentaire, le photoreporter indépendant que je suis était seul et ce projet documentaire entièrement personnel. Après que les caméras du monde entier aient déserté la rue d'Aubagne, j'ai commencé à travailler : pas sur l'effondrement lui-même, mais sur ses conséquences sur les vivants. Lentement, j'ai tenté d'abord de suivre les délogés envoyés dans des hôtels en périphérie. J'ai été épaulé par des militants, des associations, des bénévoles citoyens comme ceux du Collectif du 5 novembre. Au bout de quelques mois, une première exposition a vu le jour à la Brasserie communale puis à la Ligue des Droits de l'homme. Puis une très belle, l'hiver dernier, sur la façade de l'hôtel de ville de Marseille. a À chaque fois, le public présent disait la dimension thérapeutique de ces images et de ces témoignages. Car ce projet enferme certes un drame mais aussi de la lumière. Une immense solidarité, que vous découvrirez au fil des pages. Indigne Toit, c'est bel et bien l'histoire d'un effondrement mais aussi des brèches qu'il a ouvert dans la honte et le secret, et des liens qui en sont nés. a Les caractéristiques du livre 160 pages format 16 x 24 cm broché, reliure suisse 78 photographies en quadri langue : français ISBN : 979-10-92265-96-5 Sortie : 16/09/2021 Prix public : 27 € Les contreparties à votre achat Durant cette campagne, vous bénéficiez d'un tarif spécial de 24 euros par ouvrage. De plus, tout exemplaire acheté durant cette prévente sera signé par l'auteur. Enfin, si vous souhaitez profiter de l'occasion pour recevoir en plus de l'ouvrage un tirage photo, à encadrer ou à offrir, il vous suffit de le choisir : 4 tirages signés disponibles au format 16x24cm sur papier FineArt : Catastrophe naturelle a Le Matelas a Baya a La petite fille a 2 tirages de collection disponibles au format 40x60cm, sur papier FineArt, signés et numérotés : La Marche sur le Vieux-Port a Ni Oubli Ni Pardon a L'auteur : Anthony Micallef Basé à Marseille, je suis photoreporter indépendant : je travaille avec la presse nationale et internationale (Télérama, La Croix, Pèlerin, Le Figaro magazine, Le Monde, The Guardian, Der Spiegel...) et monte des expositions. Amoureux de la Méditerranée et des pays qui gravitent autour d'elle, attiré comme un aimant par les mondes clos, les interdits et le houmous. Je suis surtout un photoreporter qui aime intégrer des communautés pour les raconter de l'intérieur. Plus le cliché pesant sur un groupe est fort, plus grand est mon désir de le documenter, de faire des images qui confrontent les clichés. J'ai notamment travaillé sur les jeunes militants du Front national, sur un sosie d'Elvis Presley, sur les Urgences de Créteil, sur le siège des Nations-Unies, sur les jeunes artistes des Beaux-Arts de Paris, sur un commissariat de police en région parisienne et sur le logement indigne à Marseille. J'aime raconter les autres. Dans mes projets personnels, la notion essentielle est le temps. Toutes les belles choses de ce monde ont besoin de temps pour se déployer pleinement : la cuisine, la randonnée, l'amour et la photographie documentaire. a

Allocation of funds

Choose your reward

Make a donation

Give what I want