Soutenez notre jeune compagnie

Soutenez la première création d'une toute jeune compagnie Belge. Un hommage au cinéma noir des années 40'.

Project visual Soutenez notre jeune compagnie
Successful
26
Backers
12/03/2015
End date
€2,000
Out of €2,000
100 %

Technikart vous soutient sur KissKissBankBank

Technikart

Soutenez notre jeune compagnie

C’est souvent par une femme que tout commence. Betty déchaîne les passions de trois gars pas trop méchants... mais pas trop gentils non plus. Les trois gars vont mourir. Ils n’ont pas trop le choix.

 

Dans le noir, il y a Tom, qui est amoureux de Betty.

 

Il y a Donald, qui est amoureux de Betty… aussi.

 

Et puis il y a Jerry, qui est amoureux de Betty. Sauf que Jerry s’est cru un peu plus malin que les autres.

 

En fin de compte, pas tellement...

 

J'ai presque oublié Daffy ! Daffy pense au destin, Daffy pense à Betty. Daffy est amoureux d’une morte qui ne l’est pas tout à fait.... Daffy prend conscience, que dans cette obscurité, il reste encore un peu de lumière qui le raccroche à la vie.

 

 

 

Et autour de ça, il y a cette tenancière, complètement angoissée, parce que l’électricien n’arrive pas à rallumer cette ‘’putain de bon Dieu de lumière…’’

 

 

L'équipe : 

 

 

 

La compagnie du Dahlia est une jeune compagnie de théâtre belge créée en 2015 par des étudiants diplômés du conservatoire Royal de Mons. 

 

11062651_1483957928582822_8270335069811183745_n-1443135077

 

De gauche à droite : Michel Collige, Amandine Vandeheede, Jonathan Simon, Michaël Dubois, Fanny Dreiss et Manuel Campos.

 

 

Synopsis : 

 

Au Trézène, un hôtel du centre de la ville, une coupure de courant plonge sept personnes dans le noir. Dans l’obscurité, un quatuor masculin joue aux gangsters et aux policiers, gravitant autour d'une même obsession. Cette obsession, c'est Betty ; femme fatale, désespérément en quête d'un amour idéal, elle suscite et déchaine les passions des quatre hommes allant jusqu'à, - du moins pour trois d'entre eux - entraîner leur mort. Et puis il y a la tenancière et l’électricien, qui tentent en vain de rallumer cette putain de bon Dieu de lumière.

 

11391373_1453724924939456_4951524825074463684_n-1443135955

Photo des premières répétitions 

 

Le texte, qui puise ses références dans la tragédie et le cinéma, prend le ton de la légèreté et du décalage à travers un polar noir et "tarantinesque".

 

 

Intention dramaturgique : 

 

Nous avons choisi cette histoire parce qu’elle répond à notre démarche d'un théâtre immédiat : aux formes claires et accessibles. Un cadre que l’on peut remplir d’ambiguïté.

 

Le texte nous permet de réaliser un spectacle usant des codes acquis de l’imaginaire commun pour proposer une mise en abyme du pessimisme qui caractérise le genre noir. Par un travail d’exubérance du clair/obscur duquel découle une imposante noirceur, nous désirons mettre en avant la réponse qu’un individu peut trouver au sentiment d’aliénation ressenti face à une entité oppressante : entité qui sera alors définie par l’imaginaire du spectateur.

 

La réponse choisie dans cette mise en scène traite d’une évasion à travers le rêve et le fantasme : la tenancière perdue dans ses peurs, va se créer sa propre histoire pour réussir à tenir le coup. Car c’est en effet de son imaginaire que découlent les protagonistes des trois scènes centrales : Betty, les gangsters, Tom, Jerry et Donald, ainsi que le flic, Daffy.

 

T_l_chargement-1443135515

Laura, PREMINGER (1944)

 

Riche en énonciations d'images, le texte permet au spectateur de se créer à son tour ses propres fantasmes à l'intérieur d'une scénographie très épurée, une scénographie "Dans le noir", sorte de page vierge où il peut y peindre son imagination. Il est ainsi invité à susciter en lui le processus dont la tenancière use durant la représentation.

 

L’objectif est donc la construction d’une œuvre plutôt poétique, le tout au travers d’un esthétisme cinématographique accentué sur le traitement de la photographie et qui constituera je l’espère, un bel hommage au cinéma noir des années 40, dans le jeu et dans les costumes. 

 

 

L'univers musical de la pièce : 

 

Ci-dessous une playlist des probables musiques qui rythmeront le spectacle. 

 

 

 

 

Allocation of funds

Il me semble important de souligner que le spectacle est déjà programmé pour la saison 2015-2016 (Charleroi-Bruxelles). Les fonds serviront à l'achat d'accessoires divers utiles à son bon déroulement. 

 

- 3 fusils d'alarmes : 225 euros (environ 75 euros par fusil) indispensables aux 3 gangsters qui s'entretuent

- Munitions pour les fusils d'alarmes : 200 euros (Etant donné l'utilisation durant les répétitions, nous devrons en acheter en conséquence)

- Cigares et allumettes : 50 euros 

- Stromboscope : 50 euros Indispensable à la mise en scène 

 

- Costumes : 

a) 3 imperméables : 450 euros (Les 3 impers doivent être identiques, il est donc difficile des les trouver en seconde main : environ 150 euros par imperméable) 

b) Robe et accessoire du personnage de Betty : 200 euros 

Free-noir-films-online-1443135878

 

 

c) Autres costumes/accessoires divers : 250 euros (Il s'agit là des 3 pantalons noirs, des 3 chemises et des 3 vestes de costumes) 

 

- Affiches et flyers pour la diffusion du spectacle : 300 euros

 

- Aide au financement de la création de notre A.S.B.L. : 250 euros

 

Nous nous sommes débrouillés financièrement pour l'ensemble du projet et demandons ici votre soutien pour les achats strictement indispensables. Le budget du spectacle dépasse largement les 2000 euros, mais nous souhaitions votre aide pour l'essentiel. D'avance, un grand merci à tous ! En espérant vous voir le jour de la première,

 

l'équipe de la compagnie du Dahlia. 

Choose your reward

Make a donation

Give what I want