Voyage d'hiver

Encore un spectacle qui rêve de naître. Il parait que c'est possible grâce à vous.. Pour l'instant, on répète nus dans la neige. Aidez-nous!

Project visual Voyage d'hiver
Successful
28
Backers
02/14/2019
End date
€3,870
Out of €3,870
100 %

Voyage d'hiver

                    Le voyage d’hiver de Schubert

                           une version mise en scène pour trois chanteurs

LE PROJET

Le premier spectacle de la compagnie belle nuit. Une rencontre entre trois chanteurs lyriques et un pianiste passionnés et inspirés par la musique de Schubert. 

Le but : créer les décors, costumes et lumières pour une seule représentation au théâtre le regard du cygne (date fixée au 12 mai 2019) qui sera filmée pour tenter de vendre le spectacle. 

Le spectacle est écrit et nous avons déjà réalisé plusieurs sessions de répétitions scéniques et musicales. Nous avons maintenant besoin d'un coup de pouce pour mener à terme le projet. 

LA MUSIQUE

Une suite de 24 lieder (mélodies) composés sur un cycle de poèmes de Wilhem Müller.

Rarement rencontre d’un compositeur et d’un poète aura été aussi inspirée. Ce voyage singulier n’est pourtant pas celui de deux amis, mais celui d’un homme seul, qui n’a plus que la nature pour s’apaiser ou se perdre à jamais.

L’ordre des poèmes décrit un jeune homme qui part de la maison de celle qu'il aime. Chaque fois qu’il s’enfonce dans la forêt, qu’il gratte la neige pour trouver la terre, ce voyageur mélancolique s’enfonce un peu plus dans les abîmes de son être. Blessé par son infidélité, marqué au fer par l’éphémère de l’amour qui passe, il va marcher sans relâche dans un paysage hivernal pour tenter d’oublier ou éviter de souffrir davantage.

Pourtant résigné à subir son destin tragique, cet amour continue de vivre à travers le souvenir. Il traverse l’espace et le temps. Ce refuge de l’esprit, qui fait de la solitude un habitacle du sublime, Schubert l’exprime dans cette oeuvre avec une force magistrale. Le compositeur s’est alors retiré de la vie mondaine de Vienne. Il est malade, au seuil de la mort, plus seul que jamais. Il compose là l’un de ses plus grands chefs d’oeuvre.

Chacun peut en l’écoutant entendre un vent hivernal et voir des feuilles tomber, se croire menacé par le corbeau, se souvenir des blessures du passé, se sentir en fusion avec l’existence autant que rejeté. Schubert nous invite à chaque note à vivre ce voyage intérieur.

LA MISE EN SCÈNE

Ce spectacle s’offre lui aussi comme un voyage, déroulant une succession de tableaux en mouvements, faits de rêve et de concret. Ils parlent d’une solitude à plusieurs visages, formées d’infidélité, de moments de grâce éphémères, d’incapacité à vivre au présent, de la mort mais aussi de la force magique du souvenir.

Le cycle entier avec ses 24 mélodies dure 1h10 environ. C’est le temps exact du spectacle qui commence avec les premières notes de piano et s'arrête avec les dernières, sans interruption.

Le but est de faire entendre l'intégralité du cycle, sans découpes, sans texte ajouté.

Les lieder sont répartis au fil du spectacle entre trois personnages (deux barytons, une mezzo soprano), qui chantent parfois en action, parfois immobiles, et se relaient dans la ligne de chant.

L’idée est de composer une suite ininterrompue de tableaux « romantiques contemporains », chaque lied étant marqué par un sentiment, un thème, une ambiance, une couleur propre. Cet enchaînement crée une histoire émotionnelle, à partir de la rencontre des trois personnages. Chaque lied possède une identité musicale bien définie et solitaire mais se rattache au cycle tout entier, et fait sens, dans une continuité très fine.

La mise en scène ne consiste pas en une illustration littérale des poèmes même si elle s’inspire de leur atmosphère et lui fait sans cesse écho.

 

L’HISTOIRE DU SPECTACLE

( inspirée et guidée par les poèmes chantés )

L’histoire est donc celle de trois personnages désoeuvrés dans un bar perdu.

Le serveur de l’endroit est là et a déjà lavé tous les verres des centaines de fois, machinalement, en automate programmé, il est usé par la vie mais résigné, il s’active beaucoup comme pour ne pas penser, ne pas s’arrêter.

La seule cliente accoudée semble être une habituée de l’endroit, probablement danseuse ou chanteuse de cabaret, un peu poupée mais usée elle aussi par la vie, le monde du spectacle et les amours perdus. Elle soupire et pleure doucement devant un cocktail.

Le pianiste fait partie des personnages, il est l’employé de ce piano bar déserté.

Un homme, (un médecin, un homme d’affaires, un écrivain, on ne sait pas) arrive dans la nuit froide et les rejoint. Il semble abattu, ses pas l’ont mené jusqu’ici.

Ils représentent tous différents visages de la solitude.

Dehors il fait froid, mais il n’est pas sûr que l’intérieur du bar et son alcool soient réconfortants. Des liens entre eux paraissent improbables. Ces personnages aux caractères différents ont pour point commun d’être plongés dans la plus sombre mélancolie. Ils vont demeurer profondément seuls les uns à côté des autres, même si parfois ils se rencontrent et vivent des micros aventures. Ces moments de chaleur sont paradoxalement douloureux car ils ne peuvent être vécus pleinement. Ils convoquent surtout le souvenir.

Tout semble arriver malgré eux et les laisser indifférents, bien qu’ils jouent le jeu des rencontres, des échanges, pour quelques instants. S’ils prêtent leur corps d’automate à ces rencontres sans surprise, c’est parce qu’ils n’ont rien d’autre à faire. Comme si le mouvement continu de la vie suffisait à les guider et pouvait les distraire.

Vont-ils réussir à se croiser? D’ailleurs ils ne parlent pas, ils chantent cette poésie romantique allemande. N'ont-ils comme seul choix que de retourner se perdre dans la nature pour explorer le sublime de leur mélancolie?

 

 

LES ARTISTES


BENJAMIN LAURENT Pianiste/Chef de chant

Diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans les classes de direction de chant et d'écriture, Benjamin Laurent se consacre au métier de pianiste accompagnateur et chef de chant depuis plusieurs années.

En octobre 2014, il entre à l'Atelier Lyrique de l'Opéra national de Paris. Il y assure les répétitions piano de la création Maudits les Innocents, d'Iphigénie en Tauride, de Cosi fan tutte pour la saison 2014-15, ainsi que du Barbier de Séville en janvier 2016.

En mars 2018 il est réinvité par l'Académie de l'opéra de Paris à assurer la direction musicale et les arrangements du spectacle Kurt Weill Story.

Il a travaillé depuis avec le festival de Wexford, l'opéra de Monte-Carlo, le festival d'Aix en Provence, l'opéra de Lille, et le théâtre du Bolshoï de Moscou. Benjamin Laurent est également compositeur. Il est l'auteur de plusieurs musiques de court-métrages et collabore régulièrement avec son frère réalisateur Jérémie Laurent (Boniek et Platini, 2015 ; Jacques a soif, avec André Wilms, 2016, documentaire Monaco et la guerre, 2017).

Il a également réalisé pendant deux saisons l'émission hebdomadaire « les actualités chantées » pour la matinale de France Musique avec la journaliste et chanteuse Cécile de Kervasdoué.

Très intéressé par la pédagogie, Benjamin Laurent est titulaire du Certificat d'Aptitude aux fonctions de professeur d'accompagnement et présente régulièrement les concerts jeune public à l'opéra de Paris.

FRANÇOIS HÉRAUD Baryton

Son initiation au chant commence très jeune, encouragé par son père, pianiste et chef de chœur. Tout au long de ses études secondaires, il parcourt le répertoire choral au sein de la Maîtrise de La Perverie à Nantes. En parallèle d’un parcours universitaire à la faculté d’Economie de Nantes dont il sort diplômé en 2009, il intègre en 2006 la classe de chant de Christian Papis au CNR de Nantes. Il se perfectionne ensuite au sein des conservatoires parisiens avec Michel Fockenoy puis Elsa Maurus et obtient son DEM Chant Lyrique au C.R.R. de Paris en 2015. En Master Class, il bénéficie de l’enseignement de professeurs et artistes émérites : Régina Werner, Donna Brown, Alain Buet, etc... Passionné par la Mélodie et le Lied, il suit la classe de Mélodies & Lieder de Françoise Tillard avec laquelle il approfondit l’art du récital. Aujourd’hui il se perfectionne auprès de Christine Schweitzer.

Il développe ses aptitudes scéniques, dans le genre de l’opérette notamment, en tenant des premiers rôles dans Bouche à Bouche (Maurice Yvain) au Théâtre Dejazet à Paris, Duparquet dans Ciboulette (Reynaldo Hahn) et le Baron de Pictordu dans l’opéra de salon Cendrillon de Pauline Viardot au Théâtre Le Ranelagh. Avec l’orchestre des Frivolités Parisiennes il a interprété le rôle- titre du Farfadet (Adolphe Adam) au Théâtre de Trévise. Avec la Compagnie Divague il participe en 2014 à la création d’un spectacle musical jeune public pour 4 chanteurs et piano autour des deux Opéras pour enfant d’Isabelle Aboulker Cendrillon et Le Petit Poucet, pour deux séries de spectacles donnés à l’Auditorium des Conservatoires de Boulogne-Billancourt et de Gennevilliers. Dans le répertoire lyrique, il interprète notamment Schaunard en 2013 dans la version française de la Bohème (Puccini) au Théâtre Montmartre Galabru mis en scène par Jean-Philippe Corre, et Don Giovanni en 2015 à l’Espace Reuilly avec l’orchestre du Conservatoire du 12e , mis en scène par Catherine Dune et Didier Henry.

En tant que soliste il se produit également dans le registre de l’oratorio, dans la Messe en Si (Bach), le Requiem de Mozart, le Requiem allemand (Brahms) ou encore la Messa di Gloria (Puccini).

Il collabore avec l’Ensemble Matheus et Jean-Christophe Spinosi pour Le Couronnement de Poppée de Monteverdi en tournée en Bretagne (2016) et au Festival de Menton (2017).

Son activité professionnelle est également celle d’Artiste de chœur, essentiellement au sein de l’Opéra de Paris sous la direction de José Luis Basso. Il collabore régulièrement avec des Ensembles professionnels comme Le Concert Spirituel (Hervé Niquet), Les Eléments (Joël Suhubiette).

ANTOINE BRETONNIÈRE Baryton

Après avoir découvert la musique par l’étude du saxophone, Antoine Bretonnière se tourne vers la direction de chœur et d’orchestre qu’il étudie à Nantes puis à Paris.

Il intègre en 2007 le Conservatoire National Supérieur de Musique (CNSM) au sein duquel il obtient quelques années plus tard un Master d’Ecriture.

C’est à l’issue de ce parcours évoluant constamment autour de la voix qu’il décide de se consacrer pleinement au chant lyrique en se formant auprès d’Elsa Maurus à Paris.

Il a eu depuis l’occasion de chanter dans Albert Herring de Britten (Sid), Der Kaiser von Atlantis de Ullman (Kaiser Overall), la trilogie Mozart/Da Ponte (le Comte Almaviva, Leporello, Don Alfonso), ainsi qu’en récital de Lieder et mélodies avec le pianiste Mauricio Arancibia.

Il participe actuellement au projet du compositeur Franck Krawcszik et de l’association Plein Jour autour d’une relecture de Cosi fan tutte.

Sa double formation de chef et de chanteur lui permet de travailler à la fois au Conservatoire de Pantin où il enseigne la direction de chœur et est responsable des ensembles vocaux et instrumentaux, et de diriger l’ensemble Les Possibles qui regroupe de jeunes artistes souhaitant allier interprétation et création dans le répertoire choral.

MARTHE ALEXANDRE Mezzo soprano/Direction artistique

Après un parcours en horaires aménagés musique au conservatoire de Rouen où elle apprend la clarinette classique et Jazz, intègre le choeur et l’orchestre durant toute sa scolarité, Marthe Alexandre suivra des études de philosophie et d’histoire de l’art à la Sorbonne et à l’école du Louvre jusqu’au Master2, obtenu en 2010. Simultanément elle suit ses premiers cours de chant lyrique particuliers, s’initie à la danse contemporaine auprès du chorégraphe Philippe Priasso en intégrant la compagnie de danseurs amateurs « LAP » et suit une préparation aux écoles d’art à l’école Duperré.

Elle intègre le conservatoire du 5ème de Paris en 2010, cette fois-ci pour se professionnaliser en chant et y suivre les cours de Michelle Command et de musique de chambre d’Hélène Rasquier.

Parallèlement elle bénéficie d’une formation en théâtre dans la classe d’art lyrique de Sophie Fontaine et en musique baroque avec Laurence Pottier au conservatoire du 9ème où elle continue sa formation en chant avec Elsa Maurus.

Elle obtient son DEM chant lyrique au CRR de Paris en 2018.

Elle a alors l’opportunité de chanter dans les « Dialogues des Carmélites » de Poulenc dirigé par Martine Surais et le « Requiem » de Duruflé avec Les Voix des Possibles, dirigé par Antoine Bretonnière. Au sein des classes d’art lyrique le rôle d’Annio dans « la Clémence de Titus » et celui du troisième enfant dans « la flûte enchantée » de Mozart.

Par ailleurs elle anime et chante des spectacles musicaux dans les maisons de retraite avec l’association le Carré Musical, donne des cours de chant particuliers, prête sa voix et collabore avec différents artistes dans des styles de musiques variés.

Depuis deux ans, elle travaille pour différentes compagnies. Joue Hansel dans le « Hansel et Gretel » d’Humperdinck avec la compagnie Opéra Bagatelle ainsi que le double rôle de Rosetta et Loup dans l’opéra contemporain « Groink » de Camille Rocailleux, avec la compagnie Eclats. En août 2017 le rôle de Margot dans l’opérette « Ta Bouche » de Maurice Yvain avec la compagnie Les tréteaux de maître Pierre.

Elle chante également dans les choeurs pour le Sinfonia pop Orchestra dans différents projets ( Danny Elfman au palais des congrès, Distant World au Grand Rex )

Elle se produit régulièrement lors de récitals privés pour des événements ou chez des particuliers et participe en août 2018 aux concerts « Classical night » dans les arènes de Montmartre en tant que soliste.

En octobre 2018 elle chante la partie soliste pour mezzo de la messe en ut min de Mozart avec l’ensemble Sequentiae.

Allocation of funds

Location du théâtre + piano : 415 € 

Régie lumières ( montage de 4h + représentation ) : 400 €

Location du théâtre pour une répétition générale : 55 €

Location d'une salle de répétition : 300 €

Décors ( décorateurs + matériaux + accessoires ) : 700 €

Costumes ( styliste + matériaux ) : 400 €

Graphiste pour l'affiche : 300 €

Captation audio/vidéo : 600 €

Montage et teaser : 800 €

Si la collecte dépasse la somme demandée : l'argent servira à payer un photographe et/ou quelqu'un pour nous aider au niveau de la communication. 

(Les principaux acteurs de ce spectacle travaillent bénévolement et les sommes perçues seront versées dans leur intégralité sur le compte de l'association BelleNuit)

Choose your reward

Reward featured

For €40

Cours de chant tous niveaux

Qui n'a jamais eu envie de pousser la chansonnette.
  • Backers: 3

For €5

Un bisou
  • Backers: 4
  • Delivery May 2019

For €10

Deux bisous
  • Backers: 2
  • Delivery May 2019

For €15

Une affiche du spectacle dédicacée
  • Backer: 1
  • Delivery May 2019

For €30

Une photo du spectacle dédicacée
  • Backers: 4
  • Delivery May 2019

For €40

Le DVD du spectacle
  • Backers: 5
  • Delivery June 2019

For €50

Un cours de chant particulier + une affiche dédicacée
  • Backers: 6
  • Delivery May 2019

For €300

  • Delivery June 2019

Make a donation

Give what I want