Alfs

Toulouse, France

François AMARAL : trublion de la scène Toulousaine sur la récidive. Avec un cinquième album en préparation, cet autodidacte polyvalent tend une nouvelle corde à son arc des possibles. Car « impossible » ne fait pas partie de son vocabulaire. La preuve en est par ce grand écart réalisé en tout juste dix ans : du duo guitare voix au début des années 2000, jusqu’au concert symphonique enregistré le 11 avril 2011 sur la scène du Phare à Tournefeuille (31). Dans l’intervalle, sa route sera parsemée de quatre albums studio « Katline » en 2000, « Cette vie est la nôtre » en 2003, « Misogyne » en 2006 et « De qui s’moque-t-on ? » en 2008, sans oublier deux lives « Bigalipa » en 2007 et « C’est Cotton » en 2009. Il est aussi à noter son passage par les rencontres d’Astaffort où Michael Jones l’a confirmé dans un style résolument rock. Les Marionnettes, résultat de cette collaboration, est depuis lors gravée en plage 11 de l’album « Misogyne ». Si vous lui demandez quel est le style de sa musique, il vous répondra le plus sérieusement du monde : « je fais du rock approximatif ». Mais ne vous y méprenez pas, sous l’apparente légèreté de certains de ses textes, « Chez Maman », « Ma Nouvelle Copine », peut se cacher un fait de société comme le divorce, « En Vacances », ou l’anorexie dans « Modèle Photoshop ». Sa grande force est de nous proposer des mélodies efficaces qui à la première écoute ne nous lâchent plus. Elles nous donnent envie de les chanter à tue-tête « je suis Misogyne …» et de danser jusqu’à l’épuisement. Amaral a l’art et la manière de distribuer de la bonne humeur en bouquets de notes. Son énergie vient du rock, ce n’est plus à prouver. Mais, à l’instar des groupes Français des années 70 et 80, il défend sa langue natale. Il n’a rien à envier aux groupes Anglo-Saxons même si la grande mode est à l’anglicanisation à tout va pour faire croire à l’internationalisme alors que les succès ne dépassent pas les frontières de l’hexagone. Bref son prochain album, prévu pour 2015, s’appellera Rock Français, et il a bien raison. O.Danié

No project yet

Discover projects