Compagnie Buissonière

Georges Feydeau ( 1 8 6 2 - 1 9 2 1 ) Très jeune Feydeau perd son insouciance lorsque son père devient hémiplégique. Il néglige alors ses études pour se consacrer au théâtre. Il tente une carrière d’acteur en vain, jouant notamment dans la compagnie le cercle des castagnettes qu’il a fondée. Il se tourne alors vers l'écriture. Sa première pièce qui est en un Acte, se joue pour la première fois en 1882 alors qu'il n’a que 19 ans. Plus tard suite à son divorce d’avec Marie Anne (qui a pris un amant) il loge durant une dizaine d'années dans une chambre d’un palace. C’est là qu’il renouvelle le genre du vaudeville par une étude plus approfondie des caractères dans ses comédies de mœurs en un acte. Considéré comme le génie du vaudeville et le maître du genre, ses pièces sont de savantes horlogeries au service du rire. Le rire, c'est "du mécanique plaqué sur du vivant", écrivait Bergson en 1899 ; au même moment les pièces de Feydeau triomphaient dans Paris. Auteur prolixe et solitaire (à l'inverse de Labiche, qui avait toujours un ou plusieurs collaborateurs) il comptabilise plus de trente pièces. De nombreux vaudevilles en 3 actes mais aussi une dizaine de pièces en un acte, centrées sur les séparations et disputes de couple, révélant une certaine noirceur, une certaine amertume. Il meurt à l'âge de 58 ans, interné dans un asile, victime de la syphilis. Longtemps relégué comme amuseur facile auteur de textes pour les théâtres des boulevards, il jouit depuis quelques années d'un nouveau regard et d'une nouvelle lecture de son œuvre.