envoyageavecsacha

La Compagnie Carambole, créée à l’initiative de Véronique Merveille, chanteuse et comédienne, existe depuis 2001. Implantée à Saint André de Sangonis, elle oriente son travail autour de deux axes qui sont le spectacle vivant et les interventions pédagogiques. Le spectacle vivant : Trois spectacles musicaux jeunes publics ont été créés : « Ouille, ouille, ouille ! Sac de nouilles …», à partir de 3 ans adaptation de l’histoire de la sorcière Furibarde, une histoire publiée dans le magazine Toupie, « Cadeau Cabosse », une fable musicale et théâtrale sur la différence. (A partir de 5 ans), « Agathe cherche l’amour », spectacle intergénérationnel pour public familial. Ces trois spectacles ont été mis en scène par Didier Taudière (Cie Internationale Alligator). Diva Commando, une incursion dans les « Arts de la rue » : « Diva Commando », spectacle lyrico déambulatoire sur la lignée des crieurs publics, a été créé en 2007, au cours d’une résidence à l’Atelline, pôle arts de la rue en Languedoc Roussillon. La Diva a joué entre autres au Festival « Chalon dans la rue » et au Festival de Thau, où elle a fait office de fil rouge pour les grandes soirées du Festival et a présenté en musique, les artistes programmés sur la grande scène : Abd Al Malik, Goran Bregoic, Melissa Lavaux… Elle intervient aussi régulièrement pour des visites patrimoniales. « Nom de code : PoPé », un spectacle rythme et poésie tout public interprété par Véronique Merveille, Thierry Klein et Patrick Vendrin, metteur en scène, Ingrid Tegyey, cette création a vu le jour suite à une résidence en collège. Ce spectacle a notamment été joué dans les jardins du Domaine d’O et aux Voix de la méditerranée. Les interventions pédagogiques : Parallèlement à son activité artistique, la Compagnie Carambole réalise des interventions pédagogiques pour des publics très divers, donnant parfois lieu à la création de spectacles. Pendant plusieurs années, des stages interdisciplinaires ont été proposés sur la Commune de Saint André de Sangonis. Le plus souvent, ces stages mettaient à l’honneur les disciplines musique/arts plastiques, théâtre/musique ou cirque/musique. Sur la commune d’implantation de la compagnie, un atelier d’arts plastiques fonctionne régulièrement, ainsi qu’un chœur amateur. En dehors de la commune, des interventions musicales sont proposées pour des publics très variés : adultes handicapés, adultes en psychiatrie, personnes âgées, enfants… Ces interventions ont lieu dans des structures spécialisées, en milieu scolaire (Actions Educatives territoriales financées par le CG 34, offres culturelles de la ville de Montpellier), en maisons de retraite (Programme « Culture en arc en ciel » soutenu par le Conseil Général de l’Hérault). Les intervenants réguliers de la Cie sont Véronique Ferber (arts-plastiques, céramique), Véronique Merveille (chant), Hugues Péterelle (arts plastiques), Odile Picard (arts plastiques ; costumière de la Cie) . LA CHANTEUSE, MUSICIENNE Véronique Merveille Je suis née à Roubaix d’un papa qui travaillait dans un peignage de laine et d’une maman qui travaillait dans une banque. Je laisserai de côté les images tristes et garderai en mémoire l’accordéon des grands repas de communions, de mariages et de baptêmes, les cours de danse classique dont ma mère notait scrupuleusement les exercices qu’elle me faisait refaire, quelques notes de Gershwin que mon père écoutait et des pas de valse qu’il adorait danser. J’ai toujours aimé chanter, je rêvais adolescente de faire partie du Big Bazar de Michel Fugain, c’est aussi à cette période là que j’ai appris à jouer de la guitare et que ma participation à de nombreuses animations dans les églises m’a fait découvrir la polyphonie. J’ai laissé tomber l’église mais continué à chanter et j’ai découvert le monde de la chanson française par le biais de « l’école de la chanson » à Paris. Premières écritures de chansons, premiers spectacles. C’était le début d’une longue période d’auteur-compositeur ; découvertes du Printemps de Bourges, album. L’arrivée dans la région de Montpellier m’a fait diversifier mes activités : bals, animations musicales, travail avec des compagnies. Trois enfants, la famille s’agrandit, et débute une longue et dense période avec le groupe professionnel de la Fanfare à mains nues, nourrie par un travail polyphonique riche et la découverte de la rue. En 2001, je décide de monter la Cie Carambole ; plusieurs créations musicales jeune public, un spectacle rythme et poésie « Nom de code Popé » pour tout public, mais aussi une création arts de la rue « Diva Commando », crieur public lyrique. Un personnage que je continue de jouer avec plaisir et qui me permet d’utiliser le chant lyrique, que je me régale à travailler depuis 25 ans, avec humour et fantaisie. J’arrive à concrétiser l’envie de travailler d’avantage avec d’autres artistes depuis 2 ans, et je chante et joue avec la Cie Alfred de la Neuche, la Cie Espace Nomade, la Cie de l’Empreinte, la Cie des Tirelaines. Je croise aussi depuis des années les chemins de nombreuses personnes âgées, d’enfants, d’adolescents, par le bais d’interventions pédagogiques autour du rythme, de la poésie et de la chanson. Je fais travailler un chœur amateur et interviens au théâtre de Clermont l’Hérault dans le cadre de l’atelier théâtre enfant pour un travail sur le rythme et la voix. LE CREATEUR VIDEO Martin Roux--Merveille Je suis tombé tout petit dans le monde du spectacle…mais je ne me suis pas fait mal ! Avec un père technicien et une mère artiste, c’est vrai qu’il était facile de découvrir cet univers. J’ai choisi la lumière. Ca me passionne. 2 années d’études pour faire un DMA (diplôme de métier d’art) régie du spectacle option lumière m’ont permis de découvrir encore d’avantage quelles étaient les possibilités que j’avais pour pouvoir exercer mon métier, et m’ont permis de faire de belles rencontres. Je travaille à la fois dans le spectacle vivant et l’évènementiel, deux mondes complètement différents. Ce qui m’a plu dans « En voyage avec Sacha », c’est la possibilité de faire un vrai travail de création vidéo à partir des dessins d’Emmanuel Cometto, en interaction avec la musique. Sacha est un petit garçon qui nous propose de découvrir le monde qui l’entoure. Grâce à la plume de Kali et au pinceau d’Emmanuel, on y découvre « un monde brillant, farfelu et drôle ». L’idée de départ était d’utiliser des kakémonos peints avec les dessins d’Emmanuel, permettant de plonger le jeune spectateur au coeur de l’action. Au fil de l’avancée du projet les kakémonos se sont transformés en toiles de peintre, l’action se déroulant dans un atelier de peinture. Mais il fallait aller encore plus loin, faire vivre ce monde et le faire évoluer pour les yeux et les oreilles. La vidéo est un outil utilisé ici comme projecteur d’images mais aussi comme source lumineuse. Les dessins choisis pour illustrer l’histoire vont se succéder, se mêler, s’animer et s’effacer au rythme de la visite guidée. Le guide justement, Véronique, qui doit se glisser dans cet univers pour mettre en éveil nos oreilles et faire avancer le récit. L’AUTEUR Kali Dacenko Je suis née dans une famille un peu bohême, une famille d’artistes, et mon père d’origine russe remplissait le sol de la cuisine de tous ses dessins, nous les contournions pour traverser. Il rédigeait les listes de courses en petits poèmes et jeux de mots, ma mère peignait des aquarelles dans leur chambre-atelier. Ma grand-mère russe, Olga, conférencière des musées nationaux, recevait les hôtes de marque de l’Union Soviétique pour leur faire visiter le Louvre. Alors j’ai commencé très jeune à lire les biographies d’auteurs et d’artistes, mon imagination grandissait. Etant irréprochable dans les matières artistiques, il était rassurant d’entendre mon père me dire « c’est héréditaire » pour mes mauvaises notes en maths. J’ai tout naturellement fait des études d’Histoire de l’Art et d’Arts plastiques. Je me suis exercée tôt à la poterie, au modelage et au dessin. Et j’ai toujours eu le goût d’écrire, ne serait-ce que mon journal quotidien, puis des nouvelles, des récits de voyages et des histoires pour enfants. Ce parcours m’a fait rencontrer des artistes, dont Emmanuel Cometto. Nous sommes responsables de l’organisation et de la réalisation du sentier artistique « natur’art » de Mourèze depuis plusieurs années et avons ensemble plusieurs projets artistiques. De cette rencontre et de cette amitié est né « Le monde de Sacha », notre premier livre pour enfants, qui raconte l’histoire d’un enfant rêveur qui s’émerveille de la beauté de la nature, de l’amitié avec les oiseaux et les tortues-montagnes et l’exprime de façon originale et pétillante. Mon monde imaginaire, mes écrits et mes idées sont parfaitement illustrés par les personnages et les dessins d’Emmanuel, qui sont remplis de joie, de couleurs et d’humour. D’autres livres vont bientôt paraître. L’ILLUSTRATEUR Emmanuel Cometto Je suis né en 1968 dans la campagne industrielle de Moselle. Petit, je jouais beaucoup en construisant mes mondes imaginaires avec ce que j'avais sous la main, bois, terre, ficelle... On disait que j'étais rêveur. Ma scolarité en a un peu pâti, ce qui me conduisit à exercer rapidement des métiers manuels.... menuisier, chef de chantier en BTP, avionneur et soudeur aéronautique, céramiste, père au foyer (3 enfants).Tout au long de ces années d'aventure, j'ai pu pratiquer la sculpture, le modelage, le dessin... la création en tout genre en essayant toujours de combiner les éléments. Du côté artistique, j'ai appris la céramique en Corse. Après quelque années de pratique, j'ai eu le courage d'ouvrir mon atelier de création "Atmosterre " à Mourèze (Hérault). On pouvait y acheter des sculptures et peintures des artistes de mon entourage et de moi même. j’y ai créé des sculptures à base de terre cuite et de matériaux très divers bois, moteurs, os, verre, électronique... mais ce dont je suis très fier, c'est que j'ai eu l’opportunité de créer la vaisselle (assiettes à foie gras, assiettes à pain, plats à mignardises, plats « ovalie ») pour les Chefs Français restaurateurs P. Aussignac et V. Labeyrie des restaurants « Le Comptoir Gascon » et « Le Club Gascon » à Londres ainsi que les cendriers en Raku du restaurant « The Tabernacle ». Entre temps, le hasard m’a mené en Afrique où j’ai créé une production de poterie dans un petit village du Sénégal, Miname à 70 km de Dakar. 7 ans plus tard, « L’usine » fabrique des vases magnifiques et emploi 7 personnes en continu! Quatre ans plus tard, j’ai eu la possibilité de travailler pour le « Musée Vivant du Roman d’Aventure » et j’ai décidé de fermer le côté boutique de l'atelier pour me consacrer à des réalisations plus complexes et plus imposantes. J’ai pu réaliser des sculptures monumentales (un serpent de mer de 20 m. de long, une rascasse géante de 8 m. De long dont la bouche sert de petite salle de théâtre)... Ou encore la construction des étranges machines du laboratoire du docteur Frankenstein et aussi la reproduction de modèles d’animaux mythiques de la cryptozoologie. Et puis suite à la décoration d'un bar en Guadeloupe j'ai été entrepris pour mener la restauration de l'hôtel de charme Caraib'Bay, réalisation de fresques, décors et une petite exposition « pirates Caribéens » composée d’une collection d’objets insolites made in Atmosterre, boulet de canon créé avec une boule de pétanque lyonnaise en bronze, fusil avec un vieux pot d’échappement de voiture et un morceau de banc en bois... Il y a aussi la construction de cabanes dans les arbres, de maisons en bois, et la mise en place du « Sentier Artistique – Nature –Art » qui soufflera ses 8 ans en 2013 pour le festival de Mourèze ou une vingtaine d’artistes y exposent leurs créations pendant le mois d’Août. Voilà, le tout ayant été ponctué de nombreuses affiches et illustrations en dessins, photos et techniques mixtes.