Jean Louis SAELENS

Wamin, France

Je suis né à Tournai, en Belgique, le 23 octobre 1953. Depuis mon plus âge je suis passionné par la photographie. Après avoir échoué au bac, je «monte» à Paris dans l’espoir de trouver un travail dans un laboratoire avec pour plus gros bagage ma vocation. En 1974, je décroche mon premier emploi, puis entre chez «Pictorial Service» où je découvre les tirages en noir et blanc des plus grands photographes qui éveilleront mes sentiments les plus profonds et révéleront mon insatiable soif de pureté. Passionné et attiré par la courbe, la lumière et l’expression, mes préférences vont à Jean-Loup Sieff, Tina Modotti ou Manuel Alvarez Bravo. Mais la vie parisienne m’agace et bien que les possibilités culturelles et créatrices y soient immenses, elles ne surpassent pas, à mon sens, le bonheur et la douceur de vivre de par chez nous. En 1977, je reviens dans le Pas de Calais. Je m’y installe et exerce ma profession depuis. Autodidacte, ma persévérance et mon travail me mèneront à poursuivre mon chemin en solitaire, comme photographe professionnel. J’accumule depuis des années de précieux clichés : nus, paysages, scènes de vie… Je tire en noir et blanc mes images fixées au gré de mes promenades, de mes rencontres, de mes passions et de mes amours. A 50 ans, je mène une réflexion sur mon travail. Après avoir répertorié l’ensemble de mes tirages, je décide un virage et brave la critique lors d’une première exposition « Littoral, vue sur la mer ». J’y dévoile le côté sentimental et nostalgique de mes compatriotes attachés à leurs racines avec des prises de vues qui sont le pur reflet de la côte belge avec son ciel bas et ses gris moirés typiques des côtes nordiques. Avec « Hong Kong Sinfonietta », je réitère, ma première expérience, positive. J’affiche cette fois l’harmonie et la grâce, l’accord entre l’instrument et la musicienne dans un site propice au recueillement où la musique prend toute sa dimension, l’abbaye de Saint Riquier. J’y démontre l’importance du lien physique, presque charnel, et de l’environnement. Suivent d’autres séries : « Bords de Mer », « SolitaireS » dont je réalise mon premier livre. J’y dévoile «à qui veut entendre, murmurer ou plutôt voir !» ma personnalité. Avec le temps et surtout avec «SolitaireS», une édition révélatrice de l’homme qui s’interroge, accepte, contemple puis enferme la pureté de l’élément recueilli dans son contexte. Les expositions se suivent, en 2007/2008, « Ecosse » résumé d’une semaine passée sur l’Ile de Skye à Noël 2006. Tirages noirs et blancs aux contrastes durs et forts. « Ivresse Tango » traite du spectacle monté par l’Embardée. En 2009, « De Natura Rerum »,en 2010, « Impressions », « Instants de Vies » images instantanées de rencontres dans la vie de tous les jours et de tous les endroits que j’expose à Brilon, en Allemagne, durant les mois de décembre 2010 et janvier 2011. Ces photos sont visibles sur mo site : www.jlsaelens.com.