karavan

Arles, France

Petit rappel pour ceux qui ne nous connaissent pas encore ! Karavan c'est un rêve de gosses devenu une réalité en 2014, à Arles. Rêve de chanter et de composer, rêve de jouer, de partager la musique, de transmettre des histoires aussi. La complicité de cinq grands enfants en quête de liberté : Alban Harly, celui par qui tout est arrivé, allié à Paul Alonso, rejoints un an plus tard par Alexis Nachef, Gérald Seguin et Eric Ghibaudo. 2015-16, le festival des Suds, la Fête de la Musique à Arles et le Cargo de Nuit nous programment et nous accueillent en résidence. l'aventure continue! Les Cinq : Gérald Seguin Guitare Percussions De soirées en concerts, de déambulations en fêtes, Gérald devient percussionniste et enchaîne les formations : le Zhang Zhang Band World à MONACO en 2007, Paulo da Luz de 2003 à 2007, les Studios de Cirque de Marseille de Pierrot Bidon de 1999 à 2003, Guy do Cavaco en 1999, Jangada en 1995 à Montpellier, On ne compte plus les projets auxquels il a participé, ni les musiciens avec lesquels il a collaboré. Passionné de Rock, de Blues, de Funk, mais aussi de Samba, de Mandingue, son univers musical est vaste et n'a pas de frontières. Il revient à son premier amour, la guitare, en 2009 avec Jody Staelen, puis fonde le groupe Faraman en 2013 avec d’autres musiciens. C’est en 2015 qu’il est invité à rejoindre KARAVAN en tant que percussionniste puis guitariste. Maniant avec autant de virtuosité le son et l'humour, il donne les good vibes à la pelle ! Eric Ghibaudo, batterie C’est à travers la batterie qu’il rencontre la musique, à l’âge de huit ans. À dix ans, il est déjà membre des Hidrialys ; le groupe reçoit le prix du podium Arlésien. À 14 ans, il intègre l’IMFP (Institut musical de formation professionnelle). Il n’a pas 16 ans quand on lui propose de tourner avec un orchestre de bal, mais il est mineur et ses parents s’y opposent. Eric enchaîne à Nimes en tant que batteur au studio Tourmagne. Quelques années plus tard, il reprend le magasin de musique d’Arles qu’il tient encore... tout en poursuivant son chemin de musicien avec Lézard Marteaux , Ze Quintet et Smokin Naked. Son univers Rock, Folk, Blues, Jazz apporte autant de délicatesse que d’énergie à Karavan. Alexis Nachef, basse, contrebasse Alexis est né au Liban, a grandit au Maroc et depuis son adolescence joue de la musique, d’abord de la guitare avec les copains, puis dans des groupes amateurs. Il a beau jouer les profs d’anglais (qu’il est), c’est un musicien dans l’âme. Il rencontre la basse en 1983 puis… la contrebasse. Depuis trente ans il vit son histoire d’amour avec ses basses dans des formations amateurs et semi-professionnelles, d’abord à Angers, puis à Toulouse et enfin, à Arles. Funk, rythm & blues, latino, soul, jazz, rien ne l’arrête et il fait swinguer depuis 2015 les mélodies de Karavan avec maestria. Paul Alonso Flûte, traversière, EWI, Choeurs. Paul, l’avant-dernier d’une grande fratrie où tout le monde joue d’un instrument, joue de la flûte traversière depuis ses 5 ans. Inscrit au conservatoire de Metz, il apprend le solfège. Il se passionne pour la musique folk qu’on entend dans les bals bretons. A 20 ans, il monte un groupe avec des copains de Nancy, Les Trottes Notes. Quatre ans plus tard, il rejoint la formation WEB, toujours flûtiste. En 2009, après voir déménagé dans le sud de la France, il s’inscrit à la Malle aux Arts, joue dans un ensemble folk pendant cinq ans, donne des cours. Parallèlement, il rejoint la batucada de Viagem Samba et prend des cours de chant avec Emmanuelle Bunel. C’est là qu’il rencontre Alban Harly, mais aussi les futurs membres du groupe de musique funk Faraman dont il fait également partie. Alban Harly, Chant, Guitare, Composition Il est la voix de KARAVAN, le moteur du groupe, la pile électrique. Son énergie débordante a mis au monde ses premiers textes et mélodies. Pourtant, cela n’allait pas de soi. Alban Harly est un autodidacte passionné de musique depuis toujours. Pendant vingt ans, animateur socio-culturel engagé, il monte des projets culturels, tantôt organisateur de spectacles et de festivals, tantôt animateur radio. Il est nourri par Noir Désir, Alain Bashung, Pink Floyd et la chanson à texte reste son domaine de prédilection. Pendant vingt ans, il alterne travail et escapades, parcourant le monde, son appareil photo en main et les oreilles grandes ouvertes. En 2008 il s’ancre enfin à Arles où il décide de se consacrer entièrement à son rêve, monte le groupe « les Georges », dont il restera « Bamako », un des titres de son répertoire. La voix d’Alban a trouvé sa voie !