Kodama Swan

Comme beaucoup d'artistes, j'ai attrapé dès mon plus jeune âge cette "fièvre créatrice" dont je ne me suis toujours pas débarrassée. C'est par le dessin que j'ai appris à dompter cette dernière en amateur et autodidacte durant mes plus jeunes années, ce qui m'a inévitablement poussé à choisir la voie artistique à la fin de mon enseignement secondaire. C'est au cours de trois années d'études supérieur dans l'école japonaise A.A.A (Paris; Opéra) que j'ai pu étudier l'histoire et les techniques traditionnelles de dessin Japonais. De l'influence de l'ukiyo-e (art traditionnel japonais) sur le manga aux techniques de tramage manuelles, j'ai pu apprendre aux côtés de mon professeur Kaori Yoshikawa (portrait) à transformer mon regard d'amateur sur le dessin et sur l'art en général en quelque chose de plus professionnel et cadré. Plus tard, Mes échanges avec Oscar Nunez Marquez (site) à propos de l'ukiyo-e et des Yokai affineront encore un peu plus mon goût pour cet art traditionnel. Passionné par le Japon (de loin) jusque-là, je suis parti étudier à Tokyo dès la fin de ma troisième année, ce qui fût une étape déterminante dans mon parcours puisque vivre au sein de la société Japonaise a réellement confirmé l'intérêt que j'ai pour ce pays et sa culture. Ce qui m'a séduit est le mélange quasi-parfait de technologie et de tradition qu'on peut aujourd'hui retrouver dans mes méthodes de travail. Ayant également un goût prononcé pour la littérature, ce sont les écrits d'Eiji Yoshikawa (La pierre et le sabre / La parfaite lumière) qui m'ont réellement sensibilisés à la poésie, la romance et au folklore Nippon. C'est avec passion que je m’attelle ensuite à comprendre et à comparer à travers différentes formes d'art (Littérature, Poésie/Haïku, Architecture, Peinture...) les écarts et les similitudes entre la France et le Japon, tous deux jouissant d'une richesse historique assez incroyable. Enfin, étant un artiste clairement influencé par notre temps, je mets au service de mes œuvres les techniques numériques que j'ai pu apprendre en stage (Créapole) ou en autodidacte. J'estime que l'art se nourrit de son époque et que les possibilités qu'offrent les nouvelles technologies sont une richesse à ne pas sous-estimer. Ce sont tous ces éléments qui constituent aujourd'hui mon travail, que j'espère pouvoir enrichir encore d'avantage grâce à vous.