Maxime Avon

Un bac en photographie en poche, puis un BTS-Montage-Vidéo puis un diplôme de licence en Cinéma à l'Université Montpellier III, on peut dire que Maxime est particulièrement à l'aise avec l'image ! Il rêve d’un cinéma vivant, il invente au fil de ses découvertes et de ses rencontres. Après avoir travaillé pour les autres, sur des projets de court métrage et de documentaire, puis en tant que cadreur professionnel en captation de danse, il entreprend aujourd'hui son chemin de manière indépendante. Mais indépendant ne veut pas dire seul. Indépendant veut dire : libre de ses choix, libre de toute créativité, de tout format, et de tout sujet. Il se questionne beaucoup sur la relation du cinéma et de la danse. Le cinéma n'est-il pas l'art d'écrire le mouvement ? Sa réflexion se cristallise sur la naissance du rythme et du geste. Maxime n'est pas vraiment danseur, mais il a son idée sur l'art chorégraphique. Il aime regarder la danse, et surtout il aime la filmer. De rencontres en rencontres, sa recherche entre cinéma et danse, l'a dirigé vers la Tunisie : « II n'y a pas grand-chose qui existe ici en danse, seulement un Festival. En dehors de la Tunisie, on connaît surtout ce pays pour les terroristes et la pauvreté. Je veux présenter un autre côté, un pays riche par ses valeurs humaines et culturelles. »